Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

publié le Vendredi 17 juin 2022

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

© Marine nationale

Le 16 juin 2022, alors que le chasseur de mines (CMT) Capricorne participait à l’opération de guerre des mines CHAMINOP 22, CMT est venu en aide à une vedette en avarie moteur, dans la rade de Hyères.

En pleine participation aux opérations de chasse aux mines, la passerelle a repéré à quelques nautiques une vedette stoppée, dont s’échappait une importante fumée blanche. Le bâtiment a immédiatement effectué les démarches nécessaires pour proposer son aide en contactant le sémaphore de Porquerolles et le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de la Méditerranée qui venait d’émettre un message de détresse.

 

Avec l’accord du commandement de CHAMINOP, le Capricorne a pu rapidement mettre en œuvre une embarcation et déposer deux marins mécaniciens à bord plaisancier. Après quelques dizaines de minutes, l’avarie a pu être réparée, permettant à l’équipage de rentrer à Hyères en toute sécurité.

 

CHAMINOP est une opération nationale de guerre des mines effectuée chaque année consistant à rentrer dans des bases de données les particularités des fonds marins de la petite et la grande rade de Toulon, ainsi qu’aux abords de la rade de Hyères. Cette opération participe notamment à la liberté d’action de la dissuasion nucléaire et garantit l’accès des unités de la Marine nationale au port militaire de Toulon.

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

Source : Marine nationale


Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

publié le Vendredi 17 juin 2022

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

© Marine nationale

Le 16 juin 2022, alors que le chasseur de mines (CMT) Capricorne participait à l’opération de guerre des mines CHAMINOP 22, CMT est venu en aide à une vedette en avarie moteur, dans la rade de Hyères.

En pleine participation aux opérations de chasse aux mines, la passerelle a repéré à quelques nautiques une vedette stoppée, dont s’échappait une importante fumée blanche. Le bâtiment a immédiatement effectué les démarches nécessaires pour proposer son aide en contactant le sémaphore de Porquerolles et le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de la Méditerranée qui venait d’émettre un message de détresse.

 

Avec l’accord du commandement de CHAMINOP, le Capricorne a pu rapidement mettre en œuvre une embarcation et déposer deux marins mécaniciens à bord plaisancier. Après quelques dizaines de minutes, l’avarie a pu être réparée, permettant à l’équipage de rentrer à Hyères en toute sécurité.

 

CHAMINOP est une opération nationale de guerre des mines effectuée chaque année consistant à rentrer dans des bases de données les particularités des fonds marins de la petite et la grande rade de Toulon, ainsi qu’aux abords de la rade de Hyères. Cette opération participe notamment à la liberté d’action de la dissuasion nucléaire et garantit l’accès des unités de la Marine nationale au port militaire de Toulon.

Méditerranée - Le Capricorne porte assistance à une vedette en pleine chasse aux mines

Source : Marine nationale


Mer Baltique – Fin de déploiement et dernière mission pour le Cassiopée

publié le Jeudi 09 juin 2022

Mer Baltique – Fin de déploiement et dernière mission pour le Cassiopée

Mer Baltique – Fin de déploiement et dernière mission pour le Cassiopée

© Marine nationale

Après 38 ans de bons et loyaux services, le chasseur de mines tripartite (CMT) Cassiopée a conduit son dernier déploiement opérationnel au printemps 2022 en mer Baltique.

 

Remplissant des objectifs OTAN à travers son intégration au SNMCMG1 (Standard NATO Mines Countermeasures Maritime Group) sous commandement estonien, la Cassiopée a participé à l’opération de neutralisation de munitions historiques Open Spirit 22 devant Klaipėda en Lituanie et à l’opération Brillant Shield en Atlantique nord et mer Baltique. Son déploiement Beluga 22.2 répondait également à des objectifs nationaux, en particulier d’assurance auprès des pays baltes en soutien allié de l’OTAN, et l’appréciation autonome de situation dans une zone stratégique, où la Marine nationale opère régulièrement.

 

Ce déploiement de 43 jours lui a permis de chasser une dernière fois en baie de Seine, puis de patrouiller vers la Lituanie en passant par La Haye aux Pays-Bas, le canal de Kiel en Allemagne et le sud de la mer Baltique jusqu’à Klaipeda où elle a rejoint le SNMCMG1 et le groupe naval Baltron, constitué d’unités navales des pays baltes. L’opération Open Spirit 22 a ensuite réuni 13 bâtiments et 12 unités supplémentaires, incluant des états-majors et des équipes de déminage, le tout regroupant des unités de 14 nationalités sous commandement lituanien. La Cassiopée a ensuite repris sa patrouille vers le nord de la Baltique jusqu’à Stockohlm en Suède, puis Stavanger en Norvège par les détroits danois de l’Oresund, du Kattegat et du Skagerrak, avant de rentrer à Brest.

 

La dernière étape de l’équipage de la Cassiopée débute avant sa dispersion définitive : la « mise en complément » du bâtiment, première phase de son désarmement. Le bâtiment se verra amputé des matériels dangereux, sensibles, ou pouvant bénéficier à d’autres unités. Son patrimoine de tradition sera notamment reversé au Service Historique de la Défense et la coque sera dégazée et dépolluée. La Cassiopée sera ensuite placée en « réserve spéciale » et la dernière cérémonie des couleurs pourra avoir lieu, à l’automne, avant que le CMT Cassiopée ne soit débaptisé. La coque sera ensuite remorquée à Landevennec où elle rejoindra les ex Verseau, Eridan, et Persée. Elle sera utilisée pour fournir certains rechanges spécifiques aux autres CMT encore en service, avant d’être déconstruite dans un chantier spécialisé, dans le cadre d’un marché public ouvert aux chantiers de l’Union européenne. Le nom de Cassiopée sera alors disponible, avec l’héritage de la tradition des 4 unités qui l’ont porté, pour une future unité de la Marine nationale.

 

Au moment de son retrait du service actif, la Cassiopée aura parcouru plus de 75 000 milles nautiques, soit presque 3,5 tours du monde, et neutralisé plus de 130 munitions soit 90 tonnes d’explosif de guerre. Un bilan plus qu’honorable pour une petite unité de 600 tonnes et 45 hommes d’équipage dont l’essentiel du travail se fait à moins de 6 nœuds !

 

La constellation en W, si caractéristique de notre ciel métropolitain, portera ensuite pour toujours le souvenir de la Cassiopée, plus haut, toujours plus haut ! selon la devise de l’unité : Magis ac magis.

Mer Baltique – Fin de déploiement et dernière mission pour le Cassiopée

Source : Marine nationale


Mer Baltique – Fin de déploiement et dernière mission pour le Cassiopée

publié le Jeudi 09 juin 2022

Mer Baltique – Fin de déploiement et dernière mission pour le Cassiopée

Mer Baltique – Fin de déploiement et dernière mission pour le Cassiopée

© Marine nationale

Après 38 ans de bons et loyaux services, le chasseur de mines tripartite (CMT) Cassiopée a conduit son dernier déploiement opérationnel au printemps 2022 en mer Baltique.

 

Remplissant des objectifs OTAN à travers son intégration au SNMCMG1 (Standard NATO Mines Countermeasures Maritime Group) sous commandement estonien, la Cassiopée a participé à l’opération de neutralisation de munitions historiques Open Spirit 22 devant Klaipėda en Lituanie et à l’opération Brillant Shield en Atlantique nord et mer Baltique. Son déploiement Beluga 22.2 répondait également à des objectifs nationaux, en particulier d’assurance auprès des pays baltes en soutien allié de l’OTAN, et l’appréciation autonome de situation dans une zone stratégique, où la Marine nationale opère régulièrement.

 

Ce déploiement de 43 jours lui a permis de chasser une dernière fois en baie de Seine, puis de patrouiller vers la Lituanie en passant par La Haye aux Pays-Bas, le canal de Kiel en Allemagne et le sud de la mer Baltique jusqu’à Klaipeda où elle a rejoint le SNMCMG1 et le groupe naval Baltron, constitué d’unités navales des pays baltes. L’opération Open Spirit 22 a ensuite réuni 13 bâtiments et 12 unités supplémentaires, incluant des états-majors et des équipes de déminage, le tout regroupant des unités de 14 nationalités sous commandement lituanien. La Cassiopée a ensuite repris sa patrouille vers le nord de la Baltique jusqu’à Stockohlm en Suède, puis Stavanger en Norvège par les détroits danois de l’Oresund, du Kattegat et du Skagerrak, avant de rentrer à Brest.

 

La dernière étape de l’équipage de la Cassiopée débute avant sa dispersion définitive : la « mise en complément » du bâtiment, première phase de son désarmement. Le bâtiment se verra amputé des matériels dangereux, sensibles, ou pouvant bénéficier à d’autres unités. Son patrimoine de tradition sera notamment reversé au Service Historique de la Défense et la coque sera dégazée et dépolluée. La Cassiopée sera ensuite placée en « réserve spéciale » et la dernière cérémonie des couleurs pourra avoir lieu, à l’automne, avant que le CMT Cassiopée ne soit débaptisé. La coque sera ensuite remorquée à Landevennec où elle rejoindra les ex Verseau, Eridan, et Persée. Elle sera utilisée pour fournir certains rechanges spécifiques aux autres CMT encore en service, avant d’être déconstruite dans un chantier spécialisé, dans le cadre d’un marché public ouvert aux chantiers de l’Union européenne. Le nom de Cassiopée sera alors disponible, avec l’héritage de la tradition des 4 unités qui l’ont porté, pour une future unité de la Marine nationale.

 

Au moment de son retrait du service actif, la Cassiopée aura parcouru plus de 75 000 milles nautiques, soit presque 3,5 tours du monde, et neutralisé plus de 130 munitions soit 90 tonnes d’explosif de guerre. Un bilan plus qu’honorable pour une petite unité de 600 tonnes et 45 hommes d’équipage dont l’essentiel du travail se fait à moins de 6 nœuds !

 

La constellation en W, si caractéristique de notre ciel métropolitain, portera ensuite pour toujours le souvenir de la Cassiopée, plus haut, toujours plus haut ! selon la devise de l’unité : Magis ac magis.

Mer Baltique – Fin de déploiement et dernière mission pour le Cassiopée

Source : Marine nationale


Mer Baltique – Fin de déploiement et dernière mission pour le Cassiopée

publié le Jeudi 09 juin 2022

Mer Baltique – Fin de déploiement et dernière mission pour le Cassiopée

Mer Baltique – Fin de déploiement et dernière mission pour le Cassiopée

© Marine nationale

Après 38 ans de bons et loyaux services, le chasseur de mines tripartite (CMT) Cassiopée a conduit son dernier déploiement opérationnel au printemps 2022 en mer Baltique.

 

Remplissant des objectifs OTAN à travers son intégration au SNMCMG1 (Standard NATO Mines Countermeasures Maritime Group) sous commandement estonien, la Cassiopée a participé à l’opération de neutralisation de munitions historiques Open Spirit 22 devant Klaipėda en Lituanie et à l’opération Brillant Shield en Atlantique nord et mer Baltique. Son déploiement Beluga 22.2 répondait également à des objectifs nationaux, en particulier d’assurance auprès des pays baltes en soutien allié de l’OTAN, et l’appréciation autonome de situation dans une zone stratégique, où la Marine nationale opère régulièrement.

 

Ce déploiement de 43 jours lui a permis de chasser une dernière fois en baie de Seine, puis de patrouiller vers la Lituanie en passant par La Haye aux Pays-Bas, le canal de Kiel en Allemagne et le sud de la mer Baltique jusqu’à Klaipeda où elle a rejoint le SNMCMG1 et le groupe naval Baltron, constitué d’unités navales des pays baltes. L’opération Open Spirit 22 a ensuite réuni 13 bâtiments et 12 unités supplémentaires, incluant des états-majors et des équipes de déminage, le tout regroupant des unités de 14 nationalités sous commandement lituanien. La Cassiopée a ensuite repris sa patrouille vers le nord de la Baltique jusqu’à Stockohlm en Suède, puis Stavanger en Norvège par les détroits danois de l’Oresund, du Kattegat et du Skagerrak, avant de rentrer à Brest.

 

La dernière étape de l’équipage de la Cassiopée débute avant sa dispersion définitive : la « mise en complément » du bâtiment, première phase de son désarmement. Le bâtiment se verra amputé des matériels dangereux, sensibles, ou pouvant bénéficier à d’autres unités. Son patrimoine de tradition sera notamment reversé au Service Historique de la Défense et la coque sera dégazée et dépolluée. La Cassiopée sera ensuite placée en « réserve spéciale » et la dernière cérémonie des couleurs pourra avoir lieu, à l’automne, avant que le CMT Cassiopée ne soit débaptisé. La coque sera ensuite remorquée à Landevennec où elle rejoindra les ex Verseau, Eridan, et Persée. Elle sera utilisée pour fournir certains rechanges spécifiques aux autres CMT encore en service, avant d’être déconstruite dans un chantier spécialisé, dans le cadre d’un marché public ouvert aux chantiers de l’Union européenne. Le nom de Cassiopée sera alors disponible, avec l’héritage de la tradition des 4 unités qui l’ont porté, pour une future unité de la Marine nationale.

 

Au moment de son retrait du service actif, la Cassiopée aura parcouru plus de 75 000 milles nautiques, soit presque 3,5 tours du monde, et neutralisé plus de 130 munitions soit 90 tonnes d’explosif de guerre. Un bilan plus qu’honorable pour une petite unité de 600 tonnes et 45 hommes d’équipage dont l’essentiel du travail se fait à moins de 6 nœuds !

 

La constellation en W, si caractéristique de notre ciel métropolitain, portera ensuite pour toujours le souvenir de la Cassiopée, plus haut, toujours plus haut ! selon la devise de l’unité : Magis ac magis.

Mer Baltique – Fin de déploiement et dernière mission pour le Cassiopée

Source : Marine nationale


Mer Baltique : bilan de l’opération OPEN SPIRIT 22 pour l’équipage de la Cassiopée

publié le Mardi 07 juin 2022

Mer Baltique : bilan de l’opération OPEN SPIRIT 22 pour l’équipage de la Cassiopée

Mer Baltique : bilan de l’opération OPEN SPIRIT 22 pour l’équipage de la Cassiopée

© Marine nationale

Du 7 au 19 mai 2022, le chasseur de mines tripartite (CMT) Cassiopée a participé à l’édition 2022 de l’opération OPEN SPIRIT en mer baltique avec les marines alliées.

Retour sur les activités de l’équipage.

Opération annuelle de l’OTAN et des pays baltes, cette mission a visé à relocaliser et neutraliser les nombreuses munitions immergées dans l’est de la mer Baltique pendant les deux guerres mondiales et la guerre froide. Mines sous-marines dans des mouillages offensifs ou défensifs, bombes, obus, missiles, résidus de combats ou des entraînements de la marine soviétique des années 50 à 80, on estime à plusieurs dizaines de milliers le nombre munitions y reposant encore de nos jours.

 

Concentré cette année sur la Lituanie et plus précisément l’approche de son grand port de commerce, Klaipėda, l’effort de l’opération a été consacré à la recherche de lignes secondaires du barrage Wartburg 1. Cette portion, mouillée par la Kriegsmarine en juin 1941 pour prémunir les côtes allemandes d’une offensive soviétique depuis le Golfe de Finlande, compterait un peu moins de 400 mines à orin, de type EMC. Certaines parties du barrage n’ont encore jamais été relocalisées malgré un important travail d’archives, mené conjointement par la Lituanie, l’Allemagne et la Suède.

 

La Cassiopée, aux côtés de chasseurs de mines hollandais, belge, norvégien, estonien, allemand, letton ou encore lituanien, a mis en évidence plusieurs dizaines de crapauds, les lests des mines à orin, probablement mouillés sans leur munition en alternance avec des mines actives, pour complexifier la neutralisation du champ de mines. Une dizaine de mines allemandes de type EMC ou soviétiques de type M08 a été contreminée au cours de cette édition de l’opération. La Cassiopée en particulier, en 120h de chasse, a classifié 4 700 contacts (d’après l’analyse de l’image sonar), a identifié 61 échos grâce à ses plongeurs-démineurs et à son PAP (Poisson AutoPropulsé), a découvert une épave historique probablement coulée par le champ de mines, et a contre miné un missile antinavires soviétique P-15 Termit datant probablement d’exercices navals de la seconde moitié du XXe siècle dans cette zone.

 

La présence de la Cassiopée au sein de la TG 441.03 (Standard NATO Mine Coutermeasures Maritime Groupe) a également permis d’assurer une mission d’assurance auprès des pays baltes membres de l’alliance Atlantique, tout en contribuant à l’appréciation autonome de situation, garant de l’indépendance de décision française.

 

La Cassiopée a ensuite repris sa patrouille en direction de Stockholm.

Mer Baltique : bilan de l’opération OPEN SPIRIT 22 pour l’équipage de la Cassiopée

Source : Marine nationale


Mer Baltique : bilan de l’opération OPEN SPIRIT 22 pour l’équipage de la Cassiopée

publié le Mardi 07 juin 2022

Mer Baltique : bilan de l’opération OPEN SPIRIT 22 pour l’équipage de la Cassiopée

Mer Baltique : bilan de l’opération OPEN SPIRIT 22 pour l’équipage de la Cassiopée

© Marine nationale

Du 7 au 19 mai 2022, le chasseur de mines tripartite (CMT) Cassiopée a participé à l’édition 2022 de l’opération OPEN SPIRIT en mer baltique avec les marines alliées.

Retour sur les activités de l’équipage.

Opération annuelle de l’OTAN et des pays baltes, cette mission a visé à relocaliser et neutraliser les nombreuses munitions immergées dans l’est de la mer Baltique pendant les deux guerres mondiales et la guerre froide. Mines sous-marines dans des mouillages offensifs ou défensifs, bombes, obus, missiles, résidus de combats ou des entraînements de la marine soviétique des années 50 à 80, on estime à plusieurs dizaines de milliers le nombre munitions y reposant encore de nos jours.

 

Concentré cette année sur la Lituanie et plus précisément l’approche de son grand port de commerce, Klaipėda, l’effort de l’opération a été consacré à la recherche de lignes secondaires du barrage Wartburg 1. Cette portion, mouillée par la Kriegsmarine en juin 1941 pour prémunir les côtes allemandes d’une offensive soviétique depuis le Golfe de Finlande, compterait un peu moins de 400 mines à orin, de type EMC. Certaines parties du barrage n’ont encore jamais été relocalisées malgré un important travail d’archives, mené conjointement par la Lituanie, l’Allemagne et la Suède.

 

La Cassiopée, aux côtés de chasseurs de mines hollandais, belge, norvégien, estonien, allemand, letton ou encore lituanien, a mis en évidence plusieurs dizaines de crapauds, les lests des mines à orin, probablement mouillés sans leur munition en alternance avec des mines actives, pour complexifier la neutralisation du champ de mines. Une dizaine de mines allemandes de type EMC ou soviétiques de type M08 a été contreminée au cours de cette édition de l’opération. La Cassiopée en particulier, en 120h de chasse, a classifié 4 700 contacts (d’après l’analyse de l’image sonar), a identifié 61 échos grâce à ses plongeurs-démineurs et à son PAP (Poisson AutoPropulsé), a découvert une épave historique probablement coulée par le champ de mines, et a contre miné un missile antinavires soviétique P-15 Termit datant probablement d’exercices navals de la seconde moitié du XXe siècle dans cette zone.

 

La présence de la Cassiopée au sein de la TG 441.03 (Standard NATO Mine Coutermeasures Maritime Groupe) a également permis d’assurer une mission d’assurance auprès des pays baltes membres de l’alliance Atlantique, tout en contribuant à l’appréciation autonome de situation, garant de l’indépendance de décision française.

 

La Cassiopée a ensuite repris sa patrouille en direction de Stockholm.

Mer Baltique : bilan de l’opération OPEN SPIRIT 22 pour l’équipage de la Cassiopée

Source : Marine nationale


Mer Baltique : bilan de l’opération OPEN SPIRIT 22 pour l’équipage de la Cassiopée

publié le Mardi 07 juin 2022

Mer Baltique : bilan de l’opération OPEN SPIRIT 22 pour l’équipage de la Cassiopée

Mer Baltique : bilan de l’opération OPEN SPIRIT 22 pour l’équipage de la Cassiopée

© Marine nationale

Du 7 au 19 mai 2022, le chasseur de mines tripartite (CMT) Cassiopée a participé à l’édition 2022 de l’opération OPEN SPIRIT en mer baltique avec les marines alliées.

Retour sur les activités de l’équipage.

Opération annuelle de l’OTAN et des pays baltes, cette mission a visé à relocaliser et neutraliser les nombreuses munitions immergées dans l’est de la mer Baltique pendant les deux guerres mondiales et la guerre froide. Mines sous-marines dans des mouillages offensifs ou défensifs, bombes, obus, missiles, résidus de combats ou des entraînements de la marine soviétique des années 50 à 80, on estime à plusieurs dizaines de milliers le nombre munitions y reposant encore de nos jours.

 

Concentré cette année sur la Lituanie et plus précisément l’approche de son grand port de commerce, Klaipėda, l’effort de l’opération a été consacré à la recherche de lignes secondaires du barrage Wartburg 1. Cette portion, mouillée par la Kriegsmarine en juin 1941 pour prémunir les côtes allemandes d’une offensive soviétique depuis le Golfe de Finlande, compterait un peu moins de 400 mines à orin, de type EMC. Certaines parties du barrage n’ont encore jamais été relocalisées malgré un important travail d’archives, mené conjointement par la Lituanie, l’Allemagne et la Suède.

 

La Cassiopée, aux côtés de chasseurs de mines hollandais, belge, norvégien, estonien, allemand, letton ou encore lituanien, a mis en évidence plusieurs dizaines de crapauds, les lests des mines à orin, probablement mouillés sans leur munition en alternance avec des mines actives, pour complexifier la neutralisation du champ de mines. Une dizaine de mines allemandes de type EMC ou soviétiques de type M08 a été contreminée au cours de cette édition de l’opération. La Cassiopée en particulier, en 120h de chasse, a classifié 4 700 contacts (d’après l’analyse de l’image sonar), a identifié 61 échos grâce à ses plongeurs-démineurs et à son PAP (Poisson AutoPropulsé), a découvert une épave historique probablement coulée par le champ de mines, et a contre miné un missile antinavires soviétique P-15 Termit datant probablement d’exercices navals de la seconde moitié du XXe siècle dans cette zone.

 

La présence de la Cassiopée au sein de la TG 441.03 (Standard NATO Mine Coutermeasures Maritime Groupe) a également permis d’assurer une mission d’assurance auprès des pays baltes membres de l’alliance Atlantique, tout en contribuant à l’appréciation autonome de situation, garant de l’indépendance de décision française.

 

La Cassiopée a ensuite repris sa patrouille en direction de Stockholm.

Mer Baltique : bilan de l’opération OPEN SPIRIT 22 pour l’équipage de la Cassiopée

Source : Marine nationale


Méditerranée occidentale - Un bilan réussi pour le CMT Capricorne

publié le Jeudi 02 juin 2022

Méditerranée occidentale - Un bilan réussi pour le CMT Capricorne

Méditerranée occidentale - Un bilan réussi pour le CMT Capricorne

© EMA

Le 29 mai 2022, le Chasseur de mines tripartites (CMT) Capricorne a accosté à Toulon après un déploiement de plusieurs semaines en Méditerranée occidentale dans le cadre des exercices SPANISH MINEX 22 et ITALIAN MINEX 22. Au total, le CMT Capricorne a été déployé 38 jours sous commandement de l’OTAN, au sein du Standing NATO maritime countermeasure group 2 (SNMCMG2).

