Cherbourg : exercice national de sécurité nucléaire et civile

Publié le 8 Février 2016 à 15:52

© Marine nationale / P.PLANCHAIS

Jeudi 28 janvier 2016, un exercice national de sécurité nucléaire et civile s’est déroulé sur le port militaire de Cherbourg. Le scénario de l’exercice n’était pas connu à l’avance des différents acteurs civils et militaires.

Les premiers éléments du scénario sont annoncés mercredi après-midi : un sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) de type Rubis, en escale technique dans la zone Cachin (située près de l’industriel DCNS) du port militaire de Cherbourg, est victime d’une explosion survenue au cours d’une manipulation technique sur la chaufferie. Plusieurs membres d’équipage et de marins pompiers, déployés à bord pour intervenir sur l’incident, sont alors blessés et/ou radio-contaminés.

Le Plan d’Urgence Interne (PUI) de la base navale est immédiatement déclenché. Le PUI prévoit les mesures destinées à limiter les conséquences de l’incident, à le circonscrire et à protéger le personnel à l’intérieur de la base navale. L’objectif est de faire travailler l’ensemble des experts et des équipes d’intervention de la base navale de Cherbourg, en interface avec la préfecture de la Manche responsable de la sécurité publique en dehors de l’enceinte militaire, et en liaison avec les structures nationales de la Défense et du nucléaire.

Déroulement

Jeudi 8h : La situation à bord du SNA se dégrade : une fuite sur le circuit primaire du réacteur est constatée et un incendie se déclare. Le nombre de marins impliqués dans l’incident ne cesse de croître. Certains blessés doivent être évacués vers des hôpitaux, d’autres sont directement pris en charge au Centre de Tri et de Décontamination Sommaire (CTDS) ou au Poste d’Accueil des Blessés Radio-Contaminés (PABRC) armés par le service de santé des armées de Querqueville. Un risque de rejet dans l’environnement est également identifié.

Depuis le Poste de Commandement et de Direction Local (PCD-L), situé au centre de gestion de crise de la préfecture maritime Manche-mer du Nord, le vice-amiral d’escadre Pascal Ausseur, commandant l’arrondissement maritime, est responsable de la direction locale de la crise. Assisté de son adjoint territorial, il informe les autorités nationales et locales, militaires et civiles, de la situation et de son évolution. En tant qu’Autorité Militaire Territoriale, l’amiral avait également la responsabilité de définir, en étroite concertation avec les échelons nationaux et les pouvoirs publics, les orientations stratégiques visant à garantir la protection des personnes et à en limiter les conséquences environnementales.

9h : 3 coups de sirène d’1 minute 41 secondes chacune entrecoupées d’une pause de 5 secondes retentissent… Informé de la situation, le préfet de la Manche, M. Jacques Witkowski, vient de déclencher de manière préventive le réseau de sirènes du Plan Particulier d’Intervention (PPI). Ce dernier prévoit l’ensemble des mesures d’alerte, d’information et de coordination des opérations de protection de la population riveraine et du domaine public.

Pour la première fois, la population de Cherbourg-en-Cotentin a été invitée à prendre part à l’exercice en se mettant à l’abri et en écoutant les directives transmises par le préfet sur les radios locales. L’occasion pour la préfecture de tester le dispositif d’information à la population en cas d’événement à caractère radiologique.

34 établissements scolaires publics et privés, de la maternelle à l’IUT, ont été sensibilisés et impliqués lors de la mise en œuvre de leur Plan Particulier de Mise en Sécurité (PPMS). Il s’agissait surtout de profiter de cet exercice pour mettre en place une action pédagogique de sensibilisation à destination des enfants.

De même, l’entreprise DCNS et les entreprises industrielles implantées sur le port militaire de Cherbourg ont joué le jeu, et ce pendant plusieurs heures, en procédant à une mise à l’abri de leur personnel, dès le déclenchement des sirènes PPI.

Depuis le début de l’exercice, les journalistes de la presse écrite, TV et radio suivent le déroulé de la journée en participant à un circuit presse : établissement scolaire, zones de bouclage, volet sanitaire sur le port militaire… Ces actions de communication permettront de poursuivre les actions d’information de la population sur les nombreux moyens d’intervention qui se tiennent prêts à intervenir en cas d’incident radiologique sur le port militaire.

14h : une conférence de presse commune avec le préfet de la Manche est organisée en sous-préfecture pour répondre aux interrogations des journalistes. Cette conférence illustre la capacité des services de l’Etat, qu’ils soient civils ou militaires, à agir conjointement.

16h : les sirènes PPI annonçant la fin du dispositif de mise à l’abri retentissement. L’exercice est terminé, il laisse place à la mise en commun des premiers retours d’expérience qui permettront d’identifier des axes d’amélioration.

Source: Marine nationale
Droits: Marine nationale

 
Vos réactions: 
No votes yet
Envoyer