Atlantique – Participation du BBPD Pluton à deux exercices OTAN pour le renforcement de la maîtrise des technologies sous-marines

publié le Vendredi 29 Septembre 2023

Atlantique – Participation du BBPD Pluton à deux exercices OTAN pour le renforcement de la maîtrise des technologies sous-marines

Atlantique – Participation du BBPD Pluton à deux exercices OTAN pour le renforcement de la maîtrise des technologies sous-marines

© Marine nationale

Organisés par la marine portugaise du 4 au 29 septembre 2023, le Bâtiment base de plongeurs démineurs (BBPD) Pluton a intégré les exercices REPMUS 23 et DYNAMIC MESSENGER 23, aux côtés de militaires de dix nations, d’industriels et de chercheurs. Ces exercices ont permis d’expérimenter la mise en œuvre de nouvelles capacités autonomes en soutien aux opérations maritimes. L’édition 2023 a été marquée par la volonté d’intégrer davantage de drones sous-marins en vue de la maîtrise des fonds marins.

Engagé du 09 au 22 septembre dans l’exercice expérimental REPMUS 2023 (Robotic Experimentation and Prototyping using Maritime Uncrewed Systems) au Portugal, un détachement de plongeurs démineurs français du groupement des plongeurs démineurs (GPD) de la Méditerranée a été renforcé par le BBPD Pluton et son équipage. L’exercice a permis de tester la mise en œuvre de drones dans les milieux sous-marins afin d’accroître les dispositifs spécifiques interalliés et interarmées au sein de l’OTAN. L’occasion pour les marines de tester de nouvelles procédures dans le domaine de la guerre des mines et de comparer les performances de fusion et de partage des données pour le pilotage de drones sous-marins.

Afin de poursuivre l’approfondissement des procédures, les unités ont participé du 23 au 29 septembre à l’exercice DYNAMIC MESSENGER 23. Cette manœuvre opérationnelle a permis plus spécifiquement d’éprouver les capacités du groupe OTAN permanent de guerre des mines (SNMCMG2) et de ses différentes composantes. Les armées participantes ont ainsi pu échanger avec des industriels et des universitaires sur les capacités de développement dans le domaine.

A ce titre, le GPD et le BBPD Pluton ont pris part aux exercices afin de tester la mise en œuvre du drone sous-marin Alister 9 dans différentes conditions. Ce dernier permet de mieux répondre à l’évolution des menaces, son emploi dans un contexte interallié et innovant répond à un besoin de développer une capacité clé pour les armées. Enfin, l’exercice a permis aux marines partenaires d’accroître leur interopérabilité dans la conduite d’opérations impliquant les nouvelles technologies pour la maitrise des fonds marins.

Atlantique – Participation du BBPD Pluton à deux exercices OTAN pour le renforcement de la maîtrise des technologies sous-marines

Source : Marine nationale


CORYMBE - La frégate de surveillance Ventôse saisit 2,4 tonnes de cocaïne au large des côtes africaines

publié le Jeudi 28 Septembre 2023

CORYMBE - La frégate de surveillance Ventôse saisit 2,4 tonnes de cocaïne au large des côtes africaines

CORYMBE - La frégate de surveillance Ventôse saisit 2,4 tonnes de cocaïne au large des côtes africaines

© Marine nationale

Le 21 septembre, sous la direction du préfet maritime de l’Atlantique et du procureur de la République de Brest, la frégate de surveillance (FS) Ventôse de la Marine nationale, a procédé à la saisie de 2,4 tonnes de cocaïne sur un bateau de pêche au large de l’Afrique de l’Ouest. Cette opération a été conduite sur la base d’une enquête de la police fédérale brésilienne en coopération avec la National Crime Agency (NCA) britannique et la Drug Enforcement Administration (DEA) américaine.

Appuyée par le Falcon 50 de la Marine nationale détaché à Dakar au Sénégal et l’hélicoptère Dauphin embarqué à bord de la frégate de surveillance Ventôse, l’équipe de visite de la FS est intervenue à l’aube en haute mer, le jeudi 21 septembre 2023, sur un bateau de pêche sans pavillon. L’opération a été initiée sur la base de l’article 110 de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer (Montego Bay), et a débouché sur la découverte de stupéfiants. Au total, 2,4 tonnes de cocaïne ont été découverts à bord, puis transbordés sur la FS pour y être détruits.

Le bateau de pêche de 20 mètres de long avait quitté les côtes brésiliennes quelques jours auparavant. La route maritime empruntée pouvait laisser présager que la cocaïne avait pour destination l’Europe.

La parfaite coopération entre les acteurs nationaux et internationaux de la lutte contre les stupéfiants, en particulier le centre opérationnel d’analyse du renseignement maritime pour les stupéfiants (MAOC-N), l’Office Anti-Stupéfiants (OFAST) et le réseau diplomatique du ministère de l’Europe et des affaires étrangères (MEAE), a permis d’obtenir ce résultat ce résultat qui illustre l’engagement des moyens français dans le golfe de Guinée contre la criminalité organisée.

La frégate de surveillance Ventôse est engagée depuis mi-septembre dans l’opération Corymbe pour contribuer à la sécurité maritime et lutter contre les activités illicites dans le golfe de Guinée en lien avec nos partenaires africains et européens.

La Marine nationale déploie de façon quasi permanente un à deux bâtiments français appuyés par un avion de patrouille maritime dans le golfe de Guinée dans le cadre de l'opération Corymbe. Elle complète ainsi le dispositif français en Afrique de l’Ouest en participant au volet maritime des coopérations opérationnelles. Par sa présence sur zone, la France participe au développement de l'architecture de sécurité maritime issue du processus de Yaoundé. Par ailleurs, ce déploiement cadre avec le concept de présence maritime coordonnée porté par l’Union européenne.

Source : Marine nationale


CORYMBE - La frégate de surveillance Ventôse saisit 2,4 tonnes de cocaïne au large des côtes africaines

publié le Jeudi 28 Septembre 2023

CORYMBE - La frégate de surveillance Ventôse saisit 2,4 tonnes de cocaïne au large des côtes africaines

CORYMBE - La frégate de surveillance Ventôse saisit 2,4 tonnes de cocaïne au large des côtes africaines

© Marine nationale

Le 21 septembre, sous la direction du préfet maritime de l’Atlantique et du procureur de la République de Brest, la frégate de surveillance (FS) Ventôse de la Marine nationale, a procédé à la saisie de 2,4 tonnes de cocaïne sur un bateau de pêche au large de l’Afrique de l’Ouest. Cette opération a été conduite sur la base d’une enquête de la police fédérale brésilienne en coopération avec la National Crime Agency (NCA) britannique et la Drug Enforcement Administration (DEA) américaine.

Appuyée par le Falcon 50 de la Marine nationale détaché à Dakar au Sénégal et l’hélicoptère Dauphin embarqué à bord de la frégate de surveillance Ventôse, l’équipe de visite de la FS est intervenue à l’aube en haute mer, le jeudi 21 septembre 2023, sur un bateau de pêche sans pavillon. L’opération a été initiée sur la base de l’article 110 de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer (Montego Bay), et a débouché sur la découverte de stupéfiants. Au total, 2,4 tonnes de cocaïne ont été découverts à bord, puis transbordés sur la FS pour y être détruits.

Le bateau de pêche de 20 mètres de long avait quitté les côtes brésiliennes quelques jours auparavant. La route maritime empruntée pouvait laisser présager que la cocaïne avait pour destination l’Europe.

La parfaite coopération entre les acteurs nationaux et internationaux de la lutte contre les stupéfiants, en particulier le centre opérationnel d’analyse du renseignement maritime pour les stupéfiants (MAOC-N), l’Office Anti-Stupéfiants (OFAST) et le réseau diplomatique du ministère de l’Europe et des affaires étrangères (MEAE), a permis d’obtenir ce résultat ce résultat qui illustre l’engagement des moyens français dans le golfe de Guinée contre la criminalité organisée.

La frégate de surveillance Ventôse est engagée depuis mi-septembre dans l’opération Corymbe pour contribuer à la sécurité maritime et lutter contre les activités illicites dans le golfe de Guinée en lien avec nos partenaires africains et européens.

La Marine nationale déploie de façon quasi permanente un à deux bâtiments français appuyés par un avion de patrouille maritime dans le golfe de Guinée dans le cadre de l'opération Corymbe. Elle complète ainsi le dispositif français en Afrique de l’Ouest en participant au volet maritime des coopérations opérationnelles. Par sa présence sur zone, la France participe au développement de l'architecture de sécurité maritime issue du processus de Yaoundé. Par ailleurs, ce déploiement cadre avec le concept de présence maritime coordonnée porté par l’Union européenne.

Source : Marine nationale


Cérémonie de prise de fonctions du vice-amiral d’escadre Jean-François Quérat

publié le Jeudi 31 août 2023

Cérémonie de prise de fonctions du vice-amiral d’escadre Jean-François Quérat

Cérémonie de prise de fonctions du vice-amiral d’escadre Jean-François Quérat

© Marine nationale

Le 29 août 2023, sous la présidence de l’amiral Pierre Vandier, chef d’état-major de la Marine et en présence de monsieur Didier Lallement, secrétaire général de la mer.s’est tenue la cérémonie officielle de prise de fonctions du vice-amiral d’escadre Jean-François Quérat, préfet maritime pour l’Atlantique et commandant de la zone et de l’arrondissement maritimes Atlantique.

La cérémonie militaire a eu lieu dans la cour d’honneur de la Préfecture maritime, en présence de hautes autorités militaires et civiles. Les troupes étaient composées d’une section de CECLANT, d’une section de la base d’aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic, du groupement de soutien de la base de défense Brest-Lorient, du 3ème régiment du génie de Besançon, du détachement air 928 de Loperhet, et enfin de la musique des transmissions de Rennes.

Le vice-amiral d’escadre Jean-François Quérat a consacré une quinzaine d’années aux missions embarquées au cours desquelles il a commandé trois unités opérationnelles : le patrouilleur La Fougueuse en 2000, l’aviso EV Jacoubet en 2004 puis le porte-hélicoptères amphibie Tonnerre en 2011. Il occupe ensuite de hautes responsabilités au niveau interministériel, notamment au cabinet militaire du Premier ministre de 2016 à 2019, comme secrétaire général adjoint de la mer en 2019 puis comme chef de cabinet du chef d’état-major des Armées de 2021 à 2023.

Après la cérémonie militaire le VAE Quérat, accompagné de l’amiral Vandier, de monsieur Lallement et du contre-amiral Guillaume Arnoux, commandant de la Force d’action navale de Brest, a procédé à un tour sur rade afin de passer en revue les bâtiments de la Force d’action navale de Brest à quai ainsi que les moyens de l’action de l’État en mer.

En ce qui concerne la flotte, frégates, avisos, bâtiments de commandement et de ravitaillement, chasseurs de mines tripartites, bâtiment base de plongeurs démineurs, bâtiment remorqueur de sonar, bâtiments hydrographiques, bâtiments-école, bâtiments d’instruction à la navigation et voiliers école ont été passés en revue.

Concernant les moyens de l’action de l’État en mer, le remorqueur d’intervention d’assistance et de sauvetage Abeille Bourbon, le bâtiment de soutien et d’assistance affrété Sapeur, le patrouilleur des garde-côtes des douanes françaises Kermorvan, le navire du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines DRASSM André Malraux, la vedette de 1ère classe SNS 151 La Louve de la SNSM du Conquet, l’ULAM29 Victor Salez des affaires maritimes, le PGC Géranium de la Gendarmerie maritime et un NH90 ont également été salués lors d’un passage en revue dans la rade.

Conformément aux traditions de la Marine, un salut protocolaire de 17 coups de canon tirés depuis la base navale a conclu la cérémonie.

Les trois fonctions du préfet maritime

Image retirée. Le préfet maritime est le représentant de l’État en mer. Il coordonne l’action de toutes les administrations intervenant en mer sur l’ensemble des espaces maritimes du Mont Saint-Michel à la frontière espagnole, ses prérogatives pouvant être étendues à la haute mer dans certains cas particuliers.

Image retirée. Dans sa fonction de commandant de zone maritime, il exerce sous l’autorité du chef d’état-major des Armées le contrôle opérationnel des forces maritimes qui opèrent dans la zone maritime Atlantique, des approches du territoire métropolitain au large de l’Afrique, jusqu’à l’Arctique et l’Antarctique.

Image retirée. Enfin, la fonction de commandant de l’arrondissement maritime Atlantique revêt des prérogatives organiques et territoriales sur les forces maritimes qui y sont affectées, notamment en matière de commandement des ports militaires, de soutien, de protection et de défense des installations et de sécurité nucléaire.

Cérémonie de prise de fonctions du vice-amiral d’escadre Jean-François Quérat
Cérémonie de prise de fonctions du vice-amiral d’escadre Jean-François Quérat

Source : Marine nationale


Prises de commandement semaine 34

publié le Mercredi 23 août 2023

Prises de commandement semaine 34

Prises de commandement semaine 34

© Marine nationale

Cette semaine 10 bâtiments et 2 unités ont changé de commandant.

21 août – Frégate multi-missions Aquitaine équipage B

Le contre-amiral Guillaume Arnoux, adjoint organique à Brest de l'amiral commandant la force d'action navale a fait reconnaître le capitaine de frégate Paul Le Boucher d'Hérouville comme nouveau commandant de l'équipage B de la frégate Aquitaine. Il succède au capitaine de frégate Fabrice Hilbert.

Sous le commandement du CF Hilbert, l’équipage B de l’Aquitaine a été déployé en mission opérationnelle à 3 reprises, le menant de la côte Est des Etats-Unis à la mer Baltique en passant par la mer de Norvège. Il a participé à plusieurs exercices interalliés et conduit plusieurs missions de sûreté et de soutien à la FOST.

Première d’une série de 6 unités actuellement en service dans la Marine, la FREMM Aquitaine a été admise au service actif en 2015. Navire de combat moderne et polyvalent, il est capable de maîtriser une zone d’opération aéro-maritime (soutien aux sous-marins nucléaires, escorte et protection d’une unité précieuse type porte-avions), de frapper dans la profondeur avec le missile de croisière naval (MdCN), de faire de la lutte anti-navires, anti-sous-marine, anti-aérienne, et de venir en soutien et en appui d’opérations de projection. Avec l’hélicoptère de combat embarqué : le Caïman Marine, la FREMM constitue une référence mondiale dans le domaine de la lutte anti-sous-marine. Basée à Brest, d’une longueur de 142 mètres et d’une largeur de 20 mètres, elle est armée par deux équipages A et B de 109 marins chacun. La Marine nationale dispose de 6 frégates multi-missions (3 à Brest et 3 à Toulon). La ville marraine de l’Aquitaine est Bayonne (64).

21 août – Chasseur de mines tripartite Andromède

Le capitaine de corvette Tanguy Pelletier Doisy a été reconnu comme nouveau commandant du chasseur de mines Andromède. Il succède au capitaine de corvette Derrick Rosenberg.

21 août – Bâtiment d’essais et de mesures Monge

Le contre-amiral Guillaume Arnoux, adjoint organique de l'amiral commandant la force d'action navale à Brest, a fait reconnaître le capitaine de vaisseau Pierre Roussel comme nouveau commandant du bâtiment d'essais et de mesures Monge. Il succède au capitaine de vaisseau Gauthier Dupire.

22 août – École de maistrance

Le capitaine de vaisseau Pierre Favé, commandant le centre d’instruction naval de Brest, a fait reconnaître le capitaine de frégate Éric Glémot comme commandant de l’École de maistrance. Durant sa carrière, il a alterné des affectations entre états-majors et forces opérationnelles dans tous les ports et principaux sites métropolitains de la Marine nationale. Ses qualités reconnues de chef l’ont conduit à commander par deux fois. Il a rejoint l’École de maistrance en tant que directeur en septembre 2022. Il est désormais commandant de l’école.

L’École de maistrance, qui célèbre cette année ses 100 ans, assure la formation initiale des officiers mariniers de recrutement direct et de certains quartiers-maîtres de la flotte. L'école est implantée sur deux sites : Brest et Saint-Mandrier.

Chaque année, l’école de maistrance forme 1200 élèves. Ces élèves apprennent à devenir, marins, militaires et techniciens. Dans ce cadre, ils suivent une formation, militaire, académique et maritime, ponctuée d’un embarquement sur porte hélicoptère amphibie. Cette prise de commandement va contribuer à accroitre la visibilité et le rayonnement de l’école, à réaffirmer ses objectifs pédagogiques et ses missions en lui apportant davantage d’autonomie au sein du centre d’instruction naval, dont il reste rattaché.

22 août – Bâtiment-école Chacal

Le contre-amiral Guillaume Arnoux, adjoint organique à Brest de l'amiral commandant la force d'action navale a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Marc Kowalik comme nouveau commandant du bâtiment-école Chacal. Il succède au lieutenant de vaisseau Grégoire-Marie Brisou.

22 août – Bâtiment-école Léopard

Le contre-amiral Guillaume Arnoux, adjoint organique à Brest de l'amiral commandant la force d'action navale a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Xavier Mugabure comme nouveau commandant du bâtiment-école Léopard. Il succède au capitaine de corvette Pierre-Pascal Philippot.

22 août – Bâtiment-école Lion

Le contre-amiral Guillaume Arnoux, adjoint organique à Brest de l'amiral commandant la force d'action navale, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Emma Jeudy comme nouveau commandant du bâtiment-école Lion. Elle succède à l’enseigne de vaisseau Vincent Bonnet.

22 août – Bâtiment-école Lynx

Le contre-amiral Guillaume Arnoux, adjoint organique à Brest de l'amiral commandant la force d'action navale a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Martin Blaise comme nouveau commandant du bâtiment école Lynx. Il succède à l’enseigne de vaisseau Andréa Brun.

22 août – Bâtiment-école Tigre

Le contre-amiral Guillaume Arnoux, adjoint organique à Brest de l'amiral commandant la force d'action navale a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Mathis Coulon comme nouveau commandant du bâtiment-école Tigre. Il succède à l’enseigne de vaisseau Maël Bonnet.

24 août – Patrouilleur de service public Puvier équipage A

Le capitaine de frégate Christophe Hequet, chef de l’antenne de l’État-major de la Force d’action navale à Cherbourg, a reconnu le capitaine de corvette Olivier Béguerie comme le nouveau commandant de l’équipage A du patrouilleur de service public (PSP) Pluvier. Il succède au capitaine de corvette Hugues Arthaud.

Le CC Arthaud a commandé l’équipage A du PSP Pluvier pendant 26 mois, ainsi que l’équipage B durant 1 mois.

Marqué essentiellement par l’intégration au dispositif de sauvegarde de la vie humaine dans le Pas-de-Calais, il a surveillé plusieurs dizaines d’embarcations et mené de nombreuses missions dans le cadre de l’action de l’État en mer. Il a intégré deux fois les forces de l’OTAN, durant l’opération BELUGA 23.2 en mer du Nord et mer Baltique, dans le groupe de combat SNMG1, ainsi que pour des exercices de sauvetage en mer d’envergure DYNAMIC MERCY. Il aura marqué une dizaine de bâtiments de marines d’intérêt prioritaire en Manche et Mer du Nord.

Sur le plan organique, ce commandement a été marqué tout d’abord par la prolongation de 5 mois d’un arrêt technique majeur, puis par un stage MECO à Brest. Enfin, le défilé du 14 juillet 2023 sur les Champs Elysées restera un de ses meilleurs souvenirs.

Après plus de 170 jours de déploiement et 15337 nautiques parcourus, le CC Arthaud quitte le bord et transmet le commandement au LV Beguerie.

24 août – Bâtiment d’expérimentation de guerre des mines Thétis

Le contre-amiral Xavier Royer de Véricourt a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Hugues de Thomassin de Montbel comme commandant du bâtiment d'expérimentation de guerre des mines (BEGM) Thétis. Il succède au capitaine de corvette Damiel Bienfait.

Depuis la prise de commandement du CC Bienfait le 25 août dernier, la Thétis a parcouru 10 191 nautiques. Elle a effectué 2 missions SAR migrant en Manche- Mer du Nord, 1 mission de sécurisation et de surveillance des approches dans le cadre d’un tir M-51, 1 mission POLPECHE ainsi que plusieurs contrôles de pêche sur opportunité et escortes d’AGI dans le cadre de missions PPSM.

25 août – Compagnie de fusiliers marins Brière

Le capitaine de frégate Serge Groutsch, commandant le bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville a fait reconnaître, à Lann-Bihoué, le major Jérôme Despres comme commandant de la compagnie de fusiliers marins (CFM) Brière. Il succède au major Eric Weber.

Des délégations d’invités constituées de l’état-major de la Force des fusiliers marins et commandos, de la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué ont assisté à cette cérémonie.

Les fusiliers marins sont les forces spécialisées de la Marine nationale pour les missions de défense militaire et d’interdiction maritime. 24h/24 et 7 jours sur 7, ils sont engagés au titre de la défense militaire et maritime du territoire pour défendre les sites sensibles de la Marine, dont les installations liées à la dissuasion, et escorter les unités précieuses, en métropole et outre-mer. Leurs missions les amènent également à venir en appui aux opérations aéronavales, à participer au contrôle des espaces maritimes et à contribuer à la lutte contre les trafics illicites. Enfin, ils prennent part aux opérations interarmées à terre et à partir de la mer, comme les missions amphibies.

CMT Andromède
BEM Monge
FREMM Aquitaine B
Ecole de maistrance
BE Chacal
BE Léopard
BE Lion
BE Lynx
BE Tigre
PSP Pluvier
BEGM Thétis
CFM Brière

Source : Marine nationale


Prises de commandement semaine 34

publié le Mercredi 23 août 2023

Prises de commandement semaine 34

Prises de commandement semaine 34

© Marine nationale

Cette semaine 10 bâtiments et 2 unités ont changé de commandant.

21 août – Frégate multi-missions Aquitaine équipage B

Le contre-amiral Guillaume Arnoux, adjoint organique à Brest de l'amiral commandant la force d'action navale a fait reconnaître le capitaine de frégate Paul Le Boucher d'Hérouville comme nouveau commandant de l'équipage B de la frégate Aquitaine. Il succède au capitaine de frégate Fabrice Hilbert.

Sous le commandement du CF Hilbert, l’équipage B de l’Aquitaine a été déployé en mission opérationnelle à 3 reprises, le menant de la côte Est des Etats-Unis à la mer Baltique en passant par la mer de Norvège. Il a participé à plusieurs exercices interalliés et conduit plusieurs missions de sûreté et de soutien à la FOST.

Première d’une série de 6 unités actuellement en service dans la Marine, la FREMM Aquitaine a été admise au service actif en 2015. Navire de combat moderne et polyvalent, il est capable de maîtriser une zone d’opération aéro-maritime (soutien aux sous-marins nucléaires, escorte et protection d’une unité précieuse type porte-avions), de frapper dans la profondeur avec le missile de croisière naval (MdCN), de faire de la lutte anti-navires, anti-sous-marine, anti-aérienne, et de venir en soutien et en appui d’opérations de projection. Avec l’hélicoptère de combat embarqué : le Caïman Marine, la FREMM constitue une référence mondiale dans le domaine de la lutte anti-sous-marine. Basée à Brest, d’une longueur de 142 mètres et d’une largeur de 20 mètres, elle est armée par deux équipages A et B de 109 marins chacun. La Marine nationale dispose de 6 frégates multi-missions (3 à Brest et 3 à Toulon). La ville marraine de l’Aquitaine est Bayonne (64).

21 août – Chasseur de mines tripartite Andromède

Le capitaine de corvette Tanguy Pelletier Doisy a été reconnu comme nouveau commandant du chasseur de mines Andromède. Il succède au capitaine de corvette Derrick Rosenberg.

21 août – Bâtiment d’essais et de mesures Monge

Le contre-amiral Guillaume Arnoux, adjoint organique de l'amiral commandant la force d'action navale à Brest, a fait reconnaître le capitaine de vaisseau Pierre Roussel comme nouveau commandant du bâtiment d'essais et de mesures Monge. Il succède au capitaine de vaisseau Gauthier Dupire.

22 août – École de maistrance

Le capitaine de vaisseau Pierre Favé, commandant le centre d’instruction naval de Brest, a fait reconnaître le capitaine de frégate Éric Glémot comme commandant de l’École de maistrance. Durant sa carrière, il a alterné des affectations entre états-majors et forces opérationnelles dans tous les ports et principaux sites métropolitains de la Marine nationale. Ses qualités reconnues de chef l’ont conduit à commander par deux fois. Il a rejoint l’École de maistrance en tant que directeur en septembre 2022. Il est désormais commandant de l’école.

L’École de maistrance, qui célèbre cette année ses 100 ans, assure la formation initiale des officiers mariniers de recrutement direct et de certains quartiers-maîtres de la flotte. L'école est implantée sur deux sites : Brest et Saint-Mandrier.

Chaque année, l’école de maistrance forme 1200 élèves. Ces élèves apprennent à devenir, marins, militaires et techniciens. Dans ce cadre, ils suivent une formation, militaire, académique et maritime, ponctuée d’un embarquement sur porte hélicoptère amphibie. Cette prise de commandement va contribuer à accroitre la visibilité et le rayonnement de l’école, à réaffirmer ses objectifs pédagogiques et ses missions en lui apportant davantage d’autonomie au sein du centre d’instruction naval, dont il reste rattaché.

22 août – Bâtiment-école Chacal

Le contre-amiral Guillaume Arnoux, adjoint organique à Brest de l'amiral commandant la force d'action navale a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Marc Kowalik comme nouveau commandant du bâtiment-école Chacal. Il succède au lieutenant de vaisseau Grégoire-Marie Brisou.

22 août – Bâtiment-école Léopard

Le contre-amiral Guillaume Arnoux, adjoint organique à Brest de l'amiral commandant la force d'action navale a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Xavier Mugabure comme nouveau commandant du bâtiment-école Léopard. Il succède au capitaine de corvette Pierre-Pascal Philippot.

22 août – Bâtiment-école Lion

Le contre-amiral Guillaume Arnoux, adjoint organique à Brest de l'amiral commandant la force d'action navale, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Emma Jeudy comme nouveau commandant du bâtiment-école Lion. Elle succède à l’enseigne de vaisseau Vincent Bonnet.

22 août – Bâtiment-école Lynx

Le contre-amiral Guillaume Arnoux, adjoint organique à Brest de l'amiral commandant la force d'action navale a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Martin Blaise comme nouveau commandant du bâtiment école Lynx. Il succède à l’enseigne de vaisseau Andréa Brun.

22 août – Bâtiment-école Tigre

Le contre-amiral Guillaume Arnoux, adjoint organique à Brest de l'amiral commandant la force d'action navale a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Mathis Coulon comme nouveau commandant du bâtiment-école Tigre. Il succède à l’enseigne de vaisseau Maël Bonnet.

24 août – Patrouilleur de service public Puvier équipage A

Le capitaine de frégate Christophe Hequet, chef de l’antenne de l’État-major de la Force d’action navale à Cherbourg, a reconnu le capitaine de corvette Olivier Béguerie comme le nouveau commandant de l’équipage A du patrouilleur de service public (PSP) Pluvier. Il succède au capitaine de corvette Hugues Arthaud.

Le CC Arthaud a commandé l’équipage A du PSP Pluvier pendant 26 mois, ainsi que l’équipage B durant 1 mois.

Marqué essentiellement par l’intégration au dispositif de sauvegarde de la vie humaine dans le Pas-de-Calais, il a surveillé plusieurs dizaines d’embarcations et mené de nombreuses missions dans le cadre de l’action de l’État en mer. Il a intégré deux fois les forces de l’OTAN, durant l’opération BELUGA 23.2 en mer du Nord et mer Baltique, dans le groupe de combat SNMG1, ainsi que pour des exercices de sauvetage en mer d’envergure DYNAMIC MERCY. Il aura marqué une dizaine de bâtiments de marines d’intérêt prioritaire en Manche et Mer du Nord.

Sur le plan organique, ce commandement a été marqué tout d’abord par la prolongation de 5 mois d’un arrêt technique majeur, puis par un stage MECO à Brest. Enfin, le défilé du 14 juillet 2023 sur les Champs Elysées restera un de ses meilleurs souvenirs.

Après plus de 170 jours de déploiement et 15337 nautiques parcourus, le CC Arthaud quitte le bord et transmet le commandement au LV Beguerie.

24 août – Bâtiment d’expérimentation de guerre des mines Thétis

Le contre-amiral Xavier Royer de Véricourt a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Hugues de Thomassin de Montbel comme commandant du bâtiment d'expérimentation de guerre des mines (BEGM) Thétis. Il succède au capitaine de corvette Damiel Bienfait.

Depuis la prise de commandement du CC Bienfait le 25 août dernier, la Thétis a parcouru 10 191 nautiques. Elle a effectué 2 missions SAR migrant en Manche- Mer du Nord, 1 mission de sécurisation et de surveillance des approches dans le cadre d’un tir M-51, 1 mission POLPECHE ainsi que plusieurs contrôles de pêche sur opportunité et escortes d’AGI dans le cadre de missions PPSM.

25 août – Compagnie de fusiliers marins Brière

Le capitaine de frégate Serge Groutsch, commandant le bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville a fait reconnaître, à Lann-Bihoué, le major Jérôme Despres comme commandant de la compagnie de fusiliers marins (CFM) Brière. Il succède au major Eric Weber.

Des délégations d’invités constituées de l’état-major de la Force des fusiliers marins et commandos, de la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué ont assisté à cette cérémonie.

Les fusiliers marins sont les forces spécialisées de la Marine nationale pour les missions de défense militaire et d’interdiction maritime. 24h/24 et 7 jours sur 7, ils sont engagés au titre de la défense militaire et maritime du territoire pour défendre les sites sensibles de la Marine, dont les installations liées à la dissuasion, et escorter les unités précieuses, en métropole et outre-mer. Leurs missions les amènent également à venir en appui aux opérations aéronavales, à participer au contrôle des espaces maritimes et à contribuer à la lutte contre les trafics illicites. Enfin, ils prennent part aux opérations interarmées à terre et à partir de la mer, comme les missions amphibies.

CMT Andromède
BEM Monge
FREMM Aquitaine B
Ecole de maistrance
BE Chacal
BE Léopard
BE Lion
BE Lynx
BE Tigre
PSP Pluvier
BEGM Thétis
CFM Brière

Source : Marine nationale


GPD Atlantique : bilan des interventions pour le mois de juillet

publié le Mardi 22 août 2023

 GPD Atlantique : bilan des interventions pour le mois de juillet

GPD Atlantique : bilan des interventions pour le mois de juillet

© Marine nationale

Au cours du mois de juillet 2023, le groupe des plongeurs-démineurs de l’Atlantique a réalisé 7 interventions pour un total de 6 munitions neutralisées dans le cadre de l’action de l’État en mer (AEM).

Les différentes munitions retrouvées sur les plages allaient de l’obus de 40 mm au mortier de 81 mm. Ces missions, particulièrement complexes lors de la période estivale, ont permis d’assurer la sécurité de la population sur le littoral Atlantique en étroite coopération avec différents services : mairies, SNSM, gendarmeries, polices municipales…

Les techniques d’intervention sont optimisées pour limiter la quantité d’explosif utilisé mais avant tout pour garantir la préservation des populations, des biens et de l’environnement. Ces différentes opérations ont mené les équipes d’astreinte du GPD des Côtes d’Armor jusqu’en Vendée en intervenant aussi bien à terre qu’en mer (plongée sous-marine). En complément du traitement de ces munitions, le GPD Atlantique s’est également déplacé pour assurer des levés de doute sur de possibles engins explosifs.

Chaque été, cette astreinte est fortement sollicitée.Pour rappel, 31 interventions ont été effectuées lors de l’été 2022.

 GPD Atlantique : bilan des interventions pour le mois de juillet

Source : Marine nationale


Prises de commandement semaine 32

publié le Vendredi 11 août 2023

Prises de commandement semaine 32

Prises de commandement semaine 32

© Marine nationale

Cette semaine 6 bâtiments et 2 unités ont changé de commandant

20 juillet – Base navale de Dégrad des Cannes

Le général de division aérienne Xavier Buisson, commandant supérieur des forces armées en Guyane et commandant la base de défense de Guyane a fait reconnaître le capitaine de frégate Nicolas Ambrosi comme nouveau commandant de la base navale de Dégrad des Cannes.  Il succède au capitaine de frégate (CF) Matthieu Labat, en poste depuis juillet 2020.

Composée de 37 marins, la base navale de Dégrad des Cannes est une unité des forces armées en Guyane qui relève de la Marine nationale et dont la vocation principale est d’assurer le soutien spécifique des bâtiments de la Marine nationale qui y sont stationnés. C’est le cas des deux patrouilleurs Antilles-Guyane, La Confiance et La Résolue, de la vedette côtière de surveillance maritime de la gendarmerie maritime Charente, de l’embarcation relève-filets Caouanne et du pousseur de 6 tonnes Atipa. La base navale fêtera ses 30 ans en 2024.

Au cours des trois ans de commandement du CF Labat, la base navale a su s’organiser pour faire face à la crise sanitaire mondiale, répondre à tous les imprévus et aux nombreuses sollicitations, techniques ou opérationnels, pour le bénéfice des unités navigantes comme au profit des formations des autres armées présentes en Guyane. Riches d’une expertise et de savoir-faire spécifiques, les marins de la base navale ont relevé de nombreux défis durant ces trois ans, parmi lesquels le vaste chantier de rénovation de l’appontement de la base. Le CF Labat et son équipage ont également mis régulièrement la base navale en avant par des actions de rayonnement, menées en interarmées comme à l’extérieur des Armées, notamment à travers un partenariat remarquablement abouti avec les classes de défense du collège Auguste Dédé et du lycée Lama-Prévot.

3 août – Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Bougainville

A Papeete, le capitaine de frégate Paul Santarelli, commandant en second de la base navale de Papeete, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau (LV) Paul Cornet comme nouveau commandant de l'équipage A du bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM) Bougainville. Il succède ainsi au capitaine de corvette (CC) Martin Nicolas.

Durant les deux années de commandement du CC Martin Nicolas, l'équipage A du Bougainville a été déployé dans une très large partie du Pacifique Sud : en Nouvelle-Calédonie en décembre 2021 pour le 3ème référendum d’autodétermination, dans sept états insulaires du Pacifique lors de la mission AQUARIUS 2022 et à travers toute la Polynésie française lors des missions PACIFIC AITO, TURBO ou encore Kivi Kuaka en assurant la protection des approches maritimes, la lutte contre les activités illicites et le soutien aux populations de Polynésie française. Totalisant près de 250 jours de déploiement sur cette période, il a notamment réalisé le premier déploiement long post-COVID au sein des États insulaires du Pacifique en reprenant langue avec six pays n’ayant pas accueilli de bâtiment militaire depuis 2019.

Admis au service en 2016, le bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer Bougainville est un navire polyvalent de type « supply », destiné aux missions de surveillance maritime, de projection et d’action de l’État en mer (AEM) dans les zones économiques exclusives (ZEE) et zones de responsabilités permanentes (ZRP) d’outre-mer. Ces missions incluent la surveillance et protection des intérêts français, la projection intra théâtre (dont l’acheminement ou l’exfiltration de forces), le soutien logistique et la sauvegarde et assistance des populations.

Basé à Papeete, d’une longueur de 66 mètres et d’une largeur de 14 mètres, le Bougainville est armé par deux équipages (A et B) de 24 marins permutant selon un cycle régulier de quatre mois. L’île marraine du Bougainville A est Rurutu (archipel des Australes).

4 août – Bâtiment hydrographique Laplace

Le capitaine de Vaisseau Ludovic Thisselin, chef de l’antenne de l’état-major d’ALFAN à Brest, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau (LV) Corentin Lohat comme commandant du bâtiment hydrographique (BH) Laplace. Il succède au lieutenant de vaisseau Hubert Richebé.

Admis au service actif en 1988, le Laplace est un bâtiment hydrographique. Sa mission a pour but de cartographier les fonds sous-marins, permettant une meilleure connaissance de ces environnements dans le cadre des déploiements des forces de surfaces et sous-marines en opérations. Il participe également à l’Action de l’État en Mer en effectuant des missions de contrôle des approches maritimes.

Basé à Brest, d’une longueur de 59 mètres et d’une largeur de 11 mètres, il est armé par un équipage de 35 marins. 3 bâtiments de ce type sont en service dans la Marine nationale, tous sont basés à Brest. La ville marraine du Laplace est Perros-Guirec (22).

4 août – Base navale Mayotte

Le général de brigade Jean-Marc Giraud, commandant supérieur des forces armées dans la zone sud de l’océan Indien (COMSUP FAZSOI), a fait reconnaître le capitaine de frégate (CF) François-Xavier Pilven comme commandant de la base navale de Mayotte. Il succède au capitaine de frégate Patrick Musique.

Au cours des 24 mois de commandement du CF Patrick Musique, les marins de la base navale ont participé activement à la mission de lutte contre l’immigration clandestine en mer dans le cadre interministériel de l’opération SHIKANDRA. Chargés de la coordination des moyens de l’État en mer et de l’entretien des intercepteurs des forces de sécurité intérieure (Police aux frontières et Gendarmerie départementale), ils ont obtenu des résultats en nette hausse en termes d’interceptions de barques et de disponibilité des moyens. La base navale Mayotte a également été fortement impliquée dans les activités liées au contrat opérationnel des Forces Armées de la Zone Sud de l’Océan Indien (FAZSOI) dans lequel elle est intégrée. Cela se traduit en particulier par des opérations communes avec le Détachement de Légion Etrangère de Mayotte (DLEM). Enfin, dans le cadre spécifique de l’action de l’État en mer, la base navale de Mayotte a contribué à la mise à jour du plan ORSEC maritime local et a porté un effort particulier sur la préparation et l’entraînement à la lutte antipollution.

 

La Base navale de Mayotte assure la mise en œuvre de ses moyens nautiques, le soutien des bâtiments de la Marine en escale, l’entretien de ses embarcations et des intercepteurs de la PAF et de la Gendarmerie Départementale, ainsi que la conduite des missions de l’Action de l’Etat en Mer via un poste de commandement (PC AEM) armé H24. Parmi ces missions de l’AEM, la lutte contre l’immigration clandestine est celle qui monopolise principalement les efforts du PC AEM, qui coordonne les différentes administrations en mer.

8 août – Patrouilleur de service public Flamant équipage A et B

Le capitaine de corvette Benoît de Catuélan, chef de l’antenne de l’État-major de la Force d’action navale à Cherbourg, a fait reconnaître les nouveaux commandants pour les équipages A et B du patrouilleur de service public (PSP) Flamant.

Le lieutenant de vaisseau Emeric Casanova commande ainsi l’équipage A et succède au capitaine de corvette Roch Goullet de Rugy.

Le lieutenant de vaisseau Sébastien Charrier commande ainsi l’équipage B et succède au lieutenant de vaisseau Audrey Moreau.

Cette cérémonie de passation s’est déroulée au sein de la base navale de Cherbourg. Elle a permis aux commandants sortants d’évoquer les moments forts vécus à bord du PSP avec leurs équipages, ainsi que tout le travail accompli ensemble au cours des deux années passées à leurs côtés. Les nouveaux commandants ont, quant à eux, pris le temps de se présenter à leurs équipages respectifs, d’exprimer leur fierté d’assurer ce commandement à la mer et de fixer les grands axes des missions à venir.

Ce moment d’échange a également été l’occasion de remercier la commune de Berlaimont (59), ville marraine du bâtiment, pour son soutien au rayonnement du PSP Flamant et les nombreux échanges avec ses habitants. Monsieur Michel Hannecart, maire de la ville, était présent affichant ainsi son souhait d’assurer la continuité de ce partenariat fructueux.

Admis au service actif le 18 décembre 1997, le patrouilleur de service public Flamant participe aux missions de l’Action de l’État en mer (AEM). Les patrouilleurs de service public (PSP), basés à Cherbourg, remplissent diverses missions : défense maritime du territoire (surveiller le trafic afin d’éviter les accidents dans les rails très fréquentés de la Manche), contrôle de l’application des réglementations en matière de pêche et de navigation, prévention contre les trafics illicites ou lutte contre les pollutions maritimes.

D’une longueur de 54 mètres et d’une largeur de 10 mètres, il est armé par un équipage de 20 marins. Il fait partie des bâtiments de la Marine nationale armé en double équipage, permettant ainsi une meilleure disponibilité à la mer et offrant une meilleure visibilité d’organisation familiale pour les équipages. La ville marraine du Flamant est Berlaimont situé dans le département du Nord (59). Le Flamant parraine également deux dispositifs jeunesse : une classe de défense et de sécurité globale (CDSG) au collège Gilles de Chin à Berlaimont (59) et une préparation militaire Marine (PMM) à Caen/Epron (14).

3 bâtiments de ce type sont en service dans la Marine nationale, tous basés à Cherbourg : le Flamant P676, le Cormoran P677 et le Pluvier P678.

9 août – Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Loire équipage B

Le contre-amiral Pierre-Yves Grente, adjoint organique à Toulon de l'amiral commandant la Force d'action navale a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Nicolas Couanon comme nouveau commandant de l'équipage B du BSAM Loire. Il succède au capitaine de corvette Thomas Chaboud.

9 août – Chasseur de mines tripartite Croix du Sud

Le capitaine de vaisseau Ludovic Thisselin, chef d'antenne de l'Etat-major à Brest a fait reconnaître le capitaine de corvette Julien Malherbe comme nouveau commandant du chasseur de de mines Croix du Sud. Il succède au capitaine de corvette Hervé Navuec.

Admis au service actif en 1986, le chasseur de mines tripartite Croix du Sud est un bâtiment de combat polyvalent ayant pour mission la détection, l’identification, puis la destruction ou neutralisation des mines par fonds de 10 à 80 mètres. Il assure également le guidage de convois sous menace de mines ainsi que la réalisation de travaux sous la mer et la recherche d'épaves.
Basé à Brest, d’une longueur de 51 mètres et d’une largeur de 8 mètres, il est armé par un équipage de 44 marins. 10 bâtiments de ce type sont en service (3 basés à Toulon et 7 à Brest).

10 août – Patrouilleur Antilles-Guyane La Résolue

Le général de brigade aérienne Marc Le Bouil, commandant supérieur des forces armées en Guyane et commandant la base de défense de Guyane, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Benjamin Lesven comme nouveau commandant du patrouilleur Antilles Guyane La Résolue.  Il succède au capitaine de corvette Jean-Eudes Giraud, en poste depuis décembre 2021.

Au cours du commandement du capitaine de corvette Jean-Eudes Giraud, le patrouilleur Antilles Guyane La Résolue a conduit :

  • 5 missions TITAN de protection du Centre spatial guyanais lors de lancements de fusées, notamment le lancement du télescope spatial James Webb, le 25 décembre 2021 ;
  • 14 missions de police des pêches, dont 3 missions renforcées avec des détachements venus de métropole, menant à 44 traitements administratifs, au déroutement pour destruction de 7 navires pris en flagrant délit de pêche illicite, non déclarée et non réglementée, à la saisie de 110 tonnes de produits de la mer, dont 558 kg de vessies natatoires, et de 41 km de filet ;
  • un déploiement aux Antilles en novembre 2022, centré sur la sécurisation de la course transatlantique en solitaire à la voile « Route du Rhum 2022 » ;
  • un déploiement au Brésil en janvier 2023, permettant de renouer les liens avec la 9ème flotte brésilienne basée à Manaus, au cœur de l’Amazonie, après un chenalage de plus de 830 nautiques sur l’Amazone ;
  • des escales dans plusieurs ports d’Amérique latine et des Caraïbes, permettant notamment de renforcer les liens avec les forces armées guyaniennes, surinamaises et brésiliennes, principales partenaires des forces armées en Guyane sur le bouclier des Guyanes.

Parrainé par la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, le PAG La Résolue s’est aussi attaché à développer le lien armée – nation dans l’ouest guyanais en faisant escale dans sa ville marraine.

Admis au service actif en septembre 2017, le patrouilleur Antilles Guyane La Résolue mesure 61 mètres, peut se déplacer jusqu’à 21 nœuds et est armé par un équipage de 25 marins.

Les patrouilleurs Antilles Guyane (PAG) sont des unités modernes de la Marine nationale, dédiées aux opérations dans les zones maritimes des Antilles et de la Guyane. Ils sont trois : La Confiance et La Résolue basés en Guyane et La Combattante, basée en Martinique.

Ils assurent les missions suivantes :

  • La défense de la souveraineté et la protection des intérêts nationaux dans les zones maritimes Antilles et Guyane, dont la protection du Centre spatial Guyanais (CSG) ;
  • La police des pêches et la préservation de la ressource halieutique ;
  • La lutte contre les trafics illicites ;
  • La surveillance de la navigation, la sauvegarde des personnes et des biens et la lutte contre la pollution maritime.

Le lieutenant de vaisseau Benjamin Lesven est issu de la promotion 2012 de l’Ecole navale. De spécialité Lutte Sous la Mer, il est affecté en début de carrière en Nouvelle Calédonie sur le patrouilleur P400 La Moqueuse pendant deux ans, avant de rejoindre la frégate anti-aérienne Cassard à Toulon. Après avoir suivi les cours de l’Ecole des Systèmes de Combat et Armes Navals, il sert à bord des frégates multi-missions (FREMM) Auvergne et Lorraine à Toulon, Lorient et Brest, en tant qu’adjoint puis chef de service lutte sous la mer.

20 juillet – Base navale de Dégrad des Cannes
3 août – Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Bougainville
4 août – Bâtiment hydrographique Laplace
4 août – Base navale Mayotte
8 août – Patrouilleur de service public Flamant équipage A et B
8 août – Patrouilleur de service public Flamant équipage A et B
9 août – Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Loire équipage B
9 août – Chasseur de mines tripartite Croix du Sud
10 août – Patrouilleur Antilles-Guyane La Résolue

Source : Marine nationale


Prises de commandement semaine 32

publié le Vendredi 11 août 2023

Prises de commandement semaine 32

Prises de commandement semaine 32

© Marine nationale

Cette semaine 6 bâtiments et 2 unités ont changé de commandant

20 juillet – Base navale de Dégrad des Cannes

Le général de division aérienne Xavier Buisson, commandant supérieur des forces armées en Guyane et commandant la base de défense de Guyane a fait reconnaître le capitaine de frégate Nicolas Ambrosi comme nouveau commandant de la base navale de Dégrad des Cannes.  Il succède au capitaine de frégate (CF) Matthieu Labat, en poste depuis juillet 2020.

Composée de 37 marins, la base navale de Dégrad des Cannes est une unité des forces armées en Guyane qui relève de la Marine nationale et dont la vocation principale est d’assurer le soutien spécifique des bâtiments de la Marine nationale qui y sont stationnés. C’est le cas des deux patrouilleurs Antilles-Guyane, La Confiance et La Résolue, de la vedette côtière de surveillance maritime de la gendarmerie maritime Charente, de l’embarcation relève-filets Caouanne et du pousseur de 6 tonnes Atipa. La base navale fêtera ses 30 ans en 2024.

Au cours des trois ans de commandement du CF Labat, la base navale a su s’organiser pour faire face à la crise sanitaire mondiale, répondre à tous les imprévus et aux nombreuses sollicitations, techniques ou opérationnels, pour le bénéfice des unités navigantes comme au profit des formations des autres armées présentes en Guyane. Riches d’une expertise et de savoir-faire spécifiques, les marins de la base navale ont relevé de nombreux défis durant ces trois ans, parmi lesquels le vaste chantier de rénovation de l’appontement de la base. Le CF Labat et son équipage ont également mis régulièrement la base navale en avant par des actions de rayonnement, menées en interarmées comme à l’extérieur des Armées, notamment à travers un partenariat remarquablement abouti avec les classes de défense du collège Auguste Dédé et du lycée Lama-Prévot.

3 août – Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Bougainville

A Papeete, le capitaine de frégate Paul Santarelli, commandant en second de la base navale de Papeete, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau (LV) Paul Cornet comme nouveau commandant de l'équipage A du bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM) Bougainville. Il succède ainsi au capitaine de corvette (CC) Martin Nicolas.

Durant les deux années de commandement du CC Martin Nicolas, l'équipage A du Bougainville a été déployé dans une très large partie du Pacifique Sud : en Nouvelle-Calédonie en décembre 2021 pour le 3ème référendum d’autodétermination, dans sept états insulaires du Pacifique lors de la mission AQUARIUS 2022 et à travers toute la Polynésie française lors des missions PACIFIC AITO, TURBO ou encore Kivi Kuaka en assurant la protection des approches maritimes, la lutte contre les activités illicites et le soutien aux populations de Polynésie française. Totalisant près de 250 jours de déploiement sur cette période, il a notamment réalisé le premier déploiement long post-COVID au sein des États insulaires du Pacifique en reprenant langue avec six pays n’ayant pas accueilli de bâtiment militaire depuis 2019.

Admis au service en 2016, le bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer Bougainville est un navire polyvalent de type « supply », destiné aux missions de surveillance maritime, de projection et d’action de l’État en mer (AEM) dans les zones économiques exclusives (ZEE) et zones de responsabilités permanentes (ZRP) d’outre-mer. Ces missions incluent la surveillance et protection des intérêts français, la projection intra théâtre (dont l’acheminement ou l’exfiltration de forces), le soutien logistique et la sauvegarde et assistance des populations.

Basé à Papeete, d’une longueur de 66 mètres et d’une largeur de 14 mètres, le Bougainville est armé par deux équipages (A et B) de 24 marins permutant selon un cycle régulier de quatre mois. L’île marraine du Bougainville A est Rurutu (archipel des Australes).

4 août – Bâtiment hydrographique Laplace

Le capitaine de Vaisseau Ludovic Thisselin, chef de l’antenne de l’état-major d’ALFAN à Brest, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau (LV) Corentin Lohat comme commandant du bâtiment hydrographique (BH) Laplace. Il succède au lieutenant de vaisseau Hubert Richebé.

Admis au service actif en 1988, le Laplace est un bâtiment hydrographique. Sa mission a pour but de cartographier les fonds sous-marins, permettant une meilleure connaissance de ces environnements dans le cadre des déploiements des forces de surfaces et sous-marines en opérations. Il participe également à l’Action de l’État en Mer en effectuant des missions de contrôle des approches maritimes.

Basé à Brest, d’une longueur de 59 mètres et d’une largeur de 11 mètres, il est armé par un équipage de 35 marins. 3 bâtiments de ce type sont en service dans la Marine nationale, tous sont basés à Brest. La ville marraine du Laplace est Perros-Guirec (22).

4 août – Base navale Mayotte

Le général de brigade Jean-Marc Giraud, commandant supérieur des forces armées dans la zone sud de l’océan Indien (COMSUP FAZSOI), a fait reconnaître le capitaine de frégate (CF) François-Xavier Pilven comme commandant de la base navale de Mayotte. Il succède au capitaine de frégate Patrick Musique.

Au cours des 24 mois de commandement du CF Patrick Musique, les marins de la base navale ont participé activement à la mission de lutte contre l’immigration clandestine en mer dans le cadre interministériel de l’opération SHIKANDRA. Chargés de la coordination des moyens de l’État en mer et de l’entretien des intercepteurs des forces de sécurité intérieure (Police aux frontières et Gendarmerie départementale), ils ont obtenu des résultats en nette hausse en termes d’interceptions de barques et de disponibilité des moyens. La base navale Mayotte a également été fortement impliquée dans les activités liées au contrat opérationnel des Forces Armées de la Zone Sud de l’Océan Indien (FAZSOI) dans lequel elle est intégrée. Cela se traduit en particulier par des opérations communes avec le Détachement de Légion Etrangère de Mayotte (DLEM). Enfin, dans le cadre spécifique de l’action de l’État en mer, la base navale de Mayotte a contribué à la mise à jour du plan ORSEC maritime local et a porté un effort particulier sur la préparation et l’entraînement à la lutte antipollution.

 

La Base navale de Mayotte assure la mise en œuvre de ses moyens nautiques, le soutien des bâtiments de la Marine en escale, l’entretien de ses embarcations et des intercepteurs de la PAF et de la Gendarmerie Départementale, ainsi que la conduite des missions de l’Action de l’Etat en Mer via un poste de commandement (PC AEM) armé H24. Parmi ces missions de l’AEM, la lutte contre l’immigration clandestine est celle qui monopolise principalement les efforts du PC AEM, qui coordonne les différentes administrations en mer.

8 août – Patrouilleur de service public Flamant équipage A et B

Le capitaine de corvette Benoît de Catuélan, chef de l’antenne de l’État-major de la Force d’action navale à Cherbourg, a fait reconnaître les nouveaux commandants pour les équipages A et B du patrouilleur de service public (PSP) Flamant.

Le lieutenant de vaisseau Emeric Casanova commande ainsi l’équipage A et succède au capitaine de corvette Roch Goullet de Rugy.

Le lieutenant de vaisseau Sébastien Charrier commande ainsi l’équipage B et succède au lieutenant de vaisseau Audrey Moreau.

Cette cérémonie de passation s’est déroulée au sein de la base navale de Cherbourg. Elle a permis aux commandants sortants d’évoquer les moments forts vécus à bord du PSP avec leurs équipages, ainsi que tout le travail accompli ensemble au cours des deux années passées à leurs côtés. Les nouveaux commandants ont, quant à eux, pris le temps de se présenter à leurs équipages respectifs, d’exprimer leur fierté d’assurer ce commandement à la mer et de fixer les grands axes des missions à venir.

Ce moment d’échange a également été l’occasion de remercier la commune de Berlaimont (59), ville marraine du bâtiment, pour son soutien au rayonnement du PSP Flamant et les nombreux échanges avec ses habitants. Monsieur Michel Hannecart, maire de la ville, était présent affichant ainsi son souhait d’assurer la continuité de ce partenariat fructueux.

Admis au service actif le 18 décembre 1997, le patrouilleur de service public Flamant participe aux missions de l’Action de l’État en mer (AEM). Les patrouilleurs de service public (PSP), basés à Cherbourg, remplissent diverses missions : défense maritime du territoire (surveiller le trafic afin d’éviter les accidents dans les rails très fréquentés de la Manche), contrôle de l’application des réglementations en matière de pêche et de navigation, prévention contre les trafics illicites ou lutte contre les pollutions maritimes.

D’une longueur de 54 mètres et d’une largeur de 10 mètres, il est armé par un équipage de 20 marins. Il fait partie des bâtiments de la Marine nationale armé en double équipage, permettant ainsi une meilleure disponibilité à la mer et offrant une meilleure visibilité d’organisation familiale pour les équipages. La ville marraine du Flamant est Berlaimont situé dans le département du Nord (59). Le Flamant parraine également deux dispositifs jeunesse : une classe de défense et de sécurité globale (CDSG) au collège Gilles de Chin à Berlaimont (59) et une préparation militaire Marine (PMM) à Caen/Epron (14).

3 bâtiments de ce type sont en service dans la Marine nationale, tous basés à Cherbourg : le Flamant P676, le Cormoran P677 et le Pluvier P678.

9 août – Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Loire équipage B

Le contre-amiral Pierre-Yves Grente, adjoint organique à Toulon de l'amiral commandant la Force d'action navale a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Nicolas Couanon comme nouveau commandant de l'équipage B du BSAM Loire. Il succède au capitaine de corvette Thomas Chaboud.

9 août – Chasseur de mines tripartite Croix du Sud

Le capitaine de vaisseau Ludovic Thisselin, chef d'antenne de l'Etat-major à Brest a fait reconnaître le capitaine de corvette Julien Malherbe comme nouveau commandant du chasseur de de mines Croix du Sud. Il succède au capitaine de corvette Hervé Navuec.

Admis au service actif en 1986, le chasseur de mines tripartite Croix du Sud est un bâtiment de combat polyvalent ayant pour mission la détection, l’identification, puis la destruction ou neutralisation des mines par fonds de 10 à 80 mètres. Il assure également le guidage de convois sous menace de mines ainsi que la réalisation de travaux sous la mer et la recherche d'épaves.
Basé à Brest, d’une longueur de 51 mètres et d’une largeur de 8 mètres, il est armé par un équipage de 44 marins. 10 bâtiments de ce type sont en service (3 basés à Toulon et 7 à Brest).

10 août – Patrouilleur Antilles-Guyane La Résolue

Le général de brigade aérienne Marc Le Bouil, commandant supérieur des forces armées en Guyane et commandant la base de défense de Guyane, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Benjamin Lesven comme nouveau commandant du patrouilleur Antilles Guyane La Résolue.  Il succède au capitaine de corvette Jean-Eudes Giraud, en poste depuis décembre 2021.

Au cours du commandement du capitaine de corvette Jean-Eudes Giraud, le patrouilleur Antilles Guyane La Résolue a conduit :

  • 5 missions TITAN de protection du Centre spatial guyanais lors de lancements de fusées, notamment le lancement du télescope spatial James Webb, le 25 décembre 2021 ;
  • 14 missions de police des pêches, dont 3 missions renforcées avec des détachements venus de métropole, menant à 44 traitements administratifs, au déroutement pour destruction de 7 navires pris en flagrant délit de pêche illicite, non déclarée et non réglementée, à la saisie de 110 tonnes de produits de la mer, dont 558 kg de vessies natatoires, et de 41 km de filet ;
  • un déploiement aux Antilles en novembre 2022, centré sur la sécurisation de la course transatlantique en solitaire à la voile « Route du Rhum 2022 » ;
  • un déploiement au Brésil en janvier 2023, permettant de renouer les liens avec la 9ème flotte brésilienne basée à Manaus, au cœur de l’Amazonie, après un chenalage de plus de 830 nautiques sur l’Amazone ;
  • des escales dans plusieurs ports d’Amérique latine et des Caraïbes, permettant notamment de renforcer les liens avec les forces armées guyaniennes, surinamaises et brésiliennes, principales partenaires des forces armées en Guyane sur le bouclier des Guyanes.

Parrainé par la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, le PAG La Résolue s’est aussi attaché à développer le lien armée – nation dans l’ouest guyanais en faisant escale dans sa ville marraine.

Admis au service actif en septembre 2017, le patrouilleur Antilles Guyane La Résolue mesure 61 mètres, peut se déplacer jusqu’à 21 nœuds et est armé par un équipage de 25 marins.

Les patrouilleurs Antilles Guyane (PAG) sont des unités modernes de la Marine nationale, dédiées aux opérations dans les zones maritimes des Antilles et de la Guyane. Ils sont trois : La Confiance et La Résolue basés en Guyane et La Combattante, basée en Martinique.

Ils assurent les missions suivantes :

  • La défense de la souveraineté et la protection des intérêts nationaux dans les zones maritimes Antilles et Guyane, dont la protection du Centre spatial Guyanais (CSG) ;
  • La police des pêches et la préservation de la ressource halieutique ;
  • La lutte contre les trafics illicites ;
  • La surveillance de la navigation, la sauvegarde des personnes et des biens et la lutte contre la pollution maritime.

Le lieutenant de vaisseau Benjamin Lesven est issu de la promotion 2012 de l’Ecole navale. De spécialité Lutte Sous la Mer, il est affecté en début de carrière en Nouvelle Calédonie sur le patrouilleur P400 La Moqueuse pendant deux ans, avant de rejoindre la frégate anti-aérienne Cassard à Toulon. Après avoir suivi les cours de l’Ecole des Systèmes de Combat et Armes Navals, il sert à bord des frégates multi-missions (FREMM) Auvergne et Lorraine à Toulon, Lorient et Brest, en tant qu’adjoint puis chef de service lutte sous la mer.

20 juillet – Base navale de Dégrad des Cannes
3 août – Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Bougainville
4 août – Bâtiment hydrographique Laplace
4 août – Base navale Mayotte
8 août – Patrouilleur de service public Flamant équipage A et B
8 août – Patrouilleur de service public Flamant équipage A et B
9 août – Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Loire équipage B
9 août – Chasseur de mines tripartite Croix du Sud
10 août – Patrouilleur Antilles-Guyane La Résolue

Source : Marine nationale


Prises de commandement semaine 32

publié le Vendredi 11 août 2023

Prises de commandement semaine 32

Prises de commandement semaine 32

© Marine nationale

Cette semaine 6 bâtiments et 2 unités ont changé de commandant

20 juillet – Base navale de Dégrad des Cannes

Le général de division aérienne Xavier Buisson, commandant supérieur des forces armées en Guyane et commandant la base de défense de Guyane a fait reconnaître le capitaine de frégate Nicolas Ambrosi comme nouveau commandant de la base navale de Dégrad des Cannes.  Il succède au capitaine de frégate (CF) Matthieu Labat, en poste depuis juillet 2020.

Composée de 37 marins, la base navale de Dégrad des Cannes est une unité des forces armées en Guyane qui relève de la Marine nationale et dont la vocation principale est d’assurer le soutien spécifique des bâtiments de la Marine nationale qui y sont stationnés. C’est le cas des deux patrouilleurs Antilles-Guyane, La Confiance et La Résolue, de la vedette côtière de surveillance maritime de la gendarmerie maritime Charente, de l’embarcation relève-filets Caouanne et du pousseur de 6 tonnes Atipa. La base navale fêtera ses 30 ans en 2024.

Au cours des trois ans de commandement du CF Labat, la base navale a su s’organiser pour faire face à la crise sanitaire mondiale, répondre à tous les imprévus et aux nombreuses sollicitations, techniques ou opérationnels, pour le bénéfice des unités navigantes comme au profit des formations des autres armées présentes en Guyane. Riches d’une expertise et de savoir-faire spécifiques, les marins de la base navale ont relevé de nombreux défis durant ces trois ans, parmi lesquels le vaste chantier de rénovation de l’appontement de la base. Le CF Labat et son équipage ont également mis régulièrement la base navale en avant par des actions de rayonnement, menées en interarmées comme à l’extérieur des Armées, notamment à travers un partenariat remarquablement abouti avec les classes de défense du collège Auguste Dédé et du lycée Lama-Prévot.

3 août – Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Bougainville

A Papeete, le capitaine de frégate Paul Santarelli, commandant en second de la base navale de Papeete, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau (LV) Paul Cornet comme nouveau commandant de l'équipage A du bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM) Bougainville. Il succède ainsi au capitaine de corvette (CC) Martin Nicolas.

Durant les deux années de commandement du CC Martin Nicolas, l'équipage A du Bougainville a été déployé dans une très large partie du Pacifique Sud : en Nouvelle-Calédonie en décembre 2021 pour le 3ème référendum d’autodétermination, dans sept états insulaires du Pacifique lors de la mission AQUARIUS 2022 et à travers toute la Polynésie française lors des missions PACIFIC AITO, TURBO ou encore Kivi Kuaka en assurant la protection des approches maritimes, la lutte contre les activités illicites et le soutien aux populations de Polynésie française. Totalisant près de 250 jours de déploiement sur cette période, il a notamment réalisé le premier déploiement long post-COVID au sein des États insulaires du Pacifique en reprenant langue avec six pays n’ayant pas accueilli de bâtiment militaire depuis 2019.

Admis au service en 2016, le bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer Bougainville est un navire polyvalent de type « supply », destiné aux missions de surveillance maritime, de projection et d’action de l’État en mer (AEM) dans les zones économiques exclusives (ZEE) et zones de responsabilités permanentes (ZRP) d’outre-mer. Ces missions incluent la surveillance et protection des intérêts français, la projection intra théâtre (dont l’acheminement ou l’exfiltration de forces), le soutien logistique et la sauvegarde et assistance des populations.

Basé à Papeete, d’une longueur de 66 mètres et d’une largeur de 14 mètres, le Bougainville est armé par deux équipages (A et B) de 24 marins permutant selon un cycle régulier de quatre mois. L’île marraine du Bougainville A est Rurutu (archipel des Australes).

4 août – Bâtiment hydrographique Laplace

Le capitaine de Vaisseau Ludovic Thisselin, chef de l’antenne de l’état-major d’ALFAN à Brest, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau (LV) Corentin Lohat comme commandant du bâtiment hydrographique (BH) Laplace. Il succède au lieutenant de vaisseau Hubert Richebé.

Admis au service actif en 1988, le Laplace est un bâtiment hydrographique. Sa mission a pour but de cartographier les fonds sous-marins, permettant une meilleure connaissance de ces environnements dans le cadre des déploiements des forces de surfaces et sous-marines en opérations. Il participe également à l’Action de l’État en Mer en effectuant des missions de contrôle des approches maritimes.

Basé à Brest, d’une longueur de 59 mètres et d’une largeur de 11 mètres, il est armé par un équipage de 35 marins. 3 bâtiments de ce type sont en service dans la Marine nationale, tous sont basés à Brest. La ville marraine du Laplace est Perros-Guirec (22).

4 août – Base navale Mayotte

Le général de brigade Jean-Marc Giraud, commandant supérieur des forces armées dans la zone sud de l’océan Indien (COMSUP FAZSOI), a fait reconnaître le capitaine de frégate (CF) François-Xavier Pilven comme commandant de la base navale de Mayotte. Il succède au capitaine de frégate Patrick Musique.

