Le patrouilleur Le Malin, a conduit une coopération avec les gardes côtes comoriens

publié le Jeudi 23 juin 2022

Le Patrouilleur des FAZSOI, Le Malin, a conduit une coopération avec les gardes côtes comoriennes.

Le Patrouilleur des FAZSOI, Le Malin, a conduit une coopération avec les gardes côtes comoriennes.

© Marine nationale

Le 6 et 7 juin, le patrouilleur Le Malin a accompagné la montée en puissance les forces des gardes côtes comoriens devant Grande Comore pendant 48h.

Cette coopération a eu pour but d’améliorer la sécurisation de l’approche des gardes côtes comoriens et échanger sur les méthodes respectives de chacun.

A cette occasion, un officier, le commandant du M’Kombozi, un maitre et quartier maitre des garde-côtes ont pu embarquer sur le bâtiment français sur la durée de la coopération.

Tout en patrouillant dans les eaux comoriennes devant Grande Comore, Le Malin a dispensé des formations dans des domaines essentiels pour la navigation côtière : la navigation en vue de terre et la lutte contre des incendies en mer. Un entrainement de l’équipe de visite a également été l’opportunité d’échanger sur les méthodes de palpations du personnel de chaque pays. Le deuxième volet de cette coopération s’est articulé autour du SHLM (système hydrographique léger de la marine). Sur demande des forces comoriennes, deux potentiels points d’appui côtier de la côte Nord ont été hydrographiés.

Cela a été l’occasion pour Le Malin, suite à ces échanges, de proposer l’établissement de pontons dans ce secteur, ce qui permettra à terme aux garde-côtes de disposer en permanence de moyen sur place et ainsi de lutter efficacement contre tous les trafics en provenance de la côte africaine.

Les 1700 militaires déployés aux FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Les FAZSOI constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour lutter contre de nouvelles menaces comme le trafic de stupéfiants, assurer la surveillance des zones économiques exclusives (ZEE) associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide.

 

Source : Marine nationale


Le patrouilleur Le Malin, a conduit une coopération avec les gardes côtes comoriens

publié le Jeudi 23 juin 2022

Le Patrouilleur des FAZSOI, Le Malin, a conduit une coopération avec les gardes côtes comoriennes.

Le Patrouilleur des FAZSOI, Le Malin, a conduit une coopération avec les gardes côtes comoriennes.

© Marine nationale

Le 6 et 7 juin, le patrouilleur Le Malin a accompagné la montée en puissance les forces des gardes côtes comoriens devant Grande Comore pendant 48h.

Cette coopération a eu pour but d’améliorer la sécurisation de l’approche des gardes côtes comoriens et échanger sur les méthodes respectives de chacun.

A cette occasion, un officier, le commandant du M’Kombozi, un maitre et quartier maitre des garde-côtes ont pu embarquer sur le bâtiment français sur la durée de la coopération.

Tout en patrouillant dans les eaux comoriennes devant Grande Comore, Le Malin a dispensé des formations dans des domaines essentiels pour la navigation côtière : la navigation en vue de terre et la lutte contre des incendies en mer. Un entrainement de l’équipe de visite a également été l’opportunité d’échanger sur les méthodes de palpations du personnel de chaque pays. Le deuxième volet de cette coopération s’est articulé autour du SHLM (système hydrographique léger de la marine). Sur demande des forces comoriennes, deux potentiels points d’appui côtier de la côte Nord ont été hydrographiés.

Cela a été l’occasion pour Le Malin, suite à ces échanges, de proposer l’établissement de pontons dans ce secteur, ce qui permettra à terme aux garde-côtes de disposer en permanence de moyen sur place et ainsi de lutter efficacement contre tous les trafics en provenance de la côte africaine.

Les 1700 militaires déployés aux FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Les FAZSOI constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour lutter contre de nouvelles menaces comme le trafic de stupéfiants, assurer la surveillance des zones économiques exclusives (ZEE) associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide.

 

Source : Marine nationale


50 ans de relations diplomatiques entre la France et le Royaume de Bahreïn

publié le Jeudi 16 juin 2022

50 ans de relations diplomatiques entre la France et le Royaume de Bahreïn

50 ans de relations diplomatiques entre la France et le Royaume de Bahreïn

© Marine nationale

Du 9 au 13 juin 2022, la frégate Surcouf a fait escale à Manama afin de marquer les cinquante ans des relations diplomatiques entre la France et le Royaume de Bahreïn. Son indépendance a été reconnue par la France en 1972.

 

Signe de l’intérêt suscité par la présence du bâtiment français dans l’enceinte du port militaire, de nombreux journalistes locaux se sont rendus à bord le premier jour pour assister à la conférence de presse organisée par l’ambassadeur de France. Les nombreux liens diplomatiques, économiques ou militaires qui unissent la France et le Bahreïn ont ainsi pu être exposés devant la presse locale.

 

Parmi les invités, figuraient notamment de haut-responsables politiques et militaires bahreïniens, plusieurs ambassadeurs, ainsi que des officiers étrangers tel que l’amiral Bradley Cooper, commandant la cinquième flotte des États-Unis stationnée à Bahreïn. Des élèves du Lycée français et des membres de la communauté française implantée à Bahreïn ont également pu visiter le bâtiment.

 

Ces activités, qui ont permis de valoriser la présence et les intérêts français à Bahreïn, ont été suivies de manœuvres conjointes à la mer avec le patrouilleur Al Muharraq. Cet exercice démontre à la fois l’interopérabilité entre les deux marines et la volonté de continuer à développer la relation entre la France et le royaume du Bahreïn.

50 ans de relations diplomatiques entre la France et le Royaume de Bahreïn

Source : Marine nationale


50 ans de relations diplomatiques entre la France et le Royaume de Bahreïn

publié le Jeudi 16 juin 2022

50 ans de relations diplomatiques entre la France et le Royaume de Bahreïn

50 ans de relations diplomatiques entre la France et le Royaume de Bahreïn

© Marine nationale

Du 9 au 13 juin 2022, la frégate Surcouf a fait escale à Manama afin de marquer les cinquante ans des relations diplomatiques entre la France et le Royaume de Bahreïn. Son indépendance a été reconnue par la France en 1972.

 

Signe de l’intérêt suscité par la présence du bâtiment français dans l’enceinte du port militaire, de nombreux journalistes locaux se sont rendus à bord le premier jour pour assister à la conférence de presse organisée par l’ambassadeur de France. Les nombreux liens diplomatiques, économiques ou militaires qui unissent la France et le Bahreïn ont ainsi pu être exposés devant la presse locale.

 

Parmi les invités, figuraient notamment de haut-responsables politiques et militaires bahreïniens, plusieurs ambassadeurs, ainsi que des officiers étrangers tel que l’amiral Bradley Cooper, commandant la cinquième flotte des États-Unis stationnée à Bahreïn. Des élèves du Lycée français et des membres de la communauté française implantée à Bahreïn ont également pu visiter le bâtiment.

 

Ces activités, qui ont permis de valoriser la présence et les intérêts français à Bahreïn, ont été suivies de manœuvres conjointes à la mer avec le patrouilleur Al Muharraq. Cet exercice démontre à la fois l’interopérabilité entre les deux marines et la volonté de continuer à développer la relation entre la France et le royaume du Bahreïn.

50 ans de relations diplomatiques entre la France et le Royaume de Bahreïn

Source : Marine nationale


FFEAU - TIGER EEL - Exercice franco-émirien de lutte anti-sous-marine

publié le Mardi 14 juin 2022

FFEAU - TIGER EEL - Exercice franco-émirien de lutte anti-sous-marine

FFEAU - TIGER EEL - Exercice franco-émirien de lutte anti-sous-marine

© EMA

L’exercice bilatéral franco-émirien TIGER EEL s’est déroulé du 2 au 3 juin 2022. Sept unités françaises et émiriennes de lutte anti-sous-marine se sont entraînées conjointement dans le golfe d’Oman, au large de Fujaïrah.

À l’occasion de ces deux journées, la frégate de type La Fayette (FLF) Surcouf, en coopération avec la corvette émirienne Abu Dhabi, un Atlantique 2, des hélicoptères Panther et Super Puma du Naval Aviation Group ainsi que des avions de patrouille maritime émiriens Dash 8, ont coordonné leurs manœuvres pour faire face à la menace réaliste représentée par un sous-marin français en action dans la zone : escorte d’unités précieuses, surveillance de zone, pistage de contacts sous-marins, coopération « surface-air », « engagements torpille ».

Exercice exigeant en termes de savoir-faire et organisé dans une zone où le trafic maritime est particulièrement dense, TIGER EEL a permis de partager les bonnes pratiques de chaque unité dans le domaine de la lutte anti-sous-marine et de confirmer l’excellent niveau de coopération entre la France et les Émirats arabes unis.

Avec près de 650 militaires déployés, les FFEAU constituent l’une des bases opérationnelles avancées françaises à l’étranger. À ce titre, elle appuie les moyens militaires français déployés dans le Golfe arabo-persique et le Nord de l’océan Indien. Grâce à ses conditions d’aguerrissement, elle permet également d’entraîner les militaires français aux actions de combat en zone désertique et en zone urbaine. En tant que commandant de la zone maritime océan indien (ALINDIEN), le COMFOR FFEAU exerce son autorité sur une zone maritime s’étendant du Sud du canal de Suez à l’Ouest, et à l’Est jusqu’aux limites ouest des eaux de la Birmanie, de l’Indonésie et de l’Australie. Il y promeut la politique de défense de la France et anime les relations militaires bilatérales.

FFEAU - TIGER EEL - Exercice franco-émirien de lutte anti-sous-marine

Source : Etat-major des armées


FFEAU - TIGER EEL - Exercice franco-émirien de lutte anti-sous-marine

publié le Mardi 14 juin 2022

FFEAU - TIGER EEL - Exercice franco-émirien de lutte anti-sous-marine

FFEAU - TIGER EEL - Exercice franco-émirien de lutte anti-sous-marine

© EMA

L’exercice bilatéral franco-émirien TIGER EEL s’est déroulé du 2 au 3 juin 2022. Sept unités françaises et émiriennes de lutte anti-sous-marine se sont entraînées conjointement dans le golfe d’Oman, au large de Fujaïrah.

À l’occasion de ces deux journées, la frégate de type La Fayette (FLF) Surcouf, en coopération avec la corvette émirienne Abu Dhabi, un Atlantique 2, des hélicoptères Panther et Super Puma du Naval Aviation Group ainsi que des avions de patrouille maritime émiriens Dash 8, ont coordonné leurs manœuvres pour faire face à la menace réaliste représentée par un sous-marin français en action dans la zone : escorte d’unités précieuses, surveillance de zone, pistage de contacts sous-marins, coopération « surface-air », « engagements torpille ».

Exercice exigeant en termes de savoir-faire et organisé dans une zone où le trafic maritime est particulièrement dense, TIGER EEL a permis de partager les bonnes pratiques de chaque unité dans le domaine de la lutte anti-sous-marine et de confirmer l’excellent niveau de coopération entre la France et les Émirats arabes unis.

Avec près de 650 militaires déployés, les FFEAU constituent l’une des bases opérationnelles avancées françaises à l’étranger. À ce titre, elle appuie les moyens militaires français déployés dans le Golfe arabo-persique et le Nord de l’océan Indien. Grâce à ses conditions d’aguerrissement, elle permet également d’entraîner les militaires français aux actions de combat en zone désertique et en zone urbaine. En tant que commandant de la zone maritime océan indien (ALINDIEN), le COMFOR FFEAU exerce son autorité sur une zone maritime s’étendant du Sud du canal de Suez à l’Ouest, et à l’Est jusqu’aux limites ouest des eaux de la Birmanie, de l’Indonésie et de l’Australie. Il y promeut la politique de défense de la France et anime les relations militaires bilatérales.

FFEAU - TIGER EEL - Exercice franco-émirien de lutte anti-sous-marine

Source : Etat-major des armées


FFEAU - TIGER EEL - Exercice franco-émirien de lutte anti-sous-marine

publié le Mardi 14 juin 2022

FFEAU - TIGER EEL - Exercice franco-émirien de lutte anti-sous-marine

FFEAU - TIGER EEL - Exercice franco-émirien de lutte anti-sous-marine

© EMA

L’exercice bilatéral franco-émirien TIGER EEL s’est déroulé du 2 au 3 juin 2022. Sept unités françaises et émiriennes de lutte anti-sous-marine se sont entraînées conjointement dans le golfe d’Oman, au large de Fujaïrah.

À l’occasion de ces deux journées, la frégate de type La Fayette (FLF) Surcouf, en coopération avec la corvette émirienne Abu Dhabi, un Atlantique 2, des hélicoptères Panther et Super Puma du Naval Aviation Group ainsi que des avions de patrouille maritime émiriens Dash 8, ont coordonné leurs manœuvres pour faire face à la menace réaliste représentée par un sous-marin français en action dans la zone : escorte d’unités précieuses, surveillance de zone, pistage de contacts sous-marins, coopération « surface-air », « engagements torpille ».

Exercice exigeant en termes de savoir-faire et organisé dans une zone où le trafic maritime est particulièrement dense, TIGER EEL a permis de partager les bonnes pratiques de chaque unité dans le domaine de la lutte anti-sous-marine et de confirmer l’excellent niveau de coopération entre la France et les Émirats arabes unis.

Avec près de 650 militaires déployés, les FFEAU constituent l’une des bases opérationnelles avancées françaises à l’étranger. À ce titre, elle appuie les moyens militaires français déployés dans le Golfe arabo-persique et le Nord de l’océan Indien. Grâce à ses conditions d’aguerrissement, elle permet également d’entraîner les militaires français aux actions de combat en zone désertique et en zone urbaine. En tant que commandant de la zone maritime océan indien (ALINDIEN), le COMFOR FFEAU exerce son autorité sur une zone maritime s’étendant du Sud du canal de Suez à l’Ouest, et à l’Est jusqu’aux limites ouest des eaux de la Birmanie, de l’Indonésie et de l’Australie. Il y promeut la politique de défense de la France et anime les relations militaires bilatérales.

FFEAU - TIGER EEL - Exercice franco-émirien de lutte anti-sous-marine

Source : Etat-major des armées


FFEAU - La FLF Surcouf et la frégate japonaise Samidare s’entraînent ensemble dans le golfe d’Aden

publié le Mardi 24 mai 2022

FFEAU - La FLF Surcouf et la frégate japonaise Samidare s’entraînent ensemble dans le golfe d’Aden

FFEAU - La FLF Surcouf et la frégate japonaise Samidare s’entraînent ensemble dans le golfe d’Aden

© EMA

Le 1er mai 2022, lors de sa mission de surveillance dans le golfe d’Aden, la frégate de type LA FAYETTE (FLF) Surcouf s’est entraînée avec la frégate japonaise Samidare permettant ainsi d’accroître l’interopérabilité entre les marines des deux nations.

 

Après une série de manœuvres tactiques, les deux unités ont déployé leurs hélicoptères embarqués respectifs dans le cadre d’un crossdeck. Cette manœuvre consiste à effectuer plusieurs appontages d’hélicoptères d’un bâtiment à l’autre. Ainsi, le Panther de la 36F a réalisé des appontages sur la frégate japonaise tandis que le Surcouf recevait le SH60 nippon sur sa plate-forme.

Après avoir été engagé en soutien de l’opération de l’Union européenne ATALANTE, opération de lutte contre la piraterie et les trafics illicites, et de la CTF 150, coalition interalliée de lutte contre le terrorisme et les réseaux qui la soutiennent, le Surcouf a rejoint l’opération AGÉNOR le 3 mai.

L’opération AGÉNOR est le volet militaire de l’initiative « European-led maritime awareness in the straight of Hormuz ». EMASoH est soutenue politiquement par 9 pays européens, dont la France, principal contributeur. La Belgique commande l’opération depuis le 1er mars 2022. AGÉNOR a pour mission d’apaiser les tensions et de protéger les intérêts économiques européens en garantissant la liberté de navigation dans le Golfe et le détroit d’Ormuz. À plus de 2 000 miles nautiques des côtes du vieux Continent, EMASOH renforce l’interopérabilité des marines européennes et rappelle l’attachement de l’Europe au droit de la mer et à la liberté de navigation.

 

 

FFEAU - La FLF Surcouf et la frégate japonaise Samidare s’entraînent ensemble dans le golfe d’Aden

Source : Etat-major des armées


FFEAU - La FLF Surcouf et la frégate japonaise Samidare s’entraînent ensemble dans le golfe d’Aden

publié le Mardi 24 mai 2022

FFEAU - La FLF Surcouf et la frégate japonaise Samidare s’entraînent ensemble dans le golfe d’Aden

FFEAU - La FLF Surcouf et la frégate japonaise Samidare s’entraînent ensemble dans le golfe d’Aden

© EMA

Le 1er mai 2022, lors de sa mission de surveillance dans le golfe d’Aden, la frégate de type LA FAYETTE (FLF) Surcouf s’est entraînée avec la frégate japonaise Samidare permettant ainsi d’accroître l’interopérabilité entre les marines des deux nations.

 

Après une série de manœuvres tactiques, les deux unités ont déployé leurs hélicoptères embarqués respectifs dans le cadre d’un crossdeck. Cette manœuvre consiste à effectuer plusieurs appontages d’hélicoptères d’un bâtiment à l’autre. Ainsi, le Panther de la 36F a réalisé des appontages sur la frégate japonaise tandis que le Surcouf recevait le SH60 nippon sur sa plate-forme.

Après avoir été engagé en soutien de l’opération de l’Union européenne ATALANTE, opération de lutte contre la piraterie et les trafics illicites, et de la CTF 150, coalition interalliée de lutte contre le terrorisme et les réseaux qui la soutiennent, le Surcouf a rejoint l’opération AGÉNOR le 3 mai.

L’opération AGÉNOR est le volet militaire de l’initiative « European-led maritime awareness in the straight of Hormuz ». EMASoH est soutenue politiquement par 9 pays européens, dont la France, principal contributeur. La Belgique commande l’opération depuis le 1er mars 2022. AGÉNOR a pour mission d’apaiser les tensions et de protéger les intérêts économiques européens en garantissant la liberté de navigation dans le Golfe et le détroit d’Ormuz. À plus de 2 000 miles nautiques des côtes du vieux Continent, EMASOH renforce l’interopérabilité des marines européennes et rappelle l’attachement de l’Europe au droit de la mer et à la liberté de navigation.

 

 

FFEAU - La FLF Surcouf et la frégate japonaise Samidare s’entraînent ensemble dans le golfe d’Aden

Source : Etat-major des armées


Valorisation de l’escale de la Loire à Djibouti

publié le Mardi 24 mai 2022

Valorisation de l’escale de la Loire à Djibouti

Valorisation de l’escale de la Loire à Djibouti

© Marine nationale

Du 18 au 22 mai 2022, le bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) Loire a fait escale à Djibouti. Cette escale a été mise à profit par les marins français pour échanger avec leurs homologues djiboutiens, en particulier dans le domaine de la sécurité incendie.

 

Après 2 mois de mer, l’équipage de la Loire a participé à un exercice incendie organisé par les forces françaises à Djibouti (FFDJ). 25 pompiers djiboutiens et marins pompiers français sont intervenus suite à une alerte déclenchée par le bâtiment accosté au quai de la base navale de Djibouti.

 

Alors que l’équipage intervient immédiatement pour contenir la propagation de l’incendie, les marins-pompiers des FFDJ rejoignent le quai et assurent la coordination de l’intervention avec les pompiers du port et les sapeurs-pompiers de la ville.

 

Les équipes interviennent ainsi au plus près du feu par binôme franco-djiboutien, pour les besoins de l’exercice. C’est le directeur de lutte, commandant en second de la Loire qui dirige la manœuvre de sécurité incendie. Une fois l’exercice terminé, un débriefing est organisé pour tous, permettant d’identifier des axes de progrès dans l’usage des moyens de transmission entre les unités françaises et djiboutiennes.

 

Point de passage stratégique à l’entrée de la zone indo-pacifique, Djibouti, contrôle le détroit de Bab el Mandeb, voie de communication majeure vers l’Europe. La base navale (BN) française de Djibouti soutient chaque année une trentaine de bâtiments de la marine en relâche opérationnelle, du chasseur de mines au porte-avions. La centaine de marins de la BN, ainsi que les services de soutien du point d’appui des FFDJ, soutiennent les unités de passage à Djibouti dans tous les domaines, notamment logistiques, humains et sanitaires.

 

Valorisation de l’escale de la Loire à Djibouti
Valorisation de l’escale de la Loire à Djibouti

Source : Marine nationale

S'abonner à Océan Indien