Top départ pour la Mission Jeanne d’Arc 2024 !

publié le Mercredi 21 février 2024

Top départ pour la Mission Jeanne d’Arc 2024 !

Top départ pour la Mission Jeanne d’Arc 2024 !

© Marine nationale

Le 19 février 2024, le PHA Tonnerre accueillait la cérémonie de départ de la mission Jeanne d’Arc 2024.

Cette cérémonie, présidée par le vice-amiral d’escadre Éric Janicot, directeur du personnel de la Marine, a été marquée par la remise de la hallebarde par le vice-amiral Laurent Hemmer, amiral commandant l’École navale, au capitaine de vaisseau Adrien Schaar, commandant du groupe Jeanne d’Arc 2024.

Porteuse des traditions des missions passées, la hallebarde symbolise la continuité dans la délivrance des valeurs et des compétences par l’École d’application des officiers de marine et inscrit l’édition 2024 de la mission Jeanne d’Arc dans une longue tradition et sous un format qui fête cette année ses 160 ans.

Durant près de 5 mois, les 161 officiers-élèves vivront au rythme des opérations du porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre et de la frégate de type Lafayette (FLF) Guépratte. Les officiers-élèves évolueront dans un environnement riche et complexe, les préparant au mieux à endosser leurs responsabilités de cadre de la Marine de demain. Pendant plusieurs mois, ils partageront leur quotidien entre les heures de cours et leur intégration au sein des différents services du PHA et de la frégate, ils seront à la manœuvre lors des exercices et opérations et mèneront les interactions avec les marines partenaires.

C’est une véritable école embarquée qu’ils s’apprêtent à vivre, au cœur des enjeux actuels, dans les zones d’intérêt stratégique majeur pour la France. La présence d’un groupement tactique embarqué (GTE) de l'armée de Terre complète ce cadre de formation réaliste et concret avec ses capacités d’action au loin et sur terre.

Source : Marine nationale


MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

publié le Jeudi 13 juillet 2023

 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

© EMA

Après 27 500 nautiques parcourus, le Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Dixmude, la frégate La Fayette et leurs 800 marins et soldats de l’armée de Terre, dont 160 officiers élèves, ont accosté à Toulon le 13 juillet. Ils ont quitté la France le 8 février dernier pour entamer un tour du monde et une mission riche en opérations, en entrainements et en coopération internationale. Au total, la mission comptabilise 10 escales sur 4 continents et 23 actions de coopération internationale.

Le groupe JEANNE D’ARC 2023 a débuté sa mission le 8 février en traversant la Méditerranée par le détroit de Messine afin de conduire un premier exercice avec une frégate égyptienne dès le 14 février. Le lendemain, il a emprunté le canal de Suez pour naviguer en mer Rouge puis traverser le détroit de Bab-el-Mandeb.

Dans l’océan Indien, le groupe a intégré l’opération ATALANTA de lutte contre les trafics illicites. Le 3 mars, plus d’une tonne de drogue est saisie sur deux boutres simultanément par Le Dixmude et le La Fayette. Les bâtiments ont ensuite fait escale à Cochin en Inde où le Groupe tactique embarqué (GTE) a rejoint la 91ème brigade d’infanterie indienne pour l’exercice terrestre FRINJEX 23 du 6 au 9 mars.

A l’ouvert du golfe du Bengale du 13 au 14 mars, le PHA et la frégate ont ensuite conduit l’exercice maritime multinational LAPEROUSE avec six autres navires militaires indien, américain, australien, britannique et japonais ainsi qu’un état-major de la marine canadienne. Après un passage dans le détroit de Malacca, le groupe a fait escale à Singapour du 18 au 22 mars où le GTE a mené des exercices de tir avec l’armée singapourienne. L’escale suivante à Jakarta leur a permis de prendre part du 26 au 28 mars à l’exercice de combat urbain GARUDA-GUERRIER 23 avec le 328ème bataillon parachutiste de l’armée indonésienne. Le Task Group (TG) JDA 23 a alors pris la route de l’Océanie par le détroit de la Sonde, avec trois officiers australiens pour préparer plusieurs entrainements de défense aérienne avec des F35 de la Royal Australian Air Force et un patrouilleur de la Royal Australian Navy du 5 au 7 avril. Du 11 au 13 avril, un arrêt à Townsville a permis aux soldats du GTE de s’entraîner au côté de leurs homologues australiens. En parallèle, le La Fayette a fait relâche à Cairns pour des échanges avec les unités de la marine australienne stationnées dans ce port militaire.

La navigation s’est poursuivie dans l’océan Pacifique par une escale à Nouméa avant que le TG prenne part à l’exercice des Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) CROIX DU SUD 2023 du 24 avril au 6 mai. Cet entrainement majeur a permis aux forces françaises, avec 18 autres nations, de se préparer à une opération de secours aux populations après une catastrophe naturelle. Tout en participant à la police des pêches dans la Zone économique exclusive (ZEE) française et plus globalement à la surveillance de cette activité dans le cadre de la Pacific Islands forum fisheries Agency, le PHA et la frégate ont rejoint les eaux polynésiennes après un passage aux îles Fidji et Tonga entre le 9 et le 12 mai qui a permis au commandement d’échanger avec les autorités locales.

L’escale à Papeete du 17 au 21 mai a permis un retour de « La Jeanne » sur l’île de Tahiti après 21 ans d’absence. Le GTE et la flottille amphibie ont mené des entrainements sur cette île et celle de Raiatea avec les Forces armées en Polynésie française (FAPF). Ayant traversé le Pacifique, le groupe JEANNE D’ARC 2023 est intervenu du 1er au 3 juin dans la ZEE de Clipperto. Des missions de surveillance maritime, de police des pêches en mer et de dépollution et de déminage à terre y ont été menées. L’escale au Mexique à Acapulco du 5 au 9 juin a été l’occasion une nouvelle fois de conduire plusieurs activités de coopération à terre avec des entraînements entre le GTE et le 22ème bataillon d’infanterie de marine mexicain puis en mer avec le patrouilleur Benito Juarez.

Après le Pacifique, le PHA s’est dirigé pour la première fois en mer des Caraïbes en empruntant le canal de Panama. Le 15 juin, les deux bâtiments du groupe JEANNE D’ARC 2023 ont franchi les 80 km de cet ouvrage français en 10 heures. Quelques jours plus tard, le 18 juin, le patrouilleur hollandais Groningen a rejoint le groupe pour plusieurs exercices en mer. Le dernier passage à terre s’est déroulé en Guadeloupe et en Martinique entre le 21 au 26 juin. À l’aube de la saison cyclonique, le Dixmude a déroulé le plan d’actions des Forces armées aux Antilles (FAA) en mettant ses bâtiments à l’abri face à l’arrivée de la tempête tropicale BRET. Avant cela, les moyens amphibies et terrestres du PHA ont pu participer à l’exercice d’évacuation de ressortissants TCHEMBE.

Enfin, la mission JEANNE D’ARC 2023 s’est terminée par la traversée de l’océan Atlantique et le passage du détroit de Gibraltar et une arrivée à Toulon le 13 juillet après plus de cinq mois de mission.

Au total, la mission JEANNE D’ARC 2023 représente 155 jours de déploiement, 10 escales sur 4 continents et 23 actions de coopération internationale.

 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours
 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours
 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

Source : Etat-major des armées


MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

publié le Jeudi 13 juillet 2023

 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

© EMA

Après 27 500 nautiques parcourus, le Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Dixmude, la frégate La Fayette et leurs 800 marins et soldats de l’armée de Terre, dont 160 officiers élèves, ont accosté à Toulon le 13 juillet. Ils ont quitté la France le 8 février dernier pour entamer un tour du monde et une mission riche en opérations, en entrainements et en coopération internationale. Au total, la mission comptabilise 10 escales sur 4 continents et 23 actions de coopération internationale.

Le groupe JEANNE D’ARC 2023 a débuté sa mission le 8 février en traversant la Méditerranée par le détroit de Messine afin de conduire un premier exercice avec une frégate égyptienne dès le 14 février. Le lendemain, il a emprunté le canal de Suez pour naviguer en mer Rouge puis traverser le détroit de Bab-el-Mandeb.

Dans l’océan Indien, le groupe a intégré l’opération ATALANTA de lutte contre les trafics illicites. Le 3 mars, plus d’une tonne de drogue est saisie sur deux boutres simultanément par Le Dixmude et le La Fayette. Les bâtiments ont ensuite fait escale à Cochin en Inde où le Groupe tactique embarqué (GTE) a rejoint la 91ème brigade d’infanterie indienne pour l’exercice terrestre FRINJEX 23 du 6 au 9 mars.

A l’ouvert du golfe du Bengale du 13 au 14 mars, le PHA et la frégate ont ensuite conduit l’exercice maritime multinational LAPEROUSE avec six autres navires militaires indien, américain, australien, britannique et japonais ainsi qu’un état-major de la marine canadienne. Après un passage dans le détroit de Malacca, le groupe a fait escale à Singapour du 18 au 22 mars où le GTE a mené des exercices de tir avec l’armée singapourienne. L’escale suivante à Jakarta leur a permis de prendre part du 26 au 28 mars à l’exercice de combat urbain GARUDA-GUERRIER 23 avec le 328ème bataillon parachutiste de l’armée indonésienne. Le Task Group (TG) JDA 23 a alors pris la route de l’Océanie par le détroit de la Sonde, avec trois officiers australiens pour préparer plusieurs entrainements de défense aérienne avec des F35 de la Royal Australian Air Force et un patrouilleur de la Royal Australian Navy du 5 au 7 avril. Du 11 au 13 avril, un arrêt à Townsville a permis aux soldats du GTE de s’entraîner au côté de leurs homologues australiens. En parallèle, le La Fayette a fait relâche à Cairns pour des échanges avec les unités de la marine australienne stationnées dans ce port militaire.

La navigation s’est poursuivie dans l’océan Pacifique par une escale à Nouméa avant que le TG prenne part à l’exercice des Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) CROIX DU SUD 2023 du 24 avril au 6 mai. Cet entrainement majeur a permis aux forces françaises, avec 18 autres nations, de se préparer à une opération de secours aux populations après une catastrophe naturelle. Tout en participant à la police des pêches dans la Zone économique exclusive (ZEE) française et plus globalement à la surveillance de cette activité dans le cadre de la Pacific Islands forum fisheries Agency, le PHA et la frégate ont rejoint les eaux polynésiennes après un passage aux îles Fidji et Tonga entre le 9 et le 12 mai qui a permis au commandement d’échanger avec les autorités locales.

L’escale à Papeete du 17 au 21 mai a permis un retour de « La Jeanne » sur l’île de Tahiti après 21 ans d’absence. Le GTE et la flottille amphibie ont mené des entrainements sur cette île et celle de Raiatea avec les Forces armées en Polynésie française (FAPF). Ayant traversé le Pacifique, le groupe JEANNE D’ARC 2023 est intervenu du 1er au 3 juin dans la ZEE de Clipperto. Des missions de surveillance maritime, de police des pêches en mer et de dépollution et de déminage à terre y ont été menées. L’escale au Mexique à Acapulco du 5 au 9 juin a été l’occasion une nouvelle fois de conduire plusieurs activités de coopération à terre avec des entraînements entre le GTE et le 22ème bataillon d’infanterie de marine mexicain puis en mer avec le patrouilleur Benito Juarez.

Après le Pacifique, le PHA s’est dirigé pour la première fois en mer des Caraïbes en empruntant le canal de Panama. Le 15 juin, les deux bâtiments du groupe JEANNE D’ARC 2023 ont franchi les 80 km de cet ouvrage français en 10 heures. Quelques jours plus tard, le 18 juin, le patrouilleur hollandais Groningen a rejoint le groupe pour plusieurs exercices en mer. Le dernier passage à terre s’est déroulé en Guadeloupe et en Martinique entre le 21 au 26 juin. À l’aube de la saison cyclonique, le Dixmude a déroulé le plan d’actions des Forces armées aux Antilles (FAA) en mettant ses bâtiments à l’abri face à l’arrivée de la tempête tropicale BRET. Avant cela, les moyens amphibies et terrestres du PHA ont pu participer à l’exercice d’évacuation de ressortissants TCHEMBE.

Enfin, la mission JEANNE D’ARC 2023 s’est terminée par la traversée de l’océan Atlantique et le passage du détroit de Gibraltar et une arrivée à Toulon le 13 juillet après plus de cinq mois de mission.

Au total, la mission JEANNE D’ARC 2023 représente 155 jours de déploiement, 10 escales sur 4 continents et 23 actions de coopération internationale.

 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours
 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours
 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

Source : Etat-major des armées


MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

publié le Jeudi 13 juillet 2023

 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

© EMA

Après 27 500 nautiques parcourus, le Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Dixmude, la frégate La Fayette et leurs 800 marins et soldats de l’armée de Terre, dont 160 officiers élèves, ont accosté à Toulon le 13 juillet. Ils ont quitté la France le 8 février dernier pour entamer un tour du monde et une mission riche en opérations, en entrainements et en coopération internationale. Au total, la mission comptabilise 10 escales sur 4 continents et 23 actions de coopération internationale.

Le groupe JEANNE D’ARC 2023 a débuté sa mission le 8 février en traversant la Méditerranée par le détroit de Messine afin de conduire un premier exercice avec une frégate égyptienne dès le 14 février. Le lendemain, il a emprunté le canal de Suez pour naviguer en mer Rouge puis traverser le détroit de Bab-el-Mandeb.

Dans l’océan Indien, le groupe a intégré l’opération ATALANTA de lutte contre les trafics illicites. Le 3 mars, plus d’une tonne de drogue est saisie sur deux boutres simultanément par Le Dixmude et le La Fayette. Les bâtiments ont ensuite fait escale à Cochin en Inde où le Groupe tactique embarqué (GTE) a rejoint la 91ème brigade d’infanterie indienne pour l’exercice terrestre FRINJEX 23 du 6 au 9 mars.

A l’ouvert du golfe du Bengale du 13 au 14 mars, le PHA et la frégate ont ensuite conduit l’exercice maritime multinational LAPEROUSE avec six autres navires militaires indien, américain, australien, britannique et japonais ainsi qu’un état-major de la marine canadienne. Après un passage dans le détroit de Malacca, le groupe a fait escale à Singapour du 18 au 22 mars où le GTE a mené des exercices de tir avec l’armée singapourienne. L’escale suivante à Jakarta leur a permis de prendre part du 26 au 28 mars à l’exercice de combat urbain GARUDA-GUERRIER 23 avec le 328ème bataillon parachutiste de l’armée indonésienne. Le Task Group (TG) JDA 23 a alors pris la route de l’Océanie par le détroit de la Sonde, avec trois officiers australiens pour préparer plusieurs entrainements de défense aérienne avec des F35 de la Royal Australian Air Force et un patrouilleur de la Royal Australian Navy du 5 au 7 avril. Du 11 au 13 avril, un arrêt à Townsville a permis aux soldats du GTE de s’entraîner au côté de leurs homologues australiens. En parallèle, le La Fayette a fait relâche à Cairns pour des échanges avec les unités de la marine australienne stationnées dans ce port militaire.

La navigation s’est poursuivie dans l’océan Pacifique par une escale à Nouméa avant que le TG prenne part à l’exercice des Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) CROIX DU SUD 2023 du 24 avril au 6 mai. Cet entrainement majeur a permis aux forces françaises, avec 18 autres nations, de se préparer à une opération de secours aux populations après une catastrophe naturelle. Tout en participant à la police des pêches dans la Zone économique exclusive (ZEE) française et plus globalement à la surveillance de cette activité dans le cadre de la Pacific Islands forum fisheries Agency, le PHA et la frégate ont rejoint les eaux polynésiennes après un passage aux îles Fidji et Tonga entre le 9 et le 12 mai qui a permis au commandement d’échanger avec les autorités locales.

L’escale à Papeete du 17 au 21 mai a permis un retour de « La Jeanne » sur l’île de Tahiti après 21 ans d’absence. Le GTE et la flottille amphibie ont mené des entrainements sur cette île et celle de Raiatea avec les Forces armées en Polynésie française (FAPF). Ayant traversé le Pacifique, le groupe JEANNE D’ARC 2023 est intervenu du 1er au 3 juin dans la ZEE de Clipperto. Des missions de surveillance maritime, de police des pêches en mer et de dépollution et de déminage à terre y ont été menées. L’escale au Mexique à Acapulco du 5 au 9 juin a été l’occasion une nouvelle fois de conduire plusieurs activités de coopération à terre avec des entraînements entre le GTE et le 22ème bataillon d’infanterie de marine mexicain puis en mer avec le patrouilleur Benito Juarez.

Après le Pacifique, le PHA s’est dirigé pour la première fois en mer des Caraïbes en empruntant le canal de Panama. Le 15 juin, les deux bâtiments du groupe JEANNE D’ARC 2023 ont franchi les 80 km de cet ouvrage français en 10 heures. Quelques jours plus tard, le 18 juin, le patrouilleur hollandais Groningen a rejoint le groupe pour plusieurs exercices en mer. Le dernier passage à terre s’est déroulé en Guadeloupe et en Martinique entre le 21 au 26 juin. À l’aube de la saison cyclonique, le Dixmude a déroulé le plan d’actions des Forces armées aux Antilles (FAA) en mettant ses bâtiments à l’abri face à l’arrivée de la tempête tropicale BRET. Avant cela, les moyens amphibies et terrestres du PHA ont pu participer à l’exercice d’évacuation de ressortissants TCHEMBE.

Enfin, la mission JEANNE D’ARC 2023 s’est terminée par la traversée de l’océan Atlantique et le passage du détroit de Gibraltar et une arrivée à Toulon le 13 juillet après plus de cinq mois de mission.

Au total, la mission JEANNE D’ARC 2023 représente 155 jours de déploiement, 10 escales sur 4 continents et 23 actions de coopération internationale.

 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours
 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours
 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

Source : Etat-major des armées


MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

publié le Jeudi 13 juillet 2023

 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

© EMA

Après 27 500 nautiques parcourus, le Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Dixmude, la frégate La Fayette et leurs 800 marins et soldats de l’armée de Terre, dont 160 officiers élèves, ont accosté à Toulon le 13 juillet. Ils ont quitté la France le 8 février dernier pour entamer un tour du monde et une mission riche en opérations, en entrainements et en coopération internationale. Au total, la mission comptabilise 10 escales sur 4 continents et 23 actions de coopération internationale.

Le groupe JEANNE D’ARC 2023 a débuté sa mission le 8 février en traversant la Méditerranée par le détroit de Messine afin de conduire un premier exercice avec une frégate égyptienne dès le 14 février. Le lendemain, il a emprunté le canal de Suez pour naviguer en mer Rouge puis traverser le détroit de Bab-el-Mandeb.

Dans l’océan Indien, le groupe a intégré l’opération ATALANTA de lutte contre les trafics illicites. Le 3 mars, plus d’une tonne de drogue est saisie sur deux boutres simultanément par Le Dixmude et le La Fayette. Les bâtiments ont ensuite fait escale à Cochin en Inde où le Groupe tactique embarqué (GTE) a rejoint la 91ème brigade d’infanterie indienne pour l’exercice terrestre FRINJEX 23 du 6 au 9 mars.

A l’ouvert du golfe du Bengale du 13 au 14 mars, le PHA et la frégate ont ensuite conduit l’exercice maritime multinational LAPEROUSE avec six autres navires militaires indien, américain, australien, britannique et japonais ainsi qu’un état-major de la marine canadienne. Après un passage dans le détroit de Malacca, le groupe a fait escale à Singapour du 18 au 22 mars où le GTE a mené des exercices de tir avec l’armée singapourienne. L’escale suivante à Jakarta leur a permis de prendre part du 26 au 28 mars à l’exercice de combat urbain GARUDA-GUERRIER 23 avec le 328ème bataillon parachutiste de l’armée indonésienne. Le Task Group (TG) JDA 23 a alors pris la route de l’Océanie par le détroit de la Sonde, avec trois officiers australiens pour préparer plusieurs entrainements de défense aérienne avec des F35 de la Royal Australian Air Force et un patrouilleur de la Royal Australian Navy du 5 au 7 avril. Du 11 au 13 avril, un arrêt à Townsville a permis aux soldats du GTE de s’entraîner au côté de leurs homologues australiens. En parallèle, le La Fayette a fait relâche à Cairns pour des échanges avec les unités de la marine australienne stationnées dans ce port militaire.

La navigation s’est poursuivie dans l’océan Pacifique par une escale à Nouméa avant que le TG prenne part à l’exercice des Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) CROIX DU SUD 2023 du 24 avril au 6 mai. Cet entrainement majeur a permis aux forces françaises, avec 18 autres nations, de se préparer à une opération de secours aux populations après une catastrophe naturelle. Tout en participant à la police des pêches dans la Zone économique exclusive (ZEE) française et plus globalement à la surveillance de cette activité dans le cadre de la Pacific Islands forum fisheries Agency, le PHA et la frégate ont rejoint les eaux polynésiennes après un passage aux îles Fidji et Tonga entre le 9 et le 12 mai qui a permis au commandement d’échanger avec les autorités locales.

L’escale à Papeete du 17 au 21 mai a permis un retour de « La Jeanne » sur l’île de Tahiti après 21 ans d’absence. Le GTE et la flottille amphibie ont mené des entrainements sur cette île et celle de Raiatea avec les Forces armées en Polynésie française (FAPF). Ayant traversé le Pacifique, le groupe JEANNE D’ARC 2023 est intervenu du 1er au 3 juin dans la ZEE de Clipperto. Des missions de surveillance maritime, de police des pêches en mer et de dépollution et de déminage à terre y ont été menées. L’escale au Mexique à Acapulco du 5 au 9 juin a été l’occasion une nouvelle fois de conduire plusieurs activités de coopération à terre avec des entraînements entre le GTE et le 22ème bataillon d’infanterie de marine mexicain puis en mer avec le patrouilleur Benito Juarez.

Après le Pacifique, le PHA s’est dirigé pour la première fois en mer des Caraïbes en empruntant le canal de Panama. Le 15 juin, les deux bâtiments du groupe JEANNE D’ARC 2023 ont franchi les 80 km de cet ouvrage français en 10 heures. Quelques jours plus tard, le 18 juin, le patrouilleur hollandais Groningen a rejoint le groupe pour plusieurs exercices en mer. Le dernier passage à terre s’est déroulé en Guadeloupe et en Martinique entre le 21 au 26 juin. À l’aube de la saison cyclonique, le Dixmude a déroulé le plan d’actions des Forces armées aux Antilles (FAA) en mettant ses bâtiments à l’abri face à l’arrivée de la tempête tropicale BRET. Avant cela, les moyens amphibies et terrestres du PHA ont pu participer à l’exercice d’évacuation de ressortissants TCHEMBE.

Enfin, la mission JEANNE D’ARC 2023 s’est terminée par la traversée de l’océan Atlantique et le passage du détroit de Gibraltar et une arrivée à Toulon le 13 juillet après plus de cinq mois de mission.

Au total, la mission JEANNE D’ARC 2023 représente 155 jours de déploiement, 10 escales sur 4 continents et 23 actions de coopération internationale.

 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours
 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours
 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

Source : Etat-major des armées


MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

publié le Jeudi 13 juillet 2023

 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

© EMA

Après 27 500 nautiques parcourus, le Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Dixmude, la frégate La Fayette et leurs 800 marins et soldats de l’armée de Terre, dont 160 officiers élèves, ont accosté à Toulon le 13 juillet. Ils ont quitté la France le 8 février dernier pour entamer un tour du monde et une mission riche en opérations, en entrainements et en coopération internationale. Au total, la mission comptabilise 10 escales sur 4 continents et 23 actions de coopération internationale.

Le groupe JEANNE D’ARC 2023 a débuté sa mission le 8 février en traversant la Méditerranée par le détroit de Messine afin de conduire un premier exercice avec une frégate égyptienne dès le 14 février. Le lendemain, il a emprunté le canal de Suez pour naviguer en mer Rouge puis traverser le détroit de Bab-el-Mandeb.

Dans l’océan Indien, le groupe a intégré l’opération ATALANTA de lutte contre les trafics illicites. Le 3 mars, plus d’une tonne de drogue est saisie sur deux boutres simultanément par Le Dixmude et le La Fayette. Les bâtiments ont ensuite fait escale à Cochin en Inde où le Groupe tactique embarqué (GTE) a rejoint la 91ème brigade d’infanterie indienne pour l’exercice terrestre FRINJEX 23 du 6 au 9 mars.

A l’ouvert du golfe du Bengale du 13 au 14 mars, le PHA et la frégate ont ensuite conduit l’exercice maritime multinational LAPEROUSE avec six autres navires militaires indien, américain, australien, britannique et japonais ainsi qu’un état-major de la marine canadienne. Après un passage dans le détroit de Malacca, le groupe a fait escale à Singapour du 18 au 22 mars où le GTE a mené des exercices de tir avec l’armée singapourienne. L’escale suivante à Jakarta leur a permis de prendre part du 26 au 28 mars à l’exercice de combat urbain GARUDA-GUERRIER 23 avec le 328ème bataillon parachutiste de l’armée indonésienne. Le Task Group (TG) JDA 23 a alors pris la route de l’Océanie par le détroit de la Sonde, avec trois officiers australiens pour préparer plusieurs entrainements de défense aérienne avec des F35 de la Royal Australian Air Force et un patrouilleur de la Royal Australian Navy du 5 au 7 avril. Du 11 au 13 avril, un arrêt à Townsville a permis aux soldats du GTE de s’entraîner au côté de leurs homologues australiens. En parallèle, le La Fayette a fait relâche à Cairns pour des échanges avec les unités de la marine australienne stationnées dans ce port militaire.

La navigation s’est poursuivie dans l’océan Pacifique par une escale à Nouméa avant que le TG prenne part à l’exercice des Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) CROIX DU SUD 2023 du 24 avril au 6 mai. Cet entrainement majeur a permis aux forces françaises, avec 18 autres nations, de se préparer à une opération de secours aux populations après une catastrophe naturelle. Tout en participant à la police des pêches dans la Zone économique exclusive (ZEE) française et plus globalement à la surveillance de cette activité dans le cadre de la Pacific Islands forum fisheries Agency, le PHA et la frégate ont rejoint les eaux polynésiennes après un passage aux îles Fidji et Tonga entre le 9 et le 12 mai qui a permis au commandement d’échanger avec les autorités locales.

L’escale à Papeete du 17 au 21 mai a permis un retour de « La Jeanne » sur l’île de Tahiti après 21 ans d’absence. Le GTE et la flottille amphibie ont mené des entrainements sur cette île et celle de Raiatea avec les Forces armées en Polynésie française (FAPF). Ayant traversé le Pacifique, le groupe JEANNE D’ARC 2023 est intervenu du 1er au 3 juin dans la ZEE de Clipperto. Des missions de surveillance maritime, de police des pêches en mer et de dépollution et de déminage à terre y ont été menées. L’escale au Mexique à Acapulco du 5 au 9 juin a été l’occasion une nouvelle fois de conduire plusieurs activités de coopération à terre avec des entraînements entre le GTE et le 22ème bataillon d’infanterie de marine mexicain puis en mer avec le patrouilleur Benito Juarez.

Après le Pacifique, le PHA s’est dirigé pour la première fois en mer des Caraïbes en empruntant le canal de Panama. Le 15 juin, les deux bâtiments du groupe JEANNE D’ARC 2023 ont franchi les 80 km de cet ouvrage français en 10 heures. Quelques jours plus tard, le 18 juin, le patrouilleur hollandais Groningen a rejoint le groupe pour plusieurs exercices en mer. Le dernier passage à terre s’est déroulé en Guadeloupe et en Martinique entre le 21 au 26 juin. À l’aube de la saison cyclonique, le Dixmude a déroulé le plan d’actions des Forces armées aux Antilles (FAA) en mettant ses bâtiments à l’abri face à l’arrivée de la tempête tropicale BRET. Avant cela, les moyens amphibies et terrestres du PHA ont pu participer à l’exercice d’évacuation de ressortissants TCHEMBE.

Enfin, la mission JEANNE D’ARC 2023 s’est terminée par la traversée de l’océan Atlantique et le passage du détroit de Gibraltar et une arrivée à Toulon le 13 juillet après plus de cinq mois de mission.

Au total, la mission JEANNE D’ARC 2023 représente 155 jours de déploiement, 10 escales sur 4 continents et 23 actions de coopération internationale.

 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours
 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours
 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

Source : Etat-major des armées


MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

publié le Jeudi 13 juillet 2023

 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

© EMA

Après 27 500 nautiques parcourus, le Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Dixmude, la frégate La Fayette et leurs 800 marins et soldats de l’armée de Terre, dont 160 officiers élèves, ont accosté à Toulon le 13 juillet. Ils ont quitté la France le 8 février dernier pour entamer un tour du monde et une mission riche en opérations, en entrainements et en coopération internationale. Au total, la mission comptabilise 10 escales sur 4 continents et 23 actions de coopération internationale.

Le groupe JEANNE D’ARC 2023 a débuté sa mission le 8 février en traversant la Méditerranée par le détroit de Messine afin de conduire un premier exercice avec une frégate égyptienne dès le 14 février. Le lendemain, il a emprunté le canal de Suez pour naviguer en mer Rouge puis traverser le détroit de Bab-el-Mandeb.

Dans l’océan Indien, le groupe a intégré l’opération ATALANTA de lutte contre les trafics illicites. Le 3 mars, plus d’une tonne de drogue est saisie sur deux boutres simultanément par Le Dixmude et le La Fayette. Les bâtiments ont ensuite fait escale à Cochin en Inde où le Groupe tactique embarqué (GTE) a rejoint la 91ème brigade d’infanterie indienne pour l’exercice terrestre FRINJEX 23 du 6 au 9 mars.

A l’ouvert du golfe du Bengale du 13 au 14 mars, le PHA et la frégate ont ensuite conduit l’exercice maritime multinational LAPEROUSE avec six autres navires militaires indien, américain, australien, britannique et japonais ainsi qu’un état-major de la marine canadienne. Après un passage dans le détroit de Malacca, le groupe a fait escale à Singapour du 18 au 22 mars où le GTE a mené des exercices de tir avec l’armée singapourienne. L’escale suivante à Jakarta leur a permis de prendre part du 26 au 28 mars à l’exercice de combat urbain GARUDA-GUERRIER 23 avec le 328ème bataillon parachutiste de l’armée indonésienne. Le Task Group (TG) JDA 23 a alors pris la route de l’Océanie par le détroit de la Sonde, avec trois officiers australiens pour préparer plusieurs entrainements de défense aérienne avec des F35 de la Royal Australian Air Force et un patrouilleur de la Royal Australian Navy du 5 au 7 avril. Du 11 au 13 avril, un arrêt à Townsville a permis aux soldats du GTE de s’entraîner au côté de leurs homologues australiens. En parallèle, le La Fayette a fait relâche à Cairns pour des échanges avec les unités de la marine australienne stationnées dans ce port militaire.

La navigation s’est poursuivie dans l’océan Pacifique par une escale à Nouméa avant que le TG prenne part à l’exercice des Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) CROIX DU SUD 2023 du 24 avril au 6 mai. Cet entrainement majeur a permis aux forces françaises, avec 18 autres nations, de se préparer à une opération de secours aux populations après une catastrophe naturelle. Tout en participant à la police des pêches dans la Zone économique exclusive (ZEE) française et plus globalement à la surveillance de cette activité dans le cadre de la Pacific Islands forum fisheries Agency, le PHA et la frégate ont rejoint les eaux polynésiennes après un passage aux îles Fidji et Tonga entre le 9 et le 12 mai qui a permis au commandement d’échanger avec les autorités locales.