Au cours des 24 mois de commandement du CF Patrick Musique, les marins de la base navale ont participé activement à la mission de lutte contre l’immigration clandestine en mer dans le cadre interministériel de l’opération SHIKANDRA. Chargés de la coordination des moyens de l’État en mer et de l’entretien des intercepteurs des forces de sécurité intérieure (Police aux frontières et Gendarmerie départementale), ils ont obtenu des résultats en nette hausse en termes d’interceptions de barques et de disponibilité des moyens. La base navale Mayotte a également été fortement impliquée dans les activités liées au contrat opérationnel des Forces Armées de la Zone Sud de l’Océan Indien (FAZSOI) dans lequel elle est intégrée. Cela se traduit en particulier par des opérations communes avec le Détachement de Légion Etrangère de Mayotte (DLEM). Enfin, dans le cadre spécifique de l’action de l’État en mer, la base navale de Mayotte a contribué à la mise à jour du plan ORSEC maritime local et a porté un effort particulier sur la préparation et l’entraînement à la lutte antipollution.

 

La Base navale de Mayotte assure la mise en œuvre de ses moyens nautiques, le soutien des bâtiments de la Marine en escale, l’entretien de ses embarcations et des intercepteurs de la PAF et de la Gendarmerie Départementale, ainsi que la conduite des missions de l’Action de l’Etat en Mer via un poste de commandement (PC AEM) armé H24. Parmi ces missions de l’AEM, la lutte contre l’immigration clandestine est celle qui monopolise principalement les efforts du PC AEM, qui coordonne les différentes administrations en mer.

8 août – Patrouilleur de service public Flamant équipage A et B

Le capitaine de corvette Benoît de Catuélan, chef de l’antenne de l’État-major de la Force d’action navale à Cherbourg, a fait reconnaître les nouveaux commandants pour les équipages A et B du patrouilleur de service public (PSP) Flamant.

Le lieutenant de vaisseau Emeric Casanova commande ainsi l’équipage A et succède au capitaine de corvette Roch Goullet de Rugy.

Le lieutenant de vaisseau Sébastien Charrier commande ainsi l’équipage B et succède au lieutenant de vaisseau Audrey Moreau.

Cette cérémonie de passation s’est déroulée au sein de la base navale de Cherbourg. Elle a permis aux commandants sortants d’évoquer les moments forts vécus à bord du PSP avec leurs équipages, ainsi que tout le travail accompli ensemble au cours des deux années passées à leurs côtés. Les nouveaux commandants ont, quant à eux, pris le temps de se présenter à leurs équipages respectifs, d’exprimer leur fierté d’assurer ce commandement à la mer et de fixer les grands axes des missions à venir.

Ce moment d’échange a également été l’occasion de remercier la commune de Berlaimont (59), ville marraine du bâtiment, pour son soutien au rayonnement du PSP Flamant et les nombreux échanges avec ses habitants. Monsieur Michel Hannecart, maire de la ville, était présent affichant ainsi son souhait d’assurer la continuité de ce partenariat fructueux.

Admis au service actif le 18 décembre 1997, le patrouilleur de service public Flamant participe aux missions de l’Action de l’État en mer (AEM). Les patrouilleurs de service public (PSP), basés à Cherbourg, remplissent diverses missions : défense maritime du territoire (surveiller le trafic afin d’éviter les accidents dans les rails très fréquentés de la Manche), contrôle de l’application des réglementations en matière de pêche et de navigation, prévention contre les trafics illicites ou lutte contre les pollutions maritimes.

D’une longueur de 54 mètres et d’une largeur de 10 mètres, il est armé par un équipage de 20 marins. Il fait partie des bâtiments de la Marine nationale armé en double équipage, permettant ainsi une meilleure disponibilité à la mer et offrant une meilleure visibilité d’organisation familiale pour les équipages. La ville marraine du Flamant est Berlaimont situé dans le département du Nord (59). Le Flamant parraine également deux dispositifs jeunesse : une classe de défense et de sécurité globale (CDSG) au collège Gilles de Chin à Berlaimont (59) et une préparation militaire Marine (PMM) à Caen/Epron (14).

3 bâtiments de ce type sont en service dans la Marine nationale, tous basés à Cherbourg : le Flamant P676, le Cormoran P677 et le Pluvier P678.

9 août – Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Loire équipage B

Le contre-amiral Pierre-Yves Grente, adjoint organique à Toulon de l'amiral commandant la Force d'action navale a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Nicolas Couanon comme nouveau commandant de l'équipage B du BSAM Loire. Il succède au capitaine de corvette Thomas Chaboud.

9 août – Chasseur de mines tripartite Croix du Sud

Le capitaine de vaisseau Ludovic Thisselin, chef d'antenne de l'Etat-major à Brest a fait reconnaître le capitaine de corvette Julien Malherbe comme nouveau commandant du chasseur de de mines Croix du Sud. Il succède au capitaine de corvette Hervé Navuec.

Admis au service actif en 1986, le chasseur de mines tripartite Croix du Sud est un bâtiment de combat polyvalent ayant pour mission la détection, l’identification, puis la destruction ou neutralisation des mines par fonds de 10 à 80 mètres. Il assure également le guidage de convois sous menace de mines ainsi que la réalisation de travaux sous la mer et la recherche d'épaves.
Basé à Brest, d’une longueur de 51 mètres et d’une largeur de 8 mètres, il est armé par un équipage de 44 marins. 10 bâtiments de ce type sont en service (3 basés à Toulon et 7 à Brest).

10 août – Patrouilleur Antilles-Guyane La Résolue

Le général de brigade aérienne Marc Le Bouil, commandant supérieur des forces armées en Guyane et commandant la base de défense de Guyane, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Benjamin Lesven comme nouveau commandant du patrouilleur Antilles Guyane La Résolue.  Il succède au capitaine de corvette Jean-Eudes Giraud, en poste depuis décembre 2021.

Au cours du commandement du capitaine de corvette Jean-Eudes Giraud, le patrouilleur Antilles Guyane La Résolue a conduit :

  • 5 missions TITAN de protection du Centre spatial guyanais lors de lancements de fusées, notamment le lancement du télescope spatial James Webb, le 25 décembre 2021 ;
  • 14 missions de police des pêches, dont 3 missions renforcées avec des détachements venus de métropole, menant à 44 traitements administratifs, au déroutement pour destruction de 7 navires pris en flagrant délit de pêche illicite, non déclarée et non réglementée, à la saisie de 110 tonnes de produits de la mer, dont 558 kg de vessies natatoires, et de 41 km de filet ;
  • un déploiement aux Antilles en novembre 2022, centré sur la sécurisation de la course transatlantique en solitaire à la voile « Route du Rhum 2022 » ;
  • un déploiement au Brésil en janvier 2023, permettant de renouer les liens avec la 9ème flotte brésilienne basée à Manaus, au cœur de l’Amazonie, après un chenalage de plus de 830 nautiques sur l’Amazone ;
  • des escales dans plusieurs ports d’Amérique latine et des Caraïbes, permettant notamment de renforcer les liens avec les forces armées guyaniennes, surinamaises et brésiliennes, principales partenaires des forces armées en Guyane sur le bouclier des Guyanes.

Parrainé par la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, le PAG La Résolue s’est aussi attaché à développer le lien armée – nation dans l’ouest guyanais en faisant escale dans sa ville marraine.

Admis au service actif en septembre 2017, le patrouilleur Antilles Guyane La Résolue mesure 61 mètres, peut se déplacer jusqu’à 21 nœuds et est armé par un équipage de 25 marins.

Les patrouilleurs Antilles Guyane (PAG) sont des unités modernes de la Marine nationale, dédiées aux opérations dans les zones maritimes des Antilles et de la Guyane. Ils sont trois : La Confiance et La Résolue basés en Guyane et La Combattante, basée en Martinique.

Ils assurent les missions suivantes :

  • La défense de la souveraineté et la protection des intérêts nationaux dans les zones maritimes Antilles et Guyane, dont la protection du Centre spatial Guyanais (CSG) ;
  • La police des pêches et la préservation de la ressource halieutique ;
  • La lutte contre les trafics illicites ;
  • La surveillance de la navigation, la sauvegarde des personnes et des biens et la lutte contre la pollution maritime.

Le lieutenant de vaisseau Benjamin Lesven est issu de la promotion 2012 de l’Ecole navale. De spécialité Lutte Sous la Mer, il est affecté en début de carrière en Nouvelle Calédonie sur le patrouilleur P400 La Moqueuse pendant deux ans, avant de rejoindre la frégate anti-aérienne Cassard à Toulon. Après avoir suivi les cours de l’Ecole des Systèmes de Combat et Armes Navals, il sert à bord des frégates multi-missions (FREMM) Auvergne et Lorraine à Toulon, Lorient et Brest, en tant qu’adjoint puis chef de service lutte sous la mer.

20 juillet – Base navale de Dégrad des Cannes
3 août – Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Bougainville
4 août – Bâtiment hydrographique Laplace
4 août – Base navale Mayotte
8 août – Patrouilleur de service public Flamant équipage A et B
8 août – Patrouilleur de service public Flamant équipage A et B
9 août – Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Loire équipage B
9 août – Chasseur de mines tripartite Croix du Sud
10 août – Patrouilleur Antilles-Guyane La Résolue

Source : Marine nationale

S'abonner à Océan Atlantique