EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS

publié le Vendredi 24 juin 2022

EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS

EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS

© EMA

Du 26 mai au 3 juin 2022 s’est déroulée la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS V, organisée par les Éléments français au Gabon (EFG) en partenariat avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC). Quatre pays d’Afrique centrale (Sao Tomé et Principe, Gabon, Congo et RDC) ainsi que les organismes de la chaîne de sécurité maritime de la zone étaient impliqués dans l’exercice qui a été coordonné avec la patrouille commune African NEMO 22.3 menée dans le cadre de l’opération CORYMBE. 

L’exercice était placé sous la responsabilité du Centre régional de sécurité maritime d’Afrique centrale (CRESMAC), appuyé par un détachement des EFG et des coopérants français des pays participants. Il avait pour objectif l’entraînement de l’ensemble des acteurs de l’architecture de Yaoundé dans le cadre de la lutte contre la piraterie et la pollution maritime, et tout type de trafics illicites (en particulier la pêche illégale, non déclarée, non réglementée). 

À terme, il s’agit de permettre à nos partenaires d’acquérir une autonomie opérationnelle à la mer dans leurs missions de sécurité maritime et de rendre opérationnelle la structure terrestre de sécurité maritime du golfe de Guinée.  

Au bilan, MEGALOPS V a permis de renforcer la coopération et la coordination entre les différents participants en mêlant exercices en mer et missions de surveillance maritime. L’action des EFG a été complétée par la participation de la Frégate de surveillance (FS) Ventôse déployée en opération CORYMBE sous les ordres de CECLANT. 

 

Pôle opérationnel de coopération, les EFG complètent la formation des militaires des pays partenaires de la communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) durant leur mise en condition avant engagement dans des opérations intérieures ou extérieures. Près de 10 000 stagiaires sont répartis chaque année au sein de plus de 450 stages hautement spécialisés. Les EFG sont également un point d’appui opérationnel et logistique (Base de soutien interarmées de théâtre – BSIAT) en Afrique centrale pour la conduite éventuelle d’une opération par l’armée française ou pour le transit des forces. 

 

EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS
EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS
EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS

Source : Etat-major des armées


EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS

publié le Vendredi 24 juin 2022

EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS

EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS

© EMA

Du 26 mai au 3 juin 2022 s’est déroulée la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS V, organisée par les Éléments français au Gabon (EFG) en partenariat avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC). Quatre pays d’Afrique centrale (Sao Tomé et Principe, Gabon, Congo et RDC) ainsi que les organismes de la chaîne de sécurité maritime de la zone étaient impliqués dans l’exercice qui a été coordonné avec la patrouille commune African NEMO 22.3 menée dans le cadre de l’opération CORYMBE. 

L’exercice était placé sous la responsabilité du Centre régional de sécurité maritime d’Afrique centrale (CRESMAC), appuyé par un détachement des EFG et des coopérants français des pays participants. Il avait pour objectif l’entraînement de l’ensemble des acteurs de l’architecture de Yaoundé dans le cadre de la lutte contre la piraterie et la pollution maritime, et tout type de trafics illicites (en particulier la pêche illégale, non déclarée, non réglementée). 

À terme, il s’agit de permettre à nos partenaires d’acquérir une autonomie opérationnelle à la mer dans leurs missions de sécurité maritime et de rendre opérationnelle la structure terrestre de sécurité maritime du golfe de Guinée.  

Au bilan, MEGALOPS V a permis de renforcer la coopération et la coordination entre les différents participants en mêlant exercices en mer et missions de surveillance maritime. L’action des EFG a été complétée par la participation de la Frégate de surveillance (FS) Ventôse déployée en opération CORYMBE sous les ordres de CECLANT. 

 

Pôle opérationnel de coopération, les EFG complètent la formation des militaires des pays partenaires de la communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) durant leur mise en condition avant engagement dans des opérations intérieures ou extérieures. Près de 10 000 stagiaires sont répartis chaque année au sein de plus de 450 stages hautement spécialisés. Les EFG sont également un point d’appui opérationnel et logistique (Base de soutien interarmées de théâtre – BSIAT) en Afrique centrale pour la conduite éventuelle d’une opération par l’armée française ou pour le transit des forces. 

 

EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS
EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS
EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS

Source : Etat-major des armées


EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS

publié le Vendredi 24 juin 2022

EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS

EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS

© EMA

Du 26 mai au 3 juin 2022 s’est déroulée la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS V, organisée par les Éléments français au Gabon (EFG) en partenariat avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC). Quatre pays d’Afrique centrale (Sao Tomé et Principe, Gabon, Congo et RDC) ainsi que les organismes de la chaîne de sécurité maritime de la zone étaient impliqués dans l’exercice qui a été coordonné avec la patrouille commune African NEMO 22.3 menée dans le cadre de l’opération CORYMBE. 

L’exercice était placé sous la responsabilité du Centre régional de sécurité maritime d’Afrique centrale (CRESMAC), appuyé par un détachement des EFG et des coopérants français des pays participants. Il avait pour objectif l’entraînement de l’ensemble des acteurs de l’architecture de Yaoundé dans le cadre de la lutte contre la piraterie et la pollution maritime, et tout type de trafics illicites (en particulier la pêche illégale, non déclarée, non réglementée). 

À terme, il s’agit de permettre à nos partenaires d’acquérir une autonomie opérationnelle à la mer dans leurs missions de sécurité maritime et de rendre opérationnelle la structure terrestre de sécurité maritime du golfe de Guinée.  

Au bilan, MEGALOPS V a permis de renforcer la coopération et la coordination entre les différents participants en mêlant exercices en mer et missions de surveillance maritime. L’action des EFG a été complétée par la participation de la Frégate de surveillance (FS) Ventôse déployée en opération CORYMBE sous les ordres de CECLANT. 

 

Pôle opérationnel de coopération, les EFG complètent la formation des militaires des pays partenaires de la communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) durant leur mise en condition avant engagement dans des opérations intérieures ou extérieures. Près de 10 000 stagiaires sont répartis chaque année au sein de plus de 450 stages hautement spécialisés. Les EFG sont également un point d’appui opérationnel et logistique (Base de soutien interarmées de théâtre – BSIAT) en Afrique centrale pour la conduite éventuelle d’une opération par l’armée française ou pour le transit des forces. 

 

EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS
EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS
EFG – Organisation de la cinquième édition de l’exercice de sécurité maritime MEGALOPS

Source : Etat-major des armées


Mer Baltique – Mission de surveillance maritime au-dessus de la mer Baltique pour l’Atlantique 2

publié le Vendredi 24 juin 2022

Mer Baltique – Mission de surveillance maritime au-dessus de la mer Baltique pour l’Atlantique 2

Mer Baltique – Mission de surveillance maritime au-dessus de la mer Baltique pour l’Atlantique 2

© Marine nationale

Le 16 juin 2022, un équipage d’Atlantique 2 a effectué une mission de surveillance maritime au-dessus de la mer Baltique en parallèle de l’exercice interalliés BALTOPS 22. L’objectif était double : entretenir l’appréciation autonome de situation pour la France dans cet espace maritime contesté et assurer les pays riverains et les pays membres de l’Alliance de la solidarité stratégique de la France.

 

Le 16 juin, l’équipage de l’avion de patrouille maritime Atlantique 2 de la Flottille 21F a décollé de la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué afin de rejoindre la base aérienne de Nordholz en Allemagne pour réaliser la préparation de sa mission. Les 14 marins du ciel se sont ensuite envolés vers la mer Baltique afin de cartographier les forces présentes dans la zone dans le cadre de l’exercice BALTOPS 22.

L’équipage, notamment grâce à la performance des différents senseurs de l’Atlantique 2 a localisé et identifié plus d’une dizaine de navires d’intérêt en seulement quelques heures.

La simple présence de l’Atlantique 2 participe du renforcement de la posture dissuasive et défensive de l’Alliance sur le flanc est de l’Europe et spécifiquement dans l'espace stratégique qu'est la mer Baltique.

 

Focus sur l’avion de patrouille maritime Atlantique 2

L’Atlantique 2, conçu spécifiquement pour la lutte anti-sous-marine armée, participe à la maîtrise du milieu aéromaritime sous et sur la surface, de la zone littorale jusqu’au grand large. Ses capacités de détection diversifiées, tant actives que passives, ses capacités d’engagement et de contrôle le prédisposent à jouer un rôle essentiel dans tout le dispositif de combat aéronaval. Sa capacité de projection et son long rayon d’action lui permettent d’opérer en tout point d’intérêt stratégique pour la France.

Source : Marine nationale


Mer Baltique – Mission de surveillance maritime au-dessus de la mer Baltique pour l’Atlantique 2

publié le Vendredi 24 juin 2022

Mer Baltique – Mission de surveillance maritime au-dessus de la mer Baltique pour l’Atlantique 2

Mer Baltique – Mission de surveillance maritime au-dessus de la mer Baltique pour l’Atlantique 2

© Marine nationale

Le 16 juin 2022, un équipage d’Atlantique 2 a effectué une mission de surveillance maritime au-dessus de la mer Baltique en parallèle de l’exercice interalliés BALTOPS 22. L’objectif était double : entretenir l’appréciation autonome de situation pour la France dans cet espace maritime contesté et assurer les pays riverains et les pays membres de l’Alliance de la solidarité stratégique de la France.

 

Le 16 juin, l’équipage de l’avion de patrouille maritime Atlantique 2 de la Flottille 21F a décollé de la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué afin de rejoindre la base aérienne de Nordholz en Allemagne pour réaliser la préparation de sa mission. Les 14 marins du ciel se sont ensuite envolés vers la mer Baltique afin de cartographier les forces présentes dans la zone dans le cadre de l’exercice BALTOPS 22.

L’équipage, notamment grâce à la performance des différents senseurs de l’Atlantique 2 a localisé et identifié plus d’une dizaine de navires d’intérêt en seulement quelques heures.

La simple présence de l’Atlantique 2 participe du renforcement de la posture dissuasive et défensive de l’Alliance sur le flanc est de l’Europe et spécifiquement dans l'espace stratégique qu'est la mer Baltique.

 

Focus sur l’avion de patrouille maritime Atlantique 2

L’Atlantique 2, conçu spécifiquement pour la lutte anti-sous-marine armée, participe à la maîtrise du milieu aéromaritime sous et sur la surface, de la zone littorale jusqu’au grand large. Ses capacités de détection diversifiées, tant actives que passives, ses capacités d’engagement et de contrôle le prédisposent à jouer un rôle essentiel dans tout le dispositif de combat aéronaval. Sa capacité de projection et son long rayon d’action lui permettent d’opérer en tout point d’intérêt stratégique pour la France.

Source : Marine nationale


Mer Baltique – Mission de surveillance maritime au-dessus de la mer Baltique pour l’Atlantique 2

publié le Vendredi 24 juin 2022

Mer Baltique – Mission de surveillance maritime au-dessus de la mer Baltique pour l’Atlantique 2

Mer Baltique – Mission de surveillance maritime au-dessus de la mer Baltique pour l’Atlantique 2

© Marine nationale

Le 16 juin 2022, un équipage d’Atlantique 2 a effectué une mission de surveillance maritime au-dessus de la mer Baltique en parallèle de l’exercice interalliés BALTOPS 22. L’objectif était double : entretenir l’appréciation autonome de situation pour la France dans cet espace maritime contesté et assurer les pays riverains et les pays membres de l’Alliance de la solidarité stratégique de la France.

 

Le 16 juin, l’équipage de l’avion de patrouille maritime Atlantique 2 de la Flottille 21F a décollé de la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué afin de rejoindre la base aérienne de Nordholz en Allemagne pour réaliser la préparation de sa mission. Les 14 marins du ciel se sont ensuite envolés vers la mer Baltique afin de cartographier les forces présentes dans la zone dans le cadre de l’exercice BALTOPS 22.

L’équipage, notamment grâce à la performance des différents senseurs de l’Atlantique 2 a localisé et identifié plus d’une dizaine de navires d’intérêt en seulement quelques heures.

La simple présence de l’Atlantique 2 participe du renforcement de la posture dissuasive et défensive de l’Alliance sur le flanc est de l’Europe et spécifiquement dans l'espace stratégique qu'est la mer Baltique.

 

Focus sur l’avion de patrouille maritime Atlantique 2

L’Atlantique 2, conçu spécifiquement pour la lutte anti-sous-marine armée, participe à la maîtrise du milieu aéromaritime sous et sur la surface, de la zone littorale jusqu’au grand large. Ses capacités de détection diversifiées, tant actives que passives, ses capacités d’engagement et de contrôle le prédisposent à jouer un rôle essentiel dans tout le dispositif de combat aéronaval. Sa capacité de projection et son long rayon d’action lui permettent d’opérer en tout point d’intérêt stratégique pour la France.

Source : Marine nationale


Ultime hommage aux frégates F70 et dernière sortie à la mer du Latouche-Tréville

publié le Jeudi 23 juin 2022

Ultime hommage aux frégates F70 et dernière sortie à la mer du Latouche-Tréville

Ultime hommage aux frégates F70 et dernière sortie à la mer du Latouche-Tréville

© Marine nationale

Les 14 et 15 juin 2022, la frégate anti-sous-marine (FASM) Latouche-Tréville a effectué ses derniers tours d’hélices devant Brest. Deux journées empreintes d’une émotion certaine pour les nombreux participants présents à bord. La dernière représentante des FASM type F70 sera officiellement retirée du service actif le 1er juillet 2022.

 

Le mardi 14 juin a été une journée destinée à rendre un hommage aux FASM. L’amiral Pierre Vandier, chef d’état-major de la Marine et le vice-amiral d’escadre Xavier Baudouard, commandant la Force d’action navale, mais également de nombreux invités, étaient présents à bord du Latouche-Tréville pour cette avant-dernière sortie à la mer.

En franchissant les passes, le Latouche-Tréville a croisé dans le goulet la frégate multimissions (FREMM) Aquitaine mais aussi un hélicoptère Caïman Marine et un Atlantique 2. Tout un symbole pour une Marine tournée vers l’avenir et une Force d’action navale désormais « équipée 100 % FREMM ». Le couple FREMM/Caïman a définitivement pris la relève du mythique couple FASM/Lynx pour des capacités anti-sous-marines accrues, mieux adaptées aux nouvelles menaces et dont l’efficacité opérationnelle est déjà pleinement reconnue par nos alliés.

21 coups de canon ont été tirés depuis le Latouche-Tréville puis depuis la Préfecture maritime pour saluer le dernier représentant d’une série de navires qui aura marqué la Marine et des générations de marins.

 

Le lendemain, mercredi 15 juin, s’est tenue la traditionnelle dernière sortie des anciens commandants. Ce fut également l’occasion d’accueillir une importante délégation de Saumur, la ville marraine du Latouche-Tréville, avec qui des liens étroits ont été entretenus pendant plus de 30 ans.

Capitaine de vaisseau ou amiral, en activité ou en 2ème section, anciens préfets maritimes ou majors généraux de la Marine, 14 des 17 anciens commandants étaient présents, dont le vice-amiral d’escadre (2S) Yves Naquet-Radiguet, premier commandant du Latouche-Tréville de 1989 à 1990.

L’actuel maire de Saumur, M. Jacky Goulet, ainsi que l’ancien maire ayant connu la mise en place du parrainage, étaient présents parmi les 27 représentants de la ville marraine. Tout au long de la journée, les invités ont pu découvrir ou redécouvrir la frégate et échanger avec les 244 membres d’équipage.

Après un ultime « terminé barre et machines », l’équipage du Latouche-Tréville a entamé les opérations de désarmement qui dureront plusieurs mois.

32 ans d’opérations sur toutes les mers du globe, près de 920 000 nautiques parcourus soit plus de 42 tours du monde et un dernier déploiement en Baltique sous le commandement opérationnel de l’OTAN : à l’image des autres frégates F70, bâtiments majeurs pour la Marine de la fin du XXème et du début du XXIème siècle, remplacées progressivement depuis 2012 par les frégates multimissions, le Latouche-Tréville a démontré jusqu’au bout sa pleine efficacité opérationnelle.

Ultime hommage aux frégates F70 et dernière sortie à la mer du Latouche-Tréville

Source : Marine nationale


Ultime hommage aux frégates F70 et dernière sortie à la mer du Latouche-Tréville

publié le Jeudi 23 juin 2022

Ultime hommage aux frégates F70 et dernière sortie à la mer du Latouche-Tréville

Ultime hommage aux frégates F70 et dernière sortie à la mer du Latouche-Tréville

© Marine nationale

Les 14 et 15 juin 2022, la frégate anti-sous-marine (FASM) Latouche-Tréville a effectué ses derniers tours d’hélices devant Brest. Deux journées empreintes d’une émotion certaine pour les nombreux participants présents à bord. La dernière représentante des FASM type F70 sera officiellement retirée du service actif le 1er juillet 2022.