L’escale à Papeete du 17 au 21 mai a permis un retour de « La Jeanne » sur l’île de Tahiti après 21 ans d’absence. Le GTE et la flottille amphibie ont mené des entrainements sur cette île et celle de Raiatea avec les Forces armées en Polynésie française (FAPF). Ayant traversé le Pacifique, le groupe JEANNE D’ARC 2023 est intervenu du 1er au 3 juin dans la ZEE de Clipperto. Des missions de surveillance maritime, de police des pêches en mer et de dépollution et de déminage à terre y ont été menées. L’escale au Mexique à Acapulco du 5 au 9 juin a été l’occasion une nouvelle fois de conduire plusieurs activités de coopération à terre avec des entraînements entre le GTE et le 22ème bataillon d’infanterie de marine mexicain puis en mer avec le patrouilleur Benito Juarez.

Après le Pacifique, le PHA s’est dirigé pour la première fois en mer des Caraïbes en empruntant le canal de Panama. Le 15 juin, les deux bâtiments du groupe JEANNE D’ARC 2023 ont franchi les 80 km de cet ouvrage français en 10 heures. Quelques jours plus tard, le 18 juin, le patrouilleur hollandais Groningen a rejoint le groupe pour plusieurs exercices en mer. Le dernier passage à terre s’est déroulé en Guadeloupe et en Martinique entre le 21 au 26 juin. À l’aube de la saison cyclonique, le Dixmude a déroulé le plan d’actions des Forces armées aux Antilles (FAA) en mettant ses bâtiments à l’abri face à l’arrivée de la tempête tropicale BRET. Avant cela, les moyens amphibies et terrestres du PHA ont pu participer à l’exercice d’évacuation de ressortissants TCHEMBE.

Enfin, la mission JEANNE D’ARC 2023 s’est terminée par la traversée de l’océan Atlantique et le passage du détroit de Gibraltar et une arrivée à Toulon le 13 juillet après plus de cinq mois de mission.

Au total, la mission JEANNE D’ARC 2023 représente 155 jours de déploiement, 10 escales sur 4 continents et 23 actions de coopération internationale.

 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours
 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours
 MISSION JEANNE D’ARC 2023 – Bilan d’un tour du monde en 155 jours

Source : Etat-major des armées


Mission JEANNE D’ARC 2023 – Tempête Bret, appui aux autorités locales

publié le Jeudi 29 juin 2023

 Mission JEANNE D’ARC 2023 – Tempête Bret, appui aux autorités locales

Mission JEANNE D’ARC 2023 – Tempête Bret, appui aux autorités locales

© EMA

Après avoir franchi le canal de Panama et traversé la mer des Caraïbes, les bâtiments de la mission JEANNE D’ARC 2023 se sont temporairement séparés. La frégate La Fayette a rejoint Pointe-à-Pitre, tandis que le Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Dixmude a accosté à Fort-de-France le 20 juin, avec un jour d’avance sur son programme du fait de l’arrivée de la tempête tropicale Bret.

Sur demande du contre-amiral Éric Aymard, commandant supérieur des Forces armées aux Antilles (FAA), le Dixmude a ainsi appareillé dès le 21 juin de Fort-de-France avec la Frégate de surveillance (FS) Germinal, le Patrouilleur Antilles-Guyane (PAG) La Combattante et le Bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM) Dumont D’Urville. Les quatre bâtiments ont rejoint le large, au sud de l’île de la Martinique afin de préserver leurs capacités opérationnelles et se tenir prêts à intervenir à la suite du passage de la tempête Bret dans la zone.

Durant deux jours, les quatre bâtiments, intégrés au Task group Jeanne d’Arc, ont assuré un suivi précis de la situation météorologique grâce au travail des météorologistes-océanographes. Ils ont également mis cette navigation en commun à profit en s’entraînant mutuellement en task group constitué.

Durant cette période, le Dixmude a été dérouté le 23 juin par le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Antilles-Guyane pour prêter son concours à une opération d’assistance et de sauvetage de 4 naufragés à l’est de l’île de Sainte-Lucie, dans des conditions  météorologiques fortement dégradées du fait de la tempête. Les naufragés ont été pris en charge par l’hélicoptère Dragon de la Sécurité civile et l’hélicoptère Panther des FAA a procédé à la relocalisation de l’épave qui constituait un danger pour les usagers de la mer. La mobilisation des moyens des armées et leur disponibilité démontrent l’adaptabilité des militaires en général, et des marins en particulier, pour opérer sous faible préavis, dans des conditions dégradées, afin de protéger la population contre la dangerosité du quotidien.

La mission Jeanne d’Arc 2023 est un déploiement opérationnel de longue durée autour du monde, grâce auquel la France assure sa présence dans plusieurs zones d’intérêt stratégique majeur, tout en offrant un cadre de formation concret, réaliste et de qualité aux officiers-élèves embarqués.

