Le ravitaillement : une mission indispensable

Publié le 3 Octobre 2013 à 15:21

Marine nationale

Les militaires basés sur les îles désertes de la zone maritime sud océan Indien, vivent principalement grâce au ravitaillement militaire. La Marine nationale participe régulièrement aux Tournées de ravitaillement des îles (TRDI), des îles qui incarnent notre souveraineté

Sur ces îles éloignées, oubliez caddie et supermarchés. Parfois, il n’y a même pas d’eau potable ! Les militaires du 2ème Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine basés à La Réunion et ceux du Détachement de Légion Etrangère de Mayotte, implantés sur de minuscules îlots isolés dépendent d’une logistique complexe. Grâce aux tournées de Ravitaillement des îles (TRDI), assurées par voie maritime et voie aérienne, le ravitaillement peut y être acheminé.

Dernièrement, le Bâtiment de transport léger (BATRAL) La Grandière a effectué sa tournée semi-annuelle de ravitaillement des îles éparses dans le canal du Mozambique et jusqu’à l’archipel des Glorieuses. Sur chacune des îles, Europa, Juan de Nova et les îles Glorieuses, quinze militaires sont présents. En cinq semaines de mission, le La Grandière a déchargé près de 230 fûts de gazole, 80 bouteilles de gaz et 6000 bouteilles d’eau. Il faut également apporter des matériaux de construction (béton, madriers) et même du mobilier. Près de 140 tonnes de matériel ont été ainsi déchargées sur les îles et mis à la disposition des détachements.

140 tonnes de matériel

L'équipage de La Grandière décharge le matériel pour ravitailler une île

L’officier opération du La Grandière, l’enseigne de vaisseau Thomas Evrard explique pourquoi son bâtiment a été envoyé plutôt qu’un autre : « Nous avons une grande capacité de stockage à bord. Le pont milieu et le hangar peuvent contenir jusqu’à 400 tonnes. Mais surtout, nous avons une embarcation dédiée, une barge en aluminium à très faible tirant d’eau et pouvant embarquer jusque 2.5 tonnes de fret. » Pour décharger, le bateau reste au mouillage car il n'y a pas de port et les embarcations qui constituent la Drôme (2 zodiacs et 1 FILAO) font l’aller-retour entre la plage et le bâtiment.

Lorsqu’il est en mission de ravitaillement, le La Grandière peut intervenir sur d’autres opérations. Ainsi, alors qu’il s’apprêtait à mouiller devant l’île de Glorieuse, il a mené avec succès une opération de police des pêches. La zone étant souvent le siège de pêches illégales, le déploiement du bâtiment français est mis à profit afin d’effectuer des patrouilles de reconnaissance aux abords des îles. Des raids nautiques sont fréquemment réalisés. De même, lors de ses passages à Mayotte, le Batral effectue des opérations de surveillance de l’immigration clandestine.

 


 

 

Dossier complet:

La Réunion – Mayotte : L’océan Indien à portée de main

La zone maritime sud océan indien en chiffres

Polpèche : Pris la main dans le sac

Le ravitaillement : une mission indispensable

L’Albatros vole au secours des Malgaches

Immigration clandestine: le fléau de Mayotte

Pirates : ils n’ont qu’à bien se tenir !

La Réunion : une île parmi les îles

Source: Marine nationale
Droits: Marine nationale

Vos réactions: 
Moyenne: 4.5 (2 votes)
Envoyer