 

Le mardi 14 juin a été une journée destinée à rendre un hommage aux FASM. L’amiral Pierre Vandier, chef d’état-major de la Marine et le vice-amiral d’escadre Xavier Baudouard, commandant la Force d’action navale, mais également de nombreux invités, étaient présents à bord du Latouche-Tréville pour cette avant-dernière sortie à la mer.

En franchissant les passes, le Latouche-Tréville a croisé dans le goulet la frégate multimissions (FREMM) Aquitaine mais aussi un hélicoptère Caïman Marine et un Atlantique 2. Tout un symbole pour une Marine tournée vers l’avenir et une Force d’action navale désormais « équipée 100 % FREMM ». Le couple FREMM/Caïman a définitivement pris la relève du mythique couple FASM/Lynx pour des capacités anti-sous-marines accrues, mieux adaptées aux nouvelles menaces et dont l’efficacité opérationnelle est déjà pleinement reconnue par nos alliés.

21 coups de canon ont été tirés depuis le Latouche-Tréville puis depuis la Préfecture maritime pour saluer le dernier représentant d’une série de navires qui aura marqué la Marine et des générations de marins.

 

Le lendemain, mercredi 15 juin, s’est tenue la traditionnelle dernière sortie des anciens commandants. Ce fut également l’occasion d’accueillir une importante délégation de Saumur, la ville marraine du Latouche-Tréville, avec qui des liens étroits ont été entretenus pendant plus de 30 ans.

Capitaine de vaisseau ou amiral, en activité ou en 2ème section, anciens préfets maritimes ou majors généraux de la Marine, 14 des 17 anciens commandants étaient présents, dont le vice-amiral d’escadre (2S) Yves Naquet-Radiguet, premier commandant du Latouche-Tréville de 1989 à 1990.

L’actuel maire de Saumur, M. Jacky Goulet, ainsi que l’ancien maire ayant connu la mise en place du parrainage, étaient présents parmi les 27 représentants de la ville marraine. Tout au long de la journée, les invités ont pu découvrir ou redécouvrir la frégate et échanger avec les 244 membres d’équipage.

Après un ultime « terminé barre et machines », l’équipage du Latouche-Tréville a entamé les opérations de désarmement qui dureront plusieurs mois.

32 ans d’opérations sur toutes les mers du globe, près de 920 000 nautiques parcourus soit plus de 42 tours du monde et un dernier déploiement en Baltique sous le commandement opérationnel de l’OTAN : à l’image des autres frégates F70, bâtiments majeurs pour la Marine de la fin du XXème et du début du XXIème siècle, remplacées progressivement depuis 2012 par les frégates multimissions, le Latouche-Tréville a démontré jusqu’au bout sa pleine efficacité opérationnelle.

Ultime hommage aux frégates F70 et dernière sortie à la mer du Latouche-Tréville

Source : Marine nationale


Ultime hommage aux frégates F70 et dernière sortie à la mer du Latouche-Tréville

publié le Jeudi 23 juin 2022

Ultime hommage aux frégates F70 et dernière sortie à la mer du Latouche-Tréville

Ultime hommage aux frégates F70 et dernière sortie à la mer du Latouche-Tréville

© Marine nationale

Les 14 et 15 juin 2022, la frégate anti-sous-marine (FASM) Latouche-Tréville a effectué ses derniers tours d’hélices devant Brest. Deux journées empreintes d’une émotion certaine pour les nombreux participants présents à bord. La dernière représentante des FASM type F70 sera officiellement retirée du service actif le 1er juillet 2022.

 

Le mardi 14 juin a été une journée destinée à rendre un hommage aux FASM. L’amiral Pierre Vandier, chef d’état-major de la Marine et le vice-amiral d’escadre Xavier Baudouard, commandant la Force d’action navale, mais également de nombreux invités, étaient présents à bord du Latouche-Tréville pour cette avant-dernière sortie à la mer.

En franchissant les passes, le Latouche-Tréville a croisé dans le goulet la frégate multimissions (FREMM) Aquitaine mais aussi un hélicoptère Caïman Marine et un Atlantique 2. Tout un symbole pour une Marine tournée vers l’avenir et une Force d’action navale désormais « équipée 100 % FREMM ». Le couple FREMM/Caïman a définitivement pris la relève du mythique couple FASM/Lynx pour des capacités anti-sous-marines accrues, mieux adaptées aux nouvelles menaces et dont l’efficacité opérationnelle est déjà pleinement reconnue par nos alliés.

21 coups de canon ont été tirés depuis le Latouche-Tréville puis depuis la Préfecture maritime pour saluer le dernier représentant d’une série de navires qui aura marqué la Marine et des générations de marins.

 

Le lendemain, mercredi 15 juin, s’est tenue la traditionnelle dernière sortie des anciens commandants. Ce fut également l’occasion d’accueillir une importante délégation de Saumur, la ville marraine du Latouche-Tréville, avec qui des liens étroits ont été entretenus pendant plus de 30 ans.

Capitaine de vaisseau ou amiral, en activité ou en 2ème section, anciens préfets maritimes ou majors généraux de la Marine, 14 des 17 anciens commandants étaient présents, dont le vice-amiral d’escadre (2S) Yves Naquet-Radiguet, premier commandant du Latouche-Tréville de 1989 à 1990.

L’actuel maire de Saumur, M. Jacky Goulet, ainsi que l’ancien maire ayant connu la mise en place du parrainage, étaient présents parmi les 27 représentants de la ville marraine. Tout au long de la journée, les invités ont pu découvrir ou redécouvrir la frégate et échanger avec les 244 membres d’équipage.

Après un ultime « terminé barre et machines », l’équipage du Latouche-Tréville a entamé les opérations de désarmement qui dureront plusieurs mois.

32 ans d’opérations sur toutes les mers du globe, près de 920 000 nautiques parcourus soit plus de 42 tours du monde et un dernier déploiement en Baltique sous le commandement opérationnel de l’OTAN : à l’image des autres frégates F70, bâtiments majeurs pour la Marine de la fin du XXème et du début du XXIème siècle, remplacées progressivement depuis 2012 par les frégates multimissions, le Latouche-Tréville a démontré jusqu’au bout sa pleine efficacité opérationnelle.

Ultime hommage aux frégates F70 et dernière sortie à la mer du Latouche-Tréville

Source : Marine nationale


Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté

publié le Jeudi 23 juin 2022

Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté

Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté

© Marine nationale

Le 21 juin 2022, le vice-amiral d’escadre Olivier Lebas, commandant en chef pour l’Atlantique (CECLANT), a décerné un témoignage de satisfaction collectif à l’équipage B de la FREMM Bretagne pour son action lors de son déploiement sur le théâtre Atlantique Nord, du 4 décembre 2021 au 7 février 2022.

 

L’amiral a notamment loué la combativité, l’endurance et la capacité de reconfiguration tactique d’un équipage confronté en permanence à la rudesse de l’environnement, affrontant l’enchaînement de 17 dépressions atmosphériques en 2 mois. Ces qualités lui ont permis d’obtenir des résultats significatifs vis-à-vis des bâtiments russes mais aussi de s’illustrer auprès de nos alliés durant deux mois de manœuvres agiles. CECLANT a particulièrement distingué trois marins pour leur rôle prépondérant dans la planification et la conduite de la mission.

 

A l’image d’autres équipages de FREMM régulièrement félicités pour leur engagement en Atlantique nord, cette récompense témoigne de la reconnaissance du commandant de zone maritime pour l’abnégation des marins qui assurent une permanence opérationnelle sur ce théâtre compétitif et exigeant, siège d’enjeux de sécurité cruciaux pour les pays européens et l’Alliance atlantique.

 

Alors que la Russie conteste l’ordre international et alimente une rhétorique nucléaire inquiétante, la capacité de la Marine nationale, aux côtés de ses alliés, à occuper le terrain, en mer, sous les mers et dans le ciel de l’Atlantique nord contribue à l’équilibre des forces. La profondeur stratégique apportée par les unités déployées dans le Grand Nord est essentielle pour préserver la liberté d’action de notre dissuasion nucléaire océanique.

 


 

Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté
Atlantique Nord : le VAE Lebas félicite l’équipage B de la Bretagne pour son action sur un théâtre contesté

Source : Marine nationale

S'abonner à Océan Atlantique