GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

publié le Lundi 05 décembre 2022

 GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

© Marine nationale

Du 28 au 30 novembre 2022, la frégate de type La Fayette (FLF) Guépratte, le patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant Bouan, le bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) Seine, le bâtiment base de plongeurs-démineurs (BBPD) Achéron, le chasseur de mines tripartite (CMT) Capricorne et la Flottille 31F ont participé à l’exercice GABIAN 22.4, entraînement mutuel des unités de surface de la Marine nationale basées à Toulon.

Durant trois jours, les participants ont conduit une série d’exercices en commun, avec pour but le maintien en condition opérationnelle des unités et de leurs équipages. Malgré des conditions météorologiques dégradées, des exercices de lutte anti-aérienne avec des tirs de missile Crotale, de 100 mm et de leurres ont été réalisés. La mise en œuvre de plastrons et de cibles aériennes par une société prestataire de la Marine ont permis d’apporter du réalisme à cet entraînement. Ce fut également l’occasion de s’exercer à l’identification d’engins sous-marins, dans le cadre de la guerre des mines, et à la manœuvre de remorquage, démontrant l’intérêt de mutualiser ce type d’exercice pour développer les compétences des marins et aguerrir leurs gestes.

En complément de ces entraînements, chaque bâtiment s’est exercé quotidiennement dans la lutte contre les sinistres à bord, dans la mise en œuvre des armes ou bien encore dans la réalisation de manœuvres aviation.

 GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon
 GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

Source : Marine nationale


GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

publié le Lundi 05 décembre 2022

 GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

© Marine nationale

Du 28 au 30 novembre 2022, la frégate de type La Fayette (FLF) Guépratte, le patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant Bouan, le bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) Seine, le bâtiment base de plongeurs-démineurs (BBPD) Achéron, le chasseur de mines tripartite (CMT) Capricorne et la Flottille 31F ont participé à l’exercice GABIAN 22.4, entraînement mutuel des unités de surface de la Marine nationale basées à Toulon.

Durant trois jours, les participants ont conduit une série d’exercices en commun, avec pour but le maintien en condition opérationnelle des unités et de leurs équipages. Malgré des conditions météorologiques dégradées, des exercices de lutte anti-aérienne avec des tirs de missile Crotale, de 100 mm et de leurres ont été réalisés. La mise en œuvre de plastrons et de cibles aériennes par une société prestataire de la Marine ont permis d’apporter du réalisme à cet entraînement. Ce fut également l’occasion de s’exercer à l’identification d’engins sous-marins, dans le cadre de la guerre des mines, et à la manœuvre de remorquage, démontrant l’intérêt de mutualiser ce type d’exercice pour développer les compétences des marins et aguerrir leurs gestes.

En complément de ces entraînements, chaque bâtiment s’est exercé quotidiennement dans la lutte contre les sinistres à bord, dans la mise en œuvre des armes ou bien encore dans la réalisation de manœuvres aviation.

 GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon
 GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

Source : Marine nationale


GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

publié le Lundi 05 décembre 2022

 GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

© Marine nationale

Du 28 au 30 novembre 2022, la frégate de type La Fayette (FLF) Guépratte, le patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant Bouan, le bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) Seine, le bâtiment base de plongeurs-démineurs (BBPD) Achéron, le chasseur de mines tripartite (CMT) Capricorne et la Flottille 31F ont participé à l’exercice GABIAN 22.4, entraînement mutuel des unités de surface de la Marine nationale basées à Toulon.

Durant trois jours, les participants ont conduit une série d’exercices en commun, avec pour but le maintien en condition opérationnelle des unités et de leurs équipages. Malgré des conditions météorologiques dégradées, des exercices de lutte anti-aérienne avec des tirs de missile Crotale, de 100 mm et de leurres ont été réalisés. La mise en œuvre de plastrons et de cibles aériennes par une société prestataire de la Marine ont permis d’apporter du réalisme à cet entraînement. Ce fut également l’occasion de s’exercer à l’identification d’engins sous-marins, dans le cadre de la guerre des mines, et à la manœuvre de remorquage, démontrant l’intérêt de mutualiser ce type d’exercice pour développer les compétences des marins et aguerrir leurs gestes.

En complément de ces entraînements, chaque bâtiment s’est exercé quotidiennement dans la lutte contre les sinistres à bord, dans la mise en œuvre des armes ou bien encore dans la réalisation de manœuvres aviation.

 GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon
 GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

Source : Marine nationale


GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

publié le Lundi 05 décembre 2022

 GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

© Marine nationale

Du 28 au 30 novembre 2022, la frégate de type La Fayette (FLF) Guépratte, le patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant Bouan, le bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) Seine, le bâtiment base de plongeurs-démineurs (BBPD) Achéron, le chasseur de mines tripartite (CMT) Capricorne et la Flottille 31F ont participé à l’exercice GABIAN 22.4, entraînement mutuel des unités de surface de la Marine nationale basées à Toulon.

Durant trois jours, les participants ont conduit une série d’exercices en commun, avec pour but le maintien en condition opérationnelle des unités et de leurs équipages. Malgré des conditions météorologiques dégradées, des exercices de lutte anti-aérienne avec des tirs de missile Crotale, de 100 mm et de leurres ont été réalisés. La mise en œuvre de plastrons et de cibles aériennes par une société prestataire de la Marine ont permis d’apporter du réalisme à cet entraînement. Ce fut également l’occasion de s’exercer à l’identification d’engins sous-marins, dans le cadre de la guerre des mines, et à la manœuvre de remorquage, démontrant l’intérêt de mutualiser ce type d’exercice pour développer les compétences des marins et aguerrir leurs gestes.

En complément de ces entraînements, chaque bâtiment s’est exercé quotidiennement dans la lutte contre les sinistres à bord, dans la mise en œuvre des armes ou bien encore dans la réalisation de manœuvres aviation.

 GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon
 GABIAN 22.4 – Entraînement mutualisé pour les bâtiments de la FAN basés à Toulon

Source : Marine nationale


MÉDITERRANÉE – CHEBEC 2022 : un succès pour la coopération franco-marocaine

publié le Lundi 05 décembre 2022

© EMA

Lancé à Toulon le 7 novembre, l’exercice CHEBEC 2022 a réuni la Frégate de type LA FAYETTE (FLF) Surcouf et la frégate marocaine Allah Ben Abdellah autour de deux objectifs majeurs : partager les savoir-faire et améliorer l’interopérabilité navale franco-marocaine.

À Toulon, les plongeurs marocains et ceux du Groupement de plongeurs-démineurs (GPD) de Méditerranée et de la base navale de Toulon ont participé à des opérations conjointes afin de renforcer leur interopérabilité. Ils ont ainsi mis en cohérence leurs méthodes opérationnelles dans les domaines des travaux sous-marins, de la médecine de plongée, et de l’expertise d’épaves.

Les frégates ont ensuite appareillé et effectué de nombreux exercices conjoints de défense aérienne, de manœuvres de navigation et de ravitaillements à la mer. Les bâtiments marocain et français ont par ailleurs conduit un entrainement de projection d’une équipe de visite sur un navire marocain. Ce fut l’occasion pour chacun des marins de se rappeler le cadre juridique dans lequel ce type d’intervention est autorisé.

CHEBEC 22 a illustré le dynamisme de la coopération navale franco-marocaine. Les nombreuses manœuvres réalisées ont permis aux marines marocaine et française de renforcer leur efficacité opérationnelle collective au profit de la sécurité et de la liberté de navigation en Méditerranée.

 MÉDITERRANÉE – CHEBEC 2022 : un succès pour la coopération franco-marocaine
 MÉDITERRANÉE – CHEBEC 2022 : un succès pour la coopération franco-marocaine

Source : Etat-major des armées


MÉDITERRANÉE – CHEBEC 2022 : un succès pour la coopération franco-marocaine

publié le Lundi 05 décembre 2022

© EMA

Lancé à Toulon le 7 novembre, l’exercice CHEBEC 2022 a réuni la Frégate de type LA FAYETTE (FLF) Surcouf et la frégate marocaine Allah Ben Abdellah autour de deux objectifs majeurs : partager les savoir-faire et améliorer l’interopérabilité navale franco-marocaine.

À Toulon, les plongeurs marocains et ceux du Groupement de plongeurs-démineurs (GPD) de Méditerranée et de la base navale de Toulon ont participé à des opérations conjointes afin de renforcer leur interopérabilité. Ils ont ainsi mis en cohérence leurs méthodes opérationnelles dans les domaines des travaux sous-marins, de la médecine de plongée, et de l’expertise d’épaves.

Les frégates ont ensuite appareillé et effectué de nombreux exercices conjoints de défense aérienne, de manœuvres de navigation et de ravitaillements à la mer. Les bâtiments marocain et français ont par ailleurs conduit un entrainement de projection d’une équipe de visite sur un navire marocain. Ce fut l’occasion pour chacun des marins de se rappeler le cadre juridique dans lequel ce type d’intervention est autorisé.

CHEBEC 22 a illustré le dynamisme de la coopération navale franco-marocaine. Les nombreuses manœuvres réalisées ont permis aux marines marocaine et française de renforcer leur efficacité opérationnelle collective au profit de la sécurité et de la liberté de navigation en Méditerranée.

 MÉDITERRANÉE – CHEBEC 2022 : un succès pour la coopération franco-marocaine
 MÉDITERRANÉE – CHEBEC 2022 : un succès pour la coopération franco-marocaine

Source : Etat-major des armées


MÉDITERRANÉE – CHEBEC 2022 : un succès pour la coopération franco-marocaine

publié le Lundi 05 décembre 2022

© EMA

Lancé à Toulon le 7 novembre, l’exercice CHEBEC 2022 a réuni la Frégate de type LA FAYETTE (FLF) Surcouf et la frégate marocaine Allah Ben Abdellah autour de deux objectifs majeurs : partager les savoir-faire et améliorer l’interopérabilité navale franco-marocaine.

À Toulon, les plongeurs marocains et ceux du Groupement de plongeurs-démineurs (GPD) de Méditerranée et de la base navale de Toulon ont participé à des opérations conjointes afin de renforcer leur interopérabilité. Ils ont ainsi mis en cohérence leurs méthodes opérationnelles dans les domaines des travaux sous-marins, de la médecine de plongée, et de l’expertise d’épaves.

Les frégates ont ensuite appareillé et effectué de nombreux exercices conjoints de défense aérienne, de manœuvres de navigation et de ravitaillements à la mer. Les bâtiments marocain et français ont par ailleurs conduit un entrainement de projection d’une équipe de visite sur un navire marocain. Ce fut l’occasion pour chacun des marins de se rappeler le cadre juridique dans lequel ce type d’intervention est autorisé.

CHEBEC 22 a illustré le dynamisme de la coopération navale franco-marocaine. Les nombreuses manœuvres réalisées ont permis aux marines marocaine et française de renforcer leur efficacité opérationnelle collective au profit de la sécurité et de la liberté de navigation en Méditerranée.

 MÉDITERRANÉE – CHEBEC 2022 : un succès pour la coopération franco-marocaine
 MÉDITERRANÉE – CHEBEC 2022 : un succès pour la coopération franco-marocaine

Source : Etat-major des armées


MÉDITERRANÉE – CHEBEC 2022 : un succès pour la coopération franco-marocaine

publié le Lundi 05 décembre 2022

© EMA

Lancé à Toulon le 7 novembre, l’exercice CHEBEC 2022 a réuni la Frégate de type LA FAYETTE (FLF) Surcouf et la frégate marocaine Allah Ben Abdellah autour de deux objectifs majeurs : partager les savoir-faire et améliorer l’interopérabilité navale franco-marocaine.

À Toulon, les plongeurs marocains et ceux du Groupement de plongeurs-démineurs (GPD) de Méditerranée et de la base navale de Toulon ont participé à des opérations conjointes afin de renforcer leur interopérabilité. Ils ont ainsi mis en cohérence leurs méthodes opérationnelles dans les domaines des travaux sous-marins, de la médecine de plongée, et de l’expertise d’épaves.

Les frégates ont ensuite appareillé et effectué de nombreux exercices conjoints de défense aérienne, de manœuvres de navigation et de ravitaillements à la mer. Les bâtiments marocain et français ont par ailleurs conduit un entrainement de projection d’une équipe de visite sur un navire marocain. Ce fut l’occasion pour chacun des marins de se rappeler le cadre juridique dans lequel ce type d’intervention est autorisé.

CHEBEC 22 a illustré le dynamisme de la coopération navale franco-marocaine. Les nombreuses manœuvres réalisées ont permis aux marines marocaine et française de renforcer leur efficacité opérationnelle collective au profit de la sécurité et de la liberté de navigation en Méditerranée.

