FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance

publié le Jeudi 20 octobre 2022

 FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance

FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance

© EMA

Du 4 au 20 septembre, le Patrouilleur Antilles-Guyane (PAG) La Confiance a effectué un déploiement opérationnel au Brésil comprenant deux escales (Belém et Santarem), la remontée du fleuve Amazone ainsi qu’une patrouille commune avec le patrouilleur brésilien Guanabara.

Lors de son transit vers Belém, l’équipage de La Confiance s’est entraîné à la récupération de naufragés. Il a également révisé les procédures pour conduire des opérations de police des pêches, menées régulièrement avec la marine brésilienne.

Le 6 septembre, veille de la fête nationale brésilienne, le bâtiment est arrivé à Belém. Cette escale a permis d’accueillir à bord le général de division aérienne Xavier Buisson, commandant supérieur des Forces armées en Guyane (FAG), le commandant de zone maritime, le Consul de France et une délégation de marins brésiliens. Au cours de cette escale, l’équipage de La Confiance a également préparé la patrouille franco-brésilienne qui s’est déroulée les 18 et 19 septembre.

Le bilan de cette patrouille maritime conjointe menée le long de la frontière entre la Guyane et le Brésil est très positif. Elle a permis d’arrêter 4 embarcations qui se livraient à des actions de pêche illicite. Leur contrôle a abouti à des traitements administratifs en mer avec saisie des filets non réglementaires.

Cette séquence de diplomatie navale et la patrouille conjointe ont renforcé les synergies opérationnelles issues de la coopération franco-brésilienne dans le domaine maritime.

Fortes de 2 100 militaires, les FAG exercent des missions de soutien de l’action de l’État et contribuent aux missions de souveraineté. À ce titre, elles garantissent la protection du territoire national, et contribuent au maintien de la sécurité dans la Zone de responsabilité permanente unique Caraïbes (ZRP), à la lutte contre l’orpaillage illégal (opération Harpie), à la sécurisation du centre spatial guyanais (opération Titan), et à la lutte contre la pêche illégale. Dans le cadre de leur mission de police des pêches, les FAG garantissent la souveraineté de la France sur les eaux placées sous sa juridiction, répondent aux engagements internationaux pris par la France dans le domaine de préservation des ressources halieutiques, et combattent les activités maritimes illicites. 

 FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance
 FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance

Source : Etat-major des armées


FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance

publié le Jeudi 20 octobre 2022

 FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance

FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance

© EMA

Du 4 au 20 septembre, le Patrouilleur Antilles-Guyane (PAG) La Confiance a effectué un déploiement opérationnel au Brésil comprenant deux escales (Belém et Santarem), la remontée du fleuve Amazone ainsi qu’une patrouille commune avec le patrouilleur brésilien Guanabara.

Lors de son transit vers Belém, l’équipage de La Confiance s’est entraîné à la récupération de naufragés. Il a également révisé les procédures pour conduire des opérations de police des pêches, menées régulièrement avec la marine brésilienne.

Le 6 septembre, veille de la fête nationale brésilienne, le bâtiment est arrivé à Belém. Cette escale a permis d’accueillir à bord le général de division aérienne Xavier Buisson, commandant supérieur des Forces armées en Guyane (FAG), le commandant de zone maritime, le Consul de France et une délégation de marins brésiliens. Au cours de cette escale, l’équipage de La Confiance a également préparé la patrouille franco-brésilienne qui s’est déroulée les 18 et 19 septembre.

Le bilan de cette patrouille maritime conjointe menée le long de la frontière entre la Guyane et le Brésil est très positif. Elle a permis d’arrêter 4 embarcations qui se livraient à des actions de pêche illicite. Leur contrôle a abouti à des traitements administratifs en mer avec saisie des filets non réglementaires.

Cette séquence de diplomatie navale et la patrouille conjointe ont renforcé les synergies opérationnelles issues de la coopération franco-brésilienne dans le domaine maritime.

Fortes de 2 100 militaires, les FAG exercent des missions de soutien de l’action de l’État et contribuent aux missions de souveraineté. À ce titre, elles garantissent la protection du territoire national, et contribuent au maintien de la sécurité dans la Zone de responsabilité permanente unique Caraïbes (ZRP), à la lutte contre l’orpaillage illégal (opération Harpie), à la sécurisation du centre spatial guyanais (opération Titan), et à la lutte contre la pêche illégale. Dans le cadre de leur mission de police des pêches, les FAG garantissent la souveraineté de la France sur les eaux placées sous sa juridiction, répondent aux engagements internationaux pris par la France dans le domaine de préservation des ressources halieutiques, et combattent les activités maritimes illicites. 

 FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance
 FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance

Source : Etat-major des armées


FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance

publié le Jeudi 20 octobre 2022

 FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance

FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance

© EMA

Du 4 au 20 septembre, le Patrouilleur Antilles-Guyane (PAG) La Confiance a effectué un déploiement opérationnel au Brésil comprenant deux escales (Belém et Santarem), la remontée du fleuve Amazone ainsi qu’une patrouille commune avec le patrouilleur brésilien Guanabara.

Lors de son transit vers Belém, l’équipage de La Confiance s’est entraîné à la récupération de naufragés. Il a également révisé les procédures pour conduire des opérations de police des pêches, menées régulièrement avec la marine brésilienne.

Le 6 septembre, veille de la fête nationale brésilienne, le bâtiment est arrivé à Belém. Cette escale a permis d’accueillir à bord le général de division aérienne Xavier Buisson, commandant supérieur des Forces armées en Guyane (FAG), le commandant de zone maritime, le Consul de France et une délégation de marins brésiliens. Au cours de cette escale, l’équipage de La Confiance a également préparé la patrouille franco-brésilienne qui s’est déroulée les 18 et 19 septembre.

Le bilan de cette patrouille maritime conjointe menée le long de la frontière entre la Guyane et le Brésil est très positif. Elle a permis d’arrêter 4 embarcations qui se livraient à des actions de pêche illicite. Leur contrôle a abouti à des traitements administratifs en mer avec saisie des filets non réglementaires.

Cette séquence de diplomatie navale et la patrouille conjointe ont renforcé les synergies opérationnelles issues de la coopération franco-brésilienne dans le domaine maritime.

Fortes de 2 100 militaires, les FAG exercent des missions de soutien de l’action de l’État et contribuent aux missions de souveraineté. À ce titre, elles garantissent la protection du territoire national, et contribuent au maintien de la sécurité dans la Zone de responsabilité permanente unique Caraïbes (ZRP), à la lutte contre l’orpaillage illégal (opération Harpie), à la sécurisation du centre spatial guyanais (opération Titan), et à la lutte contre la pêche illégale. Dans le cadre de leur mission de police des pêches, les FAG garantissent la souveraineté de la France sur les eaux placées sous sa juridiction, répondent aux engagements internationaux pris par la France dans le domaine de préservation des ressources halieutiques, et combattent les activités maritimes illicites. 

 FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance
 FAG - Coopération maritime franco-brésilienne pour le PAG La Confiance

Source : Etat-major des armées


FAA - La Combattante stoppe des trafiquants de stupéfiants entre Sainte-Lucie et la Martinique

publié le Vendredi 08 avril 2022

 FAA - La Combattante stoppe des trafiquants de stupéfiants entre Sainte-Lucie et la Martinique

FAA - La Combattante stoppe des trafiquants de stupéfiants entre Sainte-Lucie et la Martinique

© EMA

Dans la nuit du 25 au 26 mars 2022, le Patrouilleur Antilles-Guyane (PAG) La Combattante des Forces armées aux Antilles (FAA) a intercepté un navire de pêche dans les eaux territoriales françaises impliqué dans un trafic de stupéfiants.

Au cours d’une patrouille de surveillance maritime au sud de la Martinique, La Combattante a détecté une yole suspectée d’être impliquée dans un trafic de stupéfiants. Un contrôle de police en mer a permis de découvrir des ballots de cannabis flottant à proximité de l’embarcation, ainsi que des munitions.

Les 8 kg de cannabis, les munitions ainsi que l’embarcation ont été remis à l’antenne Caraïbes de l’office antistupéfiants (OFAST) à Fort-de-France.

 

Les 1 000 militaires des FAA garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Ils constituent un dispositif interarmées de premier plan sur le théâtre Caraïbe, en coordination avec les forces armées en Guyane. Aux Antilles, les forces armées assurent des missions de souveraineté et de coopération régionale, et conduisent trois missions spécifiques : l’action de l’Etat en mer, sous l’autorité du délégué du Gouvernement pour l’action de l’Etat en mer afin de combattre efficacement le narcotrafic en mer et de coordonner la mise en œuvre des plans d’urgence en mer ; le secours aux populations en cas de catastrophes naturelles ou de situations humanitaires graves dans la zone ; la participation à une opération militaire dans un environnement national ou multinational comme à une évacuation de ressortissant.

