Opération de guerre des mines en rade de Brest

publié le Mercredi 30 novembre 2022

 Opération de guerre des mines en rade de Brest

Opération de guerre des mines en rade de Brest

© Marine nationale

Déclenchée le 14 novembre 2022, l’opération nationale de guerre des mines DAMIER 22.2 s’est déroulée jusqu’au 28 novembre en rade de Brest.

Opération de temps de paix, DAMIER a pour objectif de contrôler, en temps contraint, les approches maritimes de Brest et de garantir la libre navigation des sous-marins nucléaires lanceurs dengins.

A cette occasion, 300 marins des chasseurs de mines, des bâtiments remorqueurs de sonar, du groupe de plongeurs démineurs de l’Atlantique, du centre de préparation et d’analyse des opérations de guerre des mines et de l’état-major de guerre des mines FRMARFOR/MW ont été mobilisés et placés sous le commandement du commandant en chef pour l’Atlantique.

Dans des conditions météorologiques exigeantes, la mission a été menée à son terme après deux semaines d’opérations éprouvantes. Par la même occasion, et grâce au travail méticuleux des équipages des unités engagées, 12 munitions historiques ont été localisées avec succès en Rade de Brest et dans le Goulet.

 Opération de guerre des mines en rade de Brest

Source : Marine nationale


Opération de guerre des mines en rade de Brest

publié le Mercredi 30 novembre 2022

 Opération de guerre des mines en rade de Brest

Opération de guerre des mines en rade de Brest

© Marine nationale

Déclenchée le 14 novembre 2022, l’opération nationale de guerre des mines DAMIER 22.2 s’est déroulée jusqu’au 28 novembre en rade de Brest.

Opération de temps de paix, DAMIER a pour objectif de contrôler, en temps contraint, les approches maritimes de Brest et de garantir la libre navigation des sous-marins nucléaires lanceurs dengins.

A cette occasion, 300 marins des chasseurs de mines, des bâtiments remorqueurs de sonar, du groupe de plongeurs démineurs de l’Atlantique, du centre de préparation et d’analyse des opérations de guerre des mines et de l’état-major de guerre des mines FRMARFOR/MW ont été mobilisés et placés sous le commandement du commandant en chef pour l’Atlantique.

Dans des conditions météorologiques exigeantes, la mission a été menée à son terme après deux semaines d’opérations éprouvantes. Par la même occasion, et grâce au travail méticuleux des équipages des unités engagées, 12 munitions historiques ont été localisées avec succès en Rade de Brest et dans le Goulet.

 Opération de guerre des mines en rade de Brest

Source : Marine nationale


Opération de guerre des mines en rade de Brest

publié le Mercredi 30 novembre 2022

 Opération de guerre des mines en rade de Brest

Opération de guerre des mines en rade de Brest

© Marine nationale

Déclenchée le 14 novembre 2022, l’opération nationale de guerre des mines DAMIER 22.2 s’est déroulée jusqu’au 28 novembre en rade de Brest.

Opération de temps de paix, DAMIER a pour objectif de contrôler, en temps contraint, les approches maritimes de Brest et de garantir la libre navigation des sous-marins nucléaires lanceurs dengins.

A cette occasion, 300 marins des chasseurs de mines, des bâtiments remorqueurs de sonar, du groupe de plongeurs démineurs de l’Atlantique, du centre de préparation et d’analyse des opérations de guerre des mines et de l’état-major de guerre des mines FRMARFOR/MW ont été mobilisés et placés sous le commandement du commandant en chef pour l’Atlantique.

Dans des conditions météorologiques exigeantes, la mission a été menée à son terme après deux semaines d’opérations éprouvantes. Par la même occasion, et grâce au travail méticuleux des équipages des unités engagées, 12 munitions historiques ont été localisées avec succès en Rade de Brest et dans le Goulet.

 Opération de guerre des mines en rade de Brest

Source : Marine nationale


Opération de guerre des mines en rade de Brest

publié le Mercredi 30 novembre 2022

 Opération de guerre des mines en rade de Brest

Opération de guerre des mines en rade de Brest

© Marine nationale

Déclenchée le 14 novembre 2022, l’opération nationale de guerre des mines DAMIER 22.2 s’est déroulée jusqu’au 28 novembre en rade de Brest.

Opération de temps de paix, DAMIER a pour objectif de contrôler, en temps contraint, les approches maritimes de Brest et de garantir la libre navigation des sous-marins nucléaires lanceurs dengins.

A cette occasion, 300 marins des chasseurs de mines, des bâtiments remorqueurs de sonar, du groupe de plongeurs démineurs de l’Atlantique, du centre de préparation et d’analyse des opérations de guerre des mines et de l’état-major de guerre des mines FRMARFOR/MW ont été mobilisés et placés sous le commandement du commandant en chef pour l’Atlantique.

Dans des conditions météorologiques exigeantes, la mission a été menée à son terme après deux semaines d’opérations éprouvantes. Par la même occasion, et grâce au travail méticuleux des équipages des unités engagées, 12 munitions historiques ont été localisées avec succès en Rade de Brest et dans le Goulet.

 Opération de guerre des mines en rade de Brest

Source : Marine nationale


Prise de commandement, première levée des couleurs et remise de fanion à bord de la FDI Amiral Ronarc’h

publié le Mardi 29 novembre 2022

 Prise de commandement, première levée des couleurs et remise de fanion à bord de la FDI Amiral Ronarc’h

Prise de commandement, première levée des couleurs et remise de fanion à bord de la FDI Amiral Ronarc’h

© Marine nationale

Le 25 novembre 2022, le vice-amiral d’escadre (VAE) Xavier Baudouard, commandant la force d’action navale, a remis son fanion à l’équipage de la frégate de défense et d’intervention (FDI) Amiral Ronarc’h à l’occasion d’une cérémonie qui s’est déroulée à bord du bâtiment, au sein du chantier de Naval Group à Lorient.

Après la mise à flot du bâtiment début novembre, la remise de fanion marque une étape importante dans la vie du navire. Le fanion est en effet le symbole officiel tangible de ralliement de l’équipage autour de son unité.

L’héraldique de la FDI Amiral Ronarc’h s’inspire largement de l’histoire de son éponyme, qui s’est principalement rendu célèbre par sa défense opiniâtre du front de l’Yser lors de la bataille de Dixmude (1914) et son accession au poste de chef d’état-major de la marine à la fin de la première guerre mondiale. Sont ainsi représentés le bleu horizon de la tenue des soldats de la première guerre mondiale, les ancres croisées des fusiliers marins et de la marque du CEMM, les étoiles de l’amiral Ronarc’h, le liseré rouge du cordon de grand-croix de la légion d’honneur, le lion des Flandres où s’est battue la brigade Ronarc’h et la croix de guerre 14/18.

Cette cérémonie a débuté par la première levée des couleurs à bord de la frégate Amiral Ronarc’h, signe visible de son statut de bâtiment de combat. Concomitamment, le VAE Baudouard a fait reconnaître le capitaine de vaisseau Nicolas Guiraud comme premier commandant de la FDI Amiral Ronarc’h. Avec l’équipage, sa première mission sera de conduire l’armement de ce premier de série.

L’importance de cette mission a été soulignée au sein des différents discours prononcés, puisque c’est la crédibilité du renouveau de la flotte française qui se joue ici. Aux côtés des deux frégates de défense aérienne et des huit frégates multi-missions, les cinq FDI constitueront en effet l’ossature de la marine hauturière à l’horizon 2030.

Premiers navires de la FAN nativement protégés contre la menace cyber, les FDI sont des frégates de premier rang de 122 m de long, 18 m de large et 4 500 tonnes. Polyvalentes, endurantes et capables d’opérer seules ou au sein d’une force navale constituée, ces frégates multi-rôles sont employables dans les domaines de lutte antinavire, anti-aérienne, anti-sous-marine et pour de la projection de forces spéciales. Elles bénéficient d’innovations technologiques de pointe comme le radar SeaFire multifonction à quatre panneaux fixes et des centres de données embarqués.

Source : Marine nationale


Prise de commandement, première levée des couleurs et remise de fanion à bord de la FDI Amiral Ronarc’h

publié le Mardi 29 novembre 2022

 Prise de commandement, première levée des couleurs et remise de fanion à bord de la FDI Amiral Ronarc’h

Prise de commandement, première levée des couleurs et remise de fanion à bord de la FDI Amiral Ronarc’h

© Marine nationale

Le 25 novembre 2022, le vice-amiral d’escadre (VAE) Xavier Baudouard, commandant la force d’action navale, a remis son fanion à l’équipage de la frégate de défense et d’intervention (FDI) Amiral Ronarc’h à l’occasion d’une cérémonie qui s’est déroulée à bord du bâtiment, au sein du chantier de Naval Group à Lorient.

Après la mise à flot du bâtiment début novembre, la remise de fanion marque une étape importante dans la vie du navire. Le fanion est en effet le symbole officiel tangible de ralliement de l’équipage autour de son unité.

L’héraldique de la FDI Amiral Ronarc’h s’inspire largement de l’histoire de son éponyme, qui s’est principalement rendu célèbre par sa défense opiniâtre du front de l’Yser lors de la bataille de Dixmude (1914) et son accession au poste de chef d’état-major de la marine à la fin de la première guerre mondiale. Sont ainsi représentés le bleu horizon de la tenue des soldats de la première guerre mondiale, les ancres croisées des fusiliers marins et de la marque du CEMM, les étoiles de l’amiral Ronarc’h, le liseré rouge du cordon de grand-croix de la légion d’honneur, le lion des Flandres où s’est battue la brigade Ronarc’h et la croix de guerre 14/18.

Cette cérémonie a débuté par la première levée des couleurs à bord de la frégate Amiral Ronarc’h, signe visible de son statut de bâtiment de combat. Concomitamment, le VAE Baudouard a fait reconnaître le capitaine de vaisseau Nicolas Guiraud comme premier commandant de la FDI Amiral Ronarc’h. Avec l’équipage, sa première mission sera de conduire l’armement de ce premier de série.

L’importance de cette mission a été soulignée au sein des différents discours prononcés, puisque c’est la crédibilité du renouveau de la flotte française qui se joue ici. Aux côtés des deux frégates de défense aérienne et des huit frégates multi-missions, les cinq FDI constitueront en effet l’ossature de la marine hauturière à l’horizon 2030.

Premiers navires de la FAN nativement protégés contre la menace cyber, les FDI sont des frégates de premier rang de 122 m de long, 18 m de large et 4 500 tonnes. Polyvalentes, endurantes et capables d’opérer seules ou au sein d’une force navale constituée, ces frégates multi-rôles sont employables dans les domaines de lutte antinavire, anti-aérienne, anti-sous-marine et pour de la projection de forces spéciales. Elles bénéficient d’innovations technologiques de pointe comme le radar SeaFire multifonction à quatre panneaux fixes et des centres de données embarqués.

Source : Marine nationale


Prise de commandement, première levée des couleurs et remise de fanion à bord de la FDI Amiral Ronarc’h

publié le Mardi 29 novembre 2022

 Prise de commandement, première levée des couleurs et remise de fanion à bord de la FDI Amiral Ronarc’h

Prise de commandement, première levée des couleurs et remise de fanion à bord de la FDI Amiral Ronarc’h

© Marine nationale

Le 25 novembre 2022, le vice-amiral d’escadre (VAE) Xavier Baudouard, commandant la force d’action navale, a remis son fanion à l’équipage de la frégate de défense et d’intervention (FDI) Amiral Ronarc’h à l’occasion d’une cérémonie qui s’est déroulée à bord du bâtiment, au sein du chantier de Naval Group à Lorient.

Après la mise à flot du bâtiment début novembre, la remise de fanion marque une étape importante dans la vie du navire. Le fanion est en effet le symbole officiel tangible de ralliement de l’équipage autour de son unité.

L’héraldique de la FDI Amiral Ronarc’h s’inspire largement de l’histoire de son éponyme, qui s’est principalement rendu célèbre par sa défense opiniâtre du front de l’Yser lors de la bataille de Dixmude (1914) et son accession au poste de chef d’état-major de la marine à la fin de la première guerre mondiale. Sont ainsi représentés le bleu horizon de la tenue des soldats de la première guerre mondiale, les ancres croisées des fusiliers marins et de la marque du CEMM, les étoiles de l’amiral Ronarc’h, le liseré rouge du cordon de grand-croix de la légion d’honneur, le lion des Flandres où s’est battue la brigade Ronarc’h et la croix de guerre 14/18.

Cette cérémonie a débuté par la première levée des couleurs à bord de la frégate Amiral Ronarc’h, signe visible de son statut de bâtiment de combat. Concomitamment, le VAE Baudouard a fait reconnaître le capitaine de vaisseau Nicolas Guiraud comme premier commandant de la FDI Amiral Ronarc’h. Avec l’équipage, sa première mission sera de conduire l’armement de ce premier de série.

L’importance de cette mission a été soulignée au sein des différents discours prononcés, puisque c’est la crédibilité du renouveau de la flotte française qui se joue ici. Aux côtés des deux frégates de défense aérienne et des huit frégates multi-missions, les cinq FDI constitueront en effet l’ossature de la marine hauturière à l’horizon 2030.

Premiers navires de la FAN nativement protégés contre la menace cyber, les FDI sont des frégates de premier rang de 122 m de long, 18 m de large et 4 500 tonnes. Polyvalentes, endurantes et capables d’opérer seules ou au sein d’une force navale constituée, ces frégates multi-rôles sont employables dans les domaines de lutte antinavire, anti-aérienne, anti-sous-marine et pour de la projection de forces spéciales. Elles bénéficient d’innovations technologiques de pointe comme le radar SeaFire multifonction à quatre panneaux fixes et des centres de données embarqués.

Source : Marine nationale


Prise de commandement, première levée des couleurs et remise de fanion à bord de la FDI Amiral Ronarc’h

publié le Mardi 29 novembre 2022

 Prise de commandement, première levée des couleurs et remise de fanion à bord de la FDI Amiral Ronarc’h

Prise de commandement, première levée des couleurs et remise de fanion à bord de la FDI Amiral Ronarc’h

© Marine nationale

Le 25 novembre 2022, le vice-amiral d’escadre (VAE) Xavier Baudouard, commandant la force d’action navale, a remis son fanion à l’équipage de la frégate de défense et d’intervention (FDI) Amiral Ronarc’h à l’occasion d’une cérémonie qui s’est déroulée à bord du bâtiment, au sein du chantier de Naval Group à Lorient.

Après la mise à flot du bâtiment début novembre, la remise de fanion marque une étape importante dans la vie du navire. Le fanion est en effet le symbole officiel tangible de ralliement de l’équipage autour de son unité.

L’héraldique de la FDI Amiral Ronarc’h s’inspire largement de l’histoire de son éponyme, qui s’est principalement rendu célèbre par sa défense opiniâtre du front de l’Yser lors de la bataille de Dixmude (1914) et son accession au poste de chef d’état-major de la marine à la fin de la première guerre mondiale. Sont ainsi représentés le bleu horizon de la tenue des soldats de la première guerre mondiale, les ancres croisées des fusiliers marins et de la marque du CEMM, les étoiles de l’amiral Ronarc’h, le liseré rouge du cordon de grand-croix de la légion d’honneur, le lion des Flandres où s’est battue la brigade Ronarc’h et la croix de guerre 14/18.

