De nouveaux commandants pour les 4 bâtiments école

publié le Lundi 04 juillet 2022

De nouveaux commandants pour les 4 bâtiments école

De nouveaux commandants pour les 4 bâtiments école

© Marine nationale

Le 4 juillet 2022, le vice-amiral Arnaud Provost-Fleury, adjoint organique à Brest de l’amiral commandant la Force d’action navale, a fait reconnaître les nouveaux commandants de 4 bâtiments-école (BE) : le Guépard, le Jaguar, le Lion et la Panthère.

L'EV1 Luc Richard a pris le commandement du BE Guépard. Il succède au LV Benoît Peix

L'EV1 Alexandre de Puybaudet a pris le commandement du BE Jaguar. Il succède au LV Wandrille Barbié de Préaudeau

L'EV1 Vincent Bonnet a pris le commandement du BE Lion. Il succède au LV Guillemette de Germay

L'EV1 Tanguy Schoenhentz a pris le commandement du BE Panthère. Il succède au LV Antoine Rainaut

Cette année marque les 40 ans des bâtiments-école de la Marine. Contributeurs principaux – avec les bâtiment d’instruction à la navigation (BIN) Églantine et Glycine – de la formation des officiers chefs du quart issus de l’École navale, les huit unités ont assuré depuis leur mise en service près de 28 800 jours de corvette cumulés pour un total de 6 912 000 nautiques parcourues au profit de l’instruction des élèves.

Basés à Brest et admis au service actif entre 1982 et 1983, les bâtiments-écoles ont pour principale mission de former les marins à la navigation.

Les huit bâtiments-écoles (Léopard, Panthère, Jaguar, Lynx, Guépard, Chacal, Tigre et Lion) portent le nom de contre-torpilleurs qui se sont illustrés durant le début de la Seconde guerre mondiale. Ces noms de fauves ont naturellement conduit à surnommer le groupe des Bâtiments-école la « Ménagerie ».

D’une longueur de 43 mètres pour 8,30 mètres de large, ces bâtiments accueillent 16 marins à leur bord. Une quinzaine d’élèves en moyenne sont embarqués durant les missions de formation.

Source : Marine nationale


De nouveaux commandants pour les 4 bâtiments école

publié le Lundi 04 juillet 2022

De nouveaux commandants pour les 4 bâtiments école

De nouveaux commandants pour les 4 bâtiments école

© Marine nationale

Le 4 juillet 2022, le vice-amiral Arnaud Provost-Fleury, adjoint organique à Brest de l’amiral commandant la Force d’action navale, a fait reconnaître les nouveaux commandants de 4 bâtiments-école (BE) : le Guépard, le Jaguar, le Lion et la Panthère.

L'EV1 Luc Richard a pris le commandement du BE Guépard. Il succède au LV Benoît Peix

L'EV1 Alexandre de Puybaudet a pris le commandement du BE Jaguar. Il succède au LV Wandrille Barbié de Préaudeau

L'EV1 Vincent Bonnet a pris le commandement du BE Lion. Il succède au LV Guillemette de Germay

L'EV1 Tanguy Schoenhentz a pris le commandement du BE Panthère. Il succède au LV Antoine Rainaut

Cette année marque les 40 ans des bâtiments-école de la Marine. Contributeurs principaux – avec les bâtiment d’instruction à la navigation (BIN) Églantine et Glycine – de la formation des officiers chefs du quart issus de l’École navale, les huit unités ont assuré depuis leur mise en service près de 28 800 jours de corvette cumulés pour un total de 6 912 000 nautiques parcourues au profit de l’instruction des élèves.

Basés à Brest et admis au service actif entre 1982 et 1983, les bâtiments-écoles ont pour principale mission de former les marins à la navigation.

Les huit bâtiments-écoles (Léopard, Panthère, Jaguar, Lynx, Guépard, Chacal, Tigre et Lion) portent le nom de contre-torpilleurs qui se sont illustrés durant le début de la Seconde guerre mondiale. Ces noms de fauves ont naturellement conduit à surnommer le groupe des Bâtiments-école la « Ménagerie ».

D’une longueur de 43 mètres pour 8,30 mètres de large, ces bâtiments accueillent 16 marins à leur bord. Une quinzaine d’élèves en moyenne sont embarqués durant les missions de formation.

Source : Marine nationale


De nouveaux commandants pour les 4 bâtiments école

publié le Lundi 04 juillet 2022

De nouveaux commandants pour les 4 bâtiments école

De nouveaux commandants pour les 4 bâtiments école

© Marine nationale

Le 4 juillet 2022, le vice-amiral Arnaud Provost-Fleury, adjoint organique à Brest de l’amiral commandant la Force d’action navale, a fait reconnaître les nouveaux commandants de 4 bâtiments-école (BE) : le Guépard, le Jaguar, le Lion et la Panthère.

L'EV1 Luc Richard a pris le commandement du BE Guépard. Il succède au LV Benoît Peix

L'EV1 Alexandre de Puybaudet a pris le commandement du BE Jaguar. Il succède au LV Wandrille Barbié de Préaudeau

L'EV1 Vincent Bonnet a pris le commandement du BE Lion. Il succède au LV Guillemette de Germay

L'EV1 Tanguy Schoenhentz a pris le commandement du BE Panthère. Il succède au LV Antoine Rainaut

Cette année marque les 40 ans des bâtiments-école de la Marine. Contributeurs principaux – avec les bâtiment d’instruction à la navigation (BIN) Églantine et Glycine – de la formation des officiers chefs du quart issus de l’École navale, les huit unités ont assuré depuis leur mise en service près de 28 800 jours de corvette cumulés pour un total de 6 912 000 nautiques parcourues au profit de l’instruction des élèves.

Basés à Brest et admis au service actif entre 1982 et 1983, les bâtiments-écoles ont pour principale mission de former les marins à la navigation.

Les huit bâtiments-écoles (Léopard, Panthère, Jaguar, Lynx, Guépard, Chacal, Tigre et Lion) portent le nom de contre-torpilleurs qui se sont illustrés durant le début de la Seconde guerre mondiale. Ces noms de fauves ont naturellement conduit à surnommer le groupe des Bâtiments-école la « Ménagerie ».

D’une longueur de 43 mètres pour 8,30 mètres de large, ces bâtiments accueillent 16 marins à leur bord. Une quinzaine d’élèves en moyenne sont embarqués durant les missions de formation.

Source : Marine nationale


Un nouveau commandant pour le Blaison

publié le Vendredi 01 juillet 2022

Un nouveau commandant pour le Blaison

Un nouveau commandant pour le Blaison

© Marine nationale

Le 1er juillet 2022, le vice-amiral Arnaud Provost-Fleury, adjoint organique à Brest de l’amiral commandant la Force d’action navale, a fait reconnaitre le capitaine de corvette (CC) Romain Laboulais comme nouveau commandant du patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant Blaison. Il succède au CC Gauthier Chaperon.

 

À l’issue d'un arrêt technique et de plusieurs missions opérationnelles en Atlantique, le Commandant Blaison a été déployé en Méditerranée centrale dans le cadre de l’opération de l’Union européenne EUNAVFORMED IRINI, visant à faire respecter l’embargo des Nations Unies sur les armes à destination de la Libye.

 

Natif de Mont-Saint-Aignan en Normandie, le CC Romain Laboulais s’engage en 2005 en tant que navigateur timonier, puis intègre en 2008 l’École Navale, avec la spécialité de tacticien d’aéronautique (TACAE). En 2011, il est affecté sur la frégate anti-sous-marine (FASM) Montcalm avant de rallier la base aéronavale de Lann-Bihoué. Affecté à la Flottille 23F sur avion de patrouille maritime Atlantique 2, il contribue aux activités de soutien à la Force océanique stratégique. De plus, il prend part à plusieurs opérations aéroterrestres au-dessus de l’Irak, de la Syrie et du Mali. Il rejoint ensuite successivement la frégate de type La Fayette (FLF) Surcouf, la frégate multimissions (FREMM) Aquitaine puis la FREMM Bretagne. En 2021, le CC Romain Laboulais est affecté à la division "entraînement" de l’état-major de la Force d’action navale en tant que chef de section "lutte sous la mer" d’où il conduit plusieurs stages de mise en condition opérationnelle de bâtiments de surface.

 

Admis au service actif le 28 avril 1982, le patrouilleur de haute mer Commandant Blaison est un bâtiment de combat polyvalent optimisé pour assurer la défense maritime du territoire. Les PHM ont un large spectre d’emploi : lutte anti-sous-marine dans les eaux côtières, participation à des missions de soutien, protection et entraînement des sous-marins, défense des approches maritimes, sauvegarde maritime. Véritables sentinelles maritimes, ils peuvent assurer ponctuellement des missions de présence, notamment dans le golfe de Guinée, et de soutien de la dissuasion. D’une longueur de 80 mètres et d’une largeur de 10 mètres, il est armé par un équipage de 84 marins. La ville marraine du Commandant Blaison est Lapalisse.

 

Un nouveau commandant pour le Blaison

Source : Marine nationale


Un nouveau commandant pour le Blaison

publié le Vendredi 01 juillet 2022

Un nouveau commandant pour le Blaison

Un nouveau commandant pour le Blaison

© Marine nationale

Le 1er juillet 2022, le vice-amiral Arnaud Provost-Fleury, adjoint organique à Brest de l’amiral commandant la Force d’action navale, a fait reconnaitre le capitaine de corvette (CC) Romain Laboulais comme nouveau commandant du patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant Blaison. Il succède au CC Gauthier Chaperon.

 

À l’issue d'un arrêt technique et de plusieurs missions opérationnelles en Atlantique, le Commandant Blaison a été déployé en Méditerranée centrale dans le cadre de l’opération de l’Union européenne EUNAVFORMED IRINI, visant à faire respecter l’embargo des Nations Unies sur les armes à destination de la Libye.

 

Natif de Mont-Saint-Aignan en Normandie, le CC Romain Laboulais s’engage en 2005 en tant que navigateur timonier, puis intègre en 2008 l’École Navale, avec la spécialité de tacticien d’aéronautique (TACAE). En 2011, il est affecté sur la frégate anti-sous-marine (FASM) Montcalm avant de rallier la base aéronavale de Lann-Bihoué. Affecté à la Flottille 23F sur avion de patrouille maritime Atlantique 2, il contribue aux activités de soutien à la Force océanique stratégique. De plus, il prend part à plusieurs opérations aéroterrestres au-dessus de l’Irak, de la Syrie et du Mali. Il rejoint ensuite successivement la frégate de type La Fayette (FLF) Surcouf, la frégate multimissions (FREMM) Aquitaine puis la FREMM Bretagne. En 2021, le CC Romain Laboulais est affecté à la division "entraînement" de l’état-major de la Force d’action navale en tant que chef de section "lutte sous la mer" d’où il conduit plusieurs stages de mise en condition opérationnelle de bâtiments de surface.

 

Admis au service actif le 28 avril 1982, le patrouilleur de haute mer Commandant Blaison est un bâtiment de combat polyvalent optimisé pour assurer la défense maritime du territoire. Les PHM ont un large spectre d’emploi : lutte anti-sous-marine dans les eaux côtières, participation à des missions de soutien, protection et entraînement des sous-marins, défense des approches maritimes, sauvegarde maritime. Véritables sentinelles maritimes, ils peuvent assurer ponctuellement des missions de présence, notamment dans le golfe de Guinée, et de soutien de la dissuasion. D’une longueur de 80 mètres et d’une largeur de 10 mètres, il est armé par un équipage de 84 marins. La ville marraine du Commandant Blaison est Lapalisse.

