Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

publié le Lundi 05 décembre 2022

 Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

© Marine nationale

Le 2 décembre 2022, s’est déroulée la dernière cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins (ECOFUS) de l’année 2022, sur le port de Kerroc’h à Ploemeur (56).

Présidée par le contre-amiral de Briançon, commandant la force maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO), cette cérémonie s’est tenue en présence du capitaine de vaisseau Parisse, commandant l’ECOFUS, de M. Loas, maire de Ploemeur et de personnalités civiles et militaires. Une délégation de l’école des mousses et plusieurs représentants des unités de fusiliers marins étaient également présents.

Après une revue des troupes de l’école par les autorités, s’en est suivie la présentation au Drapeau du 1er Régiment de fusiliers marins, l’un des drapeaux les plus décorés de l’Armée française, dont l’ECOFUS a la garde depuis 1947.

Ensuite, les promotions des quartiers-maîtres de la flotte (QMF MOFUSIL) n° 72 et 73 ont respectivement été baptisées aux noms des « quartier-maître Coléou » et « matelot de 2ème classe Stéphant », originaires de Ploemeur et morts pour la France durant les combats de Dixmude (Belgique) en 1914. Les élèves ont ensuite reçu leurs fourragères aux couleurs de la Légion d’honneur et de la croix de la Libération, marquant leur entrée dans la spécialité et destinées à rendre hommage aux faits d’armes et à la bravoure de leurs aînés.

Cette cérémonie a également été l’occasion de remettre plusieurs décorations à des élèves du cours du brevet supérieur (BS) fusilier marin et à un ancien nageur de combat.

Enfin, une vingtaine d’élèves du stage commando n° 158 ont reçu avec fierté et émotion leur béret vert des mains de leur parrain, ancien ou actuel commando Marine, après un stage de plusieurs semaines particulièrement éprouvant.

À l’issue de cette cérémonie, les familles des élèves mis à l’honneur ont pu visiter le Musée de tradition des fusiliers marins et le site de l’ECOFUS.

 

Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

Source : Marine nationale


Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

publié le Lundi 05 décembre 2022

 Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

© Marine nationale

Le 2 décembre 2022, s’est déroulée la dernière cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins (ECOFUS) de l’année 2022, sur le port de Kerroc’h à Ploemeur (56).

Présidée par le contre-amiral de Briançon, commandant la force maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO), cette cérémonie s’est tenue en présence du capitaine de vaisseau Parisse, commandant l’ECOFUS, de M. Loas, maire de Ploemeur et de personnalités civiles et militaires. Une délégation de l’école des mousses et plusieurs représentants des unités de fusiliers marins étaient également présents.

Après une revue des troupes de l’école par les autorités, s’en est suivie la présentation au Drapeau du 1er Régiment de fusiliers marins, l’un des drapeaux les plus décorés de l’Armée française, dont l’ECOFUS a la garde depuis 1947.

Ensuite, les promotions des quartiers-maîtres de la flotte (QMF MOFUSIL) n° 72 et 73 ont respectivement été baptisées aux noms des « quartier-maître Coléou » et « matelot de 2ème classe Stéphant », originaires de Ploemeur et morts pour la France durant les combats de Dixmude (Belgique) en 1914. Les élèves ont ensuite reçu leurs fourragères aux couleurs de la Légion d’honneur et de la croix de la Libération, marquant leur entrée dans la spécialité et destinées à rendre hommage aux faits d’armes et à la bravoure de leurs aînés.

Cette cérémonie a également été l’occasion de remettre plusieurs décorations à des élèves du cours du brevet supérieur (BS) fusilier marin et à un ancien nageur de combat.

Enfin, une vingtaine d’élèves du stage commando n° 158 ont reçu avec fierté et émotion leur béret vert des mains de leur parrain, ancien ou actuel commando Marine, après un stage de plusieurs semaines particulièrement éprouvant.

À l’issue de cette cérémonie, les familles des élèves mis à l’honneur ont pu visiter le Musée de tradition des fusiliers marins et le site de l’ECOFUS.

 

Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

Source : Marine nationale


Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

publié le Lundi 05 décembre 2022

 Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

© Marine nationale

Le 2 décembre 2022, s’est déroulée la dernière cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins (ECOFUS) de l’année 2022, sur le port de Kerroc’h à Ploemeur (56).

Présidée par le contre-amiral de Briançon, commandant la force maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO), cette cérémonie s’est tenue en présence du capitaine de vaisseau Parisse, commandant l’ECOFUS, de M. Loas, maire de Ploemeur et de personnalités civiles et militaires. Une délégation de l’école des mousses et plusieurs représentants des unités de fusiliers marins étaient également présents.

Après une revue des troupes de l’école par les autorités, s’en est suivie la présentation au Drapeau du 1er Régiment de fusiliers marins, l’un des drapeaux les plus décorés de l’Armée française, dont l’ECOFUS a la garde depuis 1947.

Ensuite, les promotions des quartiers-maîtres de la flotte (QMF MOFUSIL) n° 72 et 73 ont respectivement été baptisées aux noms des « quartier-maître Coléou » et « matelot de 2ème classe Stéphant », originaires de Ploemeur et morts pour la France durant les combats de Dixmude (Belgique) en 1914. Les élèves ont ensuite reçu leurs fourragères aux couleurs de la Légion d’honneur et de la croix de la Libération, marquant leur entrée dans la spécialité et destinées à rendre hommage aux faits d’armes et à la bravoure de leurs aînés.

Cette cérémonie a également été l’occasion de remettre plusieurs décorations à des élèves du cours du brevet supérieur (BS) fusilier marin et à un ancien nageur de combat.

Enfin, une vingtaine d’élèves du stage commando n° 158 ont reçu avec fierté et émotion leur béret vert des mains de leur parrain, ancien ou actuel commando Marine, après un stage de plusieurs semaines particulièrement éprouvant.

À l’issue de cette cérémonie, les familles des élèves mis à l’honneur ont pu visiter le Musée de tradition des fusiliers marins et le site de l’ECOFUS.

 

Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

Source : Marine nationale


Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

publié le Lundi 05 décembre 2022

 Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

© Marine nationale

Le 2 décembre 2022, s’est déroulée la dernière cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins (ECOFUS) de l’année 2022, sur le port de Kerroc’h à Ploemeur (56).

Présidée par le contre-amiral de Briançon, commandant la force maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO), cette cérémonie s’est tenue en présence du capitaine de vaisseau Parisse, commandant l’ECOFUS, de M. Loas, maire de Ploemeur et de personnalités civiles et militaires. Une délégation de l’école des mousses et plusieurs représentants des unités de fusiliers marins étaient également présents.

Après une revue des troupes de l’école par les autorités, s’en est suivie la présentation au Drapeau du 1er Régiment de fusiliers marins, l’un des drapeaux les plus décorés de l’Armée française, dont l’ECOFUS a la garde depuis 1947.

Ensuite, les promotions des quartiers-maîtres de la flotte (QMF MOFUSIL) n° 72 et 73 ont respectivement été baptisées aux noms des « quartier-maître Coléou » et « matelot de 2ème classe Stéphant », originaires de Ploemeur et morts pour la France durant les combats de Dixmude (Belgique) en 1914. Les élèves ont ensuite reçu leurs fourragères aux couleurs de la Légion d’honneur et de la croix de la Libération, marquant leur entrée dans la spécialité et destinées à rendre hommage aux faits d’armes et à la bravoure de leurs aînés.

Cette cérémonie a également été l’occasion de remettre plusieurs décorations à des élèves du cours du brevet supérieur (BS) fusilier marin et à un ancien nageur de combat.

Enfin, une vingtaine d’élèves du stage commando n° 158 ont reçu avec fierté et émotion leur béret vert des mains de leur parrain, ancien ou actuel commando Marine, après un stage de plusieurs semaines particulièrement éprouvant.

À l’issue de cette cérémonie, les familles des élèves mis à l’honneur ont pu visiter le Musée de tradition des fusiliers marins et le site de l’ECOFUS.

 

Cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins au port de Kerroc’h

Source : Marine nationale


GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime

publié le Mardi 15 novembre 2022

 GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime

GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime

© EMA

Les 3 et 4 novembre, dans le cadre de l’exercice BELENOS, le Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre, les forces spéciales de la Force maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO) et un navire de pêche, affrété pour l’occasion, ont pris part à un entraînement de contre-terrorisme maritime dans le golfe de Guinée.

Attaqué par des hommes armés, le navire de pêche a déclenché une alerte piraterie et a retranché son équipage en suivant les procédures « citadelle ». L’alerte, transmise à Brest au Maritime Information Cooperation & Awareness Center (MICA-Center), a ensuite été communiquée au centre des opérations de l’Atlantique.

Moins de 2 heures après l’attaque, les unités placées en alerte en France ont été mobilisées dans le cadre du plan PIRATE MER, dédié aux interventions contre le terrorisme, la piraterie maritime, et plus généralement contre tout acte de malveillance en mer pouvant être associé à une prise d’otages. Le PHA Tonnerre, déployé dans le golfe de Guinée, a alors été dérouté vers le navire piraté afin de préparer la future intervention : prise de renseignement et préparation de la phase de libération.

Après une nuit de suivi de position par le PHA Tonnerre, les commandos marine ont été aéroprojetés depuis la France avec leur embarcation d’assaut afin de réaliser l’exercice de reprise de vive force et de libération des otages. Cette opération interarmées complexe a été rendue possible par la coopération entre un avion de transport C130H de l’armée de l’Air et de l’Espace et les largeurs du 1er régiment du Train parachutiste de l’armée de Terre. Le PHA Tonnerre et son hélicoptère Panther ont procédé au guidage de cet assaut.

L’exercice BELENOS visait à entraîner les forces spéciales à planifier et conduire un assaut de vive force en projection depuis la France, dans des délais courts et en coopération avec les unités déployées de façon quasi permanente dans le cadre de l’opération CORYMBE. Il démontre la capacité des armées françaises d’intervenir en tout point du monde pour assurer la sécurité des Français, sur très court préavis et ce jusqu’en haute mer.

 GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime
 GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime

Source : Etat-major des armées


GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime

publié le Mardi 15 novembre 2022

 GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime

GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime

© EMA

Les 3 et 4 novembre, dans le cadre de l’exercice BELENOS, le Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre, les forces spéciales de la Force maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO) et un navire de pêche, affrété pour l’occasion, ont pris part à un entraînement de contre-terrorisme maritime dans le golfe de Guinée.

Attaqué par des hommes armés, le navire de pêche a déclenché une alerte piraterie et a retranché son équipage en suivant les procédures « citadelle ». L’alerte, transmise à Brest au Maritime Information Cooperation & Awareness Center (MICA-Center), a ensuite été communiquée au centre des opérations de l’Atlantique.

Moins de 2 heures après l’attaque, les unités placées en alerte en France ont été mobilisées dans le cadre du plan PIRATE MER, dédié aux interventions contre le terrorisme, la piraterie maritime, et plus généralement contre tout acte de malveillance en mer pouvant être associé à une prise d’otages. Le PHA Tonnerre, déployé dans le golfe de Guinée, a alors été dérouté vers le navire piraté afin de préparer la future intervention : prise de renseignement et préparation de la phase de libération.

Après une nuit de suivi de position par le PHA Tonnerre, les commandos marine ont été aéroprojetés depuis la France avec leur embarcation d’assaut afin de réaliser l’exercice de reprise de vive force et de libération des otages. Cette opération interarmées complexe a été rendue possible par la coopération entre un avion de transport C130H de l’armée de l’Air et de l’Espace et les largeurs du 1er régiment du Train parachutiste de l’armée de Terre. Le PHA Tonnerre et son hélicoptère Panther ont procédé au guidage de cet assaut.

L’exercice BELENOS visait à entraîner les forces spéciales à planifier et conduire un assaut de vive force en projection depuis la France, dans des délais courts et en coopération avec les unités déployées de façon quasi permanente dans le cadre de l’opération CORYMBE. Il démontre la capacité des armées françaises d’intervenir en tout point du monde pour assurer la sécurité des Français, sur très court préavis et ce jusqu’en haute mer.

 GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime
 GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime

Source : Etat-major des armées


GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime

publié le Mardi 15 novembre 2022

 GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime

GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime

© EMA

Les 3 et 4 novembre, dans le cadre de l’exercice BELENOS, le Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre, les forces spéciales de la Force maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO) et un navire de pêche, affrété pour l’occasion, ont pris part à un entraînement de contre-terrorisme maritime dans le golfe de Guinée.

Attaqué par des hommes armés, le navire de pêche a déclenché une alerte piraterie et a retranché son équipage en suivant les procédures « citadelle ». L’alerte, transmise à Brest au Maritime Information Cooperation & Awareness Center (MICA-Center), a ensuite été communiquée au centre des opérations de l’Atlantique.

Moins de 2 heures après l’attaque, les unités placées en alerte en France ont été mobilisées dans le cadre du plan PIRATE MER, dédié aux interventions contre le terrorisme, la piraterie maritime, et plus généralement contre tout acte de malveillance en mer pouvant être associé à une prise d’otages. Le PHA Tonnerre, déployé dans le golfe de Guinée, a alors été dérouté vers le navire piraté afin de préparer la future intervention : prise de renseignement et préparation de la phase de libération.

Après une nuit de suivi de position par le PHA Tonnerre, les commandos marine ont été aéroprojetés depuis la France avec leur embarcation d’assaut afin de réaliser l’exercice de reprise de vive force et de libération des otages. Cette opération interarmées complexe a été rendue possible par la coopération entre un avion de transport C130H de l’armée de l’Air et de l’Espace et les largeurs du 1er régiment du Train parachutiste de l’armée de Terre. Le PHA Tonnerre et son hélicoptère Panther ont procédé au guidage de cet assaut.

L’exercice BELENOS visait à entraîner les forces spéciales à planifier et conduire un assaut de vive force en projection depuis la France, dans des délais courts et en coopération avec les unités déployées de façon quasi permanente dans le cadre de l’opération CORYMBE. Il démontre la capacité des armées françaises d’intervenir en tout point du monde pour assurer la sécurité des Français, sur très court préavis et ce jusqu’en haute mer.

 GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime
 GOLFE DE GUINÉE – Exercice BELENOS de lutte contre l’insécurité maritime

Source : Etat-major des armées


Matelot Léa - Fusilier marin spécialisé cynotechnicien.

publié le Vendredi 04 novembre 2022

 Matelot Léa - Fusilier marin spécialisé cynotechnicien.

Matelot Léa - Fusilier marin spécialisé cynotechnicien.

© Marine nationale

Son parcours

2019 : École des mousses au Centre d’Instruction Naval (CIN) de Brest

2020 : Formation des quartiers-maîtres et matelots de la flotte (QMF) à l’école des fusiliers marins à Lorient

2021 : Affecté à la compagnie de fusiliers marins (CFM) Bernier sur la base aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic.

2021 : Stage opérateur cynotechnicien à Lann Bihoué.

Meilleur souvenir

La première fois que j’ai vu mon chien, Macx. Étant donné que je n’ai jamais eu de chien, c’était une première pour moi : le fait de le promener et de le nourrir, c’est un moment qui m’a marqué ! J’en garde un bon souvenir.

FOCUS

Macx : un chien pas comme les autres

Macx est un berger belge malinois, né le 15 mai 2015, qui a incorporé la grande famille des fusiliers marins à l’âge de 14 mois. C’est un Chien d’appui à la détection et neutralisation humaine dit « ADNH » utilisé pour la protection des sites sensibles de la Marine Nationale, qui est très stable et doté de sens affinés.

Ses capacités olfactives constituent un réel atout pour l’équipe, il est capable de détecter un individu dans tous les milieux, que ce soit à terre comme en mer lors de missions embarquées. Il est employé actuellement au sein de la compagnie de fusiliers marins (CFM) Bernier sur la base aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic et intégré aux équipes de défense et d’interdiction maritime (EDIM) comme une arme défensive et dissuasive. Ses qualités font de lui un très bon frère d’arme et il forme avec le matelot Léa, fusilier-marin spécialisé cynotechnicien, un binôme indéfectible et complémentaire.

Le déclic a eu lieu lors d’un stage d’observation dans un centre vétérinaire. Léa découvre alors un métier en lien avec les animaux, puis, via les réseaux sociaux, son intérêt se concentre vers le métier d’opérateur cynotechnicien. C’est en 2019 que le matelot Léa rejoint l’École des Mousses au Centre d’Instruction Naval (CIN) de Brest. Durant cette scolarité, elle apprend de nombreuses valeurs comme l’esprit d’équipe et le sens de l’effort.

Elle enchaine avec la formation des quartiers-maîtres et matelots de la flotte (QMF) à l’école des fusiliers marins à Lorient qui permet de s’imprégner des fondamentaux des métiers et de la culture des marins, et de favoriser son intégration au sein de son unité. Affectée en 2021 à la CFM Bernier, située sur la base aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic, elle découvre, Macx, son futur compagnon de travail. Le courant passe immédiatement durant la période de familiarisation. Elle effectue peu de temps après le stage d’opérateur cynotechnicien à Lann Bihoué.

Durant ces 7 semaines, l’opérateur cynotechnique apprend à soigner et à conduire son chien. Pour évoluer dans sa spécialité, Léa passera par plusieurs étapes, en parallèle de son cursus de fusilier marin. Une fois son BAT fusilier marin obtenu, elle pourra parfaire ses connaissances du dressage des chiens militaires afin d’accéder au chef d’équipe cynotechnique. Le chef d’équipe cynotechnique a également la possibilité de se spécialiser dans l’olfaction en choisissant l’appui à la recherche et détection d’explosif (ARDE) ou l’aide à la recherche de détection de stupéfiant (ARDS).

 Matelot Léa - Fusilier marin spécialisé cynotechnicien.
 Matelot Léa - Fusilier marin spécialisé cynotechnicien.

Source : Marine nationale


Matelot Léa - Fusilier marin spécialisé cynotechnicien.

publié le Vendredi 04 novembre 2022

 Matelot Léa - Fusilier marin spécialisé cynotechnicien.

Matelot Léa - Fusilier marin spécialisé cynotechnicien.

© Marine nationale

Son parcours

2019 : École des mousses au Centre d’Instruction Naval (CIN) de Brest

2020 : Formation des quartiers-maîtres et matelots de la flotte (QMF) à l’école des fusiliers marins à Lorient

2021 : Affecté à la compagnie de fusiliers marins (CFM) Bernier sur la base aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic.

2021 : Stage opérateur cynotechnicien à Lann Bihoué.

Meilleur souvenir

La première fois que j’ai vu mon chien, Macx. Étant donné que je n’ai jamais eu de chien, c’était une première pour moi : le fait de le promener et de le nourrir, c’est un moment qui m’a marqué ! J’en garde un bon souvenir.

FOCUS

Macx : un chien pas comme les autres

Macx est un berger belge malinois, né le 15 mai 2015, qui a incorporé la grande famille des fusiliers marins à l’âge de 14 mois. C’est un Chien d’appui à la détection et neutralisation humaine dit « ADNH » utilisé pour la protection des sites sensibles de la Marine Nationale, qui est très stable et doté de sens affinés.

Ses capacités olfactives constituent un réel atout pour l’équipe, il est capable de détecter un individu dans tous les milieux, que ce soit à terre comme en mer lors de missions embarquées. Il est employé actuellement au sein de la compagnie de fusiliers marins (CFM) Bernier sur la base aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic et intégré aux équipes de défense et d’interdiction maritime (EDIM) comme une arme défensive et dissuasive. Ses qualités font de lui un très bon frère d’arme et il forme avec le matelot Léa, fusilier-marin spécialisé cynotechnicien, un binôme indéfectible et complémentaire.

Le déclic a eu lieu lors d’un stage d’observation dans un centre vétérinaire. Léa découvre alors un métier en lien avec les animaux, puis, via les réseaux sociaux, son intérêt se concentre vers le métier d’opérateur cynotechnicien. C’est en 2019 que le matelot Léa rejoint l’École des Mousses au Centre d’Instruction Naval (CIN) de Brest. Durant cette scolarité, elle apprend de nombreuses valeurs comme l’esprit d’équipe et le sens de l’effort.

Elle enchaine avec la formation des quartiers-maîtres et matelots de la flotte (QMF) à l’école des fusiliers marins à Lorient qui permet de s’imprégner des fondamentaux des métiers et de la culture des marins, et de favoriser son intégration au sein de son unité. Affectée en 2021 à la CFM Bernier, située sur la base aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic, elle découvre, Macx, son futur compagnon de travail. Le courant passe immédiatement durant la période de familiarisation. Elle effectue peu de temps après le stage d’opérateur cynotechnicien à Lann Bihoué.

Durant ces 7 semaines, l’opérateur cynotechnique apprend à soigner et à conduire son chien. Pour évoluer dans sa spécialité, Léa passera par plusieurs étapes, en parallèle de son cursus de fusilier marin. Une fois son BAT fusilier marin obtenu, elle pourra parfaire ses connaissances du dressage des chiens militaires afin d’accéder au chef d’équipe cynotechnique. Le chef d’équipe cynotechnique a également la possibilité de se spécialiser dans l’olfaction en choisissant l’appui à la recherche et détection d’explosif (ARDE) ou l’aide à la recherche de détection de stupéfiant (ARDS).

 Matelot Léa - Fusilier marin spécialisé cynotechnicien.
 Matelot Léa - Fusilier marin spécialisé cynotechnicien.

Source : Marine nationale


Journée des fusiliers marins

publié le Lundi 24 octobre 2022

Compagnie de fusiliers marins Le Sant

Compagnie de fusiliers marins Le Sant

© Marine nationale

Le 19 octobre a été l’occasion de célébrer pour la première fois la journée du fusilier marin. Cette date choisie en référence à la bataille de Dixmude permet à chacun de garder en mémoire la richesse de son histoire et son appartenance à cette spécialité synonyme de ténacité et de bravoure.

Affecté à Brest, Cherbourg, Toulon, Rosnay, Saint-Assise, Houilles, sur un bâtiment ou en école, en mission en métropole ou outre-mer chacun a pu participer à cet événement et on peut dire que l’ensemble des unités a su faire preuve d’originalité !

Entre cérémonies des couleurs avec lecture de l’ordre du jour, défis sportifs, parcours d’aguerrissement, création de jeux de société pour tester ses connaissances sur l’histoire de la spécialité et moments de convivialité tout a été mis en œuvre pour que cette journée soit un succès.

Cet essai réussi n’attend que d’être transformé dans les années à venir pour devenir le rendez-vous annuel des fusiliers marins.

À Lorient, le personnel de la base des fusiliers marins et commandos, de l’état-major ALFUSCO, des commandos Marine, de l’Ecole des fusiliers marins et l’équipage d’armement de la FDI amiral Ronarc’h ont choisi de rendre hommage à leur manière à la bataille de Dixmude.

Compagnie de fusiliers marins Le Goffic
Compagnie de fusiliers marins Le Goffic

 

Journée des fusiliers marins Lorient
Journée des fusiliers marins Lorient

 

Compagnie de fusiliers marins Morel
Compagnie de fusiliers marins Morel

 

Bataillon de fusiliers marins Détroyat
Bataillon de fusiliers marins Détroyat

 

Source : Marine nationale

S'abonner à Fusiliers marins et commandos marine