De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

publié le Mardi 08 novembre 2022

 De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

© Marine nationale

Les 3 et 4 novembre 2022, lors de son transit retour vers son port base (Fort de France), après deux mois de déploiement dans le golfe de Guinée dans le cadre de la mission Corymbe, la frégate de surveillance Germinal a réalisé au large de la Barbade deux enquêtes de pavillon sur des navires de pêche.

Ce qui devait être une opération de visite de routine pour le deuxième pêcheur de nationalité vénézuélienne, l’Evelyne 1, s’est transformé en opération d’assistance. En effet, au cours des interrogations, le bâtiment, en avarie sur sa ligne d’arbre, a sollicité l’aide du Germinal. Une équipe d’experts est alors projetée à bord de l’Evelyne 1. Les investigations vont permettre au navire de pêche de reprendre rapidement sa navigation en toute sécurité.

Cette intervention illustre à la fois la réactivité de l’équipage du Germinal et la solidarité entre gens de mer.

 De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

Source : Marine nationale


De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

publié le Mardi 08 novembre 2022

 De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

© Marine nationale

Les 3 et 4 novembre 2022, lors de son transit retour vers son port base (Fort de France), après deux mois de déploiement dans le golfe de Guinée dans le cadre de la mission Corymbe, la frégate de surveillance Germinal a réalisé au large de la Barbade deux enquêtes de pavillon sur des navires de pêche.

Ce qui devait être une opération de visite de routine pour le deuxième pêcheur de nationalité vénézuélienne, l’Evelyne 1, s’est transformé en opération d’assistance. En effet, au cours des interrogations, le bâtiment, en avarie sur sa ligne d’arbre, a sollicité l’aide du Germinal. Une équipe d’experts est alors projetée à bord de l’Evelyne 1. Les investigations vont permettre au navire de pêche de reprendre rapidement sa navigation en toute sécurité.

Cette intervention illustre à la fois la réactivité de l’équipage du Germinal et la solidarité entre gens de mer.

 De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

Source : Marine nationale


De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

publié le Mardi 08 novembre 2022

 De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

© Marine nationale

Les 3 et 4 novembre 2022, lors de son transit retour vers son port base (Fort de France), après deux mois de déploiement dans le golfe de Guinée dans le cadre de la mission Corymbe, la frégate de surveillance Germinal a réalisé au large de la Barbade deux enquêtes de pavillon sur des navires de pêche.

Ce qui devait être une opération de visite de routine pour le deuxième pêcheur de nationalité vénézuélienne, l’Evelyne 1, s’est transformé en opération d’assistance. En effet, au cours des interrogations, le bâtiment, en avarie sur sa ligne d’arbre, a sollicité l’aide du Germinal. Une équipe d’experts est alors projetée à bord de l’Evelyne 1. Les investigations vont permettre au navire de pêche de reprendre rapidement sa navigation en toute sécurité.

Cette intervention illustre à la fois la réactivité de l’équipage du Germinal et la solidarité entre gens de mer.

 De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

Source : Marine nationale


De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

publié le Mardi 08 novembre 2022

 De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

© Marine nationale

Les 3 et 4 novembre 2022, lors de son transit retour vers son port base (Fort de France), après deux mois de déploiement dans le golfe de Guinée dans le cadre de la mission Corymbe, la frégate de surveillance Germinal a réalisé au large de la Barbade deux enquêtes de pavillon sur des navires de pêche.

Ce qui devait être une opération de visite de routine pour le deuxième pêcheur de nationalité vénézuélienne, l’Evelyne 1, s’est transformé en opération d’assistance. En effet, au cours des interrogations, le bâtiment, en avarie sur sa ligne d’arbre, a sollicité l’aide du Germinal. Une équipe d’experts est alors projetée à bord de l’Evelyne 1. Les investigations vont permettre au navire de pêche de reprendre rapidement sa navigation en toute sécurité.

Cette intervention illustre à la fois la réactivité de l’équipage du Germinal et la solidarité entre gens de mer.

 De retour de mission Corymbe, le Germinal porte assistance à un navire de pêche

Source : Marine nationale


Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

publié le Mardi 20 Septembre 2022

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

© Marine nationale

Le 9 septembre 2022, un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F est rentré à son port de base de Lann-Bihoué après avoir été déployé à Dakar depuis le 4 août. Il a été relevé par un nouveau détachement qui a effectué son premier vol de surveillance maritime le 15 septembre.

Au cours de ses 37 jours de déploiement, il a notamment effectué 5 missions de surveillance des pêches et de la pollution (SAGNE) en embarquant à son bord un inspecteur des pêches sénégalais. Lors de ce type de patrouille, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 est en mesure de partager sa situation tactique avec le centre opérationnel maritime sénégalais grâce aux logiciels de communication YARIS et SPRINT.

Il a ainsi recensé 174 navires dont 75 % présentaient des irrégularités telles que l’absence d’émission par un système automatique d’identification (Automatic Identification System – AIS). Ce bilan opérationnel illustre la plus-value d’un avion de surveillance maritime pour garantir la souveraineté et la maîtrise des espaces aéro-maritimes.

Grâce à nos accords de coopération, la France met régulièrement au profit du Sénégal ce moyen précieux de renseignement et de contrôle. Elle se positionne ainsi comme un partenaire fiable et solidaire dans la lutte contre l’insécurité maritime et pour la préservation des ressources halieutiques locales.

Ce déploiement a également été marqué par une interaction avec l’USNS Trenton qui a permis de tester nos capacités à agir ensemble et a confirmé notre haut niveau d’interopérabilité avec la marine américaine.

Basé à Dakar dans le cadre d’accords sur le sauvetage en mer, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale participe aux missions de sécurité maritime dans le golfe de Guinée sous le contrôle opérationnel de CECLANT. Il conduit également des patrouilles opérationnelles SAGNE en coopération avec les pays riverains pour lutter contre la pêche illégale dans cette région du monde. Les bâtiments français déployés dans le cadre de l’opération CORYMBE et le Falcon 50 Marine basé à Dakar constituent le volet maritime des coopérations opérationnelles des armées dans cette région ; ils s’intègrent dans le dispositif militaire français stationné en Afrique occidentale.

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Source : Marine nationale


Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

publié le Mardi 20 Septembre 2022

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

© Marine nationale

Le 9 septembre 2022, un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F est rentré à son port de base de Lann-Bihoué après avoir été déployé à Dakar depuis le 4 août. Il a été relevé par un nouveau détachement qui a effectué son premier vol de surveillance maritime le 15 septembre.

Au cours de ses 37 jours de déploiement, il a notamment effectué 5 missions de surveillance des pêches et de la pollution (SAGNE) en embarquant à son bord un inspecteur des pêches sénégalais. Lors de ce type de patrouille, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 est en mesure de partager sa situation tactique avec le centre opérationnel maritime sénégalais grâce aux logiciels de communication YARIS et SPRINT.

Il a ainsi recensé 174 navires dont 75 % présentaient des irrégularités telles que l’absence d’émission par un système automatique d’identification (Automatic Identification System – AIS). Ce bilan opérationnel illustre la plus-value d’un avion de surveillance maritime pour garantir la souveraineté et la maîtrise des espaces aéro-maritimes.

Grâce à nos accords de coopération, la France met régulièrement au profit du Sénégal ce moyen précieux de renseignement et de contrôle. Elle se positionne ainsi comme un partenaire fiable et solidaire dans la lutte contre l’insécurité maritime et pour la préservation des ressources halieutiques locales.

Ce déploiement a également été marqué par une interaction avec l’USNS Trenton qui a permis de tester nos capacités à agir ensemble et a confirmé notre haut niveau d’interopérabilité avec la marine américaine.

Basé à Dakar dans le cadre d’accords sur le sauvetage en mer, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale participe aux missions de sécurité maritime dans le golfe de Guinée sous le contrôle opérationnel de CECLANT. Il conduit également des patrouilles opérationnelles SAGNE en coopération avec les pays riverains pour lutter contre la pêche illégale dans cette région du monde. Les bâtiments français déployés dans le cadre de l’opération CORYMBE et le Falcon 50 Marine basé à Dakar constituent le volet maritime des coopérations opérationnelles des armées dans cette région ; ils s’intègrent dans le dispositif militaire français stationné en Afrique occidentale.

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Source : Marine nationale


Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

publié le Mardi 20 Septembre 2022

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

© Marine nationale

Le 9 septembre 2022, un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F est rentré à son port de base de Lann-Bihoué après avoir été déployé à Dakar depuis le 4 août. Il a été relevé par un nouveau détachement qui a effectué son premier vol de surveillance maritime le 15 septembre.

Au cours de ses 37 jours de déploiement, il a notamment effectué 5 missions de surveillance des pêches et de la pollution (SAGNE) en embarquant à son bord un inspecteur des pêches sénégalais. Lors de ce type de patrouille, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 est en mesure de partager sa situation tactique avec le centre opérationnel maritime sénégalais grâce aux logiciels de communication YARIS et SPRINT.

Il a ainsi recensé 174 navires dont 75 % présentaient des irrégularités telles que l’absence d’émission par un système automatique d’identification (Automatic Identification System – AIS). Ce bilan opérationnel illustre la plus-value d’un avion de surveillance maritime pour garantir la souveraineté et la maîtrise des espaces aéro-maritimes.

Grâce à nos accords de coopération, la France met régulièrement au profit du Sénégal ce moyen précieux de renseignement et de contrôle. Elle se positionne ainsi comme un partenaire fiable et solidaire dans la lutte contre l’insécurité maritime et pour la préservation des ressources halieutiques locales.

Ce déploiement a également été marqué par une interaction avec l’USNS Trenton qui a permis de tester nos capacités à agir ensemble et a confirmé notre haut niveau d’interopérabilité avec la marine américaine.

Basé à Dakar dans le cadre d’accords sur le sauvetage en mer, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale participe aux missions de sécurité maritime dans le golfe de Guinée sous le contrôle opérationnel de CECLANT. Il conduit également des patrouilles opérationnelles SAGNE en coopération avec les pays riverains pour lutter contre la pêche illégale dans cette région du monde. Les bâtiments français déployés dans le cadre de l’opération CORYMBE et le Falcon 50 Marine basé à Dakar constituent le volet maritime des coopérations opérationnelles des armées dans cette région ; ils s’intègrent dans le dispositif militaire français stationné en Afrique occidentale.

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Source : Marine nationale


Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

publié le Mardi 20 Septembre 2022

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

© Marine nationale

Le 9 septembre 2022, un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F est rentré à son port de base de Lann-Bihoué après avoir été déployé à Dakar depuis le 4 août. Il a été relevé par un nouveau détachement qui a effectué son premier vol de surveillance maritime le 15 septembre.

Au cours de ses 37 jours de déploiement, il a notamment effectué 5 missions de surveillance des pêches et de la pollution (SAGNE) en embarquant à son bord un inspecteur des pêches sénégalais. Lors de ce type de patrouille, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 est en mesure de partager sa situation tactique avec le centre opérationnel maritime sénégalais grâce aux logiciels de communication YARIS et SPRINT.

Il a ainsi recensé 174 navires dont 75 % présentaient des irrégularités telles que l’absence d’émission par un système automatique d’identification (Automatic Identification System – AIS). Ce bilan opérationnel illustre la plus-value d’un avion de surveillance maritime pour garantir la souveraineté et la maîtrise des espaces aéro-maritimes.

Grâce à nos accords de coopération, la France met régulièrement au profit du Sénégal ce moyen précieux de renseignement et de contrôle. Elle se positionne ainsi comme un partenaire fiable et solidaire dans la lutte contre l’insécurité maritime et pour la préservation des ressources halieutiques locales.

Ce déploiement a également été marqué par une interaction avec l’USNS Trenton qui a permis de tester nos capacités à agir ensemble et a confirmé notre haut niveau d’interopérabilité avec la marine américaine.

Basé à Dakar dans le cadre d’accords sur le sauvetage en mer, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale participe aux missions de sécurité maritime dans le golfe de Guinée sous le contrôle opérationnel de CECLANT. Il conduit également des patrouilles opérationnelles SAGNE en coopération avec les pays riverains pour lutter contre la pêche illégale dans cette région du monde. Les bâtiments français déployés dans le cadre de l’opération CORYMBE et le Falcon 50 Marine basé à Dakar constituent le volet maritime des coopérations opérationnelles des armées dans cette région ; ils s’intègrent dans le dispositif militaire français stationné en Afrique occidentale.

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Source : Marine nationale


Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

publié le Mardi 20 Septembre 2022

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

© Marine nationale

Le 9 septembre 2022, un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F est rentré à son port de base de Lann-Bihoué après avoir été déployé à Dakar depuis le 4 août. Il a été relevé par un nouveau détachement qui a effectué son premier vol de surveillance maritime le 15 septembre.

Au cours de ses 37 jours de déploiement, il a notamment effectué 5 missions de surveillance des pêches et de la pollution (SAGNE) en embarquant à son bord un inspecteur des pêches sénégalais. Lors de ce type de patrouille, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 est en mesure de partager sa situation tactique avec le centre opérationnel maritime sénégalais grâce aux logiciels de communication YARIS et SPRINT.