 MÉDITERRANÉE – CHEBEC 2022 : un succès pour la coopération franco-marocaine
 MÉDITERRANÉE – CHEBEC 2022 : un succès pour la coopération franco-marocaine

Source : Etat-major des armées


Prise de commandement croisée pour les frégates Auvergne et Lorraine

publié le Mercredi 30 novembre 2022

 Prise de commandement croisée pour les frégates Auvergne et Lorraine

Prise de commandement croisée pour les frégates Auvergne et Lorraine

© Marine nationale

Le 30 novembre 2022, le vice-amiral Daniel Faujour, chef d’état-major de la Force d’action navale, a fait reconnaître le capitaine de vaisseau Franck Auffret comme nouveau commandant de la frégate multi-missions (FREMM) Auvergne puis le capitaine de vaisseau Xavier Bagot comme nouveau commandant de la frégate multi-missions à capacité de défense aérienne renforcée (FREMM DA) Lorraine, en remplacement de l’un et l’autre.

Cette prise de commandement croisée se tient à quelques jours du roque, c’est-à-dire la bascule d’équipage entre la Lorraine et l’Auvergne, suivie de la remontée de l’Auvergne à Brest, qui deviendra son port-base. Cette manœuvre de roque des équipages démontre la capacité d’adaptation des marins, leur polyvalence et leur expertise.

 Prise de commandement croisée pour les frégates Auvergne et Lorraine

La prise de commandement de l’Auvergne

Au cours des six mois de commandement du capitaine de vaisseau Xavier Bagot, les 110 marins de l’Auvergne ont réalisé un déploiement opérationnel en Méditerranée. Ils ont également conduit diverses activités, dont un entraînement avancé, contribuant ainsi au maintien en condition opérationnelle de l’équipage et du bâtiment, ainsi qu’à l’aguerrissement des marins qui seront déployés sur la Lorraine, notamment dans le domaine de la défense aérienne.

  Prise de commandement croisée pour les frégates Auvergne et Lorraine

Admise au service actif le 14 février 2018, la FREMM Auvergne réalise de nombreuses missions opérationnelles : lutte anti-sous-marine et protection des approches nationales, projection de puissance et de force vers la terre, escorte du porte-avions ou de porte-hélicoptères amphibies dans le cadre du déploiement d’une force navale, intervention en zone de crise et participation à l’action de l’État en mer. D’une longueur de 142 mètres et d’une largeur de 20 mètres, l’Auvergne est armée par un équipage de 110 marins. La ville marraine de l ’Auvergne est Montluçon (Allier).

La prise de commandement de la Lorraine

Au cours des quatorze mois de commandement du capitaine de vaisseau Franck Auffret, premier commandant de la Lorraine, l’équipage d’armement a pleinement participé au processus d’armement du bâtiment. À la suite de l’obtention de sa qualification à la navigation en février 2022, la Lorraine a réalisé plusieurs sorties en mer qui ont permis, dans le cadre du processus d’armement, de tester et valider le bon fonctionnement des installations. En septembre, l’équipage a conduit sa première opération d’assistance à un bateau de plaisance, concourant aux missions d’action de l’État en mer. Partie de Lorient début novembre, la Lorraine est arrivée à Toulon huit jours plus tard et a pu conduire divers essais de conduite de tir, avant d’être réceptionnée le 16 novembre par l’État. À l’issue du roque avec l’Auvergne, un programme dense attend le nouvel équipage de la Lorraine. Il poursuivra l’évaluation des performances des senseurs, avec notamment la qualification de la nouvelle conduite de tir STIR et conduira un premier arrêt technique début 2023. Au printemps, l’ensemble des capacités militaires de la Lorraine sera éprouvé, poussé aux limites, dans le cadre de son déploiement de longue durée (DLD). Ce n’est qu’une fois ces jalons franchis avec succès, que l’admission au service actif (ASA) de la Lorraine pourra être prononcée.

 Prise de commandement croisée pour les frégates Auvergne et Lorraine

Mise à flot le 13 novembre 2020 et réceptionnée par l’État le 16 novembre 2022 à Toulon, la FREMM DA Lorraine est la huitième et dernière FREMM de la Marine nationale et la seconde aux capacités de défense aérienne renforcées. Grâce à son hélicoptère Caïman Marine embarqué, son sonar immergé, ses torpilles de dernière génération et sa discrétion acoustique poussée et innovante, elle est optimisée pour la lutte sous la mer mais peut également, avec ses capacités renforcées en défense aérienne, assurer la maîtrise de l’espace aéromaritime, voire assumer le commandement de la défense aérienne d’une force, y compris en contexte interalliés. D’une longueur de 142 mètres et d’une largeur de 20 mètres, la Lorraine est armée par un équipage de 123 marins.

Source : Marine nationale


Prise de commandement croisée pour les frégates Auvergne et Lorraine

publié le Mercredi 30 novembre 2022

 Prise de commandement croisée pour les frégates Auvergne et Lorraine

Prise de commandement croisée pour les frégates Auvergne et Lorraine

© Marine nationale

Le 30 novembre 2022, le vice-amiral Daniel Faujour, chef d’état-major de la Force d’action navale, a fait reconnaître le capitaine de vaisseau Franck Auffret comme nouveau commandant de la frégate multi-missions (FREMM) Auvergne puis le capitaine de vaisseau Xavier Bagot comme nouveau commandant de la frégate multi-missions à capacité de défense aérienne renforcée (FREMM DA) Lorraine, en remplacement de l’un et l’autre.

Cette prise de commandement croisée se tient à quelques jours du roque, c’est-à-dire la bascule d’équipage entre la Lorraine et l’Auvergne, suivie de la remontée de l’Auvergne à Brest, qui deviendra son port-base. Cette manœuvre de roque des équipages démontre la capacité d’adaptation des marins, leur polyvalence et leur expertise.

 Prise de commandement croisée pour les frégates Auvergne et Lorraine

La prise de commandement de l’Auvergne

Au cours des six mois de commandement du capitaine de vaisseau Xavier Bagot, les 110 marins de l’Auvergne ont réalisé un déploiement opérationnel en Méditerranée. Ils ont également conduit diverses activités, dont un entraînement avancé, contribuant ainsi au maintien en condition opérationnelle de l’équipage et du bâtiment, ainsi qu’à l’aguerrissement des marins qui seront déployés sur la Lorraine, notamment dans le domaine de la défense aérienne.

  Prise de commandement croisée pour les frégates Auvergne et Lorraine

Admise au service actif le 14 février 2018, la FREMM Auvergne réalise de nombreuses missions opérationnelles : lutte anti-sous-marine et protection des approches nationales, projection de puissance et de force vers la terre, escorte du porte-avions ou de porte-hélicoptères amphibies dans le cadre du déploiement d’une force navale, intervention en zone de crise et participation à l’action de l’État en mer. D’une longueur de 142 mètres et d’une largeur de 20 mètres, l’Auvergne est armée par un équipage de 110 marins. La ville marraine de l ’Auvergne est Montluçon (Allier).

La prise de commandement de la Lorraine

Au cours des quatorze mois de commandement du capitaine de vaisseau Franck Auffret, premier commandant de la Lorraine, l’équipage d’armement a pleinement participé au processus d’armement du bâtiment. À la suite de l’obtention de sa qualification à la navigation en février 2022, la Lorraine a réalisé plusieurs sorties en mer qui ont permis, dans le cadre du processus d’armement, de tester et valider le bon fonctionnement des installations. En septembre, l’équipage a conduit sa première opération d’assistance à un bateau de plaisance, concourant aux missions d’action de l’État en mer. Partie de Lorient début novembre, la Lorraine est arrivée à Toulon huit jours plus tard et a pu conduire divers essais de conduite de tir, avant d’être réceptionnée le 16 novembre par l’État. À l’issue du roque avec l’Auvergne, un programme dense attend le nouvel équipage de la Lorraine. Il poursuivra l’évaluation des performances des senseurs, avec notamment la qualification de la nouvelle conduite de tir STIR et conduira un premier arrêt technique début 2023. Au printemps, l’ensemble des capacités militaires de la Lorraine sera éprouvé, poussé aux limites, dans le cadre de son déploiement de longue durée (DLD). Ce n’est qu’une fois ces jalons franchis avec succès, que l’admission au service actif (ASA) de la Lorraine pourra être prononcée.

 Prise de commandement croisée pour les frégates Auvergne et Lorraine

Mise à flot le 13 novembre 2020 et réceptionnée par l’État le 16 novembre 2022 à Toulon, la FREMM DA Lorraine est la huitième et dernière FREMM de la Marine nationale et la seconde aux capacités de défense aérienne renforcées. Grâce à son hélicoptère Caïman Marine embarqué, son sonar immergé, ses torpilles de dernière génération et sa discrétion acoustique poussée et innovante, elle est optimisée pour la lutte sous la mer mais peut également, avec ses capacités renforcées en défense aérienne, assurer la maîtrise de l’espace aéromaritime, voire assumer le commandement de la défense aérienne d’une force, y compris en contexte interalliés. D’une longueur de 142 mètres et d’une largeur de 20 mètres, la Lorraine est armée par un équipage de 123 marins.

Source : Marine nationale

S'abonner à Toulon