Cette cérémonie a débuté par la première levée des couleurs à bord de la frégate Amiral Ronarc’h, signe visible de son statut de bâtiment de combat. Concomitamment, le VAE Baudouard a fait reconnaître le capitaine de vaisseau Nicolas Guiraud comme premier commandant de la FDI Amiral Ronarc’h. Avec l’équipage, sa première mission sera de conduire l’armement de ce premier de série.

L’importance de cette mission a été soulignée au sein des différents discours prononcés, puisque c’est la crédibilité du renouveau de la flotte française qui se joue ici. Aux côtés des deux frégates de défense aérienne et des huit frégates multi-missions, les cinq FDI constitueront en effet l’ossature de la marine hauturière à l’horizon 2030.

Premiers navires de la FAN nativement protégés contre la menace cyber, les FDI sont des frégates de premier rang de 122 m de long, 18 m de large et 4 500 tonnes. Polyvalentes, endurantes et capables d’opérer seules ou au sein d’une force navale constituée, ces frégates multi-rôles sont employables dans les domaines de lutte antinavire, anti-aérienne, anti-sous-marine et pour de la projection de forces spéciales. Elles bénéficient d’innovations technologiques de pointe comme le radar SeaFire multifonction à quatre panneaux fixes et des centres de données embarqués.

Source : Marine nationale


Livraison du premier RPC 30 de la Marine nationale à la base navale de Brest

publié le Jeudi 17 novembre 2022

 Livraison du premier RPC 30 de la Marine nationale à la base navale de Brest

Livraison du premier RPC 30 de la Marine nationale à la base navale de Brest

© Marine nationale

Le premier remorqueur portuaire et côtier (RPC 30) Zinzolin de la Marine nationale a rejoint la base navale de Brest le 9 novembre 2022.

Après le remorqueur portuaire (RP 30) Céladon livré en octobre 2022 à la base navale de Toulon, le Zinzolin est le deuxième d’une série de 20 remorqueurs portuaires (dont 5 côtiers) construits par les chantiers Piriou de Concarneau au profit de la Marine nationale. La base navale de Brest comptera à terme sept remorqueurs portuaires (dont un côtier) destinés à remplacer les sept RP 12 et RPC 12 ainsi que le RCVS Buffle actuellement en service et dont le retrait du service actif s’échelonnera à compter de mai 2023.

Long de 26 mètres et d’une puissance de traction de 35 tonnes, le remorqueur portuaire et côtier Zinzolin sera armé par six marins.

 Livraison du premier RPC 30 de la Marine nationale à la base navale de Brest
 Livraison du premier RPC 30 de la Marine nationale à la base navale de Brest

Source : Marine nationale


Livraison du premier RPC 30 de la Marine nationale à la base navale de Brest

publié le Jeudi 17 novembre 2022

 Livraison du premier RPC 30 de la Marine nationale à la base navale de Brest

Livraison du premier RPC 30 de la Marine nationale à la base navale de Brest

© Marine nationale

Le premier remorqueur portuaire et côtier (RPC 30) Zinzolin de la Marine nationale a rejoint la base navale de Brest le 9 novembre 2022.

Après le remorqueur portuaire (RP 30) Céladon livré en octobre 2022 à la base navale de Toulon, le Zinzolin est le deuxième d’une série de 20 remorqueurs portuaires (dont 5 côtiers) construits par les chantiers Piriou de Concarneau au profit de la Marine nationale. La base navale de Brest comptera à terme sept remorqueurs portuaires (dont un côtier) destinés à remplacer les sept RP 12 et RPC 12 ainsi que le RCVS Buffle actuellement en service et dont le retrait du service actif s’échelonnera à compter de mai 2023.

Long de 26 mètres et d’une puissance de traction de 35 tonnes, le remorqueur portuaire et côtier Zinzolin sera armé par six marins.

 Livraison du premier RPC 30 de la Marine nationale à la base navale de Brest
 Livraison du premier RPC 30 de la Marine nationale à la base navale de Brest

Source : Marine nationale

S'abonner à Brest