Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

publié le Vendredi 24 juin 2022

Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

© Marine nationale

Le capitaine de corvette Serge Groutsch a pris le commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville le jeudi 23 juin 2022. Il succède au capitaine de frégate Frédéric Méar.

 

La cérémonie s’est déroulée à la préfecture maritime de Brest, en présence du drapeau de la demi-brigade de fusiliers marins (DBFM) et de sa garde. Elle a été présidée par le contre-amiral de Briançon, commandant la force maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO).

 

L’ensemble du personnel militaire et civil du bataillon était présent sur les rangs ainsi que les compagnies de fusiliers marins (CFM) qui lui sont rattachées (les CFM Morel, Bernier et Brière), situées respectivement à Sainte-Assise, Lanvéoc et Lann-Bihoué. De nombreuses délégations d’invités constituées de la FORFUSCO, des amicales de fusiliers marins de Brest et de Lorient et de la famille Amyot d’Inville ont assisté à cette cérémonie.

 

Les fusiliers marins sont les forces spécialisées de la Marine nationale pour les missions de défense militaire et d’interdiction maritime. 24h/24 et 7 jours sur 7, ils sont engagés au titre de la défense militaire et maritime du territoire pour défendre les sites sensibles de la marine, dont les installations liées à la dissuasion, et escorter les unités précieuses, en métropole et outre-mer. Leurs missions les amènent également à venir en appui aux opérations aéronavales, à participer au contrôle des espaces maritimes et à contribuer à la lutte contre les trafics illicites. Enfin, ils prennent part aux opérations interarmées à terre et à partir de la mer, comme les missions amphibies.

Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

Source : Marine nationale


Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

publié le Vendredi 24 juin 2022

Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

© Marine nationale

Le capitaine de corvette Serge Groutsch a pris le commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville le jeudi 23 juin 2022. Il succède au capitaine de frégate Frédéric Méar.

 

La cérémonie s’est déroulée à la préfecture maritime de Brest, en présence du drapeau de la demi-brigade de fusiliers marins (DBFM) et de sa garde. Elle a été présidée par le contre-amiral de Briançon, commandant la force maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO).

 

L’ensemble du personnel militaire et civil du bataillon était présent sur les rangs ainsi que les compagnies de fusiliers marins (CFM) qui lui sont rattachées (les CFM Morel, Bernier et Brière), situées respectivement à Sainte-Assise, Lanvéoc et Lann-Bihoué. De nombreuses délégations d’invités constituées de la FORFUSCO, des amicales de fusiliers marins de Brest et de Lorient et de la famille Amyot d’Inville ont assisté à cette cérémonie.

 

Les fusiliers marins sont les forces spécialisées de la Marine nationale pour les missions de défense militaire et d’interdiction maritime. 24h/24 et 7 jours sur 7, ils sont engagés au titre de la défense militaire et maritime du territoire pour défendre les sites sensibles de la marine, dont les installations liées à la dissuasion, et escorter les unités précieuses, en métropole et outre-mer. Leurs missions les amènent également à venir en appui aux opérations aéronavales, à participer au contrôle des espaces maritimes et à contribuer à la lutte contre les trafics illicites. Enfin, ils prennent part aux opérations interarmées à terre et à partir de la mer, comme les missions amphibies.

Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

Source : Marine nationale


Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

publié le Vendredi 24 juin 2022

Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

© Marine nationale

Le capitaine de corvette Serge Groutsch a pris le commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville le jeudi 23 juin 2022. Il succède au capitaine de frégate Frédéric Méar.

 

La cérémonie s’est déroulée à la préfecture maritime de Brest, en présence du drapeau de la demi-brigade de fusiliers marins (DBFM) et de sa garde. Elle a été présidée par le contre-amiral de Briançon, commandant la force maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO).

 

L’ensemble du personnel militaire et civil du bataillon était présent sur les rangs ainsi que les compagnies de fusiliers marins (CFM) qui lui sont rattachées (les CFM Morel, Bernier et Brière), situées respectivement à Sainte-Assise, Lanvéoc et Lann-Bihoué. De nombreuses délégations d’invités constituées de la FORFUSCO, des amicales de fusiliers marins de Brest et de Lorient et de la famille Amyot d’Inville ont assisté à cette cérémonie.

 

Les fusiliers marins sont les forces spécialisées de la Marine nationale pour les missions de défense militaire et d’interdiction maritime. 24h/24 et 7 jours sur 7, ils sont engagés au titre de la défense militaire et maritime du territoire pour défendre les sites sensibles de la marine, dont les installations liées à la dissuasion, et escorter les unités précieuses, en métropole et outre-mer. Leurs missions les amènent également à venir en appui aux opérations aéronavales, à participer au contrôle des espaces maritimes et à contribuer à la lutte contre les trafics illicites. Enfin, ils prennent part aux opérations interarmées à terre et à partir de la mer, comme les missions amphibies.

Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

Source : Marine nationale


Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

publié le Vendredi 24 juin 2022

Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

© Marine nationale

Le capitaine de corvette Serge Groutsch a pris le commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville le jeudi 23 juin 2022. Il succède au capitaine de frégate Frédéric Méar.

 

La cérémonie s’est déroulée à la préfecture maritime de Brest, en présence du drapeau de la demi-brigade de fusiliers marins (DBFM) et de sa garde. Elle a été présidée par le contre-amiral de Briançon, commandant la force maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO).

 

L’ensemble du personnel militaire et civil du bataillon était présent sur les rangs ainsi que les compagnies de fusiliers marins (CFM) qui lui sont rattachées (les CFM Morel, Bernier et Brière), situées respectivement à Sainte-Assise, Lanvéoc et Lann-Bihoué. De nombreuses délégations d’invités constituées de la FORFUSCO, des amicales de fusiliers marins de Brest et de Lorient et de la famille Amyot d’Inville ont assisté à cette cérémonie.

 

Les fusiliers marins sont les forces spécialisées de la Marine nationale pour les missions de défense militaire et d’interdiction maritime. 24h/24 et 7 jours sur 7, ils sont engagés au titre de la défense militaire et maritime du territoire pour défendre les sites sensibles de la marine, dont les installations liées à la dissuasion, et escorter les unités précieuses, en métropole et outre-mer. Leurs missions les amènent également à venir en appui aux opérations aéronavales, à participer au contrôle des espaces maritimes et à contribuer à la lutte contre les trafics illicites. Enfin, ils prennent part aux opérations interarmées à terre et à partir de la mer, comme les missions amphibies.

Prise de commandement du bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville

Source : Marine nationale


L’hélicoptère Caïman marine de la Flottille 33F évacue trois marins d’un bâtiment de commerce au large de la pointe bretonne

publié le Lundi 28 février 2022

Le 23 février 2022 à 18h48, l’alerte service public retentit au sein de la BAN de Lanvéoc-Poulmic. Trois marins d’origine grecque de l’équipage du gazier Pearl LNG doivent être évacués et soignés au plus vite. L’équipage de la Flottille 33F et les techniciens de service mettent alors en œuvre l’hélicoptère Caïman Marine d’alerte en moins d’une heure.

Le 23 février 2022 à 18h48, l’alerte service public retentit au sein de la BAN de Lanvéoc-Poulmic. Trois marins d’origine grecque de l’équipage du gazier Pearl LNG doivent être évacués et soignés au plus vite. L’équipage de la Flottille 33F et les techniciens de service mettent alors en œuvre l’hélicoptère Caïman Marine d’alerte en moins d’une heure.

© Marine nationale

Le 23 février 2022 à 18h48, l’alerte service public retentit au sein de la BAN de Lanvéoc-Poulmic. Trois marins d’origine grecque de l’équipage du gazier Pearl LNG doivent être évacués et soignés au plus vite. L’équipage de la Flottille 33F et les techniciens de service mettent alors en œuvre l’hélicoptère Caïman Marine d’alerte en moins d’une heure.

 

Les premières informations font état de trois blessés dont deux dans un état critique. Le chef de bord en concertation avec l’antenne médicale de Lanvéoc-Poulmic décident de se rendre sur zone avec deux équipes médicales. C’est donc de nuit, avec ce dispositif renforcé, que le Caïman Marine décolle pour se rendre à 200 km au sud-ouest de la base aéronautique navale.

Arrivés sur la zone de travail, les quatre médecins et infirmiers sont rapidement hélitreuillés. Le personnel du service de santé rallie l’infirmerie du navire pour effectuer un premier bilan. Une avarie à l’intérieur du gazier semble avoir provoqué les nombreuses lésions des trois marins. Leur état de santé nécessite une évacuation rapide et une prise en charge immédiate.

Par nuit noire et mer très forte, les blessés sont conditionnés puis hélitreuillés à bord de l’hélicoptère. Alors que le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) ordonne l’évacuation vers l’hôpital de la Cavale Blanche de Brest, la prise en charge des trois marins se poursuit sur le transit. L’opération de secours maritime se termine dans la nuit et l’appareil est reconditionné pour être de nouveau paré à tenir l’alerte.

Les conditions météorologiques de cette nuit de sauvetage ainsi que l’embarquement d’une seconde équipe médicale confèrent un caractère exceptionnel à cette opération de secours en mer.

Source : Marine nationale


L’hélicoptère Caïman marine de la Flottille 33F évacue trois marins d’un bâtiment de commerce au large de la pointe bretonne

publié le Lundi 28 février 2022

Le 23 février 2022 à 18h48, l’alerte service public retentit au sein de la BAN de Lanvéoc-Poulmic. Trois marins d’origine grecque de l’équipage du gazier Pearl LNG doivent être évacués et soignés au plus vite. L’équipage de la Flottille 33F et les techniciens de service mettent alors en œuvre l’hélicoptère Caïman Marine d’alerte en moins d’une heure.

Le 23 février 2022 à 18h48, l’alerte service public retentit au sein de la BAN de Lanvéoc-Poulmic. Trois marins d’origine grecque de l’équipage du gazier Pearl LNG doivent être évacués et soignés au plus vite. L’équipage de la Flottille 33F et les techniciens de service mettent alors en œuvre l’hélicoptère Caïman Marine d’alerte en moins d’une heure.

© Marine nationale

Le 23 février 2022 à 18h48, l’alerte service public retentit au sein de la BAN de Lanvéoc-Poulmic. Trois marins d’origine grecque de l’équipage du gazier Pearl LNG doivent être évacués et soignés au plus vite. L’équipage de la Flottille 33F et les techniciens de service mettent alors en œuvre l’hélicoptère Caïman Marine d’alerte en moins d’une heure.

 

Les premières informations font état de trois blessés dont deux dans un état critique. Le chef de bord en concertation avec l’antenne médicale de Lanvéoc-Poulmic décident de se rendre sur zone avec deux équipes médicales. C’est donc de nuit, avec ce dispositif renforcé, que le Caïman Marine décolle pour se rendre à 200 km au sud-ouest de la base aéronautique navale.

Arrivés sur la zone de travail, les quatre médecins et infirmiers sont rapidement hélitreuillés. Le personnel du service de santé rallie l’infirmerie du navire pour effectuer un premier bilan. Une avarie à l’intérieur du gazier semble avoir provoqué les nombreuses lésions des trois marins. Leur état de santé nécessite une évacuation rapide et une prise en charge immédiate.

Par nuit noire et mer très forte, les blessés sont conditionnés puis hélitreuillés à bord de l’hélicoptère. Alors que le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) ordonne l’évacuation vers l’hôpital de la Cavale Blanche de Brest, la prise en charge des trois marins se poursuit sur le transit. L’opération de secours maritime se termine dans la nuit et l’appareil est reconditionné pour être de nouveau paré à tenir l’alerte.

Les conditions météorologiques de cette nuit de sauvetage ainsi que l’embarquement d’une seconde équipe médicale confèrent un caractère exceptionnel à cette opération de secours en mer.

Source : Marine nationale


Les marins du ciel comptent désormais 5 nouveaux pilotes

publié le Jeudi 13 février 2020

5 nouveaux pilotes dans la Marine

5 nouveaux pilotes dans la Marine

© A. Agostinelli / Marine nationale

Le 17 janvier 2019, le contre-amiral Guillaume Goutay, commandant la force de l’aéronautique navale, a présidé une cérémonie de remise de brevets de pilote d’aéronautique navale à l’école de spécialisation sur hélicoptères embarqués (ESHE/22S).

En présence du capitaine de vaisseau Henri Berling, commandant la base d’aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic et du capitaine de corvette Julien Clerget-Gurnaud, commandant l’ESHE/22S, les marins du ciel, les familles, amis et collègues des cinq jeunes brevetés se sont déplacés en nombre pour entourer les nouveaux pilotes qui rejoindront dans les prochains jours leur nouvelle flottille pour acquérir leur première qualification opérationnelle de pilote d’hélicoptère embarqué.

La montée en puissance de l’ESHE/22S, initiée depuis l’arrivée des Dauphin en 2018, fournit un vecteur unique et performant pour l’ensemble des formations dévolues au personnel navigant sur hélicoptères : pilotes, chefs cargo treuillistes, plongeurs d’hélicoptère ainsi que technicien d’aéronautique (TACAé) et stagiaires interarmées.

Cette cérémonie marque pour Antoine, Romain, Vincent, Rhodric et Paul, la fin d’une formation exigeante initiée en novembre 2015. Entreprise par les sélections à l’escadrille 50S sur la BAN de Lanvéoc-Poulmic, celle-ci s’est poursuivie à Dax (Landes) ainsi qu’au Luc en Provence (Var). Elle prend fin à l’ESHE à Lanvéoc, refermant symboliquement la boucle sur les lieux de leurs débuts. Ils y ont appris le travail en équipage et les missions de treuillage, appontage, survol maritime et transport de charge sous élingue, cœur de leur futur métier. Par ailleurs, c’est la première formation qui a été dispensée exclusivement sur Dauphin N3.