Source : Etat-major des armées


FAA - La Combattante stoppe des trafiquants de stupéfiants entre Sainte-Lucie et la Martinique

publié le Vendredi 08 avril 2022

 FAA - La Combattante stoppe des trafiquants de stupéfiants entre Sainte-Lucie et la Martinique

FAA - La Combattante stoppe des trafiquants de stupéfiants entre Sainte-Lucie et la Martinique

© EMA

Dans la nuit du 25 au 26 mars 2022, le Patrouilleur Antilles-Guyane (PAG) La Combattante des Forces armées aux Antilles (FAA) a intercepté un navire de pêche dans les eaux territoriales françaises impliqué dans un trafic de stupéfiants.

Au cours d’une patrouille de surveillance maritime au sud de la Martinique, La Combattante a détecté une yole suspectée d’être impliquée dans un trafic de stupéfiants. Un contrôle de police en mer a permis de découvrir des ballots de cannabis flottant à proximité de l’embarcation, ainsi que des munitions.

Les 8 kg de cannabis, les munitions ainsi que l’embarcation ont été remis à l’antenne Caraïbes de l’office antistupéfiants (OFAST) à Fort-de-France.

 

Les 1 000 militaires des FAA garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Ils constituent un dispositif interarmées de premier plan sur le théâtre Caraïbe, en coordination avec les forces armées en Guyane. Aux Antilles, les forces armées assurent des missions de souveraineté et de coopération régionale, et conduisent trois missions spécifiques : l’action de l’Etat en mer, sous l’autorité du délégué du Gouvernement pour l’action de l’Etat en mer afin de combattre efficacement le narcotrafic en mer et de coordonner la mise en œuvre des plans d’urgence en mer ; le secours aux populations en cas de catastrophes naturelles ou de situations humanitaires graves dans la zone ; la participation à une opération militaire dans un environnement national ou multinational comme à une évacuation de ressortissant.

Source : Etat-major des armées


FAA - La Combattante stoppe des trafiquants de stupéfiants entre Sainte-Lucie et la Martinique

publié le Vendredi 08 avril 2022

 FAA - La Combattante stoppe des trafiquants de stupéfiants entre Sainte-Lucie et la Martinique

FAA - La Combattante stoppe des trafiquants de stupéfiants entre Sainte-Lucie et la Martinique

© EMA

Dans la nuit du 25 au 26 mars 2022, le Patrouilleur Antilles-Guyane (PAG) La Combattante des Forces armées aux Antilles (FAA) a intercepté un navire de pêche dans les eaux territoriales françaises impliqué dans un trafic de stupéfiants.

Au cours d’une patrouille de surveillance maritime au sud de la Martinique, La Combattante a détecté une yole suspectée d’être impliquée dans un trafic de stupéfiants. Un contrôle de police en mer a permis de découvrir des ballots de cannabis flottant à proximité de l’embarcation, ainsi que des munitions.

Les 8 kg de cannabis, les munitions ainsi que l’embarcation ont été remis à l’antenne Caraïbes de l’office antistupéfiants (OFAST) à Fort-de-France.

 

Les 1 000 militaires des FAA garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Ils constituent un dispositif interarmées de premier plan sur le théâtre Caraïbe, en coordination avec les forces armées en Guyane. Aux Antilles, les forces armées assurent des missions de souveraineté et de coopération régionale, et conduisent trois missions spécifiques : l’action de l’Etat en mer, sous l’autorité du délégué du Gouvernement pour l’action de l’Etat en mer afin de combattre efficacement le narcotrafic en mer et de coordonner la mise en œuvre des plans d’urgence en mer ; le secours aux populations en cas de catastrophes naturelles ou de situations humanitaires graves dans la zone ; la participation à une opération militaire dans un environnement national ou multinational comme à une évacuation de ressortissant.

Source : Etat-major des armées


FAA - La Combattante stoppe des trafiquants de stupéfiants entre Sainte-Lucie et la Martinique

publié le Vendredi 08 avril 2022

 FAA - La Combattante stoppe des trafiquants de stupéfiants entre Sainte-Lucie et la Martinique

FAA - La Combattante stoppe des trafiquants de stupéfiants entre Sainte-Lucie et la Martinique

© EMA

Dans la nuit du 25 au 26 mars 2022, le Patrouilleur Antilles-Guyane (PAG) La Combattante des Forces armées aux Antilles (FAA) a intercepté un navire de pêche dans les eaux territoriales françaises impliqué dans un trafic de stupéfiants.