 Mission JEANNE D’ARC 2023 – Tempête Bret, appui aux autorités locales

Source : Etat-major des armées


Mission JEANNE D’ARC 2023 – Tempête Bret, appui aux autorités locales

publié le Jeudi 29 juin 2023

 Mission JEANNE D’ARC 2023 – Tempête Bret, appui aux autorités locales

Mission JEANNE D’ARC 2023 – Tempête Bret, appui aux autorités locales

© EMA

Après avoir franchi le canal de Panama et traversé la mer des Caraïbes, les bâtiments de la mission JEANNE D’ARC 2023 se sont temporairement séparés. La frégate La Fayette a rejoint Pointe-à-Pitre, tandis que le Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Dixmude a accosté à Fort-de-France le 20 juin, avec un jour d’avance sur son programme du fait de l’arrivée de la tempête tropicale Bret.

Sur demande du contre-amiral Éric Aymard, commandant supérieur des Forces armées aux Antilles (FAA), le Dixmude a ainsi appareillé dès le 21 juin de Fort-de-France avec la Frégate de surveillance (FS) Germinal, le Patrouilleur Antilles-Guyane (PAG) La Combattante et le Bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM) Dumont D’Urville. Les quatre bâtiments ont rejoint le large, au sud de l’île de la Martinique afin de préserver leurs capacités opérationnelles et se tenir prêts à intervenir à la suite du passage de la tempête Bret dans la zone.

Durant deux jours, les quatre bâtiments, intégrés au Task group Jeanne d’Arc, ont assuré un suivi précis de la situation météorologique grâce au travail des météorologistes-océanographes. Ils ont également mis cette navigation en commun à profit en s’entraînant mutuellement en task group constitué.

Durant cette période, le Dixmude a été dérouté le 23 juin par le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Antilles-Guyane pour prêter son concours à une opération d’assistance et de sauvetage de 4 naufragés à l’est de l’île de Sainte-Lucie, dans des conditions  météorologiques fortement dégradées du fait de la tempête. Les naufragés ont été pris en charge par l’hélicoptère Dragon de la Sécurité civile et l’hélicoptère Panther des FAA a procédé à la relocalisation de l’épave qui constituait un danger pour les usagers de la mer. La mobilisation des moyens des armées et leur disponibilité démontrent l’adaptabilité des militaires en général, et des marins en particulier, pour opérer sous faible préavis, dans des conditions dégradées, afin de protéger la population contre la dangerosité du quotidien.

La mission Jeanne d’Arc 2023 est un déploiement opérationnel de longue durée autour du monde, grâce auquel la France assure sa présence dans plusieurs zones d’intérêt stratégique majeur, tout en offrant un cadre de formation concret, réaliste et de qualité aux officiers-élèves embarqués.

 Mission JEANNE D’ARC 2023 – Tempête Bret, appui aux autorités locales

Source : Etat-major des armées


Mission JEANNE D’ARC 2023 – Tempête Bret, appui aux autorités locales

publié le Jeudi 29 juin 2023

 Mission JEANNE D’ARC 2023 – Tempête Bret, appui aux autorités locales

Mission JEANNE D’ARC 2023 – Tempête Bret, appui aux autorités locales

© EMA

Après avoir franchi le canal de Panama et traversé la mer des Caraïbes, les bâtiments de la mission JEANNE D’ARC 2023 se sont temporairement séparés. La frégate La Fayette a rejoint Pointe-à-Pitre, tandis que le Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Dixmude a accosté à Fort-de-France le 20 juin, avec un jour d’avance sur son programme du fait de l’arrivée de la tempête tropicale Bret.

Sur demande du contre-amiral Éric Aymard, commandant supérieur des Forces armées aux Antilles (FAA), le Dixmude a ainsi appareillé dès le 21 juin de Fort-de-France avec la Frégate de surveillance (FS) Germinal, le Patrouilleur Antilles-Guyane (PAG) La Combattante et le Bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM) Dumont D’Urville. Les quatre bâtiments ont rejoint le large, au sud de l’île de la Martinique afin de préserver leurs capacités opérationnelles et se tenir prêts à intervenir à la suite du passage de la tempête Bret dans la zone.

Durant deux jours, les quatre bâtiments, intégrés au Task group Jeanne d’Arc, ont assuré un suivi précis de la situation météorologique grâce au travail des météorologistes-océanographes. Ils ont également mis cette navigation en commun à profit en s’entraînant mutuellement en task group constitué.

Durant cette période, le Dixmude a été dérouté le 23 juin par le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Antilles-Guyane pour prêter son concours à une opération d’assistance et de sauvetage de 4 naufragés à l’est de l’île de Sainte-Lucie, dans des conditions  météorologiques fortement dégradées du fait de la tempête. Les naufragés ont été pris en charge par l’hélicoptère Dragon de la Sécurité civile et l’hélicoptère Panther des FAA a procédé à la relocalisation de l’épave qui constituait un danger pour les usagers de la mer. La mobilisation des moyens des armées et leur disponibilité démontrent l’adaptabilité des militaires en général, et des marins en particulier, pour opérer sous faible préavis, dans des conditions dégradées, afin de protéger la population contre la dangerosité du quotidien.

La mission Jeanne d’Arc 2023 est un déploiement opérationnel de longue durée autour du monde, grâce auquel la France assure sa présence dans plusieurs zones d’intérêt stratégique majeur, tout en offrant un cadre de formation concret, réaliste et de qualité aux officiers-élèves embarqués.

 Mission JEANNE D’ARC 2023 – Tempête Bret, appui aux autorités locales

Source : Etat-major des armées

S'abonner à Jeanne d'Arc