Après avoir participé à l’exercice SPANISH MINEX 22, le CMT Capricorne vient d’achever sa participation à l’exercice ITALIAN MINEX 22 qui a été une nouvelle occasion de s’exercer à la chasse aux mines dans un contexte « Non article 5 crisis response ops ».

Durant cet exercice, le CMT Capricorne s’est distingué par les résultats obtenus, mais également en repérant un champ historique de mines à orin allemandes datant de la Seconde Guerre mondiale. Au total, 11 mines et 4 bombes réelles ont été formellement identifiées.

Ce déploiement a permis à l’équipage du CMT Capricorne de parfaire sa capacité à opérer au sein d’une force constituée, sous commandement de l’OTAN, et ainsi tout en illustrant l’excellence du niveau de la France dans la guerre des mines. De nombreux échanges ont été réalisés avec les unités de guerre des mines du SNMCMG2 qui ont notamment permis de réaliser un chantier de plongée avec le chasseur de mine grec Evropi.

Le SNMCMG2 est l’un des quatre groupes maritimes permanents de l’OTAN, opérant sous le contrôle opérationnel du commandement maritime allié (Operational control allied maritime command - OPCON MARCOM). Opérant dans l’ensemble de la zone maritime Méditerranée, le SNMCMG2 s’entraîne au cours de divers exercices organisés par les pays riverains dans lesquels le groupe fait généralement escale. Ce processus assure à l’OTAN une permanence à la mer et un moyen de réaction prompt dans le cadre d’une menace « mines » réelle.

 

Méditerranée occidentale - Un bilan réussi pour le CMT Capricorne
Méditerranée occidentale - Un bilan réussi pour le CMT Capricorne

Source : Etat-major des armées


Méditerranée occidentale - Un bilan réussi pour le CMT Capricorne

publié le Jeudi 02 juin 2022

Méditerranée occidentale - Un bilan réussi pour le CMT Capricorne

Méditerranée occidentale - Un bilan réussi pour le CMT Capricorne

© EMA

Le 29 mai 2022, le Chasseur de mines tripartites (CMT) Capricorne a accosté à Toulon après un déploiement de plusieurs semaines en Méditerranée occidentale dans le cadre des exercices SPANISH MINEX 22 et ITALIAN MINEX 22. Au total, le CMT Capricorne a été déployé 38 jours sous commandement de l’OTAN, au sein du Standing NATO maritime countermeasure group 2 (SNMCMG2).

Après avoir participé à l’exercice SPANISH MINEX 22, le CMT Capricorne vient d’achever sa participation à l’exercice ITALIAN MINEX 22 qui a été une nouvelle occasion de s’exercer à la chasse aux mines dans un contexte « Non article 5 crisis response ops ».

Durant cet exercice, le CMT Capricorne s’est distingué par les résultats obtenus, mais également en repérant un champ historique de mines à orin allemandes datant de la Seconde Guerre mondiale. Au total, 11 mines et 4 bombes réelles ont été formellement identifiées.

Ce déploiement a permis à l’équipage du CMT Capricorne de parfaire sa capacité à opérer au sein d’une force constituée, sous commandement de l’OTAN, et ainsi tout en illustrant l’excellence du niveau de la France dans la guerre des mines. De nombreux échanges ont été réalisés avec les unités de guerre des mines du SNMCMG2 qui ont notamment permis de réaliser un chantier de plongée avec le chasseur de mine grec Evropi.

Le SNMCMG2 est l’un des quatre groupes maritimes permanents de l’OTAN, opérant sous le contrôle opérationnel du commandement maritime allié (Operational control allied maritime command - OPCON MARCOM). Opérant dans l’ensemble de la zone maritime Méditerranée, le SNMCMG2 s’entraîne au cours de divers exercices organisés par les pays riverains dans lesquels le groupe fait généralement escale. Ce processus assure à l’OTAN une permanence à la mer et un moyen de réaction prompt dans le cadre d’une menace « mines » réelle.

 

Méditerranée occidentale - Un bilan réussi pour le CMT Capricorne
Méditerranée occidentale - Un bilan réussi pour le CMT Capricorne

Source : Etat-major des armées

S'abonner à Guerre des mines