Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier

publié le Vendredi 29 avril 2022

Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier

Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier

© Marine nationale

Deux ans après la découpe de sa première tôle, le bâtiment ravitailleur de forces (BRF) Jacques Chevallier été mis à l’eau ce vendredi 29 avril 2022, au cours d'une cérémonie qui s'est déroulée aux chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire.

 

De nombreuses autorités militaires et civiles étaient présentes dont le vice-amiral d’escadre Xavier Baudouard, commandant la Force d’action navale (FAN) et l'amiral italien Matteo Bisceglia, directeur de l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (OCCAR).

Quatre BRF prendront la relève des actuels bâtiments de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne et Somme. Ils assureront le soutien à la mer d’une force navale telle que le groupe aéronaval, constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle puis du futur porte-avions de nouvelle génération, ou des groupes d’actions navales.

Le renouvellement de cette capacité est indispensable au maintien de notre autonomie stratégique et pour permettre à la France de continuer à disposer d’une marine océanique, capable de conduire des opérations dans la durée, loin du territoire national.

Plus performants, construits conformément à la réglementation en vigueur, ils seront livrés d’ici à 2029 et présenteront des capacités d’emport en fret presque doublées par rapport à la génération des BCR. Ils disposeront également de capacités d’action leur permettant de faire face à des menaces résiduelles ou asymétriques.

Les quatre BRF porteront les noms d’ingénieurs du génie maritime contemporains : Jacques Chevallier, Jacques Stosskopf, Émile Bertin et Gustave Zédé.

L’équipage d’armement du BRF Jacques Chevallier, créé le 14 janvier dernier, est actuellement composé de 30 marins et montera progressivement en puissance pour atteindre son format final de 130 marins en janvier 2023, avant de rejoindre Toulon, son nouveau port-base.

Le Jacques Chevallier a désormais rejoint un quai d'armement où son achèvement se poursuit à flot, avant des essais à la mer en au second semestre 2022, un déploiement de longue durée durant le second semestre 2023 et une admission au service actif prévue fin 2023.

Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier
Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier

Source : Marine nationale


Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier

publié le Vendredi 29 avril 2022

Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier

Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier

© Marine nationale

Deux ans après la découpe de sa première tôle, le bâtiment ravitailleur de forces (BRF) Jacques Chevallier été mis à l’eau ce vendredi 29 avril 2022, au cours d'une cérémonie qui s'est déroulée aux chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire.

 

De nombreuses autorités militaires et civiles étaient présentes dont le vice-amiral d’escadre Xavier Baudouard, commandant la Force d’action navale (FAN) et l'amiral italien Matteo Bisceglia, directeur de l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (OCCAR).

Quatre BRF prendront la relève des actuels bâtiments de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne et Somme. Ils assureront le soutien à la mer d’une force navale telle que le groupe aéronaval, constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle puis du futur porte-avions de nouvelle génération, ou des groupes d’actions navales.

Le renouvellement de cette capacité est indispensable au maintien de notre autonomie stratégique et pour permettre à la France de continuer à disposer d’une marine océanique, capable de conduire des opérations dans la durée, loin du territoire national.

Plus performants, construits conformément à la réglementation en vigueur, ils seront livrés d’ici à 2029 et présenteront des capacités d’emport en fret presque doublées par rapport à la génération des BCR. Ils disposeront également de capacités d’action leur permettant de faire face à des menaces résiduelles ou asymétriques.

Les quatre BRF porteront les noms d’ingénieurs du génie maritime contemporains : Jacques Chevallier, Jacques Stosskopf, Émile Bertin et Gustave Zédé.

L’équipage d’armement du BRF Jacques Chevallier, créé le 14 janvier dernier, est actuellement composé de 30 marins et montera progressivement en puissance pour atteindre son format final de 130 marins en janvier 2023, avant de rejoindre Toulon, son nouveau port-base.

Le Jacques Chevallier a désormais rejoint un quai d'armement où son achèvement se poursuit à flot, avant des essais à la mer en au second semestre 2022, un déploiement de longue durée durant le second semestre 2023 et une admission au service actif prévue fin 2023.

Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier
Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier

Source : Marine nationale


Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier

publié le Vendredi 29 avril 2022

Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier

Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier

© Marine nationale

Deux ans après la découpe de sa première tôle, le bâtiment ravitailleur de forces (BRF) Jacques Chevallier été mis à l’eau ce vendredi 29 avril 2022, au cours d'une cérémonie qui s'est déroulée aux chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire.