 

Un nouveau commandant pour le Blaison

Source : Marine nationale


Un nouveau commandant pour le Blaison

publié le Vendredi 01 juillet 2022

Un nouveau commandant pour le Blaison

Un nouveau commandant pour le Blaison

© Marine nationale

Le 1er juillet 2022, le vice-amiral Arnaud Provost-Fleury, adjoint organique à Brest de l’amiral commandant la Force d’action navale, a fait reconnaitre le capitaine de corvette (CC) Romain Laboulais comme nouveau commandant du patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant Blaison. Il succède au CC Gauthier Chaperon.

 

À l’issue d'un arrêt technique et de plusieurs missions opérationnelles en Atlantique, le Commandant Blaison a été déployé en Méditerranée centrale dans le cadre de l’opération de l’Union européenne EUNAVFORMED IRINI, visant à faire respecter l’embargo des Nations Unies sur les armes à destination de la Libye.

 

Natif de Mont-Saint-Aignan en Normandie, le CC Romain Laboulais s’engage en 2005 en tant que navigateur timonier, puis intègre en 2008 l’École Navale, avec la spécialité de tacticien d’aéronautique (TACAE). En 2011, il est affecté sur la frégate anti-sous-marine (FASM) Montcalm avant de rallier la base aéronavale de Lann-Bihoué. Affecté à la Flottille 23F sur avion de patrouille maritime Atlantique 2, il contribue aux activités de soutien à la Force océanique stratégique. De plus, il prend part à plusieurs opérations aéroterrestres au-dessus de l’Irak, de la Syrie et du Mali. Il rejoint ensuite successivement la frégate de type La Fayette (FLF) Surcouf, la frégate multimissions (FREMM) Aquitaine puis la FREMM Bretagne. En 2021, le CC Romain Laboulais est affecté à la division "entraînement" de l’état-major de la Force d’action navale en tant que chef de section "lutte sous la mer" d’où il conduit plusieurs stages de mise en condition opérationnelle de bâtiments de surface.

 

Admis au service actif le 28 avril 1982, le patrouilleur de haute mer Commandant Blaison est un bâtiment de combat polyvalent optimisé pour assurer la défense maritime du territoire. Les PHM ont un large spectre d’emploi : lutte anti-sous-marine dans les eaux côtières, participation à des missions de soutien, protection et entraînement des sous-marins, défense des approches maritimes, sauvegarde maritime. Véritables sentinelles maritimes, ils peuvent assurer ponctuellement des missions de présence, notamment dans le golfe de Guinée, et de soutien de la dissuasion. D’une longueur de 80 mètres et d’une largeur de 10 mètres, il est armé par un équipage de 84 marins. La ville marraine du Commandant Blaison est Lapalisse.

 

Un nouveau commandant pour le Blaison

Source : Marine nationale


Un nouveau commandant pour le Blaison

publié le Vendredi 01 juillet 2022

Un nouveau commandant pour le Blaison

Un nouveau commandant pour le Blaison

© Marine nationale

Le 1er juillet 2022, le vice-amiral Arnaud Provost-Fleury, adjoint organique à Brest de l’amiral commandant la Force d’action navale, a fait reconnaitre le capitaine de corvette (CC) Romain Laboulais comme nouveau commandant du patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant Blaison. Il succède au CC Gauthier Chaperon.

 

À l’issue d'un arrêt technique et de plusieurs missions opérationnelles en Atlantique, le Commandant Blaison a été déployé en Méditerranée centrale dans le cadre de l’opération de l’Union européenne EUNAVFORMED IRINI, visant à faire respecter l’embargo des Nations Unies sur les armes à destination de la Libye.

 

Natif de Mont-Saint-Aignan en Normandie, le CC Romain Laboulais s’engage en 2005 en tant que navigateur timonier, puis intègre en 2008 l’École Navale, avec la spécialité de tacticien d’aéronautique (TACAE). En 2011, il est affecté sur la frégate anti-sous-marine (FASM) Montcalm avant de rallier la base aéronavale de Lann-Bihoué. Affecté à la Flottille 23F sur avion de patrouille maritime Atlantique 2, il contribue aux activités de soutien à la Force océanique stratégique. De plus, il prend part à plusieurs opérations aéroterrestres au-dessus de l’Irak, de la Syrie et du Mali. Il rejoint ensuite successivement la frégate de type La Fayette (FLF) Surcouf, la frégate multimissions (FREMM) Aquitaine puis la FREMM Bretagne. En 2021, le CC Romain Laboulais est affecté à la division "entraînement" de l’état-major de la Force d’action navale en tant que chef de section "lutte sous la mer" d’où il conduit plusieurs stages de mise en condition opérationnelle de bâtiments de surface.

 

Admis au service actif le 28 avril 1982, le patrouilleur de haute mer Commandant Blaison est un bâtiment de combat polyvalent optimisé pour assurer la défense maritime du territoire. Les PHM ont un large spectre d’emploi : lutte anti-sous-marine dans les eaux côtières, participation à des missions de soutien, protection et entraînement des sous-marins, défense des approches maritimes, sauvegarde maritime. Véritables sentinelles maritimes, ils peuvent assurer ponctuellement des missions de présence, notamment dans le golfe de Guinée, et de soutien de la dissuasion. D’une longueur de 80 mètres et d’une largeur de 10 mètres, il est armé par un équipage de 84 marins. La ville marraine du Commandant Blaison est Lapalisse.

 

Un nouveau commandant pour le Blaison

Source : Marine nationale


Fin de formation pour les mousses

publié le Mardi 28 juin 2022

Fin de formation pour les mousses

Fin de formation pour les mousses

© Marine nationale

Le 27 juin 2022, pour les mousses des deux sites, brestois et cherbourgeois, de l’école, la fin de l’année scolaire s’est conclue par deux cérémonies à la forte dimension symbolique et où l’ascenseur émotionnel était au rendez-vous pour tous.

 

Tôt le matin, en salle Richelieu, le capitaine de frégate Éric Brothé, directeur de l’école, a présidé une cérémonie au cours de laquelle les mousses ont signé leur contrat de « quartier-maître de la flotte » (QMF) et se sont vus remettre leurs galons de matelot, synonyme de l’obtention de leur brevet de mousse. Un rituel qui consacre leur entrée de plein pied en tant que marin. Deux heures plus tard, une cérémonie de remise de prix, présidée par le capitaine de vaisseau Sébastien Houël, commandant le centre d’instruction naval (CIN), a ensuite eu lieu sur le front de mer. S’adressant aux mousses, le « pacha » du CIN leur a déclaré être particulièrement heureux que leurs parents, et proches, puissent les voir tels qu’ils sont : « des jeunes hommes et femmes fiers, dignes, forts, conscients que la vie s’offre à eux et qu’ils ont toutes les capacités, toutes les ressources pour continuer à progresser ; des jeunes marins, pleins de vie, d’entrain, d’enthousiasme, ayant envie, pour une grande partie d’entre eux, de servir la Nation et de faire de leur vie quelque chose qui sort de l’ordinaire. »

 

Douze prix sont venus récompenser les jeunes recrues les plus méritantes. Un prix de la formation maritime a notamment été remis par le peintre officiel de la Marine Ewan Lebourdais, tandis qu’un prix du parrain était remis par le navigateur Kevin Escoffier, parrain cette promotion 2021-2022 « Contre-amiral Jean-Bernard Cerruti ». Chaque élève a ensuite reçu son brevet équipage, symbolisant son année de formation, ainsi qu’un livret de valeurs.

 

A l’issue de cette cérémonie, les mousses ont pu passer un temps avec leurs familles, émues et fières de retrouver leur jeune marin et de rencontrer les cadres de l’école. Demain, pour ceux qui ont choisi de devenir fusilier, matelot de maintenance aéronautique ou matelot pont d’envol, il sera déjà temps de quitter l’école et les amis faits cette année. D’autres ne se sépareront qu’après avoir défilé sur les Champs-Élysées le 14 juillet. Tous s’apprêtent désormais à poursuivre leur carrière, dans la Marine ou ailleurs, en étant toujours, vaillants et loyaux, fidèles ainsi à la devise de leur école !

 

Ouverte aux jeunes Français de 16 à 18 ans, l’École des mousses leur offre une initiation rigoureuse au métier de marin. Pour y accéder, il faut être apte et avoir suivi au minimum une classe de troisième. Au programme des dix mois de scolarité : formation académique, militaire, maritime et de sécurité. S’ils valident leur année scolaire, les mousses peuvent signer un contrat de 4 ans comme quartiers-maîtres de la Flotte.       


 

Fin de formation pour les mousses

Source : Marine nationale


Fin de formation pour les mousses

publié le Mardi 28 juin 2022

Fin de formation pour les mousses

Fin de formation pour les mousses

© Marine nationale

Le 27 juin 2022, pour les mousses des deux sites, brestois et cherbourgeois, de l’école, la fin de l’année scolaire s’est conclue par deux cérémonies à la forte dimension symbolique et où l’ascenseur émotionnel était au rendez-vous pour tous.

 

Tôt le matin, en salle Richelieu, le capitaine de frégate Éric Brothé, directeur de l’école, a présidé une cérémonie au cours de laquelle les mousses ont signé leur contrat de « quartier-maître de la flotte » (QMF) et se sont vus remettre leurs galons de matelot, synonyme de l’obtention de leur brevet de mousse. Un rituel qui consacre leur entrée de plein pied en tant que marin. Deux heures plus tard, une cérémonie de remise de prix, présidée par le capitaine de vaisseau Sébastien Houël, commandant le centre d’instruction naval (CIN), a ensuite eu lieu sur le front de mer. S’adressant aux mousses, le « pacha » du CIN leur a déclaré être particulièrement heureux que leurs parents, et proches, puissent les voir tels qu’ils sont : « des jeunes hommes et femmes fiers, dignes, forts, conscients que la vie s’offre à eux et qu’ils ont toutes les capacités, toutes les ressources pour continuer à progresser ; des jeunes marins, pleins de vie, d’entrain, d’enthousiasme, ayant envie, pour une grande partie d’entre eux, de servir la Nation et de faire de leur vie quelque chose qui sort de l’ordinaire. »

 

Douze prix sont venus récompenser les jeunes recrues les plus méritantes. Un prix de la formation maritime a notamment été remis par le peintre officiel de la Marine Ewan Lebourdais, tandis qu’un prix du parrain était remis par le navigateur Kevin Escoffier, parrain cette promotion 2021-2022 « Contre-amiral Jean-Bernard Cerruti ». Chaque élève a ensuite reçu son brevet équipage, symbolisant son année de formation, ainsi qu’un livret de valeurs.

 

A l’issue de cette cérémonie, les mousses ont pu passer un temps avec leurs familles, émues et fières de retrouver leur jeune marin et de rencontrer les cadres de l’école. Demain, pour ceux qui ont choisi de devenir fusilier, matelot de maintenance aéronautique ou matelot pont d’envol, il sera déjà temps de quitter l’école et les amis faits cette année. D’autres ne se sépareront qu’après avoir défilé sur les Champs-Élysées le 14 juillet. Tous s’apprêtent désormais à poursuivre leur carrière, dans la Marine ou ailleurs, en étant toujours, vaillants et loyaux, fidèles ainsi à la devise de leur école !

