Passation de commandement du bataillon de marins-pompiers de Marseille

publié le Vendredi 01 juillet 2022

Passation de commandement du bataillon de marins-pompiers de Marseille

Passation de commandement du bataillon de marins-pompiers de Marseille

© Marine nationale

Le 1er juillet 2022, s’est tenue au palais du Pharo, la passation de commandement entre le vice-amiral Patrick Augier et le contre-amiral Lionel Mathieu. Le vice-amiral d’escadre Gilles Boidevezi, commandant la zone, la région et l’arrondissement maritimes Méditerranée y a fait reconnaître le contre-amiral Lionel Mathieu comme nouveau commandant du bataillon de marins-pompiers de Marseille, de l’école des marins-pompiers de la Marine et de la Marine à Marseille. La cérémonie s’est déroulée sous la présidence de M. Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et en présence de M. Christophe Mirmand, préfet des Bouches-du-Rhône et M. Benoît Payan, maire de Marseille.

Le vice-amiral Patrick Augier aura assuré le commandement du BMPM du 1er octobre 2019 au 1er juillet 2022. Cette période a été marquée par des réformes internes, comme la création d’un groupement des appuis et des soutiens, permettant de recentrer la division Opérations sur la planification et la conduite des interventions, ou l’ouverture de nouvelles formations visant à partager avec des partenaires extérieurs l’expertise du Bataillon dans de nombreux domaines.

Le Bataillon s’est aussi inscrit davantage dans l’anticipation et la prévention des risques avec la création de la direction générale adjointe de la mairie « Ville protégée » dont le commandant du BMPM a pris la tête. Enfin, sous le commandement du vice-amiral Augier, le Bataillon s’est particulièrement illustré dans la lutte contre l’épidémie de Covid19, auquel il a su s’adapter sans jamais dégrader la qualité de sa mission première de secours à personne et de lutte contre les incendies. Sous l’impulsion de son commandement, l’unité a créé la cellule COMETE (Covid19 Marseille Environment Testing & Expertise) qui a permis d’élaborer une stratégie proactive de détection du virus et l’établissement d’une cartographie de sa propagation, et des protocoles d’identification et de décontamination uniques en Europe.

Au moment de quitter le Bataillon, le vice-amiral Augier a rappelé aux marins-pompiers sa fierté de les avoir eus sous son commandement et a salué leur indéfectible engagement pour la protection de leurs concitoyens, qui fait, a-t-il souligné, honneur à la Marine.

Le contre-amiral Mathieu a notamment salué l’adaptabilité et le professionnalisme dont ont fait preuve les marins-pompiers lors de la crise sanitaire et leur engagement dans un contexte où le nombre d’interventions est en constante augmentation : « notre action doit être forte, dynamique et décisive. Alors que le nombre d’interventions augmente sans cesse notre engagement opérationnel sans faille auprès des Marseillaises et des Marseillais reste une constante. » « Plus largement nous ferons face ensemble aux défis de notre temps et des décennies à venir. Ensemble, nous poursuivrons notre mission, protéger et secourir et ensemble, nous nous préparerons aux risques des menaces de demain. Je sais pouvoir compter sur chacun d’entre vous. »

Le BMPM est la plus grande unité de la Marine nationale avec plus de 2 500 militaires et civils, hommes et femmes, luttant chaque jour contre la quasi-totalité des risques recensés par la sécurité civile à Marseille, deuxième ville de France. Le BMPM assure également la sécurité de l'aéroport de Marseille-Provence, d'Airbus Helicopters, ainsi que les navires à quai et en rade dans les bassins Est et Ouest du grand port maritime de Marseille (GPMM), premier port de France.

 

Source : Marine nationale


Passation de commandement du bataillon de marins-pompiers de Marseille

publié le Vendredi 01 juillet 2022

Passation de commandement du bataillon de marins-pompiers de Marseille

Passation de commandement du bataillon de marins-pompiers de Marseille

© Marine nationale

Le 1er juillet 2022, s’est tenue au palais du Pharo, la passation de commandement entre le vice-amiral Patrick Augier et le contre-amiral Lionel Mathieu. Le vice-amiral d’escadre Gilles Boidevezi, commandant la zone, la région et l’arrondissement maritimes Méditerranée y a fait reconnaître le contre-amiral Lionel Mathieu comme nouveau commandant du bataillon de marins-pompiers de Marseille, de l’école des marins-pompiers de la Marine et de la Marine à Marseille. La cérémonie s’est déroulée sous la présidence de M. Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et en présence de M. Christophe Mirmand, préfet des Bouches-du-Rhône et M. Benoît Payan, maire de Marseille.

Le vice-amiral Patrick Augier aura assuré le commandement du BMPM du 1er octobre 2019 au 1er juillet 2022. Cette période a été marquée par des réformes internes, comme la création d’un groupement des appuis et des soutiens, permettant de recentrer la division Opérations sur la planification et la conduite des interventions, ou l’ouverture de nouvelles formations visant à partager avec des partenaires extérieurs l’expertise du Bataillon dans de nombreux domaines.

Le Bataillon s’est aussi inscrit davantage dans l’anticipation et la prévention des risques avec la création de la direction générale adjointe de la mairie « Ville protégée » dont le commandant du BMPM a pris la tête. Enfin, sous le commandement du vice-amiral Augier, le Bataillon s’est particulièrement illustré dans la lutte contre l’épidémie de Covid19, auquel il a su s’adapter sans jamais dégrader la qualité de sa mission première de secours à personne et de lutte contre les incendies. Sous l’impulsion de son commandement, l’unité a créé la cellule COMETE (Covid19 Marseille Environment Testing & Expertise) qui a permis d’élaborer une stratégie proactive de détection du virus et l’établissement d’une cartographie de sa propagation, et des protocoles d’identification et de décontamination uniques en Europe.

Au moment de quitter le Bataillon, le vice-amiral Augier a rappelé aux marins-pompiers sa fierté de les avoir eus sous son commandement et a salué leur indéfectible engagement pour la protection de leurs concitoyens, qui fait, a-t-il souligné, honneur à la Marine.

Le contre-amiral Mathieu a notamment salué l’adaptabilité et le professionnalisme dont ont fait preuve les marins-pompiers lors de la crise sanitaire et leur engagement dans un contexte où le nombre d’interventions est en constante augmentation : « notre action doit être forte, dynamique et décisive. Alors que le nombre d’interventions augmente sans cesse notre engagement opérationnel sans faille auprès des Marseillaises et des Marseillais reste une constante. » « Plus largement nous ferons face ensemble aux défis de notre temps et des décennies à venir. Ensemble, nous poursuivrons notre mission, protéger et secourir et ensemble, nous nous préparerons aux risques des menaces de demain. Je sais pouvoir compter sur chacun d’entre vous. »

Le BMPM est la plus grande unité de la Marine nationale avec plus de 2 500 militaires et civils, hommes et femmes, luttant chaque jour contre la quasi-totalité des risques recensés par la sécurité civile à Marseille, deuxième ville de France. Le BMPM assure également la sécurité de l'aéroport de Marseille-Provence, d'Airbus Helicopters, ainsi que les navires à quai et en rade dans les bassins Est et Ouest du grand port maritime de Marseille (GPMM), premier port de France.

 

Source : Marine nationale


Le porte-avions américain USS Harry S. Truman et son escorte en escale sur le littoral méditerranéen

publié le Jeudi 23 juin 2022

Le porte-avions américain USS Harry S. Truman et son escorte en escale sur le littoral méditerranéen

Le porte-avions américain USS Harry S. Truman et son escorte en escale sur le littoral méditerranéen

© Marine nationale

Du 17 au 22 juin 2022, deux unités du Carrier Strike Group n° 8 du porte-avions USS Harry S. Truman font escale sur le littoral méditerranéen : le porte-avions USS Harry S. Truman au grand port maritime de Marseille (GPMM) (13) et le destroyer USS Arleigh Burke à Villefranche-sur-mer (06).

 

A bord du navire amiral du groupe aéronaval, 5 000 marins entament ainsi une escale de plusieurs jours au cours de leur mission en Méditerranée. Débutée en décembre 2021, cette mission vise à contribuer à la posture défensive et dissuasive de l’OTAN sur son flanc Est, mais aussi à renforcer les relations de l’US Navy avec ses partenaires stratégiques de la zone Méditerranée, par la conduite d’exercices et d’opérations communs. « Nous nous sommes entraînés avec une vingtaine de nations différentes » expose le commandant de l’USS Harry S. Truman, le capitaine de vaisseau Gavin Duff. Des interactions qui ont été réalisées en particulier avec la Marine nationale lors d’opérations conjointes avec le porte-avions Charles de Gaulle ou encore lors du déploiement d’un détachement de leur groupe aérien embarqué sur la base d’aéronautique navale de Landivisiau.

