Le Latouche-Tréville - toujours vaillant, toujours en alerte

Publié le 19 Mai 2020 à 16:16

© Marine nationale

À sa devise Semper viridis (toujours vaillant), la frégate anti-sous-marine (FASM) Latouche-Tréville pourrait ajouter sans rougir Semper vigilat (toujours en alerte). Le Latouch’ a ainsi tenu l’alerte « anti-sous-marine » à 24 heures pendant plus de 100 jours depuis le 1er décembre 2019. Au bilan : des centaines de nautiques parcourus entre la mer d’Iroise et le cap Finistère, sans oublier un bref passage par la mer Celtique à l’occasion d’une escale à Cork (Irlande), la seule en 8 mois.

 

Le déploiement permanent à la mer d’au moins un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) nécessite l’action de nombreux moyens navals et aériens, en particulier dans les approches maritimes au large de Brest.

 

La frégate anti-sous-marine, avec son hélicoptère embarqué, est un acteur essentiel de ce soutien opérationnel, alors que les SNLE se diluent dans les océans, indétectables, garantissant la possibilité d’exécuter une frappe nucléaire qui serait ordonnée par le Président de la République, en cas d’atteinte aux intérêts vitaux de la Nation.

 

Ainsi, souvent dans l’ombre, la frégate anti-sous-marine et son hélicoptère Lynx s’attachent à honorer un programme d’activités opérationnelles particulièrement dense, dans leur terrain de jeu favori qu’est l’Atlantique où les creux supérieurs à 6 mètres et les vents supérieurs à 40 nœuds sont monnaie courante.

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer