Retrait du service actif de la Cassiopée

publié le Mardi 05 juillet 2022

Retrait du service actif de la Cassiopée

Retrait du service actif de la Cassiopée

© Marine nationale

Le 1er juillet 2022, le chasseur de mines tripartite (CMT) Cassiopée a été retiré du service actif après avoir servi pendant 38 ans au sein de la Marine nationale.

Admis au service actif en 1984, le CMT Cassiopée, basé à Brest, avait pour mission de détecter, identifier et neutraliser les mines immergées afin de ga­rantir le libre accès des ports militaires et des principaux ports civils français. Ces unités spécialisées sont également déployées en précurseur des opéra­tions amphibies ou aéronavales. Leur discrétion ma­gnétique, leur maniabilité, et leur équipement dédié leur permettent d’intervenir dans des zones minées et à grande profondeur. Elles participent régulièrement à des missions relevant de l’action de l’État en mer dans lesquelles leur expertise est recherchée (recherche d’épaves, de débris, neutralisation d’engins explosifs historiques).

À terme, les moyens actuels de guerre des mines (chasseurs de mines tripartites, bâtiments remorqueurs de sonars, bâtiments bases de plongeurs démineurs) seront remplacés par les équipements du programme SLAMF (système de lutte anti-mines du futur).

Le CMT Cassiopée a conduit son dernier déploiement opérationnel au printemps 2022 en mer Baltique. La dernière étape de l’équipage de la Cassiopée débute avant sa dispersion définitive : la « mise en complément » du bâtiment, première phase de son désarmement. Le bâtiment se verra retirer les matériels dangereux, sensibles, ou pouvant bénéficier à d’autres unités. Son patrimoine de tradition sera notamment reversé au service historique de la Défense et la coque sera dégazée et dépolluée. La Cassiopée sera ensuite placée en « réserve spéciale » et la dernière cérémonie des couleurs pourra avoir lieu, à l’automne, avant que le CMT Cassiopée ne soit débaptisé. La coque sera alors remorquée à Landevennec où elle rejoindra les ex Verseau, Eridan et Persée. Elle sera utilisée pour fournir certains rechanges spécifiques aux autres CMT encore en service, avant d’être déconstruite dans un chantier spécialisé, dans le cadre d’un marché public ouvert aux chantiers de l’Union européenne. Le nom de Cassiopée sera alors disponible, avec l’héritage de la tradition des quatre unités qui l’ont porté, pour une future unité de la Marine nationale.

En fin de service, la Cassiopée aura parcouru plus de 75 000 milles nautiques, soit presque 3,5 tours du monde et neutralisé plus de 130 munitions représentant 90 tonnes d’explosif de guerre. Un bilan plus qu’honorable pour une petite unité de 600 tonnes et 45 hommes d’équipage dont l’essentiel du travail se fait à moins de 6 nœuds.

La constellation en W, si caractéristique de notre ciel métropolitain, portera ensuite pour toujours le souvenir de la Cassiopée, plus haut, toujours plus haut ! selon la devise de l’unité : Magis ac magis.

Depuis 1989, la frégate était jumelée avec la ville de Blois.

Source : Marine nationale


Exercice NORTHERN SUN 2022

publié le Mardi 28 juin 2022

Exercice NORTHERN SUN 2022

Exercice NORTHERN SUN 2022

© Marine nationale

L’exercice majeur tripartite (FR, NO, UK) NORTHERN SUN 2022 s’est déroulé début mai dans les fjords du sud-ouest de la Norvège, au profit du NSRS (NATO submarine rescue system).

 

Cet exercice visait à entrainer dans de multiples domaines les équipes des trois nations afin de s’assurer de leurs capacités au sauvetage des équipages de sous-marin.

 

Les équipes composées de sous-mariniers, de plongeurs démineurs, de médecins et d’infirmiers se sont ainsi entrainer à qualifier le sous-marin de sauvetage à opérer par grand fond, à transférer des blessés, à les trier pour mieux les prendre en charge mais aussi à opérer dans un temps imparti afin de répondre à un contrat opérationnel.

 

La première semaine fut consacrée au balancement total du système : passage en revue de toutes les procédures d’ouvertures de panneaux, transfert de personnel, réactions aux différents cas non conformes et surtout à la revalidation du SRV (submarine rescue vehicle).

Profitant de profondeurs importantes à proximité de la côte et d’une étendue d’eau souvent clémente dans les fjords norvégiens, le SRV a pu effectuer deux plongées à 600m afin que le système soit pleinement opérationnel.

 

L’exercice avec son scenario tactique a débuté en semaine 19, avec le soutien d’équipes médicales.

Le SRV s’est posé sur le sous-marin norvégien KNM Utvaer par 135m de fond : récupération des blessés, retour vers la surface pour un transfert sous pression du SRV au TUP (transfer under pressure), suivi du sassage des différents accidentés puis d’une prise en charge par le personnel médical des victimes. Ces actions ont été répétées plusieurs fois jusqu’à la décompression finale de l’ensemble du système.

 

Malgré un temps souvent pluvieux, l’ensemble de l’exercice a pu se dérouler nominalement et tous les objectifs visés ont été atteints.

Exercice NORTHERN SUN 2022

Source : Marine nationale


Exercice NORTHERN SUN 2022

publié le Mardi 28 juin 2022

Exercice NORTHERN SUN 2022

Exercice NORTHERN SUN 2022

© Marine nationale

L’exercice majeur tripartite (FR, NO, UK) NORTHERN SUN 2022 s’est déroulé début mai dans les fjords du sud-ouest de la Norvège, au profit du NSRS (NATO submarine rescue system).

 

Cet exercice visait à entrainer dans de multiples domaines les équipes des trois nations afin de s’assurer de leurs capacités au sauvetage des équipages de sous-marin.

 

Les équipes composées de sous-mariniers, de plongeurs démineurs, de médecins et d’infirmiers se sont ainsi entrainer à qualifier le sous-marin de sauvetage à opérer par grand fond, à transférer des blessés, à les trier pour mieux les prendre en charge mais aussi à opérer dans un temps imparti afin de répondre à un contrat opérationnel.

 

La première semaine fut consacrée au balancement total du système : passage en revue de toutes les procédures d’ouvertures de panneaux, transfert de personnel, réactions aux différents cas non conformes et surtout à la revalidation du SRV (submarine rescue vehicle).

Profitant de profondeurs importantes à proximité de la côte et d’une étendue d’eau souvent clémente dans les fjords norvégiens, le SRV a pu effectuer deux plongées à 600m afin que le système soit pleinement opérationnel.

 

L’exercice avec son scenario tactique a débuté en semaine 19, avec le soutien d’équipes médicales.

Le SRV s’est posé sur le sous-marin norvégien KNM Utvaer par 135m de fond : récupération des blessés, retour vers la surface pour un transfert sous pression du SRV au TUP (transfer under pressure), suivi du sassage des différents accidentés puis d’une prise en charge par le personnel médical des victimes. Ces actions ont été répétées plusieurs fois jusqu’à la décompression finale de l’ensemble du système.

 

Malgré un temps souvent pluvieux, l’ensemble de l’exercice a pu se dérouler nominalement et tous les objectifs visés ont été atteints.

Exercice NORTHERN SUN 2022

Source : Marine nationale


Exercice NORTHERN SUN 2022

publié le Mardi 28 juin 2022

Exercice NORTHERN SUN 2022

Exercice NORTHERN SUN 2022

© Marine nationale

L’exercice majeur tripartite (FR, NO, UK) NORTHERN SUN 2022 s’est déroulé début mai dans les fjords du sud-ouest de la Norvège, au profit du NSRS (NATO submarine rescue system).

 

Cet exercice visait à entrainer dans de multiples domaines les équipes des trois nations afin de s’assurer de leurs capacités au sauvetage des équipages de sous-marin.

 

Les équipes composées de sous-mariniers, de plongeurs démineurs, de médecins et d’infirmiers se sont ainsi entrainer à qualifier le sous-marin de sauvetage à opérer par grand fond, à transférer des blessés, à les trier pour mieux les prendre en charge mais aussi à opérer dans un temps imparti afin de répondre à un contrat opérationnel.

 

La première semaine fut consacrée au balancement total du système : passage en revue de toutes les procédures d’ouvertures de panneaux, transfert de personnel, réactions aux différents cas non conformes et surtout à la revalidation du SRV (submarine rescue vehicle).

Profitant de profondeurs importantes à proximité de la côte et d’une étendue d’eau souvent clémente dans les fjords norvégiens, le SRV a pu effectuer deux plongées à 600m afin que le système soit pleinement opérationnel.

 

L’exercice avec son scenario tactique a débuté en semaine 19, avec le soutien d’équipes médicales.

Le SRV s’est posé sur le sous-marin norvégien KNM Utvaer par 135m de fond : récupération des blessés, retour vers la surface pour un transfert sous pression du SRV au TUP (transfer under pressure), suivi du sassage des différents accidentés puis d’une prise en charge par le personnel médical des victimes. Ces actions ont été répétées plusieurs fois jusqu’à la décompression finale de l’ensemble du système.

 

Malgré un temps souvent pluvieux, l’ensemble de l’exercice a pu se dérouler nominalement et tous les objectifs visés ont été atteints.

Exercice NORTHERN SUN 2022

Source : Marine nationale


Première escale du Pluton en Croatie pour son déploiement en Adriatique

publié le Lundi 27 juin 2022

Première escale du Pluton en Croatie pour son déploiement en Adriatique

Première escale du Pluton en Croatie pour son déploiement en Adriatique

© Marine nationale

Après avoir appareillé de Toulon le 16 juin dernier, et une escale technique à Augusta (Italie) sur son transit, le bâtiment base de plongeurs démineurs (BBPD) Pluton et son détachement du groupe de plongeurs-démineurs de la Méditerranée (GPD Med) a accosté à Split en Croatie pour la première escale de son déploiement en Adriatique.

A cette occasion, le commandant, le commandant en second ainsi que l’officier chargé des opérations de plongée sont allés à la rencontre du commandant adjoint de la marine croate basée à Split. Cette rencontre a été l’occasion de discuter des différentes opérations menées par la marine croate ainsi que des missions effectuées par les plongeurs-démineurs français. Une plongée en coopération avec les plongeurs croates a ensuite été organisée sous la coque du Pluton.

 

Le Pluton a depuis repris la mer pour rejoindre Koper en Slovénie, où il a accosté le 24 juin, avec au programme des échanges de savoir-faire avec les plongeurs slovènes.

 

Alliés au sein de l’OTAN et membres de l’Union européenne, la Croatie et la France entretiennent des relations militaires qui s'inscrivent pleinement dans l'effort de développement d'une Europe de la défense forte et ambitieuse, en particulier dans la zone des Balkans. La coopération navale s’entretient par le biais d’escales et d’actions communes lors des déploiements en Adriatique.

Première escale du Pluton en Croatie pour son déploiement en Adriatique

Source : Marine nationale


Première escale du Pluton en Croatie pour son déploiement en Adriatique

publié le Lundi 27 juin 2022

Première escale du Pluton en Croatie pour son déploiement en Adriatique

Première escale du Pluton en Croatie pour son déploiement en Adriatique

© Marine nationale

Après avoir appareillé de Toulon le 16 juin dernier, et une escale technique à Augusta (Italie) sur son transit, le bâtiment base de plongeurs démineurs (BBPD) Pluton et son détachement du groupe de plongeurs-démineurs de la Méditerranée (GPD Med) a accosté à Split en Croatie pour la première escale de son déploiement en Adriatique.

A cette occasion, le commandant, le commandant en second ainsi que l’officier chargé des opérations de plongée sont allés à la rencontre du commandant adjoint de la marine croate basée à Split. Cette rencontre a été l’occasion de discuter des différentes opérations menées par la marine croate ainsi que des missions effectuées par les plongeurs-démineurs français. Une plongée en coopération avec les plongeurs croates a ensuite été organisée sous la coque du Pluton.

 

Le Pluton a depuis repris la mer pour rejoindre Koper en Slovénie, où il a accosté le 24 juin, avec au programme des échanges de savoir-faire avec les plongeurs slovènes.

 

Alliés au sein de l’OTAN et membres de l’Union européenne, la Croatie et la France entretiennent des relations militaires qui s'inscrivent pleinement dans l'effort de développement d'une Europe de la défense forte et ambitieuse, en particulier dans la zone des Balkans. La coopération navale s’entretient par le biais d’escales et d’actions communes lors des déploiements en Adriatique.

Première escale du Pluton en Croatie pour son déploiement en Adriatique

Source : Marine nationale


Première escale du Pluton en Croatie pour son déploiement en Adriatique

publié le Lundi 27 juin 2022

Première escale du Pluton en Croatie pour son déploiement en Adriatique

Première escale du Pluton en Croatie pour son déploiement en Adriatique

© Marine nationale

Après avoir appareillé de Toulon le 16 juin dernier, et une escale technique à Augusta (Italie) sur son transit, le bâtiment base de plongeurs démineurs (BBPD) Pluton et son détachement du groupe de plongeurs-démineurs de la Méditerranée (GPD Med) a accosté à Split en Croatie pour la première escale de son déploiement en Adriatique.

A cette occasion, le commandant, le commandant en second ainsi que l’officier chargé des opérations de plongée sont allés à la rencontre du commandant adjoint de la marine croate basée à Split. Cette rencontre a été l’occasion de discuter des différentes opérations menées par la marine croate ainsi que des missions effectuées par les plongeurs-démineurs français. Une plongée en coopération avec les plongeurs croates a ensuite été organisée sous la coque du Pluton.

 

Le Pluton a depuis repris la mer pour rejoindre Koper en Slovénie, où il a accosté le 24 juin, avec au programme des échanges de savoir-faire avec les plongeurs slovènes.

 

Alliés au sein de l’OTAN et membres de l’Union européenne, la Croatie et la France entretiennent des relations militaires qui s'inscrivent pleinement dans l'effort de développement d'une Europe de la défense forte et ambitieuse, en particulier dans la zone des Balkans. La coopération navale s’entretient par le biais d’escales et d’actions communes lors des déploiements en Adriatique.

Première escale du Pluton en Croatie pour son déploiement en Adriatique

Source : Marine nationale


Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

publié le Vendredi 17 juin 2022

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

© Marine nationale

Le 16 juin 2022, alors que le chasseur de mines (CMT) Capricorne participait à l’opération de guerre des mines CHAMINOP 22, CMT est venu en aide à une vedette en avarie moteur, dans la rade de Hyères.

En pleine participation aux opérations de chasse aux mines, la passerelle a repéré à quelques nautiques une vedette stoppée, dont s’échappait une importante fumée blanche. Le bâtiment a immédiatement effectué les démarches nécessaires pour proposer son aide en contactant le sémaphore de Porquerolles et le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de la Méditerranée qui venait d’émettre un message de détresse.

 

Avec l’accord du commandement de CHAMINOP, le Capricorne a pu rapidement mettre en œuvre une embarcation et déposer deux marins mécaniciens à bord plaisancier. Après quelques dizaines de minutes, l’avarie a pu être réparée, permettant à l’équipage de rentrer à Hyères en toute sécurité.

 

CHAMINOP est une opération nationale de guerre des mines effectuée chaque année consistant à rentrer dans des bases de données les particularités des fonds marins de la petite et la grande rade de Toulon, ainsi qu’aux abords de la rade de Hyères. Cette opération participe notamment à la liberté d’action de la dissuasion nucléaire et garantit l’accès des unités de la Marine nationale au port militaire de Toulon.

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

Source : Marine nationale


Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

publié le Vendredi 17 juin 2022

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

© Marine nationale

Le 16 juin 2022, alors que le chasseur de mines (CMT) Capricorne participait à l’opération de guerre des mines CHAMINOP 22, CMT est venu en aide à une vedette en avarie moteur, dans la rade de Hyères.

En pleine participation aux opérations de chasse aux mines, la passerelle a repéré à quelques nautiques une vedette stoppée, dont s’échappait une importante fumée blanche. Le bâtiment a immédiatement effectué les démarches nécessaires pour proposer son aide en contactant le sémaphore de Porquerolles et le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de la Méditerranée qui venait d’émettre un message de détresse.

 

Avec l’accord du commandement de CHAMINOP, le Capricorne a pu rapidement mettre en œuvre une embarcation et déposer deux marins mécaniciens à bord plaisancier. Après quelques dizaines de minutes, l’avarie a pu être réparée, permettant à l’équipage de rentrer à Hyères en toute sécurité.

 

CHAMINOP est une opération nationale de guerre des mines effectuée chaque année consistant à rentrer dans des bases de données les particularités des fonds marins de la petite et la grande rade de Toulon, ainsi qu’aux abords de la rade de Hyères. Cette opération participe notamment à la liberté d’action de la dissuasion nucléaire et garantit l’accès des unités de la Marine nationale au port militaire de Toulon.

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

Source : Marine nationale


Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

publié le Vendredi 17 juin 2022

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

© Marine nationale

Le 16 juin 2022, alors que le chasseur de mines (CMT) Capricorne participait à l’opération de guerre des mines CHAMINOP 22, CMT est venu en aide à une vedette en avarie moteur, dans la rade de Hyères.

En pleine participation aux opérations de chasse aux mines, la passerelle a repéré à quelques nautiques une vedette stoppée, dont s’échappait une importante fumée blanche. Le bâtiment a immédiatement effectué les démarches nécessaires pour proposer son aide en contactant le sémaphore de Porquerolles et le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de la Méditerranée qui venait d’émettre un message de détresse.

 

Avec l’accord du commandement de CHAMINOP, le Capricorne a pu rapidement mettre en œuvre une embarcation et déposer deux marins mécaniciens à bord plaisancier. Après quelques dizaines de minutes, l’avarie a pu être réparée, permettant à l’équipage de rentrer à Hyères en toute sécurité.

 

CHAMINOP est une opération nationale de guerre des mines effectuée chaque année consistant à rentrer dans des bases de données les particularités des fonds marins de la petite et la grande rade de Toulon, ainsi qu’aux abords de la rade de Hyères. Cette opération participe notamment à la liberté d’action de la dissuasion nucléaire et garantit l’accès des unités de la Marine nationale au port militaire de Toulon.

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

Source : Marine nationale

S'abonner à Guerre des mines