 

Le groupe aéronaval américain a également pris part à des exercices de l’OTAN où il a retrouvé la Marine nationale, comme Neptune Strike ou Neptune Shield. Cette coopération avec la Marine nationale est saluée à bord du navire américain pour son haut niveau de performances par le commandant : « vous pouvez être fiers des hommes et des femmes qui vous représentent » a-t-il affirmé aux média présents sur place. Les pilotes américains soulignent également l’habileté leurs homologues français lors des phases d’appontage sur leur porte-avions.

 

Au-delà des activités communes en mer, cette escale en elle-même démontre les liens forts qui unissent les deux nations et leur souci d’entretenir un haut niveau d’interopérabilité. Accueillir un porte-avions nucléaire dans un de ses ports relève en effet pour un pays d’un défi logistique et sécuritaire auquel la France sait faire face, comptant elle-même dans sa flotte de surface un porte-avions nucléaire. Pour assurer la protection des marins américains se succédant par vagues de 3 000 à terre, le dispositif Sentinelle a également été renforcé. Ce n’est en effet pas la première fois que Marseille accueille ainsi un porte-avion américain, et la dernière escale de l’USS Harry S. Truman à Marseille remonte à 2018. Depuis sa mise en service en 1998, ce porte-avions aura donc accosté 6 fois dans la cité phocéenne.

 

De son côté, le destroyer USS Arleigh Burke est au mouillage au large de Villefranche-sur-mer, où il bénéficie également pour sa protection d’un dispositif particulier de sûreté maritime (DPSM) sous les ordres du préfet maritime de la Méditerranée.

 

Le 17 décembre 2021, l’autorité de coordination des relations internationales de la Marine (ALRI) et son homologue américain, le Vice-Admiral Merz (OPNAV/N3N5) ont signé le Plan stratégique d’interopérabilité, ou Strategic Interoperability Framework (SIF), au nom des chefs d’état-major de la Marine et de l’US Navy. Ce plan d’action fixe des objectifs précis selon trois lignes d’effort sur des horizons à court, moyen et long termes visant à aboutir au plug-and-fight : Sea control (contrôle des espaces aéromaritimes et sous-marins, déni d’accès, logistique de combat), Power projection (projection de puissance (GAN), frappes dans la profondeur et opérations spéciales) et C4I (Computerized Command, Control, Communications, Intelligence et partage de données) 

Le porte-avions américain USS Harry S. Truman et son escorte en escale sur le littoral méditerranéen

Source : Marine nationale


Le porte-avions américain USS Harry S. Truman et son escorte en escale sur le littoral méditerranéen

publié le Jeudi 23 juin 2022

Le porte-avions américain USS Harry S. Truman et son escorte en escale sur le littoral méditerranéen

Le porte-avions américain USS Harry S. Truman et son escorte en escale sur le littoral méditerranéen

© Marine nationale

Du 17 au 22 juin 2022, deux unités du Carrier Strike Group n° 8 du porte-avions USS Harry S. Truman font escale sur le littoral méditerranéen : le porte-avions USS Harry S. Truman au grand port maritime de Marseille (GPMM) (13) et le destroyer USS Arleigh Burke à Villefranche-sur-mer (06).

 

A bord du navire amiral du groupe aéronaval, 5 000 marins entament ainsi une escale de plusieurs jours au cours de leur mission en Méditerranée. Débutée en décembre 2021, cette mission vise à contribuer à la posture défensive et dissuasive de l’OTAN sur son flanc Est, mais aussi à renforcer les relations de l’US Navy avec ses partenaires stratégiques de la zone Méditerranée, par la conduite d’exercices et d’opérations communs. « Nous nous sommes entraînés avec une vingtaine de nations différentes » expose le commandant de l’USS Harry S. Truman, le capitaine de vaisseau Gavin Duff. Des interactions qui ont été réalisées en particulier avec la Marine nationale lors d’opérations conjointes avec le porte-avions Charles de Gaulle ou encore lors du déploiement d’un détachement de leur groupe aérien embarqué sur la base d’aéronautique navale de Landivisiau.

 

Le groupe aéronaval américain a également pris part à des exercices de l’OTAN où il a retrouvé la Marine nationale, comme Neptune Strike ou Neptune Shield. Cette coopération avec la Marine nationale est saluée à bord du navire américain pour son haut niveau de performances par le commandant : « vous pouvez être fiers des hommes et des femmes qui vous représentent » a-t-il affirmé aux média présents sur place. Les pilotes américains soulignent également l’habileté leurs homologues français lors des phases d’appontage sur leur porte-avions.

 

Au-delà des activités communes en mer, cette escale en elle-même démontre les liens forts qui unissent les deux nations et leur souci d’entretenir un haut niveau d’interopérabilité. Accueillir un porte-avions nucléaire dans un de ses ports relève en effet pour un pays d’un défi logistique et sécuritaire auquel la France sait faire face, comptant elle-même dans sa flotte de surface un porte-avions nucléaire. Pour assurer la protection des marins américains se succédant par vagues de 3 000 à terre, le dispositif Sentinelle a également été renforcé. Ce n’est en effet pas la première fois que Marseille accueille ainsi un porte-avion américain, et la dernière escale de l’USS Harry S. Truman à Marseille remonte à 2018. Depuis sa mise en service en 1998, ce porte-avions aura donc accosté 6 fois dans la cité phocéenne.

 

De son côté, le destroyer USS Arleigh Burke est au mouillage au large de Villefranche-sur-mer, où il bénéficie également pour sa protection d’un dispositif particulier de sûreté maritime (DPSM) sous les ordres du préfet maritime de la Méditerranée.

 

Le 17 décembre 2021, l’autorité de coordination des relations internationales de la Marine (ALRI) et son homologue américain, le Vice-Admiral Merz (OPNAV/N3N5) ont signé le Plan stratégique d’interopérabilité, ou Strategic Interoperability Framework (SIF), au nom des chefs d’état-major de la Marine et de l’US Navy. Ce plan d’action fixe des objectifs précis selon trois lignes d’effort sur des horizons à court, moyen et long termes visant à aboutir au plug-and-fight : Sea control (contrôle des espaces aéromaritimes et sous-marins, déni d’accès, logistique de combat), Power projection (projection de puissance (GAN), frappes dans la profondeur et opérations spéciales) et C4I (Computerized Command, Control, Communications, Intelligence et partage de données) 

Le porte-avions américain USS Harry S. Truman et son escorte en escale sur le littoral méditerranéen

Source : Marine nationale


Le porte-avions américain USS Harry S. Truman et son escorte en escale sur le littoral méditerranéen

publié le Jeudi 23 juin 2022

Le porte-avions américain USS Harry S. Truman et son escorte en escale sur le littoral méditerranéen

Le porte-avions américain USS Harry S. Truman et son escorte en escale sur le littoral méditerranéen

© Marine nationale

Du 17 au 22 juin 2022, deux unités du Carrier Strike Group n° 8 du porte-avions USS Harry S. Truman font escale sur le littoral méditerranéen : le porte-avions USS Harry S. Truman au grand port maritime de Marseille (GPMM) (13) et le destroyer USS Arleigh Burke à Villefranche-sur-mer (06).

 

A bord du navire amiral du groupe aéronaval, 5 000 marins entament ainsi une escale de plusieurs jours au cours de leur mission en Méditerranée. Débutée en décembre 2021, cette mission vise à contribuer à la posture défensive et dissuasive de l’OTAN sur son flanc Est, mais aussi à renforcer les relations de l’US Navy avec ses partenaires stratégiques de la zone Méditerranée, par la conduite d’exercices et d’opérations communs. « Nous nous sommes entraînés avec une vingtaine de nations différentes » expose le commandant de l’USS Harry S. Truman, le capitaine de vaisseau Gavin Duff. Des interactions qui ont été réalisées en particulier avec la Marine nationale lors d’opérations conjointes avec le porte-avions Charles de Gaulle ou encore lors du déploiement d’un détachement de leur groupe aérien embarqué sur la base d’aéronautique navale de Landivisiau.

 

Le groupe aéronaval américain a également pris part à des exercices de l’OTAN où il a retrouvé la Marine nationale, comme Neptune Strike ou Neptune Shield. Cette coopération avec la Marine nationale est saluée à bord du navire américain pour son haut niveau de performances par le commandant : « vous pouvez être fiers des hommes et des femmes qui vous représentent » a-t-il affirmé aux média présents sur place. Les pilotes américains soulignent également l’habileté leurs homologues français lors des phases d’appontage sur leur porte-avions.

 

Au-delà des activités communes en mer, cette escale en elle-même démontre les liens forts qui unissent les deux nations et leur souci d’entretenir un haut niveau d’interopérabilité. Accueillir un porte-avions nucléaire dans un de ses ports relève en effet pour un pays d’un défi logistique et sécuritaire auquel la France sait faire face, comptant elle-même dans sa flotte de surface un porte-avions nucléaire. Pour assurer la protection des marins américains se succédant par vagues de 3 000 à terre, le dispositif Sentinelle a également été renforcé. Ce n’est en effet pas la première fois que Marseille accueille ainsi un porte-avion américain, et la dernière escale de l’USS Harry S. Truman à Marseille remonte à 2018. Depuis sa mise en service en 1998, ce porte-avions aura donc accosté 6 fois dans la cité phocéenne.

 

De son côté, le destroyer USS Arleigh Burke est au mouillage au large de Villefranche-sur-mer, où il bénéficie également pour sa protection d’un dispositif particulier de sûreté maritime (DPSM) sous les ordres du préfet maritime de la Méditerranée.

 

Le 17 décembre 2021, l’autorité de coordination des relations internationales de la Marine (ALRI) et son homologue américain, le Vice-Admiral Merz (OPNAV/N3N5) ont signé le Plan stratégique d’interopérabilité, ou Strategic Interoperability Framework (SIF), au nom des chefs d’état-major de la Marine et de l’US Navy. Ce plan d’action fixe des objectifs précis selon trois lignes d’effort sur des horizons à court, moyen et long termes visant à aboutir au plug-and-fight : Sea control (contrôle des espaces aéromaritimes et sous-marins, déni d’accès, logistique de combat), Power projection (projection de puissance (GAN), frappes dans la profondeur et opérations spéciales) et C4I (Computerized Command, Control, Communications, Intelligence et partage de données) 

Le porte-avions américain USS Harry S. Truman et son escorte en escale sur le littoral méditerranéen

Source : Marine nationale


Intervenir dans un hôpital

publié le Mercredi 27 avril 2022

Intervenir dans un hôpital

Intervenir dans un hôpital

© Marine nationale

Le 21 avril, le bataillon de marins-pompiers de Marseille a participé à un exercice incendie aux côtés du personnel de l’Assistance publique – hôpitaux de Marseille (APHM) dans les locaux de la Timone.

 

L’exercice a mobilisé environ 70 marins-pompiers et une vingtaine d’engins. Il se déroulait au 14e étage de l’établissement, qui accueille un service pédiatrique. L’incident simulé impactait également les deux étages supérieur et inférieur.

Comme pour tout exercice de ce type, l’objectif était d’évaluer tout à la fois les réactions immédiates de l’exploitant ainsi que ses outils de mise en sécurité de l’établissement et des patients, les actions du service incendie du bâtiment et la qualité de la passation d’informations entre le service incendie et les marins-pompiers, mais aussi d’éprouver et de renforcer la collaboration entre le personnel du BMPM et celui de l’établissement pour éteindre le sinistre, mettre en sécurité les usagers et le personnel de l’hôpital et prendre en charge les potentielles victimes.

C’est une nécessité pour le personnel du Bataillon de continuer à s’entraîner dans ce type d’établissement pour garder à jour sa connaissance des infrastructures et des procédures d’intervention. En l’occurrence, la tâche a été rendue ardue par la combinaison de deux facteurs : la hauteur de l’immeuble et le caractère hospitalier de l’établissement. Face au risque que représenterait un incendie dans un bâtiment de cette nature, le Bataillon s’entraîne, avec le personnel de l’APH-HM, à apporter la réponse opérationnelle la plus appropriée et la plus efficace.

 

Intervenir dans un hôpital
Intervenir dans un hôpital

Source : Marine nationale


Intervenir dans un hôpital

publié le Mercredi 27 avril 2022

Intervenir dans un hôpital

Intervenir dans un hôpital

© Marine nationale

Le 21 avril, le bataillon de marins-pompiers de Marseille a participé à un exercice incendie aux côtés du personnel de l’Assistance publique – hôpitaux de Marseille (APHM) dans les locaux de la Timone.

 

L’exercice a mobilisé environ 70 marins-pompiers et une vingtaine d’engins. Il se déroulait au 14e étage de l’établissement, qui accueille un service pédiatrique. L’incident simulé impactait également les deux étages supérieur et inférieur.

Comme pour tout exercice de ce type, l’objectif était d’évaluer tout à la fois les réactions immédiates de l’exploitant ainsi que ses outils de mise en sécurité de l’établissement et des patients, les actions du service incendie du bâtiment et la qualité de la passation d’informations entre le service incendie et les marins-pompiers, mais aussi d’éprouver et de renforcer la collaboration entre le personnel du BMPM et celui de l’établissement pour éteindre le sinistre, mettre en sécurité les usagers et le personnel de l’hôpital et prendre en charge les potentielles victimes.

C’est une nécessité pour le personnel du Bataillon de continuer à s’entraîner dans ce type d’établissement pour garder à jour sa connaissance des infrastructures et des procédures d’intervention. En l’occurrence, la tâche a été rendue ardue par la combinaison de deux facteurs : la hauteur de l’immeuble et le caractère hospitalier de l’établissement. Face au risque que représenterait un incendie dans un bâtiment de cette nature, le Bataillon s’entraîne, avec le personnel de l’APH-HM, à apporter la réponse opérationnelle la plus appropriée et la plus efficace.

 

Intervenir dans un hôpital
Intervenir dans un hôpital

Source : Marine nationale


Intervenir dans un hôpital

publié le Mercredi 27 avril 2022

Intervenir dans un hôpital

Intervenir dans un hôpital

© Marine nationale

Le 21 avril, le bataillon de marins-pompiers de Marseille a participé à un exercice incendie aux côtés du personnel de l’Assistance publique – hôpitaux de Marseille (APHM) dans les locaux de la Timone.

 

L’exercice a mobilisé environ 70 marins-pompiers et une vingtaine d’engins. Il se déroulait au 14e étage de l’établissement, qui accueille un service pédiatrique. L’incident simulé impactait également les deux étages supérieur et inférieur.

Comme pour tout exercice de ce type, l’objectif était d’évaluer tout à la fois les réactions immédiates de l’exploitant ainsi que ses outils de mise en sécurité de l’établissement et des patients, les actions du service incendie du bâtiment et la qualité de la passation d’informations entre le service incendie et les marins-pompiers, mais aussi d’éprouver et de renforcer la collaboration entre le personnel du BMPM et celui de l’établissement pour éteindre le sinistre, mettre en sécurité les usagers et le personnel de l’hôpital et prendre en charge les potentielles victimes.

C’est une nécessité pour le personnel du Bataillon de continuer à s’entraîner dans ce type d’établissement pour garder à jour sa connaissance des infrastructures et des procédures d’intervention. En l’occurrence, la tâche a été rendue ardue par la combinaison de deux facteurs : la hauteur de l’immeuble et le caractère hospitalier de l’établissement. Face au risque que représenterait un incendie dans un bâtiment de cette nature, le Bataillon s’entraîne, avec le personnel de l’APH-HM, à apporter la réponse opérationnelle la plus appropriée et la plus efficace.

 

Intervenir dans un hôpital
Intervenir dans un hôpital

Source : Marine nationale


Méditerranée – Le Beautemps-Beaupré à Marseille

publié le Lundi 28 février 2022

Méditerranée – Le Beautemps-Beaupré à Marseille

Méditerranée – Le Beautemps-Beaupré à Marseille

© Marine nationale

Déployé depuis fin janvier dans le cadre d’une mission de relevés hydrographiques au profit du service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM), nécessaires au projet de champs éoliens commerciaux dans le Golfe du Lion, le bâtiment hydrographique et océanographique (BHO) Beautemps-Beaupré termine une période de relâche opérationnelle à Marseille.

 

Une activité de rayonnement organisée par le SHOM et le Beautemps-Beaupré a permis d’échanger avec des décideurs institutionnels régionaux et locaux du monde maritime. Cette rencontre a contribué à valoriser les missions, produits et projets du SHOM et d’aborder de nombreuses thématiques comme la sécurité de la navigation, l’adaptation au changement climatique, les énergies marines renouvelables, la planification des espaces maritimes ou encore la diffusion de données au service des institutionnels et usagers de la mer. Ce type d’activité permet également de recueillir les besoins des acteurs institutionnels importants et de connaître leur point de vue sur des enjeux majeurs ayant trait à l’hydrographie et à l’océanographie.