Il a ainsi recensé 174 navires dont 75 % présentaient des irrégularités telles que l’absence d’émission par un système automatique d’identification (Automatic Identification System – AIS). Ce bilan opérationnel illustre la plus-value d’un avion de surveillance maritime pour garantir la souveraineté et la maîtrise des espaces aéro-maritimes.

Grâce à nos accords de coopération, la France met régulièrement au profit du Sénégal ce moyen précieux de renseignement et de contrôle. Elle se positionne ainsi comme un partenaire fiable et solidaire dans la lutte contre l’insécurité maritime et pour la préservation des ressources halieutiques locales.

Ce déploiement a également été marqué par une interaction avec l’USNS Trenton qui a permis de tester nos capacités à agir ensemble et a confirmé notre haut niveau d’interopérabilité avec la marine américaine.

Basé à Dakar dans le cadre d’accords sur le sauvetage en mer, l’avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale participe aux missions de sécurité maritime dans le golfe de Guinée sous le contrôle opérationnel de CECLANT. Il conduit également des patrouilles opérationnelles SAGNE en coopération avec les pays riverains pour lutter contre la pêche illégale dans cette région du monde. Les bâtiments français déployés dans le cadre de l’opération CORYMBE et le Falcon 50 Marine basé à Dakar constituent le volet maritime des coopérations opérationnelles des armées dans cette région ; ils s’intègrent dans le dispositif militaire français stationné en Afrique occidentale.

 Golfe de Guinée – Bilan du déploiement d’un détachement Falcon 50 de la Flottille 24F

Source : Marine nationale


Cap sur la Corse pour la mission de surveillance maritime du Cdt Birot

publié le Jeudi 08 Septembre 2022

 Cap sur la Corse pour la mission de surveillance maritime du Cdt Birot

Cap sur la Corse pour la mission de surveillance maritime du Cdt Birot

© Marine nationale

Le 1er septembre 2022, l’équipage du patrouilleur de haute-mer (PHM) Commandant Birot a largué les amarres de Toulon pour sillonner les approches maritimes françaises, dans le cadre d’une mission de posture permanente de sauvegarde maritime (PPSM).

Cap sur la Corse pour le début de la patrouille. En partenariat avec les parcs nationaux de Bonifacio et du golfe de Saint-Florent, l’embarcation du PHM a effectué plusieurs raids nautiques dans le cadre de la police de l’environnement. L’équipe de contrôle du bord a ainsi procédé à de nombreux rappels à la loi et à quelques verbalisations, sensibilisant les plaisanciers et les autres usagers de la mer à la protection du milieu marin (respect des zones de mouillage, protection des herbiers de posidonie et des espèces protégées).

En parallèle de ces raids, les contacts systématiques avec les autres unités et administrations concourant à l’Action de l’État en Mer (AEM - sémaphores, Falcon 50, gendarmerie maritime, douanes, affaires maritimes) ont aussi permis d’optimiser les zones de patrouille et de rentabiliser au mieux la présence du PHM sur zone. 

Le Commandant Birot a poursuivi sa patrouille dans la profondeur des approches maritimes répondant ainsi au volet Défense Maritime du Territoire de la PPSM. C’est aussi l’occasion pour la passerelle de reporter au Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) les nombreux cétacés observés afin de les répertorier sur le système de suivi REPCET[1].

Après quelques jours de navigation bien rentabilisés, le PHM a fait escale à Sète pour tisser les premiers liens avec sa future ville marraine. L’équipage a profité de ce passage pour présenter son filleul à une délégation d’élus de la ville venue à bord pour l’occasion avant de reprendre la mer pour une patrouille orientée police des pêches.

 

La PPSM s’inscrit autour de deux volets bien distincts. Le premier, l’Action de l’État en Mer (AEM), regroupe les missions de service public : préservation des ressources halieutiques, sauvegarde des biens et de la vie humaine, lutte contre la pollution et contrôle du respect des zones de mouillage. Le second, la défense militaire du territoire (DMT), consiste à surveiller, renseigner et le cas échéant agir pour faire face à toute menace (militaire, terroriste, etc.) susceptible de venir de la mer dans les approches françaises.

 

[1] RECET (repérage en temps réel des cétacés): logiciel utilisé pour diffuser la présence des cétacés et limiter les risques de collisions entre cétacés et navires.

 Cap sur la Corse pour la mission de surveillance maritime du Cdt Birot
 Cap sur la Corse pour la mission de surveillance maritime du Cdt Birot

Source : Marine nationale

S'abonner à Police des pêches