Le BSAM Loire commémore le naufrage de la frégate française La Sémillante

Publié le 28 Juillet 2020 à 18:02

© Marine nationale

Le 26 juillet, dans le cadre d’un parrainage, l’équipage B du bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) Loire, en mission de surveillance maritime autour de la Corse a invité à son bord les guetteurs du sémaphore de Pertusato. A cette occasion, une délégation composée des plus jeunes membres d’équipage et des guetteurs du sémaphore s’est rendue sur les îles Lavezzi pour rendre hommage aux militaires décédés dans le naufrage de la frégate française La Sémillante le 15 avril 1885.

Le 14 avril 1855, la frégate La Sémillante appareille du port de Toulon en direction de la Crimée, pour s’engager au côté de la Turquie et de l’Angleterre contre l’Empire Russe, qui cherche à s’étendre au-delà de ses frontières.

Embarquant à son bord près de 700 hommes et du matériel militaire, le trois-mâts s’engage dans les bouches de Bonifacio afin d’échapper à de mauvaises conditions météorologiques. Le commandant Jugan cherche à rejoindre l’Est de la Sardaigne par ce passage, ignorant qu’une tempête épouvantable y sévit.

Le 15 avril 1855, sur les coups de 10 heures, la frégate est perdue de vue. Poussée par la tempête, La Sémillante, battue par les flots déchainés, remonte trop au nord et vient se fracasser dans un bruit épouvantable sur l’îlot d’Acciarino. Ce jour-là, la mer veut tout le monde, et ceux qui ne meurent pas sur le coup sont submergés par les vagues énormes, emportés et rejetés sur les rochers.

Ces marins disparus en service commandé avec leur bâtiment et ces militaires morts pour la France le rappellent : le métier des armes est, par nature, fondé sur l’acceptation, si la mission l’exige, de la mort ou de la blessure pour soi. Ce sens du sacrifice, de l’engagement, du courage et de l’abnégation qui animait le cœur de ces marins est toujours celui exigé du marin d’aujourd’hui.

 

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer