Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

publié le Mardi 20 Septembre 2022

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

© Marine nationale

Le 9 septembre 2022, un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F est rentré à son port de base de Lann-Bihoué après avoir été déployé à Dakar depuis le 4 août. Il a été relevé par un nouveau détachement qui a effectué son premier vol de surveillance maritime le 15 septembre.

Au cours de ses 37 jours de déploiement, il a notamment effectué 5 missions de surveillance des pêches et de la pollution (SAGNE) en embarquant à son bord un inspecteur des pêches sénégalais. Lors de ce type de patrouille, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 est en mesure de partager sa situation tactique avec le centre opérationnel maritime sénégalais grâce aux logiciels de communication YARIS et SPRINT.

Il a ainsi recensé 174 navires dont 75 % présentaient des irrégularités telles que l’absence d’émission par un système automatique d’identification (Automatic Identification System – AIS). Ce bilan opérationnel illustre la plus-value d’un avion de surveillance maritime pour garantir la souveraineté et la maîtrise des espaces aéro-maritimes.

Grâce à nos accords de coopération, la France met régulièrement au profit du Sénégal ce moyen précieux de renseignement et de contrôle. Elle se positionne ainsi comme un partenaire fiable et solidaire dans la lutte contre l’insécurité maritime et pour la préservation des ressources halieutiques locales.

Ce déploiement a également été marqué par une interaction avec l’USNS Trenton qui a permis de tester nos capacités à agir ensemble et a confirmé notre haut niveau d’interopérabilité avec la marine américaine.

Basé à Dakar dans le cadre d’accords sur le sauvetage en mer, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale participe aux missions de sécurité maritime dans le golfe de Guinée sous le contrôle opérationnel de CECLANT. Il conduit également des patrouilles opérationnelles SAGNE en coopération avec les pays riverains pour lutter contre la pêche illégale dans cette région du monde. Les bâtiments français déployés dans le cadre de l’opération CORYMBE et le Falcon 50 Marine basé à Dakar constituent le volet maritime des coopérations opérationnelles des armées dans cette région ; ils s’intègrent dans le dispositif militaire français stationné en Afrique occidentale.

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Source : Marine nationale


Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

publié le Mardi 20 Septembre 2022

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

© Marine nationale

Le 9 septembre 2022, un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F est rentré à son port de base de Lann-Bihoué après avoir été déployé à Dakar depuis le 4 août. Il a été relevé par un nouveau détachement qui a effectué son premier vol de surveillance maritime le 15 septembre.

Au cours de ses 37 jours de déploiement, il a notamment effectué 5 missions de surveillance des pêches et de la pollution (SAGNE) en embarquant à son bord un inspecteur des pêches sénégalais. Lors de ce type de patrouille, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 est en mesure de partager sa situation tactique avec le centre opérationnel maritime sénégalais grâce aux logiciels de communication YARIS et SPRINT.

Il a ainsi recensé 174 navires dont 75 % présentaient des irrégularités telles que l’absence d’émission par un système automatique d’identification (Automatic Identification System – AIS). Ce bilan opérationnel illustre la plus-value d’un avion de surveillance maritime pour garantir la souveraineté et la maîtrise des espaces aéro-maritimes.

Grâce à nos accords de coopération, la France met régulièrement au profit du Sénégal ce moyen précieux de renseignement et de contrôle. Elle se positionne ainsi comme un partenaire fiable et solidaire dans la lutte contre l’insécurité maritime et pour la préservation des ressources halieutiques locales.

Ce déploiement a également été marqué par une interaction avec l’USNS Trenton qui a permis de tester nos capacités à agir ensemble et a confirmé notre haut niveau d’interopérabilité avec la marine américaine.

Basé à Dakar dans le cadre d’accords sur le sauvetage en mer, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale participe aux missions de sécurité maritime dans le golfe de Guinée sous le contrôle opérationnel de CECLANT. Il conduit également des patrouilles opérationnelles SAGNE en coopération avec les pays riverains pour lutter contre la pêche illégale dans cette région du monde. Les bâtiments français déployés dans le cadre de l’opération CORYMBE et le Falcon 50 Marine basé à Dakar constituent le volet maritime des coopérations opérationnelles des armées dans cette région ; ils s’intègrent dans le dispositif militaire français stationné en Afrique occidentale.

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Source : Marine nationale


Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

publié le Mardi 20 Septembre 2022

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

© Marine nationale

Le 9 septembre 2022, un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F est rentré à son port de base de Lann-Bihoué après avoir été déployé à Dakar depuis le 4 août. Il a été relevé par un nouveau détachement qui a effectué son premier vol de surveillance maritime le 15 septembre.

Au cours de ses 37 jours de déploiement, il a notamment effectué 5 missions de surveillance des pêches et de la pollution (SAGNE) en embarquant à son bord un inspecteur des pêches sénégalais. Lors de ce type de patrouille, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 est en mesure de partager sa situation tactique avec le centre opérationnel maritime sénégalais grâce aux logiciels de communication YARIS et SPRINT.

Il a ainsi recensé 174 navires dont 75 % présentaient des irrégularités telles que l’absence d’émission par un système automatique d’identification (Automatic Identification System – AIS). Ce bilan opérationnel illustre la plus-value d’un avion de surveillance maritime pour garantir la souveraineté et la maîtrise des espaces aéro-maritimes.

Grâce à nos accords de coopération, la France met régulièrement au profit du Sénégal ce moyen précieux de renseignement et de contrôle. Elle se positionne ainsi comme un partenaire fiable et solidaire dans la lutte contre l’insécurité maritime et pour la préservation des ressources halieutiques locales.

Ce déploiement a également été marqué par une interaction avec l’USNS Trenton qui a permis de tester nos capacités à agir ensemble et a confirmé notre haut niveau d’interopérabilité avec la marine américaine.

Basé à Dakar dans le cadre d’accords sur le sauvetage en mer, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale participe aux missions de sécurité maritime dans le golfe de Guinée sous le contrôle opérationnel de CECLANT. Il conduit également des patrouilles opérationnelles SAGNE en coopération avec les pays riverains pour lutter contre la pêche illégale dans cette région du monde. Les bâtiments français déployés dans le cadre de l’opération CORYMBE et le Falcon 50 Marine basé à Dakar constituent le volet maritime des coopérations opérationnelles des armées dans cette région ; ils s’intègrent dans le dispositif militaire français stationné en Afrique occidentale.

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Source : Marine nationale


Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

publié le Mardi 20 Septembre 2022

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

© Marine nationale

Le 9 septembre 2022, un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F est rentré à son port de base de Lann-Bihoué après avoir été déployé à Dakar depuis le 4 août. Il a été relevé par un nouveau détachement qui a effectué son premier vol de surveillance maritime le 15 septembre.

Au cours de ses 37 jours de déploiement, il a notamment effectué 5 missions de surveillance des pêches et de la pollution (SAGNE) en embarquant à son bord un inspecteur des pêches sénégalais. Lors de ce type de patrouille, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 est en mesure de partager sa situation tactique avec le centre opérationnel maritime sénégalais grâce aux logiciels de communication YARIS et SPRINT.

Il a ainsi recensé 174 navires dont 75 % présentaient des irrégularités telles que l’absence d’émission par un système automatique d’identification (Automatic Identification System – AIS). Ce bilan opérationnel illustre la plus-value d’un avion de surveillance maritime pour garantir la souveraineté et la maîtrise des espaces aéro-maritimes.

Grâce à nos accords de coopération, la France met régulièrement au profit du Sénégal ce moyen précieux de renseignement et de contrôle. Elle se positionne ainsi comme un partenaire fiable et solidaire dans la lutte contre l’insécurité maritime et pour la préservation des ressources halieutiques locales.

Ce déploiement a également été marqué par une interaction avec l’USNS Trenton qui a permis de tester nos capacités à agir ensemble et a confirmé notre haut niveau d’interopérabilité avec la marine américaine.

Basé à Dakar dans le cadre d’accords sur le sauvetage en mer, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale participe aux missions de sécurité maritime dans le golfe de Guinée sous le contrôle opérationnel de CECLANT. Il conduit également des patrouilles opérationnelles SAGNE en coopération avec les pays riverains pour lutter contre la pêche illégale dans cette région du monde. Les bâtiments français déployés dans le cadre de l’opération CORYMBE et le Falcon 50 Marine basé à Dakar constituent le volet maritime des coopérations opérationnelles des armées dans cette région ; ils s’intègrent dans le dispositif militaire français stationné en Afrique occidentale.

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Source : Marine nationale


Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

publié le Mardi 20 Septembre 2022

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

© Marine nationale

Le 9 septembre 2022, un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F est rentré à son port de base de Lann-Bihoué après avoir été déployé à Dakar depuis le 4 août. Il a été relevé par un nouveau détachement qui a effectué son premier vol de surveillance maritime le 15 septembre.

Au cours de ses 37 jours de déploiement, il a notamment effectué 5 missions de surveillance des pêches et de la pollution (SAGNE) en embarquant à son bord un inspecteur des pêches sénégalais. Lors de ce type de patrouille, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 est en mesure de partager sa situation tactique avec le centre opérationnel maritime sénégalais grâce aux logiciels de communication YARIS et SPRINT.

Il a ainsi recensé 174 navires dont 75 % présentaient des irrégularités telles que l’absence d’émission par un système automatique d’identification (Automatic Identification System – AIS). Ce bilan opérationnel illustre la plus-value d’un avion de surveillance maritime pour garantir la souveraineté et la maîtrise des espaces aéro-maritimes.

Grâce à nos accords de coopération, la France met régulièrement au profit du Sénégal ce moyen précieux de renseignement et de contrôle. Elle se positionne ainsi comme un partenaire fiable et solidaire dans la lutte contre l’insécurité maritime et pour la préservation des ressources halieutiques locales.

Ce déploiement a également été marqué par une interaction avec l’USNS Trenton qui a permis de tester nos capacités à agir ensemble et a confirmé notre haut niveau d’interopérabilité avec la marine américaine.

Basé à Dakar dans le cadre d’accords sur le sauvetage en mer, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale participe aux missions de sécurité maritime dans le golfe de Guinée sous le contrôle opérationnel de CECLANT. Il conduit également des patrouilles opérationnelles SAGNE en coopération avec les pays riverains pour lutter contre la pêche illégale dans cette région du monde. Les bâtiments français déployés dans le cadre de l’opération CORYMBE et le Falcon 50 Marine basé à Dakar constituent le volet maritime des coopérations opérationnelles des armées dans cette région ; ils s’intègrent dans le dispositif militaire français stationné en Afrique occidentale.

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Source : Marine nationale


Méditerranée : Opération "Thon rouge" pour un équipage de la 24F

publié le Lundi 04 juillet 2022

Méditerranée : Opération "Thon rouge" pour un équipage de la 24F

Méditerranée : Opération "Thon rouge" pour un équipage de la 24F

© Marine nationale

Dans le cadre de l’action de l’État en mer (AEM), une opération de surveillance des pêches au thon rouge à la senne s’est déroulée sous l’autorité du préfet maritime de la Méditerranée, du 25 mai au 2 juillet 2022 en Méditerranée occidentale et centrale.

OPÉRATION « THON ROUGE » POUR UN EQUIPAGE DE LA FLOTTILLE 24F

Dans ce cadre, la Marine nationale a pré-positionné un équipage de la Flottille 24F sur la base d’aéronautique navale de Hyères pour effectuer des vols de police des pêches au sud de l’île de Malte. Pour mener à bien cette mission, « Xénon Écho », qui arme un Falcon 50 Marine de la BAN de Lann-Bihoué, a été renforcé en vol par un inspecteur des pêches de l’ADP POLPECHE habilité auprès de l’ICCAT, acronyme anglais de la commission internationale de conservation des thonidés de l’Atlantique. L’équipage a ainsi contribué à la surveillance de vastes zones maritimes afin de reporter au Centre National de Surveillance des Pêches (CNSP) d'Etel les thoniers en infraction (non licenciés ou se livrant à des actions illégales notamment).

Les marins du ciel ont identifié et contrôlé à plusieurs reprises un total de 70 senneurs et remorqueurs, dont 12 ont fait l’objet de reports d’irrégularités. Cette couverture aérienne a permis de relever des infractions inhabituelles : présence de thons morts dans le sillage de remorqueurs de cages, participation à la pêche de chalutiers non autorisés.

Le saviez-vous ? La pêche à la senne est une technique de pêche très ancienne qui consiste à capturer les poissons à la surface en pleine mer en les encerclant à l’aide d’un très grand filet de pêche. La senne tournant ou coulissante serait une invention américaine du début du XIXème siècle, inspirée d’une technique basque du XVIIIème siècle. Le poisson est ensuite transféré dans d’immenses cages remorquées jusqu’à destination, dans lesquelles il est conservé et vendu vivant.

Le saviez-vous ? Les capteurs du Falcon 50 Marine permettent une surveillance optimale des zones de pêche au travers de la détection radar à longue distance de mobiles flottants, de l’analyse des émissions AIS, de la veille optique et de la transmission instantanée par internet de la situation maritime dans les zones de pêches.

La police des pêches contribue activement à la protection des ressources halieutiques et des intérêts économiques de chaque nation. Pour le contrôle des pêcheries ou zones considérées comme prioritaires par la commission européenne et les États membres concernés, des plans de déploiements communs sont entrepris. C’est dans ce contexte que l’Union européenne apporte son soutien financier aux États mettant en œuvre le régime de contrôle des pêches.

Logos UE

 

Source : Marine nationale


Méditerranée : Opération "Thon rouge" pour un équipage de la 24F

publié le Lundi 04 juillet 2022

Méditerranée : Opération "Thon rouge" pour un équipage de la 24F

Méditerranée : Opération "Thon rouge" pour un équipage de la 24F

© Marine nationale

Dans le cadre de l’action de l’État en mer (AEM), une opération de surveillance des pêches au thon rouge à la senne s’est déroulée sous l’autorité du préfet maritime de la Méditerranée, du 25 mai au 2 juillet 2022 en Méditerranée occidentale et centrale.

OPÉRATION « THON ROUGE » POUR UN EQUIPAGE DE LA FLOTTILLE 24F

Dans ce cadre, la Marine nationale a pré-positionné un équipage de la Flottille 24F sur la base d’aéronautique navale de Hyères pour effectuer des vols de police des pêches au sud de l’île de Malte. Pour mener à bien cette mission, « Xénon Écho », qui arme un Falcon 50 Marine de la BAN de Lann-Bihoué, a été renforcé en vol par un inspecteur des pêches de l’ADP POLPECHE habilité auprès de l’ICCAT, acronyme anglais de la commission internationale de conservation des thonidés de l’Atlantique. L’équipage a ainsi contribué à la surveillance de vastes zones maritimes afin de reporter au Centre National de Surveillance des Pêches (CNSP) d'Etel les thoniers en infraction (non licenciés ou se livrant à des actions illégales notamment).

Les marins du ciel ont identifié et contrôlé à plusieurs reprises un total de 70 senneurs et remorqueurs, dont 12 ont fait l’objet de reports d’irrégularités. Cette couverture aérienne a permis de relever des infractions inhabituelles : présence de thons morts dans le sillage de remorqueurs de cages, participation à la pêche de chalutiers non autorisés.

Le saviez-vous ? La pêche à la senne est une technique de pêche très ancienne qui consiste à capturer les poissons à la surface en pleine mer en les encerclant à l’aide d’un très grand filet de pêche. La senne tournant ou coulissante serait une invention américaine du début du XIXème siècle, inspirée d’une technique basque du XVIIIème siècle. Le poisson est ensuite transféré dans d’immenses cages remorquées jusqu’à destination, dans lesquelles il est conservé et vendu vivant.

Le saviez-vous ? Les capteurs du Falcon 50 Marine permettent une surveillance optimale des zones de pêche au travers de la détection radar à longue distance de mobiles flottants, de l’analyse des émissions AIS, de la veille optique et de la transmission instantanée par internet de la situation maritime dans les zones de pêches.

La police des pêches contribue activement à la protection des ressources halieutiques et des intérêts économiques de chaque nation. Pour le contrôle des pêcheries ou zones considérées comme prioritaires par la commission européenne et les États membres concernés, des plans de déploiements communs sont entrepris. C’est dans ce contexte que l’Union européenne apporte son soutien financier aux États mettant en œuvre le régime de contrôle des pêches.

Logos UE

 

Source : Marine nationale


Méditerranée : Opération "Thon rouge" pour un équipage de la 24F

publié le Lundi 04 juillet 2022

Méditerranée : Opération "Thon rouge" pour un équipage de la 24F

Méditerranée : Opération "Thon rouge" pour un équipage de la 24F

© Marine nationale

Dans le cadre de l’action de l’État en mer (AEM), une opération de surveillance des pêches au thon rouge à la senne s’est déroulée sous l’autorité du préfet maritime de la Méditerranée, du 25 mai au 2 juillet 2022 en Méditerranée occidentale et centrale.

OPÉRATION « THON ROUGE » POUR UN EQUIPAGE DE LA FLOTTILLE 24F

Dans ce cadre, la Marine nationale a pré-positionné un équipage de la Flottille 24F sur la base d’aéronautique navale de Hyères pour effectuer des vols de police des pêches au sud de l’île de Malte. Pour mener à bien cette mission, « Xénon Écho », qui arme un Falcon 50 Marine de la BAN de Lann-Bihoué, a été renforcé en vol par un inspecteur des pêches de l’ADP POLPECHE habilité auprès de l’ICCAT, acronyme anglais de la commission internationale de conservation des thonidés de l’Atlantique. L’équipage a ainsi contribué à la surveillance de vastes zones maritimes afin de reporter au Centre National de Surveillance des Pêches (CNSP) d'Etel les thoniers en infraction (non licenciés ou se livrant à des actions illégales notamment).

Les marins du ciel ont identifié et contrôlé à plusieurs reprises un total de 70 senneurs et remorqueurs, dont 12 ont fait l’objet de reports d’irrégularités. Cette couverture aérienne a permis de relever des infractions inhabituelles : présence de thons morts dans le sillage de remorqueurs de cages, participation à la pêche de chalutiers non autorisés.

Le saviez-vous ? La pêche à la senne est une technique de pêche très ancienne qui consiste à capturer les poissons à la surface en pleine mer en les encerclant à l’aide d’un très grand filet de pêche. La senne tournant ou coulissante serait une invention américaine du début du XIXème siècle, inspirée d’une technique basque du XVIIIème siècle. Le poisson est ensuite transféré dans d’immenses cages remorquées jusqu’à destination, dans lesquelles il est conservé et vendu vivant.

Le saviez-vous ? Les capteurs du Falcon 50 Marine permettent une surveillance optimale des zones de pêche au travers de la détection radar à longue distance de mobiles flottants, de l’analyse des émissions AIS, de la veille optique et de la transmission instantanée par internet de la situation maritime dans les zones de pêches.

La police des pêches contribue activement à la protection des ressources halieutiques et des intérêts économiques de chaque nation. Pour le contrôle des pêcheries ou zones considérées comme prioritaires par la commission européenne et les États membres concernés, des plans de déploiements communs sont entrepris. C’est dans ce contexte que l’Union européenne apporte son soutien financier aux États mettant en œuvre le régime de contrôle des pêches.

Logos UE

 

Source : Marine nationale


Aéronautique navale : un nouveau commandant pour la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué

publié le Mardi 28 juin 2022

Aéronautique navale : un nouveau commandant pour la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué

Aéronautique navale : un nouveau commandant pour la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué

© Marine nationale

Le 27 juin 2022, le vice-amiral Eric Janicot, commandant la Force de l’aéronautique navale, a fait reconnaitre le capitaine de vaisseau Pierre Marcellin comme nouveau commandant de la base d’aéronautique navale (BAN) de Lann-Bihoué.

 

Le capitaine de vaisseau Marcellin succède au capitaine de vaisseau Jean-Christophe Turret qui rejoint le Centre des hautes études militaires, à Paris. Sous son commandement et dans un contexte de crise sanitaire ayant un impact fort, en particulier pour les équipages déployés, la BAN de Lann-Bihoué a mené une activité riche et variée avec près de 25 000 heures de vol réalisées, à majorité opérationnelle, et de nombreux pics d’activité.

Pleinement investie au côté des flottilles, elle a également accompagné la montée en puissance de l’Atlantique 2 standard 6 vers la « première capacité opérationnelle » (PCO) puis la PCO élargie aux missions aéroterrestres, et se prépare par ailleurs à recevoir – dès 2025 - les premiers avions de surveillance et d’intervention maritime Albatros.

Le capitaine de vaisseau Marcellin intègre l’Ecole navale en 1996 et est choisi pour effectuer une formation de pilote d’avions multimoteurs. Il est breveté d’aéronautique en 2001 et rejoint la flottille 21F comme pilote puis commandant de bord sur Atlantique 2. Après une affectation au sein du groupe école d’application des officiers de marine « Jeanne d’arc », il rejoint la flottille 23F qu’il commande de 2011 à 2013.

Tout au long de cette période, le capitaine de vaisseau Marcellin participe à de nombreuses opérations telles que LICORNE, ENDURING FREEDOM ou encore EPERVIER. En 2013, il est affecté à l’état-major de la marine, au bureau « plans-programme », puis, en 2018, au centre de planification et de conduite des opérations. En 2020, il devient chef de la division « maîtrise des risques aéronautiques » de l’état-major de l’aéronautique navale avant de rejoindre la BAN Lann-Bihoué et d’en prendre le commandement.

Aéronautique navale : un nouveau commandant pour la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué
Aéronautique navale : un nouveau commandant pour la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué

Source : Marine nationale


Aéronautique navale : un nouveau commandant pour la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué

publié le Mardi 28 juin 2022

Aéronautique navale : un nouveau commandant pour la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué

Aéronautique navale : un nouveau commandant pour la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué

© Marine nationale

Le 27 juin 2022, le vice-amiral Eric Janicot, commandant la Force de l’aéronautique navale, a fait reconnaitre le capitaine de vaisseau Pierre Marcellin comme nouveau commandant de la base d’aéronautique navale (BAN) de Lann-Bihoué.

 

Le capitaine de vaisseau Marcellin succède au capitaine de vaisseau Jean-Christophe Turret qui rejoint le Centre des hautes études militaires, à Paris. Sous son commandement et dans un contexte de crise sanitaire ayant un impact fort, en particulier pour les équipages déployés, la BAN de Lann-Bihoué a mené une activité riche et variée avec près de 25 000 heures de vol réalisées, à majorité opérationnelle, et de nombreux pics d’activité.

Pleinement investie au côté des flottilles, elle a également accompagné la montée en puissance de l’Atlantique 2 standard 6 vers la « première capacité opérationnelle » (PCO) puis la PCO élargie aux missions aéroterrestres, et se prépare par ailleurs à recevoir – dès 2025 - les premiers avions de surveillance et d’intervention maritime Albatros.

Le capitaine de vaisseau Marcellin intègre l’Ecole navale en 1996 et est choisi pour effectuer une formation de pilote d’avions multimoteurs. Il est breveté d’aéronautique en 2001 et rejoint la flottille 21F comme pilote puis commandant de bord sur Atlantique 2. Après une affectation au sein du groupe école d’application des officiers de marine « Jeanne d’arc », il rejoint la flottille 23F qu’il commande de 2011 à 2013.

Tout au long de cette période, le capitaine de vaisseau Marcellin participe à de nombreuses opérations telles que LICORNE, ENDURING FREEDOM ou encore EPERVIER. En 2013, il est affecté à l’état-major de la marine, au bureau « plans-programme », puis, en 2018, au centre de planification et de conduite des opérations. En 2020, il devient chef de la division « maîtrise des risques aéronautiques » de l’état-major de l’aéronautique navale avant de rejoindre la BAN Lann-Bihoué et d’en prendre le commandement.

Aéronautique navale : un nouveau commandant pour la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué
Aéronautique navale : un nouveau commandant pour la base d’aéronautique navale de Lann-Bihoué

Source : Marine nationale

S'abonner à BAN Lann-Bihoué