 

Ouverte aux jeunes Français de 16 à 18 ans, l’École des mousses leur offre une initiation rigoureuse au métier de marin. Pour y accéder, il faut être apte et avoir suivi au minimum une classe de troisième. Au programme des dix mois de scolarité : formation académique, militaire, maritime et de sécurité. S’ils valident leur année scolaire, les mousses peuvent signer un contrat de 4 ans comme quartiers-maîtres de la Flotte.       


 

Fin de formation pour les mousses

Source : Marine nationale


Fin de formation pour les mousses

publié le Mardi 28 juin 2022

Fin de formation pour les mousses

Fin de formation pour les mousses

© Marine nationale

Le 27 juin 2022, pour les mousses des deux sites, brestois et cherbourgeois, de l’école, la fin de l’année scolaire s’est conclue par deux cérémonies à la forte dimension symbolique et où l’ascenseur émotionnel était au rendez-vous pour tous.

 

Tôt le matin, en salle Richelieu, le capitaine de frégate Éric Brothé, directeur de l’école, a présidé une cérémonie au cours de laquelle les mousses ont signé leur contrat de « quartier-maître de la flotte » (QMF) et se sont vus remettre leurs galons de matelot, synonyme de l’obtention de leur brevet de mousse. Un rituel qui consacre leur entrée de plein pied en tant que marin. Deux heures plus tard, une cérémonie de remise de prix, présidée par le capitaine de vaisseau Sébastien Houël, commandant le centre d’instruction naval (CIN), a ensuite eu lieu sur le front de mer. S’adressant aux mousses, le « pacha » du CIN leur a déclaré être particulièrement heureux que leurs parents, et proches, puissent les voir tels qu’ils sont : « des jeunes hommes et femmes fiers, dignes, forts, conscients que la vie s’offre à eux et qu’ils ont toutes les capacités, toutes les ressources pour continuer à progresser ; des jeunes marins, pleins de vie, d’entrain, d’enthousiasme, ayant envie, pour une grande partie d’entre eux, de servir la Nation et de faire de leur vie quelque chose qui sort de l’ordinaire. »

 

Douze prix sont venus récompenser les jeunes recrues les plus méritantes. Un prix de la formation maritime a notamment été remis par le peintre officiel de la Marine Ewan Lebourdais, tandis qu’un prix du parrain était remis par le navigateur Kevin Escoffier, parrain cette promotion 2021-2022 « Contre-amiral Jean-Bernard Cerruti ». Chaque élève a ensuite reçu son brevet équipage, symbolisant son année de formation, ainsi qu’un livret de valeurs.

 

A l’issue de cette cérémonie, les mousses ont pu passer un temps avec leurs familles, émues et fières de retrouver leur jeune marin et de rencontrer les cadres de l’école. Demain, pour ceux qui ont choisi de devenir fusilier, matelot de maintenance aéronautique ou matelot pont d’envol, il sera déjà temps de quitter l’école et les amis faits cette année. D’autres ne se sépareront qu’après avoir défilé sur les Champs-Élysées le 14 juillet. Tous s’apprêtent désormais à poursuivre leur carrière, dans la Marine ou ailleurs, en étant toujours, vaillants et loyaux, fidèles ainsi à la devise de leur école !

 

Ouverte aux jeunes Français de 16 à 18 ans, l’École des mousses leur offre une initiation rigoureuse au métier de marin. Pour y accéder, il faut être apte et avoir suivi au minimum une classe de troisième. Au programme des dix mois de scolarité : formation académique, militaire, maritime et de sécurité. S’ils valident leur année scolaire, les mousses peuvent signer un contrat de 4 ans comme quartiers-maîtres de la Flotte.       


 

Fin de formation pour les mousses

Source : Marine nationale

S'abonner à Brest