Dernière cérémonie des couleurs pour le Rubis

publié le Lundi 05 décembre 2022

 Dernière cérémonie des couleurs pour le Rubis

Dernière cérémonie des couleurs pour le Rubis

© Marine nationale

Le 2 décembre 2022, la dernière cérémonie des couleurs a eu lieu à bord du SNA Rubis, dans la forme du Homet à Cherbourg.

40 ans après son arrivée à Toulon, le premier sous-marin de la série éponyme a été retiré du service actif. Trois ans après la dissolution de l’équipage bleu, c’est au tour de l’équipage rouge de changer de sous-marin : il gardera sa couleur mais passera sur la Perle, qui commencera ses essais de sortie d’IPER peu de temps après Noël.

Depuis la mission COMETE, en 1985, durant laquelle le Rubis a franchi les 3 caps mythiques (Bonne Espérance, Horn et Leeuwin), il n’a cessé d’être au cœur de l’action. Il s’est particulièrement distingué lors des missions HERACLES/ENDURING FREEDOM en 2001 (Afghanistan) et HARMATTAN en 2011 (Libye). Il a passé près de 14 ans en immersion et parcouru l’équivalent de 25 fois le tour de la terre.

Le remarquable bilan opérationnel de ces quarante ans de carrière fait honneur aux autres sous-marins de type « Rubis », qui continuent à mener leurs missions avec efficacité et en toute discrétion grâce à des installations en constante modernisation. Performants et toujours adaptés aux missions d’aujourd’hui, ils passent peu à peu la main aux SNA de type « Suffren », dont le dernier s’appellera… Rubis ! Quatrième sous-marin du nom, il héritera à son tour des traditions léguées par ses anciens. La plus prestigieuse est celle d’unité Compagnon de la Libération, qui distinguera son équipage par le port d’une fourragère verte.

Source : Marine nationale


Dernière cérémonie des couleurs pour le Rubis

publié le Lundi 05 décembre 2022

 Dernière cérémonie des couleurs pour le Rubis

Dernière cérémonie des couleurs pour le Rubis

© Marine nationale

Le 2 décembre 2022, la dernière cérémonie des couleurs a eu lieu à bord du SNA Rubis, dans la forme du Homet à Cherbourg.

40 ans après son arrivée à Toulon, le premier sous-marin de la série éponyme a été retiré du service actif. Trois ans après la dissolution de l’équipage bleu, c’est au tour de l’équipage rouge de changer de sous-marin : il gardera sa couleur mais passera sur la Perle, qui commencera ses essais de sortie d’IPER peu de temps après Noël.

Depuis la mission COMETE, en 1985, durant laquelle le Rubis a franchi les 3 caps mythiques (Bonne Espérance, Horn et Leeuwin), il n’a cessé d’être au cœur de l’action. Il s’est particulièrement distingué lors des missions HERACLES/ENDURING FREEDOM en 2001 (Afghanistan) et HARMATTAN en 2011 (Libye). Il a passé près de 14 ans en immersion et parcouru l’équivalent de 25 fois le tour de la terre.

Le remarquable bilan opérationnel de ces quarante ans de carrière fait honneur aux autres sous-marins de type « Rubis », qui continuent à mener leurs missions avec efficacité et en toute discrétion grâce à des installations en constante modernisation. Performants et toujours adaptés aux missions d’aujourd’hui, ils passent peu à peu la main aux SNA de type « Suffren », dont le dernier s’appellera… Rubis ! Quatrième sous-marin du nom, il héritera à son tour des traditions léguées par ses anciens. La plus prestigieuse est celle d’unité Compagnon de la Libération, qui distinguera son équipage par le port d’une fourragère verte.

Source : Marine nationale


Dernière cérémonie des couleurs pour le Rubis

publié le Lundi 05 décembre 2022

 Dernière cérémonie des couleurs pour le Rubis

Dernière cérémonie des couleurs pour le Rubis

© Marine nationale

Le 2 décembre 2022, la dernière cérémonie des couleurs a eu lieu à bord du SNA Rubis, dans la forme du Homet à Cherbourg.

40 ans après son arrivée à Toulon, le premier sous-marin de la série éponyme a été retiré du service actif. Trois ans après la dissolution de l’équipage bleu, c’est au tour de l’équipage rouge de changer de sous-marin : il gardera sa couleur mais passera sur la Perle, qui commencera ses essais de sortie d’IPER peu de temps après Noël.

Depuis la mission COMETE, en 1985, durant laquelle le Rubis a franchi les 3 caps mythiques (Bonne Espérance, Horn et Leeuwin), il n’a cessé d’être au cœur de l’action. Il s’est particulièrement distingué lors des missions HERACLES/ENDURING FREEDOM en 2001 (Afghanistan) et HARMATTAN en 2011 (Libye). Il a passé près de 14 ans en immersion et parcouru l’équivalent de 25 fois le tour de la terre.

Le remarquable bilan opérationnel de ces quarante ans de carrière fait honneur aux autres sous-marins de type « Rubis », qui continuent à mener leurs missions avec efficacité et en toute discrétion grâce à des installations en constante modernisation. Performants et toujours adaptés aux missions d’aujourd’hui, ils passent peu à peu la main aux SNA de type « Suffren », dont le dernier s’appellera… Rubis ! Quatrième sous-marin du nom, il héritera à son tour des traditions léguées par ses anciens. La plus prestigieuse est celle d’unité Compagnon de la Libération, qui distinguera son équipage par le port d’une fourragère verte.

Source : Marine nationale


Moulins second port d’attache du SNA Casabianca

publié le Jeudi 17 novembre 2022

 Moulins second port d’attache du SNA Casabianca

Moulins second port d’attache du SNA Casabianca

© Marine nationale

Durant une année, les sous-mariniers du sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Casabianca ont ouvert les portes des institutions militaires et républicaines à la jeunesse de la ville de Moulins. Ces échanges ont trouvé leur point d’orgue à l’occasion de la visite de la base navale de Toulon du 25 au 28 octobre 2022.

Le capitaine de vaisseau Jérôme Colonna d’Istria commandant de l’escadrille des sous-marins nucléaires d’attaque (ESNA) et le capitaine de frégate Brice Lagniel commandant du SNA Casabianca ont accueilli la délégation moulinoise à l’ESNA. La délégation était composée essentiellement de jeunes lycéens avec à leur tête monsieur Pierre-André Périssol, Maire de Moulins et président de Moulins Communauté.

Les visiteurs appartenant aux « Lions et Colombes *» se sont vus présentés le SNA Suffren, l’ENSM, la FDA Chevalier-Paul, le CMT Capricorne, le GPD, la BAN de Hyères, les marins-pompiers et la Flottille 36F. Ainsi les jeunes Lions ont eu une vision globale de la Marine nationale.

Mais le SNA Casabianca c’est aussi un devoir de Mémoire de par son passé glorieux avec les commandants Sacaze L’Herminier et Bellet.  Les actuels sous-mariniers du Casabianca ont transmis cette flamme de la Résistance aux jeunes moulinois lors d’une visite du mémorial du Mont-Faron, du musée de la Marine et une cérémonie organisée en mémoire des sous-mariniers disparus au monument national des sous-mariniers.

Les liens entre Moulins et le SNA sont forts. Le commandant et une délégation du SNA se sont rendus à Moulins du 9 au 14 novembre pour de multiples activités de rayonnement et de recrutement. Avec les « Lions et Colombes », ils ont participé à la cérémonie du 11 novembre.

* Depuis 1992, le SNA Casabianca est parrainée par la Ville de Moulins (Allier). Un parrainage des plus actifs, avec de multiples partenariats en direction de la jeunesse : trois Classes Défense Casabianca (Lycée Jean-Monnet, Lycée Agricole du Bourbonnais et Foyer Départemental de l’Enfance), un partenariat avec l’Ecole de la Deuxième Chance de l’Allier (+ deux PMM : Casabianca à Carpentras et L’Herminier à Roanne) et un projet unique en France : « Les Lions et Colombes du Casabianca ».      

Ce projet intergénérationnel créé en 2019, reprend la devise du Casabianca « in bello leones, in pace columbae » (en guerre comme un lion, en paix comme une colombe) les lions étant les jeunes des quartiers populaires de Moulins, et les colombes les séniors du CCAS de la Ville de Moulins.

 Moulins second port d’attache du SNA Casabianca
 Moulins second port d’attache du SNA Casabianca

Source : Marine nationale


Moulins second port d’attache du SNA Casabianca

publié le Jeudi 17 novembre 2022

 Moulins second port d’attache du SNA Casabianca

Moulins second port d’attache du SNA Casabianca

© Marine nationale

Durant une année, les sous-mariniers du sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Casabianca ont ouvert les portes des institutions militaires et républicaines à la jeunesse de la ville de Moulins. Ces échanges ont trouvé leur point d’orgue à l’occasion de la visite de la base navale de Toulon du 25 au 28 octobre 2022.

Le capitaine de vaisseau Jérôme Colonna d’Istria commandant de l’escadrille des sous-marins nucléaires d’attaque (ESNA) et le capitaine de frégate Brice Lagniel commandant du SNA Casabianca ont accueilli la délégation moulinoise à l’ESNA. La délégation était composée essentiellement de jeunes lycéens avec à leur tête monsieur Pierre-André Périssol, Maire de Moulins et président de Moulins Communauté.

Les visiteurs appartenant aux « Lions et Colombes *» se sont vus présentés le SNA Suffren, l’ENSM, la FDA Chevalier-Paul, le CMT Capricorne, le GPD, la BAN de Hyères, les marins-pompiers et la Flottille 36F. Ainsi les jeunes Lions ont eu une vision globale de la Marine nationale.

Mais le SNA Casabianca c’est aussi un devoir de Mémoire de par son passé glorieux avec les commandants Sacaze L’Herminier et Bellet.  Les actuels sous-mariniers du Casabianca ont transmis cette flamme de la Résistance aux jeunes moulinois lors d’une visite du mémorial du Mont-Faron, du musée de la Marine et une cérémonie organisée en mémoire des sous-mariniers disparus au monument national des sous-mariniers.

Les liens entre Moulins et le SNA sont forts. Le commandant et une délégation du SNA se sont rendus à Moulins du 9 au 14 novembre pour de multiples activités de rayonnement et de recrutement. Avec les « Lions et Colombes », ils ont participé à la cérémonie du 11 novembre.

* Depuis 1992, le SNA Casabianca est parrainée par la Ville de Moulins (Allier). Un parrainage des plus actifs, avec de multiples partenariats en direction de la jeunesse : trois Classes Défense Casabianca (Lycée Jean-Monnet, Lycée Agricole du Bourbonnais et Foyer Départemental de l’Enfance), un partenariat avec l’Ecole de la Deuxième Chance de l’Allier (+ deux PMM : Casabianca à Carpentras et L’Herminier à Roanne) et un projet unique en France : « Les Lions et Colombes du Casabianca ».      

Ce projet intergénérationnel créé en 2019, reprend la devise du Casabianca « in bello leones, in pace columbae » (en guerre comme un lion, en paix comme une colombe) les lions étant les jeunes des quartiers populaires de Moulins, et les colombes les séniors du CCAS de la Ville de Moulins.

 Moulins second port d’attache du SNA Casabianca
 Moulins second port d’attache du SNA Casabianca

Source : Marine nationale


Le SNA Casabianca et les lycéens de Moulins unis dans le souvenir

publié le Mercredi 16 novembre 2022

 Le SNA Casabianca et les lycéens de Moulins unis dans le souvenir

Le SNA Casabianca et les lycéens de Moulins unis dans le souvenir

© Marine nationale

Unis par des liens très forts les amenant à échanger et à se rencontrer régulièrement : la jeunesse de la ville de Moulins et les sous-mariniers du SNA Casabianca se sont retrouvés dans le souvenir à l’occasion des cérémonies du 11 novembre.

Après avoir rendu la veille à Bressolles, un hommage à l'Amiral Sacaze premier commandant du Casabianca durant la Seconde Guerre mondiale, avec les jeunes de la Classe Défense Casabianca du lycée Agricole du Bourbonnais, les sous-mariniers ont participé aux cérémonies de leur ville marraine. Pour l’occasion une collecte de dons au profit du Bleuet de France a été faite par les jeunes "Lions et Colombes" avant de se rendre à Oradour-sur-Glane pour une visite et une cérémonie dans ce village martyr.

Durant leur séjour dans la ville préfecture de l'Allier, de multiples actions de rayonnement ont eu lieu comme une conférence au Cercle Bourbonnais par le capitaine de frégate Brice Lagniel mais aussi un échange fraternel avec les sapeurs-pompiers de Moulins, unité ayant à l'instar du SNA un passé glorieux dans la Résistance.

Fraternité et devoir de mémoire font partie des valeurs  entretenues entre l’équipage et les bourbonnais, pour un lien indéfectible entre armée et nation.

 Le SNA Casabianca et les lycéens de Moulins unis dans le souvenir

Source : Marine nationale


Le SNA Casabianca et les lycéens de Moulins unis dans le souvenir

publié le Mercredi 16 novembre 2022

 Le SNA Casabianca et les lycéens de Moulins unis dans le souvenir

Le SNA Casabianca et les lycéens de Moulins unis dans le souvenir

© Marine nationale

Unis par des liens très forts les amenant à échanger et à se rencontrer régulièrement : la jeunesse de la ville de Moulins et les sous-mariniers du SNA Casabianca se sont retrouvés dans le souvenir à l’occasion des cérémonies du 11 novembre.

Après avoir rendu la veille à Bressolles, un hommage à l'Amiral Sacaze premier commandant du Casabianca durant la Seconde Guerre mondiale, avec les jeunes de la Classe Défense Casabianca du lycée Agricole du Bourbonnais, les sous-mariniers ont participé aux cérémonies de leur ville marraine. Pour l’occasion une collecte de dons au profit du Bleuet de France a été faite par les jeunes "Lions et Colombes" avant de se rendre à Oradour-sur-Glane pour une visite et une cérémonie dans ce village martyr.

Durant leur séjour dans la ville préfecture de l'Allier, de multiples actions de rayonnement ont eu lieu comme une conférence au Cercle Bourbonnais par le capitaine de frégate Brice Lagniel mais aussi un échange fraternel avec les sapeurs-pompiers de Moulins, unité ayant à l'instar du SNA un passé glorieux dans la Résistance.

Fraternité et devoir de mémoire font partie des valeurs  entretenues entre l’équipage et les bourbonnais, pour un lien indéfectible entre armée et nation.

 Le SNA Casabianca et les lycéens de Moulins unis dans le souvenir

Source : Marine nationale


Le major Alexandre quitte l’institution après 34 années de service

publié le Mercredi 26 octobre 2022

Le major Alexandre quitte l’institution après 34 années de service

Le major Alexandre quitte l’institution après 34 années de service

© Marine nationale

Le 14 octobre 2022, en présence du personnel civil et militaire de l’escadrille des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins  (ESNLE), le major Alexandre a été mis à l’honneur par le capitaine de vaisseau (CV) Frankowski, commandant l’escadrille (COMESNLE). Ce derenier l'a félicité et remercié pour son comportement exemplaire dans toutes ses fonctions.

Débutée en 1988 au centre d’incorporation de Querqueville, la carrière du major s’oriente très rapidement vers les forces sous-marines qu’il rejoint pour son cours de pré-embarquement à l’issue de son certificat d’aptitude de transfiliste. Il découvre cet univers à bord des SNLE de type M4 Le Foudroyant puis L’Inflexible, et, fort du certificat supérieur de sous-marinier obtenu en 1992, il rejoint l’équipage d’armement du SNLE Le Triomphant pour les phases de qualification de ce premier SNLE de nouvelle génération.

Le major Alexandre quitte l’institution après 34 années de service

Il retrouve la ville de Cherbourg au STIR à l’issue de son brevet supérieur de sa spécialité avant de s’envoler pour la Nouvelle-Calédonie. A son retour, il enchaînera deux affectations parisiennes avant de revenir aux forces sous-marines comme chef de quart PC TELEC puis comme brevet de maîtrise TECHNOCOM sur les SNLE Le Triomphant et Le Téméraire.

Encadrant émérite, toujours à l’écoute des autres, il occupera les fonctions de patron du pont sur le SNLE Le Triomphant avant d’être retenu comme correspondant du personnel non-officier. Après 3 années à l’état-major ALFOST, il clôture sa carrière embarquée sur le SNLE Le Vigilant, cumulant 27 252 heures de plongée.

