FAA - Interactions entre le Dumont D’Urville et la Jamaica Defense Force lors de la mission CAOUANNE 2021.1

Publié le 16 Février 2021 à 14:36

© EMA

Du 9 au 12 février 2021, le Bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM) Dumont d’Urville a effectué un entraînement et une patrouille conjointe avec les garde-côtes des forces armées jamaïcaines (Jamaica Defense Force – JDF) dans le cadre de la mission CAOUANNE 2021.1.

Après une relâche opérationnelle à Kingston (Jamaïque) du 5 au 9 février, le Dumont d’Urville a tout d’abord fait une présentation dynamique de matériel de lutte anti-pollution avec le chalut Thomsea. Il a ensuite réalisé, avec le patrouilleur Cornwall, un exercice de recherche de naufragé coordonné par le Maritime Air Operations Center (MAOC) jamaïcain. Le 10 février, une reconnaissance de site de plageage, complétée de manœuvres de l’embarcation amphibie légère du BSAOM, a été effectuée sur le site de Port-Royal, offrant aux plongeurs de bord du Dumont d’Urville l’occasion de partager leur savoir-faire avec leurs homologues jamaïcains.

Cette phase d’entraînement a été complétée durant deux jours d’une patrouille de surveillance maritime en zone économique exclusive (ZEE) de Jamaïque, dans une zone connue de trafic illicite et de pêche illégale.

Ces actions de coopération, réalisées dans un cadre sanitaire strict, permettent de renforcer les liens entre les Forces armées aux Antilles (FAA) et les pays partenaires de la zone des Caraïbes, confrontés aux mêmes menaces : catastrophe naturelle, trafic de drogue et pêche illicite.

Les 1 000 militaires des FAA garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Ils constituent un dispositif interarmées de premier plan sur le théâtre Caraïbe, en coordination avec les forces armées en Guyane. Aux Antilles, les forces armées assurent des missions de souveraineté et de coopération régionale, et conduisent trois missions spécifiques : l’action de l’État en mer, sous l’autorité du délégué du Gouvernement pour l’action de l’État en mer afin de combattre efficacement le narcotrafic en mer et de coordonner la mise en œuvre des plans d’urgence en mer ; le secours aux populations en cas de catastrophes naturelles ou de situations humanitaires graves dans la zone ; la participation à une opération militaire dans un environnement national ou multinational comme à une évacuation de ressortissants.

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer