Un nouveau commandant pour l’équipage A du patrouilleur de service public Cormoran

Publié le 1 Août 2020 à 12:37

© Marine nationale

Le jeudi 30 juillet 2020, le capitaine de frégate Frédéric Louvot - chef de l’antenne cherbourgeoise de la force d’action navale a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Pauline Cartou comme nouveau commandant de l’équipage A du patrouilleur de service public (PSP) Cormoran. Elle succède au lieutenant de vaisseau Amin Salhi. Le Cormoran bénéficie par la même occasion d’une évolution RH avec un passage à double équipage, à l’instar de son sistership le Flamant en 2019. Le commandant de l’équipage B se fera reconnaître ultérieurement.

Présentation du parcours du lieutenant de vaisseau Pauline Cartou – commandant l’équipage A du PSP Cormoran :

Le lieutenant de vaisseau Pauline Cartou intègre l’École navale en 2008. Elle participe à la deuxième mission Jeanne d’Arc sur porte-hélicoptères amphibie (PHA), à bord du Mistral et de la frégate anti-sous-marine Georges Leygues, où elle se voit attribuer la spécialité « opérations – lutte sous la mer ».

En 2011, elle est affectée sur le PSP Pluvier à Cherbourg où elle va occuper les fonctions d’officiers opérations puis de commandant en second. Elle y découvre les missions d’action de l’État en mer et plus particulièrement la police des pêches. Lors de son affectation sur le Pluvier, elle est notamment amenée à dérouter un navire de pêche contrevenant.

En 2014, elle devient chef du secteur « aviation navale » sur la frégates multi-missions (FREMM) Aquitaine où elle participe à la fin des qualifications opérationnelles de l’unité avant son admission au service actif, ainsi qu’aux premiers déploiements opérationnelles de cette frégate de dernière génération dont la mission Arromanches 2.

Brevetée de l’école système de combat lutte sous la mer en 2017, elle est affectée en tant qu’adjoint au chef de service lutte sous la mer (LSM) sur la FREMM Bretagne qui est alors en armement à Lorient. A l’été 2018, elle occupe les fonctions de chef de service LSM et d’officier de manœuvre à bord de la FREMM Provence.  En 2019, elle rejoint Lorient pour l’armement de la première FREMM de défense aérienne l’Alsace, où elle occupe les doubles fonctions de chef du service LSM et de commandant adjoint équipage.

Pour la LV Pauline Cartou, c’est une grande fierté d’embarquer à nouveau sur PSP en tant que commandant : « c’est une émotion particulière de commander une unité sur laquelle on a déjà été affecté : connaissance de l’environnement mais nécessaire remise en cause car tout n’est pas comme on l’a connu. De plus, chaque équipage est unique et le premier objectif est d’arriver à le fédérer autour de la mission. Ainsi, ce retour à Cherbourg ne sera pas sans nouveautés ni défis à relever ! ».

Retour sur les 12 mois de commandement du lieutenant de vaisseau Amin Salhi :

« Etre commandant, c’est à la fois être seul et accompagné :  seul en mer face aux opérations et aux décisions à prendre. Bien conseillé/informé par l’état-major d’ALFAN pour la gestion de son unité ». Lors de son commandement, l’équipage du Cormoran a mené à bien des missions d’actions de l’État en mer et défense maritime du territoire. Pour le LV Amin Salhi, une mission l’a particulièrement marqué, l’engagement du PSP lors d’une opération de secours de migrants au large de Calais : « en une nuit, nous avons sauvé 40 naufragés en difficulté. Une action apportant un sentiment de fierté pour l’équipage et son commandant ». Il retient aussi l’exercice d’opportunité à la mer (PASSEX) avec la marine égyptienne à l’occasion du transit en Manche du 3e sous-marin S43 de classe 209/1400 égyptien et de son unité d’escorte, la frégate Taba de type OH Perry. Cette année à bord du PSP a aussi permis au commandant de consolider ses connaissances et capacités de manœuvrier : « naviguer sur PSP en Manche et mer du Nord demande un haut niveau de précision en navigation, manœuvre et prise en compte de la météo ». Le LV Amin Salhi a ainsi pu, grâce à ces 12 mois, mettre en lumière « l’importance de former in situ les plus jeunes officiers, et d’une manière général les marins d’un équipage, au contact de la mer ». Le LV Amin Salhi retourne sur la frégate de défense aérienne Chevalier Paul à bord de laquelle il était affecté avant de venir à Cherbourg.

Le patrouilleur de service public Cormoran en quelques lignes :

Le patrouilleur de service public Cormoran est entré en service le 29 octobre 1997. Le Cormoran est un bâtiment ayant pour mission de surveiller le trafic maritime et les approches côtières de la Manche et de la mer du Nord. Chaque jour, des centaines de navires de commerce transitent au large de nos côtes. La surveillance du trafic maritime permet d’éviter des accidents mais aussi la détection des trafics illicites et participe à la lutte anti-terroriste. Ses missions comprennent en particulier la surveillance des zones de pêche mais aussi des missions de service public comme l’assistance et le sauvetage en mer ou encore la protection de l’environnement (lutte antipollution notamment). Basé à Cherbourg, d’une longueur de 54 mètres et d’une largeur de 10 mètres, il est armé par un équipage de 22 marins. La ville marraine du Cormoran est Paimboeuf située dans le département de la Loire-Atlantique.

Le double équipage, qu’est-ce que c’est ?

Cette importante manœuvre en RH offre aux équipages davantage de visibilité et de stabilité à la programmation de l’activité opérationnelle à la mer. Pour les marins concernés, elle permet de mieux concilier leur vie privée et leur vie professionnelle et de pouvoir construire une progression de carrière plus souple et mieux intégrée. Sur un rythme de relève tous les 4 mois, les deux équipages A et B vont alterner entre une période de « prise en charge » du navire, conduisant des opérations et activités à la mer, et une période dite « en préparation » à terre, permettant la régénération de l’équipage, une préparation opérationnelle, ainsi qu’une contribution au maintien en condition opérationnelle.

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer