Fin de formation pour les mousses

publié le Mardi 28 juin 2022

Fin de formation pour les mousses

Fin de formation pour les mousses

© Marine nationale

Le 27 juin 2022, pour les mousses des deux sites, brestois et cherbourgeois, de l’école, la fin de l’année scolaire s’est conclue par deux cérémonies à la forte dimension symbolique et où l’ascenseur émotionnel était au rendez-vous pour tous.

 

Tôt le matin, en salle Richelieu, le capitaine de frégate Éric Brothé, directeur de l’école, a présidé une cérémonie au cours de laquelle les mousses ont signé leur contrat de « quartier-maître de la flotte » (QMF) et se sont vus remettre leurs galons de matelot, synonyme de l’obtention de leur brevet de mousse. Un rituel qui consacre leur entrée de plein pied en tant que marin. Deux heures plus tard, une cérémonie de remise de prix, présidée par le capitaine de vaisseau Sébastien Houël, commandant le centre d’instruction naval (CIN), a ensuite eu lieu sur le front de mer. S’adressant aux mousses, le « pacha » du CIN leur a déclaré être particulièrement heureux que leurs parents, et proches, puissent les voir tels qu’ils sont : « des jeunes hommes et femmes fiers, dignes, forts, conscients que la vie s’offre à eux et qu’ils ont toutes les capacités, toutes les ressources pour continuer à progresser ; des jeunes marins, pleins de vie, d’entrain, d’enthousiasme, ayant envie, pour une grande partie d’entre eux, de servir la Nation et de faire de leur vie quelque chose qui sort de l’ordinaire. »

 

Douze prix sont venus récompenser les jeunes recrues les plus méritantes. Un prix de la formation maritime a notamment été remis par le peintre officiel de la Marine Ewan Lebourdais, tandis qu’un prix du parrain était remis par le navigateur Kevin Escoffier, parrain cette promotion 2021-2022 « Contre-amiral Jean-Bernard Cerruti ». Chaque élève a ensuite reçu son brevet équipage, symbolisant son année de formation, ainsi qu’un livret de valeurs.

 

A l’issue de cette cérémonie, les mousses ont pu passer un temps avec leurs familles, émues et fières de retrouver leur jeune marin et de rencontrer les cadres de l’école. Demain, pour ceux qui ont choisi de devenir fusilier, matelot de maintenance aéronautique ou matelot pont d’envol, il sera déjà temps de quitter l’école et les amis faits cette année. D’autres ne se sépareront qu’après avoir défilé sur les Champs-Élysées le 14 juillet. Tous s’apprêtent désormais à poursuivre leur carrière, dans la Marine ou ailleurs, en étant toujours, vaillants et loyaux, fidèles ainsi à la devise de leur école !

 

Ouverte aux jeunes Français de 16 à 18 ans, l’École des mousses leur offre une initiation rigoureuse au métier de marin. Pour y accéder, il faut être apte et avoir suivi au minimum une classe de troisième. Au programme des dix mois de scolarité : formation académique, militaire, maritime et de sécurité. S’ils valident leur année scolaire, les mousses peuvent signer un contrat de 4 ans comme quartiers-maîtres de la Flotte.       


 

Fin de formation pour les mousses

Source : Marine nationale


Fin de formation pour les mousses

publié le Mardi 28 juin 2022

Fin de formation pour les mousses

Fin de formation pour les mousses

© Marine nationale

Le 27 juin 2022, pour les mousses des deux sites, brestois et cherbourgeois, de l’école, la fin de l’année scolaire s’est conclue par deux cérémonies à la forte dimension symbolique et où l’ascenseur émotionnel était au rendez-vous pour tous.

 

Tôt le matin, en salle Richelieu, le capitaine de frégate Éric Brothé, directeur de l’école, a présidé une cérémonie au cours de laquelle les mousses ont signé leur contrat de « quartier-maître de la flotte » (QMF) et se sont vus remettre leurs galons de matelot, synonyme de l’obtention de leur brevet de mousse. Un rituel qui consacre leur entrée de plein pied en tant que marin. Deux heures plus tard, une cérémonie de remise de prix, présidée par le capitaine de vaisseau Sébastien Houël, commandant le centre d’instruction naval (CIN), a ensuite eu lieu sur le front de mer. S’adressant aux mousses, le « pacha » du CIN leur a déclaré être particulièrement heureux que leurs parents, et proches, puissent les voir tels qu’ils sont : « des jeunes hommes et femmes fiers, dignes, forts, conscients que la vie s’offre à eux et qu’ils ont toutes les capacités, toutes les ressources pour continuer à progresser ; des jeunes marins, pleins de vie, d’entrain, d’enthousiasme, ayant envie, pour une grande partie d’entre eux, de servir la Nation et de faire de leur vie quelque chose qui sort de l’ordinaire. »

 

Douze prix sont venus récompenser les jeunes recrues les plus méritantes. Un prix de la formation maritime a notamment été remis par le peintre officiel de la Marine Ewan Lebourdais, tandis qu’un prix du parrain était remis par le navigateur Kevin Escoffier, parrain cette promotion 2021-2022 « Contre-amiral Jean-Bernard Cerruti ». Chaque élève a ensuite reçu son brevet équipage, symbolisant son année de formation, ainsi qu’un livret de valeurs.

 

A l’issue de cette cérémonie, les mousses ont pu passer un temps avec leurs familles, émues et fières de retrouver leur jeune marin et de rencontrer les cadres de l’école. Demain, pour ceux qui ont choisi de devenir fusilier, matelot de maintenance aéronautique ou matelot pont d’envol, il sera déjà temps de quitter l’école et les amis faits cette année. D’autres ne se sépareront qu’après avoir défilé sur les Champs-Élysées le 14 juillet. Tous s’apprêtent désormais à poursuivre leur carrière, dans la Marine ou ailleurs, en étant toujours, vaillants et loyaux, fidèles ainsi à la devise de leur école !

 

Ouverte aux jeunes Français de 16 à 18 ans, l’École des mousses leur offre une initiation rigoureuse au métier de marin. Pour y accéder, il faut être apte et avoir suivi au minimum une classe de troisième. Au programme des dix mois de scolarité : formation académique, militaire, maritime et de sécurité. S’ils valident leur année scolaire, les mousses peuvent signer un contrat de 4 ans comme quartiers-maîtres de la Flotte.       


 

Fin de formation pour les mousses

Source : Marine nationale


Fin de formation pour les mousses

publié le Mardi 28 juin 2022

Fin de formation pour les mousses

Fin de formation pour les mousses

© Marine nationale

Le 27 juin 2022, pour les mousses des deux sites, brestois et cherbourgeois, de l’école, la fin de l’année scolaire s’est conclue par deux cérémonies à la forte dimension symbolique et où l’ascenseur émotionnel était au rendez-vous pour tous.

 

Tôt le matin, en salle Richelieu, le capitaine de frégate Éric Brothé, directeur de l’école, a présidé une cérémonie au cours de laquelle les mousses ont signé leur contrat de « quartier-maître de la flotte » (QMF) et se sont vus remettre leurs galons de matelot, synonyme de l’obtention de leur brevet de mousse. Un rituel qui consacre leur entrée de plein pied en tant que marin. Deux heures plus tard, une cérémonie de remise de prix, présidée par le capitaine de vaisseau Sébastien Houël, commandant le centre d’instruction naval (CIN), a ensuite eu lieu sur le front de mer. S’adressant aux mousses, le « pacha » du CIN leur a déclaré être particulièrement heureux que leurs parents, et proches, puissent les voir tels qu’ils sont : « des jeunes hommes et femmes fiers, dignes, forts, conscients que la vie s’offre à eux et qu’ils ont toutes les capacités, toutes les ressources pour continuer à progresser ; des jeunes marins, pleins de vie, d’entrain, d’enthousiasme, ayant envie, pour une grande partie d’entre eux, de servir la Nation et de faire de leur vie quelque chose qui sort de l’ordinaire. »

 

Douze prix sont venus récompenser les jeunes recrues les plus méritantes. Un prix de la formation maritime a notamment été remis par le peintre officiel de la Marine Ewan Lebourdais, tandis qu’un prix du parrain était remis par le navigateur Kevin Escoffier, parrain cette promotion 2021-2022 « Contre-amiral Jean-Bernard Cerruti ». Chaque élève a ensuite reçu son brevet équipage, symbolisant son année de formation, ainsi qu’un livret de valeurs.

 

A l’issue de cette cérémonie, les mousses ont pu passer un temps avec leurs familles, émues et fières de retrouver leur jeune marin et de rencontrer les cadres de l’école. Demain, pour ceux qui ont choisi de devenir fusilier, matelot de maintenance aéronautique ou matelot pont d’envol, il sera déjà temps de quitter l’école et les amis faits cette année. D’autres ne se sépareront qu’après avoir défilé sur les Champs-Élysées le 14 juillet. Tous s’apprêtent désormais à poursuivre leur carrière, dans la Marine ou ailleurs, en étant toujours, vaillants et loyaux, fidèles ainsi à la devise de leur école !

 

Ouverte aux jeunes Français de 16 à 18 ans, l’École des mousses leur offre une initiation rigoureuse au métier de marin. Pour y accéder, il faut être apte et avoir suivi au minimum une classe de troisième. Au programme des dix mois de scolarité : formation académique, militaire, maritime et de sécurité. S’ils valident leur année scolaire, les mousses peuvent signer un contrat de 4 ans comme quartiers-maîtres de la Flotte.       


 

Fin de formation pour les mousses

Source : Marine nationale


Fin de formation pour les mousses

publié le Mardi 28 juin 2022

Fin de formation pour les mousses

Fin de formation pour les mousses

© Marine nationale

Le 27 juin 2022, pour les mousses des deux sites, brestois et cherbourgeois, de l’école, la fin de l’année scolaire s’est conclue par deux cérémonies à la forte dimension symbolique et où l’ascenseur émotionnel était au rendez-vous pour tous.

 

Tôt le matin, en salle Richelieu, le capitaine de frégate Éric Brothé, directeur de l’école, a présidé une cérémonie au cours de laquelle les mousses ont signé leur contrat de « quartier-maître de la flotte » (QMF) et se sont vus remettre leurs galons de matelot, synonyme de l’obtention de leur brevet de mousse. Un rituel qui consacre leur entrée de plein pied en tant que marin. Deux heures plus tard, une cérémonie de remise de prix, présidée par le capitaine de vaisseau Sébastien Houël, commandant le centre d’instruction naval (CIN), a ensuite eu lieu sur le front de mer. S’adressant aux mousses, le « pacha » du CIN leur a déclaré être particulièrement heureux que leurs parents, et proches, puissent les voir tels qu’ils sont : « des jeunes hommes et femmes fiers, dignes, forts, conscients que la vie s’offre à eux et qu’ils ont toutes les capacités, toutes les ressources pour continuer à progresser ; des jeunes marins, pleins de vie, d’entrain, d’enthousiasme, ayant envie, pour une grande partie d’entre eux, de servir la Nation et de faire de leur vie quelque chose qui sort de l’ordinaire. »

 

Douze prix sont venus récompenser les jeunes recrues les plus méritantes. Un prix de la formation maritime a notamment été remis par le peintre officiel de la Marine Ewan Lebourdais, tandis qu’un prix du parrain était remis par le navigateur Kevin Escoffier, parrain cette promotion 2021-2022 « Contre-amiral Jean-Bernard Cerruti ». Chaque élève a ensuite reçu son brevet équipage, symbolisant son année de formation, ainsi qu’un livret de valeurs.

 

A l’issue de cette cérémonie, les mousses ont pu passer un temps avec leurs familles, émues et fières de retrouver leur jeune marin et de rencontrer les cadres de l’école. Demain, pour ceux qui ont choisi de devenir fusilier, matelot de maintenance aéronautique ou matelot pont d’envol, il sera déjà temps de quitter l’école et les amis faits cette année. D’autres ne se sépareront qu’après avoir défilé sur les Champs-Élysées le 14 juillet. Tous s’apprêtent désormais à poursuivre leur carrière, dans la Marine ou ailleurs, en étant toujours, vaillants et loyaux, fidèles ainsi à la devise de leur école !

 

Ouverte aux jeunes Français de 16 à 18 ans, l’École des mousses leur offre une initiation rigoureuse au métier de marin. Pour y accéder, il faut être apte et avoir suivi au minimum une classe de troisième. Au programme des dix mois de scolarité : formation académique, militaire, maritime et de sécurité. S’ils valident leur année scolaire, les mousses peuvent signer un contrat de 4 ans comme quartiers-maîtres de la Flotte.       


 

Fin de formation pour les mousses

Source : Marine nationale


Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable

publié le Lundi 04 avril 2022

Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable

Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable

© Marine nationale

Le 29 mars 1967, le premier sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) français, Le Redoutable, voyait le jour à Cherbourg, marquant l'un des évènements fondateurs de la dissuasion nucléaire française. Après 20 ans de service actif sur tous les océans, au sein de la Marine nationale, le SNLE LeRedoutable est revenu dans son port d'origine. Il y est aujourd'hui exposé, un bassin spécifique ayant été construit à son intention dans les prestigieux locaux de la Cité de la Mer de Cherbourg.
 

Le 29 mars 2022, le 55ème anniversaire de la mise à l'eau de ce SNLE a été marqué par une cérémonie mémorielle présidée par le vice-amiral d'escadre Philippe Dutrieux, préfet maritime, commandant l'arrondissement et la zone maritimes de la Manche et de la mer du Nord. Après une allocution retraçant le parcours de ce sous-marins et son lien avec la ville de Cherbourg, l'ingénieur général de l'armement Christian Dugué, représentant la Direction générale de l'armement (DGA), a rappelé les engagements industriels et humains nécessaire à la réalisation de telles entreprises. Enfin, le contre-amiral Fabrice Legrand, adjoint de l'amiral de l'état-major des forces sous-marines et de la force océanique stratégique a clos le cycle des allocutions en s'adressant tout particulièrement aux marins qui arment les sous-marins ainsi qu'à ceux qui les ont précédés et aux jeunes gens présents. De nombreuses autres autorités civiles et militaires ainsi que des associations patriotiques, étaient également présentes.

 

Une telle cérémonie ne pouvait se faire sans les anciens sous-mariniers qui ont navigué sur ce premier SNLE. Dans les rangs, on les retrouve côte à côte avec la nouvelle génération de sous-mariniers, ceux qui s'apprêtent à prendre la mer avec le prochain sous-marin nucléaire d'attaque (SNA), le SNA Duguay-Trouin.

 

Cette cérémonie mémorielle a aussi permis de réunir les jeunes générations illustrant le lien étroit qui unit les armées à la nation, par la participation des stagiaires des préparations militaires Marine de Cherbourg et de Caen-Epron ainsi que des élèves de classes de défense du collège Sainte-Marie de Valognes et des lycées Thomas Pesquet de Coutances et Emile Doucet d'Equeurdreville.

 

Au-delà du partage d'expérience et de la transmission de l'héritage, c'est aussi l'occasion de rappeler les défis technologiques, économiques et l'aventure humaine que représentait un tel projet à l'époque pour la Délégation ministérielle pour l'armement, créée par le général De Gaulle le 5 avril 1961 pour construire une défense nationale indépendante fondée sur la force de dissuasion, et devenue depuis la Direction générale de l'armement (DGA).  « Aux maitres d'œuvre et artisans directs de cette réalisation hors du commun ; aux militaires, civils ouvriers, techniciens, ingénieurs, marins, il convient de rendre hommage à ceux qui ont commencé et continuent à forger l'outil emblématique de la Force océanique stratégique avec l'ardeur, la ténacité et la foi des pionniers. » souligne alors le vice-amiral d'escadre Philippe Dutrieux.

 

Pour l’occasion, le Bagad de Lann-Bihoué - célèbre ensemble musical de la Marine nationale – s’est produit en concert au théâtre à l’italienne de Cherbourg le 28 mars 2022. Cornemuses, bombardes, batteries et percussions ont fait vibrer les lieux et fait frissonner les 540 spectateurs venus admirer ces artistes militaires hors pairs.

 

Pour sa première représentation de l’année, le Bagad a présenté son tout nouveau concert mêlant tradition et modernité : un projet intégralement pensé et travaillé par ses 30 jeunes musiciens durant deux ans. Le Bagad de Lann-Bihoué, fête également cette année ses

70 rugissants : l’occasion de nous plonger dans un voyage musical extraordinaire qui retrace l’aventure humaine de ces marins musiciens engagés pour leur pays et passionnés par la musique. Le théâtre affichant « complet », l’émotion était bien présente.

 

Les bénéfices de ce concert ont été reversés à l’Association pour le Développement des Œuvres Sociales de la Marine (Entraide Marine - Adosm). Cette association vient en aide aux conjoints, aux familles et aux orphelins du personnel civil et militaire qui sert dans la Marine lorsqu’elles connaissent de grave difficultés. Ce concert de « charité » au profit des familles de marins est soutenu par la ville de Cherbourg.

 

Victime de son succès, le Bagad de Lann Bihoué a joué quelques morceaux le lendemain dans la grande nef de la Cité de la Mer, devant les visiteurs.

 

A la suite de cette commémoration, des animations pédagogiques sur le thème des missions des SNLE et du métier de sous-marinier plus particulièrement destinées à la jeunesse se sont tenues dans les locaux de La Cité de la Mer, partenaire historique des actions liées au Redoutable. Ces différents ateliers ont permis aux jeunes d'aller à la rencontre des sous-mariniers qui racontent avec toujours autant de passion leur métier qu'ils exercent au fond des océans.

Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable
Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable

Source : Marine nationale


Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable

publié le Lundi 04 avril 2022

Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable

Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable

© Marine nationale

Le 29 mars 1967, le premier sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) français, Le Redoutable, voyait le jour à Cherbourg, marquant l'un des évènements fondateurs de la dissuasion nucléaire française. Après 20 ans de service actif sur tous les océans, au sein de la Marine nationale, le SNLE LeRedoutable est revenu dans son port d'origine. Il y est aujourd'hui exposé, un bassin spécifique ayant été construit à son intention dans les prestigieux locaux de la Cité de la Mer de Cherbourg.
 

Le 29 mars 2022, le 55ème anniversaire de la mise à l'eau de ce SNLE a été marqué par une cérémonie mémorielle présidée par le vice-amiral d'escadre Philippe Dutrieux, préfet maritime, commandant l'arrondissement et la zone maritimes de la Manche et de la mer du Nord. Après une allocution retraçant le parcours de ce sous-marins et son lien avec la ville de Cherbourg, l'ingénieur général de l'armement Christian Dugué, représentant la Direction générale de l'armement (DGA), a rappelé les engagements industriels et humains nécessaire à la réalisation de telles entreprises. Enfin, le contre-amiral Fabrice Legrand, adjoint de l'amiral de l'état-major des forces sous-marines et de la force océanique stratégique a clos le cycle des allocutions en s'adressant tout particulièrement aux marins qui arment les sous-marins ainsi qu'à ceux qui les ont précédés et aux jeunes gens présents. De nombreuses autres autorités civiles et militaires ainsi que des associations patriotiques, étaient également présentes.

 

Une telle cérémonie ne pouvait se faire sans les anciens sous-mariniers qui ont navigué sur ce premier SNLE. Dans les rangs, on les retrouve côte à côte avec la nouvelle génération de sous-mariniers, ceux qui s'apprêtent à prendre la mer avec le prochain sous-marin nucléaire d'attaque (SNA), le SNA Duguay-Trouin.

 

Cette cérémonie mémorielle a aussi permis de réunir les jeunes générations illustrant le lien étroit qui unit les armées à la nation, par la participation des stagiaires des préparations militaires Marine de Cherbourg et de Caen-Epron ainsi que des élèves de classes de défense du collège Sainte-Marie de Valognes et des lycées Thomas Pesquet de Coutances et Emile Doucet d'Equeurdreville.

 

Au-delà du partage d'expérience et de la transmission de l'héritage, c'est aussi l'occasion de rappeler les défis technologiques, économiques et l'aventure humaine que représentait un tel projet à l'époque pour la Délégation ministérielle pour l'armement, créée par le général De Gaulle le 5 avril 1961 pour construire une défense nationale indépendante fondée sur la force de dissuasion, et devenue depuis la Direction générale de l'armement (DGA).  « Aux maitres d'œuvre et artisans directs de cette réalisation hors du commun ; aux militaires, civils ouvriers, techniciens, ingénieurs, marins, il convient de rendre hommage à ceux qui ont commencé et continuent à forger l'outil emblématique de la Force océanique stratégique avec l'ardeur, la ténacité et la foi des pionniers. » souligne alors le vice-amiral d'escadre Philippe Dutrieux.

 

Pour l’occasion, le Bagad de Lann-Bihoué - célèbre ensemble musical de la Marine nationale – s’est produit en concert au théâtre à l’italienne de Cherbourg le 28 mars 2022. Cornemuses, bombardes, batteries et percussions ont fait vibrer les lieux et fait frissonner les 540 spectateurs venus admirer ces artistes militaires hors pairs.

 

Pour sa première représentation de l’année, le Bagad a présenté son tout nouveau concert mêlant tradition et modernité : un projet intégralement pensé et travaillé par ses 30 jeunes musiciens durant deux ans. Le Bagad de Lann-Bihoué, fête également cette année ses

70 rugissants : l’occasion de nous plonger dans un voyage musical extraordinaire qui retrace l’aventure humaine de ces marins musiciens engagés pour leur pays et passionnés par la musique. Le théâtre affichant « complet », l’émotion était bien présente.

 

Les bénéfices de ce concert ont été reversés à l’Association pour le Développement des Œuvres Sociales de la Marine (Entraide Marine - Adosm). Cette association vient en aide aux conjoints, aux familles et aux orphelins du personnel civil et militaire qui sert dans la Marine lorsqu’elles connaissent de grave difficultés. Ce concert de « charité » au profit des familles de marins est soutenu par la ville de Cherbourg.

 

Victime de son succès, le Bagad de Lann Bihoué a joué quelques morceaux le lendemain dans la grande nef de la Cité de la Mer, devant les visiteurs.

 

A la suite de cette commémoration, des animations pédagogiques sur le thème des missions des SNLE et du métier de sous-marinier plus particulièrement destinées à la jeunesse se sont tenues dans les locaux de La Cité de la Mer, partenaire historique des actions liées au Redoutable. Ces différents ateliers ont permis aux jeunes d'aller à la rencontre des sous-mariniers qui racontent avec toujours autant de passion leur métier qu'ils exercent au fond des océans.

Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable
Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable

Source : Marine nationale


Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable

publié le Lundi 04 avril 2022

Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable

Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable

© Marine nationale

Le 29 mars 1967, le premier sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) français, Le Redoutable, voyait le jour à Cherbourg, marquant l'un des évènements fondateurs de la dissuasion nucléaire française. Après 20 ans de service actif sur tous les océans, au sein de la Marine nationale, le SNLE LeRedoutable est revenu dans son port d'origine. Il y est aujourd'hui exposé, un bassin spécifique ayant été construit à son intention dans les prestigieux locaux de la Cité de la Mer de Cherbourg.
 

Le 29 mars 2022, le 55ème anniversaire de la mise à l'eau de ce SNLE a été marqué par une cérémonie mémorielle présidée par le vice-amiral d'escadre Philippe Dutrieux, préfet maritime, commandant l'arrondissement et la zone maritimes de la Manche et de la mer du Nord. Après une allocution retraçant le parcours de ce sous-marins et son lien avec la ville de Cherbourg, l'ingénieur général de l'armement Christian Dugué, représentant la Direction générale de l'armement (DGA), a rappelé les engagements industriels et humains nécessaire à la réalisation de telles entreprises. Enfin, le contre-amiral Fabrice Legrand, adjoint de l'amiral de l'état-major des forces sous-marines et de la force océanique stratégique a clos le cycle des allocutions en s'adressant tout particulièrement aux marins qui arment les sous-marins ainsi qu'à ceux qui les ont précédés et aux jeunes gens présents. De nombreuses autres autorités civiles et militaires ainsi que des associations patriotiques, étaient également présentes.

 

Une telle cérémonie ne pouvait se faire sans les anciens sous-mariniers qui ont navigué sur ce premier SNLE. Dans les rangs, on les retrouve côte à côte avec la nouvelle génération de sous-mariniers, ceux qui s'apprêtent à prendre la mer avec le prochain sous-marin nucléaire d'attaque (SNA), le SNA Duguay-Trouin.

 

Cette cérémonie mémorielle a aussi permis de réunir les jeunes générations illustrant le lien étroit qui unit les armées à la nation, par la participation des stagiaires des préparations militaires Marine de Cherbourg et de Caen-Epron ainsi que des élèves de classes de défense du collège Sainte-Marie de Valognes et des lycées Thomas Pesquet de Coutances et Emile Doucet d'Equeurdreville.

 

Au-delà du partage d'expérience et de la transmission de l'héritage, c'est aussi l'occasion de rappeler les défis technologiques, économiques et l'aventure humaine que représentait un tel projet à l'époque pour la Délégation ministérielle pour l'armement, créée par le général De Gaulle le 5 avril 1961 pour construire une défense nationale indépendante fondée sur la force de dissuasion, et devenue depuis la Direction générale de l'armement (DGA).  « Aux maitres d'œuvre et artisans directs de cette réalisation hors du commun ; aux militaires, civils ouvriers, techniciens, ingénieurs, marins, il convient de rendre hommage à ceux qui ont commencé et continuent à forger l'outil emblématique de la Force océanique stratégique avec l'ardeur, la ténacité et la foi des pionniers. » souligne alors le vice-amiral d'escadre Philippe Dutrieux.

 

Pour l’occasion, le Bagad de Lann-Bihoué - célèbre ensemble musical de la Marine nationale – s’est produit en concert au théâtre à l’italienne de Cherbourg le 28 mars 2022. Cornemuses, bombardes, batteries et percussions ont fait vibrer les lieux et fait frissonner les 540 spectateurs venus admirer ces artistes militaires hors pairs.

 

Pour sa première représentation de l’année, le Bagad a présenté son tout nouveau concert mêlant tradition et modernité : un projet intégralement pensé et travaillé par ses 30 jeunes musiciens durant deux ans. Le Bagad de Lann-Bihoué, fête également cette année ses

70 rugissants : l’occasion de nous plonger dans un voyage musical extraordinaire qui retrace l’aventure humaine de ces marins musiciens engagés pour leur pays et passionnés par la musique. Le théâtre affichant « complet », l’émotion était bien présente.

 

Les bénéfices de ce concert ont été reversés à l’Association pour le Développement des Œuvres Sociales de la Marine (Entraide Marine - Adosm). Cette association vient en aide aux conjoints, aux familles et aux orphelins du personnel civil et militaire qui sert dans la Marine lorsqu’elles connaissent de grave difficultés. Ce concert de « charité » au profit des familles de marins est soutenu par la ville de Cherbourg.

 

Victime de son succès, le Bagad de Lann Bihoué a joué quelques morceaux le lendemain dans la grande nef de la Cité de la Mer, devant les visiteurs.

 

A la suite de cette commémoration, des animations pédagogiques sur le thème des missions des SNLE et du métier de sous-marinier plus particulièrement destinées à la jeunesse se sont tenues dans les locaux de La Cité de la Mer, partenaire historique des actions liées au Redoutable. Ces différents ateliers ont permis aux jeunes d'aller à la rencontre des sous-mariniers qui racontent avec toujours autant de passion leur métier qu'ils exercent au fond des océans.

Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable
Cérémonie commémorative des 55 ans de la mise à l'eau du Redoutable

Source : Marine nationale


Manche-mer du Nord - Une région stratégique pour la Marine

publié le Jeudi 13 février 2020

Manche-mer du nord

Manche-mer du nord

© Marine nationale

Région façonnée par les courants et les marées, la Manche-mer du Nord est une zone cruciale pour la Marine nationale. La façade, placée sous la responsabilité du préfet maritime de Manche-mer du Nord, abrite des ports civils et militaire de premier plan. Flux de marchandises et de passagers, pêche, activités de plaisance, aires marines protégées, éolien offshore… : cet espace maritime étroit, frontalier des eaux britanniques et belges, est l’un des plus fréquentés au monde. Les marins qui y sont affectés y accomplissent des missions variées et vivent au cœur d’une région située entre terre et mer.

Manche-mer du Nord - Petite mer, grands enjeux

 

 

Dossier réalisé par Hélène Perrin et l'EV2 Aude Bresson

Extrait du Cols Bleus N°3084 - Décembre 2019 - Manche-mer du Nord - Une région stratégique pour la Marine

Source : Marine nationale


Manche-mer du Nord - Une région stratégique pour la Marine

publié le Jeudi 13 février 2020

Manche-mer du nord

Manche-mer du nord

© Marine nationale

Région façonnée par les courants et les marées, la Manche-mer du Nord est une zone cruciale pour la Marine nationale. La façade, placée sous la responsabilité du préfet maritime de Manche-mer du Nord, abrite des ports civils et militaire de premier plan. Flux de marchandises et de passagers, pêche, activités de plaisance, aires marines protégées, éolien offshore… : cet espace maritime étroit, frontalier des eaux britanniques et belges, est l’un des plus fréquentés au monde. Les marins qui y sont affectés y accomplissent des missions variées et vivent au cœur d’une région située entre terre et mer.

Manche-mer du Nord - Petite mer, grands enjeux

 

 

Dossier réalisé par Hélène Perrin et l'EV2 Aude Bresson

Extrait du Cols Bleus N°3084 - Décembre 2019 - Manche-mer du Nord - Une région stratégique pour la Marine

Source : Marine nationale


PLAN MERCATOR - PROJECTION VERS 2030

marine 2030

marine 2030

© Marine nationale

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qui s’appuie sur l’évolution du contexte géopolitique décrit dans la revue stratégique, vient d’être votée

test cente
test legende

par la représentation nationale. Elle définit les moyens nécessaires pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Le renouvellement de la flotte est assuré et les lacunes capacitaires seront progressivement comblées. 

test image

Afin de fixer le cap à tous les marins, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, a dévoilé son plan stratégique pour 2030 : le plan Mercator, du nom du célèbre cartographe flamand du XVIe siècle. Ce plan se décline en quatre « amers » : une marine d’emploi qui navigue sur toutes les mers du monde, une marine de combat qui s’appuie sur un test gauche

entraînement poussé, une marine en pointe qui innove pour conserver l’ascendant sur l’adversaire et, enfin, une marine qui compte sur chacun. Pour cela, il faut des marins épanouis tant dans leur métier qu’auprès de leurs familles. 

 

test

test encar blablablabla

blablablbalabla

Source : Marine nationale

S'abonner à Cherbourg