Il rejoint l’école de navigation sous-marine (ENSM) de Brest en septembre 2019 comme capitaine de compagnie des élèves où il contribue, à son niveau, au succès de recrutement et de formation des futurs sous-mariniers.

Source : Marine nationale


Dernier appareillage du SNA Rubis

publié le Lundi 24 octobre 2022

Dernier appareillage du SNA Rubis

Dernier appareillage du SNA Rubis

© Marine nationale

Le 21 octobre 2022, le premier sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) français, le Rubis, a appareillé de Toulon pour la dernière fois à destination de Cherbourg sous les salutations de l’escadrille des sous-marins nucléaires d’attaque (ESNA) en la présence de l’ordre de la libération, des associations d’anciens sous-mariniers et de membres du premier équipage dont le VAE Foillard, son 1er commandant.

Dernier appareillage du SNA Rubis

Le Rubis sera désarmé après 39 années de bons et loyaux services dans le cadre de missions d’intérêts stratégiques, de missions au profit de la dissuasion et de missions de connaissances et d’anticipation. Au total, 40 commandants se seront succédé à la tête de l’équipage bleu et rouge depuis 1983 !« RUBIS un jour, RUBIS toujours »

Source : Marine nationale


Histoire : Le Rubis décoré de la Croix de la Libération

publié le Vendredi 14 octobre 2022

 Histoire : Le Rubis décoré de la Croix de la Libération

Histoire : Le Rubis décoré de la Croix de la Libération

© Marine nationale

Il y a 81 ans, le Rubis, sous-marin appartenant aux FNFL était décoré de la Croix de la Libération par le général de Gaulle.

 « Bâtiment qui n'a pas cessé une seule heure de servir la France dans la guerre depuis le début des hostilités et dont l'état-major et l'équipage ont fait preuve des plus belles qualités guerrières en accomplissant de nombreuses et périlleuses missions dans les eaux ennemies. A infligé aux transports maritimes allemands des pertes sévères. Très sérieusement endommagé au cours d'une attaque, a réussi à regagner sa base au prix d'efforts inouïs du personnel en traversant un champ de mines très dangereux ».

C’est par cette citation que le général de Gaulle décore de la Croix de la Libération le sous-marin Rubis le 14 octobre 1941.

Cette décoration fait suite au fait d’armes réalisé par ce sous-marin mouilleur de mines au cours de sa dixième patrouille du 14 au 25 août 1941.

Elle rappelle aussi l’engagement de la première heure du sous-marin auprès des Forces Navales Françaises Libres (FNFL).

Le sous-marin Rubis devait miner les accès nord et sud d’Egersund en Norvège. A l’issue du second mouillage de 18 mines, le Rubis aperçoit un convoi et décide de l’attaquer à la torpille. Le bâtiment de tête, un cargo de 4000 tonnes n’est qu’à 300 m lorsqu’il est touché par une des torpilles. Le Rubis se pose sur le fond à 45 m et fait le mort. Malheureusement, les explosions du cargo très proche provoquent une voie d’eau au panneau avant et endommagent la batterie principale dont l’acide commence à fuir dans le bord. Le sous-marin réussit à faire surface au cours de la nuit mais les vapeurs d’acide et la fumée sont telles que la totalité de l’équipage se réfugie sur l’abri de navigation et le pont. Seuls les électriciens descendent avec des masques à gaz pour essayer de réparer la batterie.

Grâce à une réparation de fortune, le Rubis réussit à fait route vers Dundee à faible vitesse. Guidé par 3 avions anglais, il traversera un champ de mines allemands avant d’être pris en charge par une escorte composée d’un croiseur, trois destroyers, deux chalutiers et un remorqueur.

Lorsqu’il accoste à Dundee le 25 août, il compte une nouvelle victime à son tableau de chasse : un chasseur de sous-marin allemand ayant sauté sur une de ses mines mouillées en Norvège.

 Histoire : Le Rubis décoré de la Croix de la Libération
 Histoire : Le Rubis décoré de la Croix de la Libération

Source : Marine nationale

S'abonner à Forces sous-marines