 

De nombreuses autorités militaires et civiles étaient présentes dont le vice-amiral d’escadre Xavier Baudouard, commandant la Force d’action navale (FAN) et l'amiral italien Matteo Bisceglia, directeur de l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (OCCAR).

Quatre BRF prendront la relève des actuels bâtiments de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne et Somme. Ils assureront le soutien à la mer d’une force navale telle que le groupe aéronaval, constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle puis du futur porte-avions de nouvelle génération, ou des groupes d’actions navales.

Le renouvellement de cette capacité est indispensable au maintien de notre autonomie stratégique et pour permettre à la France de continuer à disposer d’une marine océanique, capable de conduire des opérations dans la durée, loin du territoire national.

Plus performants, construits conformément à la réglementation en vigueur, ils seront livrés d’ici à 2029 et présenteront des capacités d’emport en fret presque doublées par rapport à la génération des BCR. Ils disposeront également de capacités d’action leur permettant de faire face à des menaces résiduelles ou asymétriques.

Les quatre BRF porteront les noms d’ingénieurs du génie maritime contemporains : Jacques Chevallier, Jacques Stosskopf, Émile Bertin et Gustave Zédé.

L’équipage d’armement du BRF Jacques Chevallier, créé le 14 janvier dernier, est actuellement composé de 30 marins et montera progressivement en puissance pour atteindre son format final de 130 marins en janvier 2023, avant de rejoindre Toulon, son nouveau port-base.

Le Jacques Chevallier a désormais rejoint un quai d'armement où son achèvement se poursuit à flot, avant des essais à la mer en au second semestre 2022, un déploiement de longue durée durant le second semestre 2023 et une admission au service actif prévue fin 2023.

Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier
Mise à l'eau du 1er bâtiment ravitailleur de forces : le Jacques Chevallier

Source : Marine nationale


PLAN MERCATOR - PROJECTION VERS 2030

marine 2030

marine 2030

© Marine nationale

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qui s’appuie sur l’évolution du contexte géopolitique décrit dans la revue stratégique, vient d’être votée

test cente
test legende

par la représentation nationale. Elle définit les moyens nécessaires pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Le renouvellement de la flotte est assuré et les lacunes capacitaires seront progressivement comblées. 

test image

Afin de fixer le cap à tous les marins, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, a dévoilé son plan stratégique pour 2030 : le plan Mercator, du nom du célèbre cartographe flamand du XVIe siècle. Ce plan se décline en quatre « amers » : une marine d’emploi qui navigue sur toutes les mers du monde, une marine de combat qui s’appuie sur un test gauche

entraînement poussé, une marine en pointe qui innove pour conserver l’ascendant sur l’adversaire et, enfin, une marine qui compte sur chacun. Pour cela, il faut des marins épanouis tant dans leur métier qu’auprès de leurs familles. 

 

test

test encar blablablabla

blablablbalabla

Source : Marine nationale


PLAN MERCATOR - PROJECTION VERS 2030

marine 2030

marine 2030

© Marine nationale

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qui s’appuie sur l’évolution du contexte géopolitique décrit dans la revue stratégique, vient d’être votée

test cente
test legende

par la représentation nationale. Elle définit les moyens nécessaires pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Le renouvellement de la flotte est assuré et les lacunes capacitaires seront progressivement comblées. 

test image

Afin de fixer le cap à tous les marins, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, a dévoilé son plan stratégique pour 2030 : le plan Mercator, du nom du célèbre cartographe flamand du XVIe siècle. Ce plan se décline en quatre « amers » : une marine d’emploi qui navigue sur toutes les mers du monde, une marine de combat qui s’appuie sur un test gauche

entraînement poussé, une marine en pointe qui innove pour conserver l’ascendant sur l’adversaire et, enfin, une marine qui compte sur chacun. Pour cela, il faut des marins épanouis tant dans leur métier qu’auprès de leurs familles. 

 

test

test encar blablablabla

blablablbalabla

Source : Marine nationale


PLAN MERCATOR - PROJECTION VERS 2030

marine 2030

marine 2030

© Marine nationale

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qui s’appuie sur l’évolution du contexte géopolitique décrit dans la revue stratégique, vient d’être votée

test cente
test legende

par la représentation nationale. Elle définit les moyens nécessaires pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Le renouvellement de la flotte est assuré et les lacunes capacitaires seront progressivement comblées. 

test image

Afin de fixer le cap à tous les marins, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, a dévoilé son plan stratégique pour 2030 : le plan Mercator, du nom du célèbre cartographe flamand du XVIe siècle. Ce plan se décline en quatre « amers » : une marine d’emploi qui navigue sur toutes les mers du monde, une marine de combat qui s’appuie sur un test gauche

entraînement poussé, une marine en pointe qui innove pour conserver l’ascendant sur l’adversaire et, enfin, une marine qui compte sur chacun. Pour cela, il faut des marins épanouis tant dans leur métier qu’auprès de leurs familles. 

 

test

test encar blablablabla

blablablbalabla

Source : Marine nationale


PLAN MERCATOR - PROJECTION VERS 2030

marine 2030

marine 2030

© Marine nationale

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qui s’appuie sur l’évolution du contexte géopolitique décrit dans la revue stratégique, vient d’être votée

test cente
test legende

par la représentation nationale. Elle définit les moyens nécessaires pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Le renouvellement de la flotte est assuré et les lacunes capacitaires seront progressivement comblées. 

test image

Afin de fixer le cap à tous les marins, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, a dévoilé son plan stratégique pour 2030 : le plan Mercator, du nom du célèbre cartographe flamand du XVIe siècle. Ce plan se décline en quatre « amers » : une marine d’emploi qui navigue sur toutes les mers du monde, une marine de combat qui s’appuie sur un test gauche

entraînement poussé, une marine en pointe qui innove pour conserver l’ascendant sur l’adversaire et, enfin, une marine qui compte sur chacun. Pour cela, il faut des marins épanouis tant dans leur métier qu’auprès de leurs familles. 

 

test

test encar blablablabla

blablablbalabla

Source : Marine nationale


PLAN MERCATOR - PROJECTION VERS 2030

marine 2030

marine 2030

© Marine nationale

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qui s’appuie sur l’évolution du contexte géopolitique décrit dans la revue stratégique, vient d’être votée

test cente
test legende

par la représentation nationale. Elle définit les moyens nécessaires pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Le renouvellement de la flotte est assuré et les lacunes capacitaires seront progressivement comblées. 

test image

Afin de fixer le cap à tous les marins, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, a dévoilé son plan stratégique pour 2030 : le plan Mercator, du nom du célèbre cartographe flamand du XVIe siècle. Ce plan se décline en quatre « amers » : une marine d’emploi qui navigue sur toutes les mers du monde, une marine de combat qui s’appuie sur un test gauche

entraînement poussé, une marine en pointe qui innove pour conserver l’ascendant sur l’adversaire et, enfin, une marine qui compte sur chacun. Pour cela, il faut des marins épanouis tant dans leur métier qu’auprès de leurs familles. 

 

test

test encar blablablabla

blablablbalabla

Source : Marine nationale


PLAN MERCATOR - PROJECTION VERS 2030

marine 2030

marine 2030

© Marine nationale

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qui s’appuie sur l’évolution du contexte géopolitique décrit dans la revue stratégique, vient d’être votée

test cente
test legende

par la représentation nationale. Elle définit les moyens nécessaires pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Le renouvellement de la flotte est assuré et les lacunes capacitaires seront progressivement comblées. 

test image

Afin de fixer le cap à tous les marins, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, a dévoilé son plan stratégique pour 2030 : le plan Mercator, du nom du célèbre cartographe flamand du XVIe siècle. Ce plan se décline en quatre « amers » : une marine d’emploi qui navigue sur toutes les mers du monde, une marine de combat qui s’appuie sur un test gauche

entraînement poussé, une marine en pointe qui innove pour conserver l’ascendant sur l’adversaire et, enfin, une marine qui compte sur chacun. Pour cela, il faut des marins épanouis tant dans leur métier qu’auprès de leurs familles. 

 

test

test encar blablablabla

blablablbalabla

Source : Marine nationale


PLAN MERCATOR - PROJECTION VERS 2030

marine 2030

marine 2030

© Marine nationale

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qui s’appuie sur l’évolution du contexte géopolitique décrit dans la revue stratégique, vient d’être votée

test cente
test legende

par la représentation nationale. Elle définit les moyens nécessaires pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Le renouvellement de la flotte est assuré et les lacunes capacitaires seront progressivement comblées. 

test image

Afin de fixer le cap à tous les marins, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, a dévoilé son plan stratégique pour 2030 : le plan Mercator, du nom du célèbre cartographe flamand du XVIe siècle. Ce plan se décline en quatre « amers » : une marine d’emploi qui navigue sur toutes les mers du monde, une marine de combat qui s’appuie sur un test gauche

entraînement poussé, une marine en pointe qui innove pour conserver l’ascendant sur l’adversaire et, enfin, une marine qui compte sur chacun. Pour cela, il faut des marins épanouis tant dans leur métier qu’auprès de leurs familles. 

 

test

test encar blablablabla

blablablbalabla

Source : Marine nationale

S'abonner à Nantes – Saint-Nazaire