Image retirée.

 

Cérémonie de macaronage

Test essai 1 2 3

Source : Marine nationale


Les marins du ciel comptent désormais 5 nouveaux pilotes

publié le Jeudi 13 février 2020

5 nouveaux pilotes dans la Marine

5 nouveaux pilotes dans la Marine

© A. Agostinelli / Marine nationale

Le 17 janvier 2019, le contre-amiral Guillaume Goutay, commandant la force de l’aéronautique navale, a présidé une cérémonie de remise de brevets de pilote d’aéronautique navale à l’école de spécialisation sur hélicoptères embarqués (ESHE/22S).

En présence du capitaine de vaisseau Henri Berling, commandant la base d’aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic et du capitaine de corvette Julien Clerget-Gurnaud, commandant l’ESHE/22S, les marins du ciel, les familles, amis et collègues des cinq jeunes brevetés se sont déplacés en nombre pour entourer les nouveaux pilotes qui rejoindront dans les prochains jours leur nouvelle flottille pour acquérir leur première qualification opérationnelle de pilote d’hélicoptère embarqué.

La montée en puissance de l’ESHE/22S, initiée depuis l’arrivée des Dauphin en 2018, fournit un vecteur unique et performant pour l’ensemble des formations dévolues au personnel navigant sur hélicoptères : pilotes, chefs cargo treuillistes, plongeurs d’hélicoptère ainsi que technicien d’aéronautique (TACAé) et stagiaires interarmées.

Cette cérémonie marque pour Antoine, Romain, Vincent, Rhodric et Paul, la fin d’une formation exigeante initiée en novembre 2015. Entreprise par les sélections à l’escadrille 50S sur la BAN de Lanvéoc-Poulmic, celle-ci s’est poursuivie à Dax (Landes) ainsi qu’au Luc en Provence (Var). Elle prend fin à l’ESHE à Lanvéoc, refermant symboliquement la boucle sur les lieux de leurs débuts. Ils y ont appris le travail en équipage et les missions de treuillage, appontage, survol maritime et transport de charge sous élingue, cœur de leur futur métier. Par ailleurs, c’est la première formation qui a été dispensée exclusivement sur Dauphin N3.

Image retirée.

 

Cérémonie de macaronage

Test essai 1 2 3

Source : Marine nationale


PLAN MERCATOR - PROJECTION VERS 2030

marine 2030

marine 2030

© Marine nationale

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qui s’appuie sur l’évolution du contexte géopolitique décrit dans la revue stratégique, vient d’être votée

test cente
test legende

par la représentation nationale. Elle définit les moyens nécessaires pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Le renouvellement de la flotte est assuré et les lacunes capacitaires seront progressivement comblées. 

test image

Afin de fixer le cap à tous les marins, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, a dévoilé son plan stratégique pour 2030 : le plan Mercator, du nom du célèbre cartographe flamand du XVIe siècle. Ce plan se décline en quatre « amers » : une marine d’emploi qui navigue sur toutes les mers du monde, une marine de combat qui s’appuie sur un test gauche

entraînement poussé, une marine en pointe qui innove pour conserver l’ascendant sur l’adversaire et, enfin, une marine qui compte sur chacun. Pour cela, il faut des marins épanouis tant dans leur métier qu’auprès de leurs familles. 

 

test

test encar blablablabla

blablablbalabla

Source : Marine nationale


PLAN MERCATOR - PROJECTION VERS 2030

marine 2030

marine 2030

© Marine nationale

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qui s’appuie sur l’évolution du contexte géopolitique décrit dans la revue stratégique, vient d’être votée

test cente
test legende

par la représentation nationale. Elle définit les moyens nécessaires pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Le renouvellement de la flotte est assuré et les lacunes capacitaires seront progressivement comblées. 

test image

Afin de fixer le cap à tous les marins, le chef d’état-major de la Marine, l’amiral Christophe Prazuck, a dévoilé son plan stratégique pour 2030 : le plan Mercator, du nom du célèbre cartographe flamand du XVIe siècle. Ce plan se décline en quatre « amers » : une marine d’emploi qui navigue sur toutes les mers du monde, une marine de combat qui s’appuie sur un test gauche

entraînement poussé, une marine en pointe qui innove pour conserver l’ascendant sur l’adversaire et, enfin, une marine qui compte sur chacun. Pour cela, il faut des marins épanouis tant dans leur métier qu’auprès de leurs familles. 

 

test

test encar blablablabla

blablablbalabla

Source : Marine nationale

S'abonner à BAN Lanvéoc-Poulmic