Au cours d’une patrouille de surveillance maritime au sud de la Martinique, La Combattante a détecté une yole suspectée d’être impliquée dans un trafic de stupéfiants. Un contrôle de police en mer a permis de découvrir des ballots de cannabis flottant à proximité de l’embarcation, ainsi que des munitions.

Les 8 kg de cannabis, les munitions ainsi que l’embarcation ont été remis à l’antenne Caraïbes de l’office antistupéfiants (OFAST) à Fort-de-France.

 

Les 1 000 militaires des FAA garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Ils constituent un dispositif interarmées de premier plan sur le théâtre Caraïbe, en coordination avec les forces armées en Guyane. Aux Antilles, les forces armées assurent des missions de souveraineté et de coopération régionale, et conduisent trois missions spécifiques : l’action de l’Etat en mer, sous l’autorité du délégué du Gouvernement pour l’action de l’Etat en mer afin de combattre efficacement le narcotrafic en mer et de coordonner la mise en œuvre des plans d’urgence en mer ; le secours aux populations en cas de catastrophes naturelles ou de situations humanitaires graves dans la zone ; la participation à une opération militaire dans un environnement national ou multinational comme à une évacuation de ressortissant.

Source : Etat-major des armées


PLAN MERCATOR - PROJECTION VERS 2030

marine 2030

marine 2030

© Marine nationale

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qui s’appuie sur l’évolution du contexte géopolitique décrit dans la revue stratégique, vient d’être votée par la représentation nationale. Elle définit les moyens nécessaires pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Le renouvellement de la flotte est assuré et les lacunes capacitaires seront progressivement comblées. 

Afin de fixer le cap à tous les marins, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, a dévoilé son plan stratégique pour 2030 : le plan Mercator, du nom du célèbre cartographe flamand du XVIe siècle. Ce plan se décline en quatre « amers » : une marine d’emploi qui navigue sur toutes les mers du monde, une marine de combat qui s’appuie sur un entraînement poussé, une marine en pointe qui innove pour conserver l’ascendant sur l’adversaire et, enfin, une marine qui compte sur chacun. Pour cela, il faut des marins épanouis tant dans leur métier qu’auprès de leurs familles.

test

test encar blablablabla

blablablbalabla

Source : Marine nationale


PLAN MERCATOR - PROJECTION VERS 2030

marine 2030

marine 2030

© Marine nationale

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qui s’appuie sur l’évolution du contexte géopolitique décrit dans la revue stratégique, vient d’être votée par la représentation nationale. Elle définit les moyens nécessaires pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Le renouvellement de la flotte est assuré et les lacunes capacitaires seront progressivement comblées. 

Afin de fixer le cap à tous les marins, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, a dévoilé son plan stratégique pour 2030 : le plan Mercator, du nom du célèbre cartographe flamand du XVIe siècle. Ce plan se décline en quatre « amers » : une marine d’emploi qui navigue sur toutes les mers du monde, une marine de combat qui s’appuie sur un entraînement poussé, une marine en pointe qui innove pour conserver l’ascendant sur l’adversaire et, enfin, une marine qui compte sur chacun. Pour cela, il faut des marins épanouis tant dans leur métier qu’auprès de leurs familles.

test

test encar blablablabla

blablablbalabla

Source : Marine nationale


PLAN MERCATOR - PROJECTION VERS 2030

marine 2030

marine 2030

© Marine nationale

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qui s’appuie sur l’évolution du contexte géopolitique décrit dans la revue stratégique, vient d’être votée par la représentation nationale. Elle définit les moyens nécessaires pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Le renouvellement de la flotte est assuré et les lacunes capacitaires seront progressivement comblées. 

Afin de fixer le cap à tous les marins, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, a dévoilé son plan stratégique pour 2030 : le plan Mercator, du nom du célèbre cartographe flamand du XVIe siècle. Ce plan se décline en quatre « amers » : une marine d’emploi qui navigue sur toutes les mers du monde, une marine de combat qui s’appuie sur un entraînement poussé, une marine en pointe qui innove pour conserver l’ascendant sur l’adversaire et, enfin, une marine qui compte sur chacun. Pour cela, il faut des marins épanouis tant dans leur métier qu’auprès de leurs familles.

test

test encar blablablabla

blablablbalabla

Source : Marine nationale

S'abonner à Dégrad-des-Cannes