Le groupe aéronaval fédérateur de capacités européennes - la frégate anti-aérienne espagnole Blas de Lezo

Publié le 27 Mars 2020 à 12:08

© EMA

Ayant rejoint l’escorte européenne du groupe aéronaval au début du mois de mars dans le cadre de la mission Foch, la frégate espagnole Blas de Lezo contribue à protéger le porte-avions Charles de Gaulle et concourt à l’établissement d’une appréciation de situation en Atlantique et Mer du Nord. Son intégration au GAN est prévue jusqu’au mois d’avril.

Frégate antiaérienne de la classe Alvaro de Bazan, ce bâtiment dispose d’un système de combat AEGIS déployé autour d’un radar SPY1-D qui lui permet de détecter des aéronefs et des missiles à très longue distance. Cet équipement de haute-technologie était auparavant uniquement déployé sur des navires de plus grande taille comme des croiseurs ou des destroyers. Sa puissance d’émission lui permet de détecter tous types de menaces dans des conditions environnementales difficiles caractéristiques de l’espace maritime.

Ses capacités de détection sont également renforcées par un hélicoptère SH60 embarqué. Les capteurs et l’armement de cet hélicoptère lui permettent de détecter et d’attaquer des navires de surface ou des sous-marins, en complément des armes antiaériennes et anti sous-marine de la frégate ou pour engager des cibles hors de leurs portées.

Détaché à l’avant du GAN, elle joue le rôle de vigie et d’éclaireur afin d’assurer à l’ensemble du GAN que la zone d’opérations où il évolue est sécurisée.

Sa participation à la mission Foch lui permet d’améliorer son interopérabilité avec le GAN et plus généralement avec la Marine nationale, contribuant ainsi au renforcement de la coopération franco-espagnole dans le but commun de sécurisation des approches aéromaritimes et territoriales européennes.

A noter que le Blas de Lezo est sans doute le plus français des bâtiments de l’Armada par ses nombreuses interactions passées avec la Marine nationale. Il a participé en novembre 2019 à l’exercice PEAN. Cette occasion lui avait permis d’apprendre à travailler dans l’environnement complexe et exigent du porte-avions et de participer à la montée en puissance du groupe aéronaval dans les approches de Toulon.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer