FAZSOI - Le Floréal en mouillage à l’archipel de Kerguelen

Publié le 7 Avril 2021 à 15:35

© EMA

Partie de la Réunion depuis le 25 février 2021, la Frégate de surveillance (FS) Floréal effectue une mission de souveraineté dans les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). Après une étape exceptionnelle à Crozet, suivie du passage des 50e hurlants, les marins du Floréal ont découvert l’archipel de Kerguelen.  

 

Composée d’une île principale et de quelques 300 îlots, Kerguelen est une réserve naturelle de taille équivalente à la Corse. La base de Port-aux-Français est la seule position habitée de l’île sur laquelle vit une poignée de scientifiques et représentants des TAAF. En hiver austral, la population descend à 40 hivernants, qui sont confinés pendant 6 mois entre deux rotations du navire Marion Dufresne. Par ailleurs, une cinquantaine de cabanes se trouvent sur l’île. Elles servent notamment d’étapes et de refuges pour les scientifiques en mission sur l’île, pour des durées allant de quelques jours à plusieurs semaines. 

À la suite d’un ravitaillement en gazole, la FS a effectué une navigation en eaux resserrées de plus de deux heures jusqu’au port Jeanne d’Arc (dernier site d’exploitation baleinière français). Ce voyage aura aussi été l’occasion d’embarquer sept scientifiques des TAAF et de l’Institut Paul-Emile Victor qui ont servi de guide à l’équipage pour les plonger dans l’histoire du site, de sa faune et de sa flore. 

Depuis ce ravitaillement, le Floréal a repris la mer direction le dernier district des TAAF, les îles de Saint Paul et Amsterdam.  

Les 1 700 militaires déployés aux FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Les FAZSOI constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour assurer la surveillance des zones économiques exclusives associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité, contribuer à la lutte contre l’émergence de nouvelles menaces liées aux trafics et conserver une capacité régionale d’intervention rapide. 

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer