Une journée d’hydrographie des cotes mauritaniennes

Publié le 10 Mars 2015 à 17:07

© Marine nationale

Depuis le 8 février et jusqu’au 29 mars, le bâtiment hydrographique et océanographique (BHO) Beautemps Beaupré conduit un déploiement dans la zone de protection renforcée temporaire de Mauritanie (ZPRT). Ayant pour mission la mise à jour des cartes et des informations nautiques des approches et des ports de Nouakchott et Nouadhibou, leBeautemps Beaupré opère dans les eaux mauritaniennes.

Ces ports constituent les poumons économiques et stratégiques de la Mauritanie mais également l’accès à la mer de nombreux pays du Sahel. L’essentiel des exportations de minerais de la région passe par le cap Blanc et Nouadhibou alors que la plus grande partie des marchandises débarquées à Nouakchott partent pour le Mali. Cette mission entre dans le cadre des missions d’hydrographie nationale du SHOM à travers les engagements internationaux de la France. Les travaux qui seront réalisés par le Beautemps Beaupré et le service hydrographique de la marine faciliteront les accès aux principaux ports participant ainsi au développement économique de la région et donc à sa stabilité politique.

Par ailleurs, ces deux ports constituent des points d’appui logistiques potentiels pour les opérations militaires dans la région du Sahel.

Chaque jour, l’activité du bâtiment et de son équipage obéit à un tempo bien rôdé :

Entrée ZPRT

7h, les travaux commencent au lever du jour par la mise à l’eau des 2 vedettes hydrographiques. Le personnel débarqué pour les travaux à terre est sous la protection des fusiliers mauritaniens. 

Vedette escortée

La journée se poursuit par différentes opérations telles que la mise à l’eau d’appareils de mesures soit directement soit par les plongeurs, le ravitaillement et les réparations en liaison avec la terre et la marine mauritanienne ou encore le soutien médical au profit d’expatriés français.

Travaux à terre

Au coucher du soleil, les vedettes sont embarquées et le Beautemps Beaupré fait route vers le large.

Marégraphe
Cap Blanc
Infirmière

La nuit est parfois l’occasion d’une rencontre avec un autre bâtiment français. Bien souvent, ce créneau permet au bâtiment de mettre à l’eau d’autres appareils de mesures capables de réaliser des prélèvements nécessaires à la poursuite des levés de fonds des chenaux d’approche portuaire.

Les cartes de la région du banc d’Arguin, lieu du drame de la Méduse il y aura 200 ans en 2016, n’ont pas été mises à jour depuis 1964 alors que le port de Nouadhibou et son activité commerciale se sont profondément développés.

Moyen efficace et singulier agissant pour l’anticipation et la connaissance, le Beautemps-Beaupré allie prises de données à caractère scientifique pour la Défense et recueil de renseignements d’ambiance à vocation militaire. Il est présent à la fois dans des zones peu fréquentées par les bâtiments de la flotte mais également au cœur de zones sensibles où il reste en mesure d’accomplir toutes les missions qui pourraient entrer dans les capacités d’un bâtiment de la Marine nationale.

Bathysonde

Sources : © Marine nationale 

Vos réactions: 
No votes yet
Envoyer