Esprit de cohésion à bord du Rubis, du Casabianca et du Charles de Gaulle

Publié le 13 Juin 2016 à 14:15

© Marine nationale

 Le 7 juin 2016, les sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) Rubis et Casabianca ainsi que le porte-avions Charles de Gaulle ont accueilli l’équipe de France de judo dans le cadre de son stage cohésion avant le départ pour les Jeux Olympiques de Rio.
 
La délégation a découvert pendant plus d’une heure les coulisses des deux sous-marins nucléaires d’attaque. Les sportifs, curieux, ont abordé la question du sport en immersion. Ils ont découvert le « gymnase » du sous-marinier : un vélo et deux barres de traction en tranche armes, entre torpilles et missiles…  Ils ont ainsi constaté l’exigence et le professionnalisme indispensables à la vie embarquée !
 
Suite de la visite : la tranche vie. Les judokas sont entrés dans l’intimité du sous-marinier en visitant les chambres, la cafétéria et la cuisine. Espace convivial, vivier de cohésion, c’est l’endroit qu’a choisi le commandant de l’escadrille des sous-marins nucléaires d’attaque pour exposer aux sportifs attentifs les missions de nos sous-marins. C’est à l’étage supérieur que les judokas ont découvert le central opérations, véritable cerveau du bateau, pourtant privé de vue mais possédant grâce aux « oreilles d’or » une ouïe surdéveloppée. L’équipe de France a même pris son lot de photos traditionnelles au périscope d’attaque permettant aux athlètes d’être, l’espace d’un instant, le commandant Ramius du célèbre roman d’Octobre Rouge.
 
Enfin, toute l’équipe s’est réunie pour une photo souvenir où se lisaient cohésion, bonne humeur et fraternité entre deux combattants bien différents mais aux objectifs si proches : la défense des couleurs françaises. 
 
Le groupe a ensuite embarqué sur le porte-avions Charles de Gaulle. Les judokas ont été accueillis en salle d’alerte par le commandant qui leur a présenté le porte-avions, véritable aéroport, usine et ville flottante de 2 000 habitants. A la veille d’une compétition au rayonnement international, les sportifs sont venus chercher auprès des marins la force mentale et la cohésion qui les animent lors de grandes missions.
 
Les sportifs ont ensuite visité le hangar, la passerelle, le pont d’envol et découvert les entrailles du Charles de Gaulle, en accédant aux postes, c’est-à-dire les chambres, des marins. 
Les marins du porte-avions qui pratiquent le judo ont saisi cette occasion unique d’échanger avec les sportifs.  Le second maître Julien, mécanicien à l’installation aviation aux Installations aviations et ceinture noire, a pu retrouver d’anciens camarades, les judokas Alexandre Iddir et Loïc Pietri, qu’il avait côtoyé  au pôle FRANCE de Judo de Marseille, promotion 2006-2007, avant de s’engager dans la Marine. Des retrouvailles qui ont renforcé l’esprit de cohésion entre les marins et les sportifs.
 
Le commandant en les quittant leur a rappelé la devise du Charles de Gaulle : « Être inerte, c’est être vaincu. Il faut être offensif ». Nul doute que les sportifs sauront s’en souvenir sur le tatami cet été à Rio.
 
Emportant dans leurs bagages la résilience, la hargne, et la combattivité si chères aux marins, nul doute que nos judokas porteront haut les couleurs nationales en terre Sud-Américaine.
 
Source : Marine nationale
Crédits : Marine nationale
Vos réactions: 
Moyenne: 4 (4 votes)
Envoyer