L’équipage a également pu conduire un exercice sécurité d’ampleur avec le Bataillon des Marins Pompiers de Marseille (BMPM) qui a permis de s’entraîner autour d’un scénario réaliste et d’affiner la coordination entre l’équipage et le Bataillon en cas d’incendie majeur. Près d’une vingtaine de pompiers, deux engins nautiques et cinq véhicules ont été déployés pour lutter contre ce sinistre fictif. Pour approfondir la connaissance mutuelle, des marins du BHO ont eu le privilège de se visiter la caserne de la Bigue.

Enfin, cette escale a permis à des stagiaires d’une PMM de Marseille de visiter un navire unique de la Marine nationale, leur offrant notamment un moment privilégié d’échange avec les marins de l’équipage.

 

Bâtiment militaire unique dans sa catégorie, le bâtiment hydrographique et océanographique (BHO) Beautemps-Beaupré bénéficie de senseurs extrêmement performants, permettant de tout mesurer dans le domaine géophysique : la bathymétrie, la nature des fonds, la gravimétrie, le magnétisme terrestre, les paramètres hydrologiques sur toute la colonne d’eau, les courants, les prélèvements d’eau de mer à diverses immersions, la marée, ainsi que l’activité sismique.

Le Beautemps-Beaupré est armé par deux équipages se relevant périodiquement et enrichis de détachements du Groupement hydrographique et océanographique de l’Atlantique (GHOA), entité du SHOM, composés d’hydrographes et d’un pôle de soutien logistique et d’exploitation.

 

Méditerranée – Le Beautemps-Beaupré à Marseille

Source : Marine nationale


Méditerranée – Le Beautemps-Beaupré à Marseille

publié le Lundi 28 février 2022

Méditerranée – Le Beautemps-Beaupré à Marseille

Méditerranée – Le Beautemps-Beaupré à Marseille

© Marine nationale

Déployé depuis fin janvier dans le cadre d’une mission de relevés hydrographiques au profit du service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM), nécessaires au projet de champs éoliens commerciaux dans le Golfe du Lion, le bâtiment hydrographique et océanographique (BHO) Beautemps-Beaupré termine une période de relâche opérationnelle à Marseille.

 

Une activité de rayonnement organisée par le SHOM et le Beautemps-Beaupré a permis d’échanger avec des décideurs institutionnels régionaux et locaux du monde maritime. Cette rencontre a contribué à valoriser les missions, produits et projets du SHOM et d’aborder de nombreuses thématiques comme la sécurité de la navigation, l’adaptation au changement climatique, les énergies marines renouvelables, la planification des espaces maritimes ou encore la diffusion de données au service des institutionnels et usagers de la mer. Ce type d’activité permet également de recueillir les besoins des acteurs institutionnels importants et de connaître leur point de vue sur des enjeux majeurs ayant trait à l’hydrographie et à l’océanographie.

L’équipage a également pu conduire un exercice sécurité d’ampleur avec le Bataillon des Marins Pompiers de Marseille (BMPM) qui a permis de s’entraîner autour d’un scénario réaliste et d’affiner la coordination entre l’équipage et le Bataillon en cas d’incendie majeur. Près d’une vingtaine de pompiers, deux engins nautiques et cinq véhicules ont été déployés pour lutter contre ce sinistre fictif. Pour approfondir la connaissance mutuelle, des marins du BHO ont eu le privilège de se visiter la caserne de la Bigue.

Enfin, cette escale a permis à des stagiaires d’une PMM de Marseille de visiter un navire unique de la Marine nationale, leur offrant notamment un moment privilégié d’échange avec les marins de l’équipage.

 

Bâtiment militaire unique dans sa catégorie, le bâtiment hydrographique et océanographique (BHO) Beautemps-Beaupré bénéficie de senseurs extrêmement performants, permettant de tout mesurer dans le domaine géophysique : la bathymétrie, la nature des fonds, la gravimétrie, le magnétisme terrestre, les paramètres hydrologiques sur toute la colonne d’eau, les courants, les prélèvements d’eau de mer à diverses immersions, la marée, ainsi que l’activité sismique.

Le Beautemps-Beaupré est armé par deux équipages se relevant périodiquement et enrichis de détachements du Groupement hydrographique et océanographique de l’Atlantique (GHOA), entité du SHOM, composés d’hydrographes et d’un pôle de soutien logistique et d’exploitation.

 

Méditerranée – Le Beautemps-Beaupré à Marseille

Source : Marine nationale

S'abonner à Marseille