Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté

publié le Jeudi 23 juin 2022

Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté

Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté

© Marine nationale

Le 21 juin 2022, le vice-amiral d’escadre Olivier Lebas, commandant en chef pour l’Atlantique (CECLANT), a décerné un témoignage de satisfaction collectif à l’équipage B de la FREMM Bretagne pour son action lors de son déploiement sur le théâtre Atlantique Nord, du 4 décembre 2021 au 7 février 2022.

 

L’amiral a notamment loué la combativité, l’endurance et la capacité de reconfiguration tactique d’un équipage confronté en permanence à la rudesse de l’environnement, affrontant l’enchaînement de 17 dépressions atmosphériques en 2 mois. Ces qualités lui ont permis d’obtenir des résultats significatifs vis-à-vis des bâtiments russes mais aussi de s’illustrer auprès de nos alliés durant deux mois de manœuvres agiles. CECLANT a particulièrement distingué trois marins pour leur rôle prépondérant dans la planification et la conduite de la mission.

 

A l’image d’autres équipages de FREMM régulièrement félicités pour leur engagement en Atlantique nord, cette récompense témoigne de la reconnaissance du commandant de zone maritime pour l’abnégation des marins qui assurent une permanence opérationnelle sur ce théâtre compétitif et exigeant, siège d’enjeux de sécurité cruciaux pour les pays européens et l’Alliance atlantique.

 

Alors que la Russie conteste l’ordre international et alimente une rhétorique nucléaire inquiétante, la capacité de la Marine nationale, aux côtés de ses alliés, à occuper le terrain, en mer, sous les mers et dans le ciel de l’Atlantique nord contribue à l’équilibre des forces. La profondeur stratégique apportée par les unités déployées dans le Grand Nord est essentielle pour préserver la liberté d’action de notre dissuasion nucléaire océanique.

 


 

Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté
Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté

Source : Marine nationale


Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté

publié le Jeudi 23 juin 2022

Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté

Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté

© Marine nationale

Le 21 juin 2022, le vice-amiral d’escadre Olivier Lebas, commandant en chef pour l’Atlantique (CECLANT), a décerné un témoignage de satisfaction collectif à l’équipage B de la FREMM Bretagne pour son action lors de son déploiement sur le théâtre Atlantique Nord, du 4 décembre 2021 au 7 février 2022.

 

L’amiral a notamment loué la combativité, l’endurance et la capacité de reconfiguration tactique d’un équipage confronté en permanence à la rudesse de l’environnement, affrontant l’enchaînement de 17 dépressions atmosphériques en 2 mois. Ces qualités lui ont permis d’obtenir des résultats significatifs vis-à-vis des bâtiments russes mais aussi de s’illustrer auprès de nos alliés durant deux mois de manœuvres agiles. CECLANT a particulièrement distingué trois marins pour leur rôle prépondérant dans la planification et la conduite de la mission.

 

A l’image d’autres équipages de FREMM régulièrement félicités pour leur engagement en Atlantique nord, cette récompense témoigne de la reconnaissance du commandant de zone maritime pour l’abnégation des marins qui assurent une permanence opérationnelle sur ce théâtre compétitif et exigeant, siège d’enjeux de sécurité cruciaux pour les pays européens et l’Alliance atlantique.

 

Alors que la Russie conteste l’ordre international et alimente une rhétorique nucléaire inquiétante, la capacité de la Marine nationale, aux côtés de ses alliés, à occuper le terrain, en mer, sous les mers et dans le ciel de l’Atlantique nord contribue à l’équilibre des forces. La profondeur stratégique apportée par les unités déployées dans le Grand Nord est essentielle pour préserver la liberté d’action de notre dissuasion nucléaire océanique.

 


 

Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté
Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté

Source : Marine nationale


Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022

publié le Vendredi 17 juin 2022

Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022

Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022

© Marine nationale

Le 16 juin 2022, le chasseur de mines tripartite Sagittaire a accosté dans le port de Kiel après avoir pris part pendant 15 jours à l’exercice BALTOPS 2022.

Intégré au groupe permanent de lutte contre les mines SNMCMG1, le bâtiment français a fait la démonstration de sa capacité à travailler au sein d’une force OTAN sous le commandement d’un état-major interalliés. L’implication de l’équipage a été pleinement récompensée par la localisation de l’ensemble des mines situées dans les zones de chasse lui ayant été attribuées.

 

La fin des opérations de chasse aux mines a été suivie de deux journées de manœuvres en unité constituée : EVOLEX, mouillages en formation, ravitaillement à couple... autant d’opportunités pour le Sagittaire de développer sa connaissance des procédures interalliées et de progresser en navigation de groupe.

 

Le volet BALTOPS de la mission du Sagittaire passé, celui-ci va désormais repartir pour la mer du Nord, via le canal de Kiel, en poursuivant son soutien direct à l’activité opérationnelle OTAN Brilliant Shield.

 

Dans le même temps, le 1er juin, un détachement du groupe de plongeurs-démineurs (GPD) de la Manche s’est déployé par voie routière jusqu’à Ravlunda au sud de la Suède, pour rejoindre l’exercice. Le détachement a été intégré au sein du « Task Group » guerre de mines qui regroupait cinq nations (Norvège, Danemark, Belgique, Etats-Unis et France). Chaque nation était pourvue de drones ou de sonars autonomes ce qui a permis un échange nourri sur ce que sera la guerre des mines de demain. Le thème général était la préparation d’un débarquement amphibie dans une zone minée.

 

Afin de pouvoir conduire l’exercice qui impliquait plus de 200 marins sur le camp militaire suédois de Ravlunda, un état-major de conduite a été déployé par l’armée américaine. Cet exercice comprenait également une composante relative au minage terrestre et portuaire avec des scénarios réalistes pour lesquels il était nécessaire de faire intervenir des équipes de différentes nations simultanément. Les équipes de plongeurs démineurs français ont ainsi pu confronter leurs procédures et leurs idées de manœuvre. A cette occasion le savoir-faire français a été mis à l’honneur et reconnu de tous les participants. Le réalisme poussé et la volonté d’aller au plus proche de la réalité ont permis d’aller jusqu’à la mise en œuvre de moyens de neutralisation en terrestre et en subaquatique.

Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022
Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022

Source : Marine nationale


Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022

publié le Vendredi 17 juin 2022

Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022

Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022

© Marine nationale

Le 16 juin 2022, le chasseur de mines tripartite Sagittaire a accosté dans le port de Kiel après avoir pris part pendant 15 jours à l’exercice BALTOPS 2022.

Intégré au groupe permanent de lutte contre les mines SNMCMG1, le bâtiment français a fait la démonstration de sa capacité à travailler au sein d’une force OTAN sous le commandement d’un état-major interalliés. L’implication de l’équipage a été pleinement récompensée par la localisation de l’ensemble des mines situées dans les zones de chasse lui ayant été attribuées.

 

La fin des opérations de chasse aux mines a été suivie de deux journées de manœuvres en unité constituée : EVOLEX, mouillages en formation, ravitaillement à couple... autant d’opportunités pour le Sagittaire de développer sa connaissance des procédures interalliées et de progresser en navigation de groupe.

 

Le volet BALTOPS de la mission du Sagittaire passé, celui-ci va désormais repartir pour la mer du Nord, via le canal de Kiel, en poursuivant son soutien direct à l’activité opérationnelle OTAN Brilliant Shield.

 

Dans le même temps, le 1er juin, un détachement du groupe de plongeurs-démineurs (GPD) de la Manche s’est déployé par voie routière jusqu’à Ravlunda au sud de la Suède, pour rejoindre l’exercice. Le détachement a été intégré au sein du « Task Group » guerre de mines qui regroupait cinq nations (Norvège, Danemark, Belgique, Etats-Unis et France). Chaque nation était pourvue de drones ou de sonars autonomes ce qui a permis un échange nourri sur ce que sera la guerre des mines de demain. Le thème général était la préparation d’un débarquement amphibie dans une zone minée.

 

Afin de pouvoir conduire l’exercice qui impliquait plus de 200 marins sur le camp militaire suédois de Ravlunda, un état-major de conduite a été déployé par l’armée américaine. Cet exercice comprenait également une composante relative au minage terrestre et portuaire avec des scénarios réalistes pour lesquels il était nécessaire de faire intervenir des équipes de différentes nations simultanément. Les équipes de plongeurs démineurs français ont ainsi pu confronter leurs procédures et leurs idées de manœuvre. A cette occasion le savoir-faire français a été mis à l’honneur et reconnu de tous les participants. Le réalisme poussé et la volonté d’aller au plus proche de la réalité ont permis d’aller jusqu’à la mise en œuvre de moyens de neutralisation en terrestre et en subaquatique.

Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022
Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022

Source : Marine nationale


Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022

publié le Vendredi 17 juin 2022

Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022

Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022

© Marine nationale

Le 16 juin 2022, le chasseur de mines tripartite Sagittaire a accosté dans le port de Kiel après avoir pris part pendant 15 jours à l’exercice BALTOPS 2022.

Intégré au groupe permanent de lutte contre les mines SNMCMG1, le bâtiment français a fait la démonstration de sa capacité à travailler au sein d’une force OTAN sous le commandement d’un état-major interalliés. L’implication de l’équipage a été pleinement récompensée par la localisation de l’ensemble des mines situées dans les zones de chasse lui ayant été attribuées.

 

La fin des opérations de chasse aux mines a été suivie de deux journées de manœuvres en unité constituée : EVOLEX, mouillages en formation, ravitaillement à couple... autant d’opportunités pour le Sagittaire de développer sa connaissance des procédures interalliées et de progresser en navigation de groupe.

 

Le volet BALTOPS de la mission du Sagittaire passé, celui-ci va désormais repartir pour la mer du Nord, via le canal de Kiel, en poursuivant son soutien direct à l’activité opérationnelle OTAN Brilliant Shield.

 

Dans le même temps, le 1er juin, un détachement du groupe de plongeurs-démineurs (GPD) de la Manche s’est déployé par voie routière jusqu’à Ravlunda au sud de la Suède, pour rejoindre l’exercice. Le détachement a été intégré au sein du « Task Group » guerre de mines qui regroupait cinq nations (Norvège, Danemark, Belgique, Etats-Unis et France). Chaque nation était pourvue de drones ou de sonars autonomes ce qui a permis un échange nourri sur ce que sera la guerre des mines de demain. Le thème général était la préparation d’un débarquement amphibie dans une zone minée.

 

Afin de pouvoir conduire l’exercice qui impliquait plus de 200 marins sur le camp militaire suédois de Ravlunda, un état-major de conduite a été déployé par l’armée américaine. Cet exercice comprenait également une composante relative au minage terrestre et portuaire avec des scénarios réalistes pour lesquels il était nécessaire de faire intervenir des équipes de différentes nations simultanément. Les équipes de plongeurs démineurs français ont ainsi pu confronter leurs procédures et leurs idées de manœuvre. A cette occasion le savoir-faire français a été mis à l’honneur et reconnu de tous les participants. Le réalisme poussé et la volonté d’aller au plus proche de la réalité ont permis d’aller jusqu’à la mise en œuvre de moyens de neutralisation en terrestre et en subaquatique.

Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022
Mer Baltique - Fin de l’exercice BALTOPS 2022

Source : Marine nationale


Un nouveau commandant pour l'équipage B du patrouilleur de service public Pluvier

publié le Mercredi 15 juin 2022

Un nouveau commandant pour l'équipage B du patrouilleur de service public Pluvier

Un nouveau commandant pour l'équipage B du patrouilleur de service public Pluvier

© Marine nationale

Ce mercredi 15 juin 2022, le capitaine de corvette de Catuélan, Chef de l’antenne de l’état-major de la Force d’action navale à Cherbourg, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Omar Pacha comme commandant de l’équipage B du patrouilleur de service public (PSP) Pluvier.

 

L’équipage B du Pluvier est créé en août 2021, finalisant le passage au double équipage pour les PSP. Après une période de montée en puissance et de préparation à terre, un stage de mise en condition opérationnelle de l’équipage à bord a permis de valider ses capacités. Le Pluvier B a donc pu faire ses premiers déploiements opérationnels en début d’année 2022. Si le Pluvier B a majoritairement effectué des missions nationales de SAR (recherche et sauvetage) et de protection des approches du territoire en Manche et en Mer du Nord, les relations bilatérales entre la France et l’Angleterre ont pu être renforcées à l’occasion d’une escale à Portsmouth. Depuis le mois d’avril l’équipage est en préparation et renforce les qualifications individuelles des marins, notamment grâce à des stages dans le domaine du secourisme et de la sécurité.

Lee lieutenant de vaisseau Omar Pacha est entré à l’École navale en qualité d’officier spécialisé de la Marine en 2009 avec la spécialité d’opérations de lutte sous la mer (OPLSM). Il rejoint la frégate anti-aérienne Jean Bart en 2010 et participe notamment à l’opération HARMATTAN. En 2012, il embarque à bord de la frégate type La Fayette (FLF) Guépratte et prend part à de multiples opérations extérieures telles que ATALANTA ou LEVRIER. Affecté au patrouilleur de haute-mer Enseigne de vaisseau Jacoubet en 2015, il conduit des opérations de défense maritime du territoire ainsi qu’une mission CORYMBE dans le golfe de Guinée en qualité de commandant adjoint opérations. Son dernier poste embarqué, en 2019, l’amène à exercer les fonctions de commandant adjoint équipage à bord de la FLF Surcouf. Il a ensuite été, jusqu’à ce jour, commandant en second de la Flottille amphibie à Toulon. Le lieutenant de vaisseau Omar PACHA, est marié et père de 2 enfants.

Admis au service actif le 18 décembre 1997, le Pluvier est un des trois patrouilleurs de service public basés à Cherbourg. Ceux-ci remplissent diverses missions : défense maritime du territoire (surveiller le trafic afin d’éviter les accidents dans les rails très fréquentés de la Manche), contrôle de l’application des réglementations en matière de pêche et de navigation, prévention contre les trafics illicites, lutte contre les pollutions maritimes.

D’une longueur de 54 mètres et d’une largeur de 10 mètres, il est armé par un équipage de 20 marins. La ville marraine du Pluvier est Le Guilvinec, le PSP parraine également une classe de défense et de sécurité globale (CDSG) du collège Guillaume de Normandie de Caen et une préparation militaire Marine (PMM) à Cherbourg.

Un nouveau commandant pour l'équipage B du patrouilleur de service public Pluvier

Source : Marine nationale


Un nouveau commandant pour l'équipage B du patrouilleur de service public Pluvier

publié le Mercredi 15 juin 2022

Un nouveau commandant pour l'équipage B du patrouilleur de service public Pluvier

Un nouveau commandant pour l'équipage B du patrouilleur de service public Pluvier

© Marine nationale

Ce mercredi 15 juin 2022, le capitaine de corvette de Catuélan, Chef de l’antenne de l’état-major de la Force d’action navale à Cherbourg, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Omar Pacha comme commandant de l’équipage B du patrouilleur de service public (PSP) Pluvier.

 

L’équipage B du Pluvier est créé en août 2021, finalisant le passage au double équipage pour les PSP. Après une période de montée en puissance et de préparation à terre, un stage de mise en condition opérationnelle de l’équipage à bord a permis de valider ses capacités. Le Pluvier B a donc pu faire ses premiers déploiements opérationnels en début d’année 2022. Si le Pluvier B a majoritairement effectué des missions nationales de SAR (recherche et sauvetage) et de protection des approches du territoire en Manche et en Mer du Nord, les relations bilatérales entre la France et l’Angleterre ont pu être renforcées à l’occasion d’une escale à Portsmouth. Depuis le mois d’avril l’équipage est en préparation et renforce les qualifications individuelles des marins, notamment grâce à des stages dans le domaine du secourisme et de la sécurité.

Lee lieutenant de vaisseau Omar Pacha est entré à l’École navale en qualité d’officier spécialisé de la Marine en 2009 avec la spécialité d’opérations de lutte sous la mer (OPLSM). Il rejoint la frégate anti-aérienne Jean Bart en 2010 et participe notamment à l’opération HARMATTAN. En 2012, il embarque à bord de la frégate type La Fayette (FLF) Guépratte et prend part à de multiples opérations extérieures telles que ATALANTA ou LEVRIER. Affecté au patrouilleur de haute-mer Enseigne de vaisseau Jacoubet en 2015, il conduit des opérations de défense maritime du territoire ainsi qu’une mission CORYMBE dans le golfe de Guinée en qualité de commandant adjoint opérations. Son dernier poste embarqué, en 2019, l’amène à exercer les fonctions de commandant adjoint équipage à bord de la FLF Surcouf. Il a ensuite été, jusqu’à ce jour, commandant en second de la Flottille amphibie à Toulon. Le lieutenant de vaisseau Omar PACHA, est marié et père de 2 enfants.

Admis au service actif le 18 décembre 1997, le Pluvier est un des trois patrouilleurs de service public basés à Cherbourg. Ceux-ci remplissent diverses missions : défense maritime du territoire (surveiller le trafic afin d’éviter les accidents dans les rails très fréquentés de la Manche), contrôle de l’application des réglementations en matière de pêche et de navigation, prévention contre les trafics illicites, lutte contre les pollutions maritimes.

D’une longueur de 54 mètres et d’une largeur de 10 mètres, il est armé par un équipage de 20 marins. La ville marraine du Pluvier est Le Guilvinec, le PSP parraine également une classe de défense et de sécurité globale (CDSG) du collège Guillaume de Normandie de Caen et une préparation militaire Marine (PMM) à Cherbourg.

Un nouveau commandant pour l'équipage B du patrouilleur de service public Pluvier

Source : Marine nationale


Un nouveau commandant pour l'équipage B du patrouilleur de service public Pluvier

publié le Mercredi 15 juin 2022

Un nouveau commandant pour l'équipage B du patrouilleur de service public Pluvier

Un nouveau commandant pour l'équipage B du patrouilleur de service public Pluvier

© Marine nationale

Ce mercredi 15 juin 2022, le capitaine de corvette de Catuélan, Chef de l’antenne de l’état-major de la Force d’action navale à Cherbourg, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Omar Pacha comme commandant de l’équipage B du patrouilleur de service public (PSP) Pluvier.

 

L’équipage B du Pluvier est créé en août 2021, finalisant le passage au double équipage pour les PSP. Après une période de montée en puissance et de préparation à terre, un stage de mise en condition opérationnelle de l’équipage à bord a permis de valider ses capacités. Le Pluvier B a donc pu faire ses premiers déploiements opérationnels en début d’année 2022. Si le Pluvier B a majoritairement effectué des missions nationales de SAR (recherche et sauvetage) et de protection des approches du territoire en Manche et en Mer du Nord, les relations bilatérales entre la France et l’Angleterre ont pu être renforcées à l’occasion d’une escale à Portsmouth. Depuis le mois d’avril l’équipage est en préparation et renforce les qualifications individuelles des marins, notamment grâce à des stages dans le domaine du secourisme et de la sécurité.

Lee lieutenant de vaisseau Omar Pacha est entré à l’École navale en qualité d’officier spécialisé de la Marine en 2009 avec la spécialité d’opérations de lutte sous la mer (OPLSM). Il rejoint la frégate anti-aérienne Jean Bart en 2010 et participe notamment à l’opération HARMATTAN. En 2012, il embarque à bord de la frégate type La Fayette (FLF) Guépratte et prend part à de multiples opérations extérieures telles que ATALANTA ou LEVRIER. Affecté au patrouilleur de haute-mer Enseigne de vaisseau Jacoubet en 2015, il conduit des opérations de défense maritime du territoire ainsi qu’une mission CORYMBE dans le golfe de Guinée en qualité de commandant adjoint opérations. Son dernier poste embarqué, en 2019, l’amène à exercer les fonctions de commandant adjoint équipage à bord de la FLF Surcouf. Il a ensuite été, jusqu’à ce jour, commandant en second de la Flottille amphibie à Toulon. Le lieutenant de vaisseau Omar PACHA, est marié et père de 2 enfants.

Admis au service actif le 18 décembre 1997, le Pluvier est un des trois patrouilleurs de service public basés à Cherbourg. Ceux-ci remplissent diverses missions : défense maritime du territoire (surveiller le trafic afin d’éviter les accidents dans les rails très fréquentés de la Manche), contrôle de l’application des réglementations en matière de pêche et de navigation, prévention contre les trafics illicites, lutte contre les pollutions maritimes.

D’une longueur de 54 mètres et d’une largeur de 10 mètres, il est armé par un équipage de 20 marins. La ville marraine du Pluvier est Le Guilvinec, le PSP parraine également une classe de défense et de sécurité globale (CDSG) du collège Guillaume de Normandie de Caen et une préparation militaire Marine (PMM) à Cherbourg.

Un nouveau commandant pour l'équipage B du patrouilleur de service public Pluvier

Source : Marine nationale


Mer Baltique - La FASM Latouche-Tréville achève sa dernière mission après 32 années de carrière

publié le Mercredi 15 juin 2022

Mer Baltique - La FASM Latouche-Tréville achève sa dernière mission après 32 années de carrière

Mer Baltique - La FASM Latouche-Tréville achève sa dernière mission après 32 années de carrière

© EMA

La Frégate anti-sous-marine (FASM) Latouche-Tréville a accosté le 11 juin à Brest après une mission opérationnelle de trois mois, ultime déploiement avant son retrait du service actif prévu le 1er juillet. Ces derniers mois, le Latouche-Tréville aura participé à des exercices et des opérations de grande ampleur aux côtés de plusieurs partenaires otaniens.

Le 7 mars dernier, l’équipage du Latouche-Tréville a rejoint la mer Baltique pour prendre part au renforcement de la posture défensive et dissuasive de l’OTAN sur la frontière orientale de l’Europe et contribuer à l’appréciation autonome de situation de la France dans cette région contestée d’importance stratégique.

L’équipage a notamment participé du 4 au 12 avril à l’exercice américain NORTHERN VIKING 2022 au large de l’Islande aux côtés de plusieurs nations membres de l’OTAN : Allemagne, États-Unis, Islande, Norvège, Portugal, Royaume-Uni.

De retour en mer Baltique, il a pris part à l’activité opérationnelle NEPTUNE SHIELD, au large de l’Estonie et de la Finlande, sous le contrôle opérationnel de MARCOM (commandement maritime de l’OTAN) aux côtés de trois unités américaines – les USS Kearsarge, le Gravely, le Gunston Hall, et la frégate de défense aérienne allemande FGS Sachsen. L’objectif était de démontrer la pleine interopérabilité, la solidarité et la fiabilité de l’Alliance atlantique.

Au cours du déploiement, de nombreuses interactions ont été menées avec les partenaires de l’OTAN et les pays alliés : tirs d’artillerie combinés, exercice de lutte anti-aérienne, manœuvres d’aviation croisées, exercice de lutte anti sous-marine, évolutions tactiques, « visite » de bâtiment, etc. Neuf escales dans sept pays différents (Danemark, Allemagne, Islande, Norvège, Pologne, Finlande et Suède) ont permis de renforcer les liens de la France avec les pays riverains.

Deux dernières sorties à la mer viennent conclure ce déploiement les 14 et 15 juin à Brest pour un dernier hommage aux FASM, en présence du chef d’état-major de la Marine.

Mer Baltique - La FASM Latouche-Tréville achève sa dernière mission après 32 années de carrière

Source : Etat-major des armées


Mer Baltique - La FASM Latouche-Tréville achève sa dernière mission après 32 années de carrière

publié le Mercredi 15 juin 2022

Mer Baltique - La FASM Latouche-Tréville achève sa dernière mission après 32 années de carrière

Mer Baltique - La FASM Latouche-Tréville achève sa dernière mission après 32 années de carrière

© EMA

La Frégate anti-sous-marine (FASM) Latouche-Tréville a accosté le 11 juin à Brest après une mission opérationnelle de trois mois, ultime déploiement avant son retrait du service actif prévu le 1er juillet. Ces derniers mois, le Latouche-Tréville aura participé à des exercices et des opérations de grande ampleur aux côtés de plusieurs partenaires otaniens.

Le 7 mars dernier, l’équipage du Latouche-Tréville a rejoint la mer Baltique pour prendre part au renforcement de la posture défensive et dissuasive de l’OTAN sur la frontière orientale de l’Europe et contribuer à l’appréciation autonome de situation de la France dans cette région contestée d’importance stratégique.

L’équipage a notamment participé du 4 au 12 avril à l’exercice américain NORTHERN VIKING 2022 au large de l’Islande aux côtés de plusieurs nations membres de l’OTAN : Allemagne, États-Unis, Islande, Norvège, Portugal, Royaume-Uni.

De retour en mer Baltique, il a pris part à l’activité opérationnelle NEPTUNE SHIELD, au large de l’Estonie et de la Finlande, sous le contrôle opérationnel de MARCOM (commandement maritime de l’OTAN) aux côtés de trois unités américaines – les USS Kearsarge, le Gravely, le Gunston Hall, et la frégate de défense aérienne allemande FGS Sachsen. L’objectif était de démontrer la pleine interopérabilité, la solidarité et la fiabilité de l’Alliance atlantique.

Au cours du déploiement, de nombreuses interactions ont été menées avec les partenaires de l’OTAN et les pays alliés : tirs d’artillerie combinés, exercice de lutte anti-aérienne, manœuvres d’aviation croisées, exercice de lutte anti sous-marine, évolutions tactiques, « visite » de bâtiment, etc. Neuf escales dans sept pays différents (Danemark, Allemagne, Islande, Norvège, Pologne, Finlande et Suède) ont permis de renforcer les liens de la France avec les pays riverains.

Deux dernières sorties à la mer viennent conclure ce déploiement les 14 et 15 juin à Brest pour un dernier hommage aux FASM, en présence du chef d’état-major de la Marine.

Mer Baltique - La FASM Latouche-Tréville achève sa dernière mission après 32 années de carrière

Source : Etat-major des armées

S'abonner à Manche - Mer du Nord