Fin de mission NARVAL dans le Grand Nord pour le Beautemps-Beaupré

publié le Jeudi 29 Septembre 2022

 Fin de mission NARVAL dans le Grand Nord pour le Beautemps-Beaupré

Fin de mission NARVAL dans le Grand Nord pour le Beautemps-Beaupré

© Marine nationale

Le 14 septembre 2022, le bâtiment hydrographique et océanographique (BHO) Beautemps-Beaupré est rentré à son port base de Brest après un déploiement de six semaines dans le Grand Nord dans le cadre de la mission NARVAL 2022.9.

Ce déploiement a permis de récolter de nombreuses données d’environnement pour améliorer la connaissance de ce théâtre d’opération. La présence en Arctique et Grand Nord de la Marine nationale et du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (Shom) participe directement à la fonction connaissance/anticipation des forces armées. Ce sont ainsi plus 15 000 km² qui ont été hydrographiés dont la majeure partie au-delà du cercle polaire. De nombreux équipements de mesures ont également été mis en œuvre permettant de récolter plus de 4 To de données scientifiques.

Le Beautemps-Beaupré a également mis à l’eau plusieurs profileurs de courant et bouées météorologiques dans le cadre de coopérations internationales visant à améliorer les prévisions météo sur zone (projet ARGO).

Après 5 jours d’escale logistique à Brest, le Beautemps-Beaupré a repris la mer dès le 19 septembre pour réaliser des levés hydrographiques en Manche.

 Fin de mission NARVAL dans le Grand Nord pour le Beautemps-Beaupré

Source : Marine nationale


Fin de mission NARVAL dans le Grand Nord pour le Beautemps-Beaupré

publié le Jeudi 29 Septembre 2022

 Fin de mission NARVAL dans le Grand Nord pour le Beautemps-Beaupré

Fin de mission NARVAL dans le Grand Nord pour le Beautemps-Beaupré

© Marine nationale

Le 14 septembre 2022, le bâtiment hydrographique et océanographique (BHO) Beautemps-Beaupré est rentré à son port base de Brest après un déploiement de six semaines dans le Grand Nord dans le cadre de la mission NARVAL 2022.9.

Ce déploiement a permis de récolter de nombreuses données d’environnement pour améliorer la connaissance de ce théâtre d’opération. La présence en Arctique et Grand Nord de la Marine nationale et du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (Shom) participe directement à la fonction connaissance/anticipation des forces armées. Ce sont ainsi plus 15 000 km² qui ont été hydrographiés dont la majeure partie au-delà du cercle polaire. De nombreux équipements de mesures ont également été mis en œuvre permettant de récolter plus de 4 To de données scientifiques.

Le Beautemps-Beaupré a également mis à l’eau plusieurs profileurs de courant et bouées météorologiques dans le cadre de coopérations internationales visant à améliorer les prévisions météo sur zone (projet ARGO).

Après 5 jours d’escale logistique à Brest, le Beautemps-Beaupré a repris la mer dès le 19 septembre pour réaliser des levés hydrographiques en Manche.

 Fin de mission NARVAL dans le Grand Nord pour le Beautemps-Beaupré

Source : Marine nationale


Rencontre française au large du Groenland

publié le Lundi 12 Septembre 2022

 Rencontre française au large du Groenland

Rencontre française au large du Groenland

© Marine nationale

De nouveau présente en Arctique et en Antarctique depuis plus d’une dizaine d’années, la Marine nationale tisse et entretient des liens avec l’ensemble de la communauté polaire française, notamment pour partager les bonnes pratiques dans ces milieux exigeants. La compagnie de croisière française PONANT et en particulier son navire d’exploration polaire Commandant Charcot  en est un acteur incontournable.

Dans la continuité des liens créés lors de l’embarquement de deux officiers de la Marine nationale à bord du Commandant Charcot jusqu’au Pôle Nord en septembre 2021, une nouvelle interaction a eu lieu le 5 septembre 2022, cette fois dans le Détroit du Danemark (entre le Groenland et l’Islande).

Ce rendez-vous à la mer entre le bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Rhône et le Commandant Charcot a permis aux deux navires d’échanger sur les conditions d’environnement rencontrées et de renforcer leur connaissance mutuelle.

Après quelques nautiques parcourus bord à bord, chacun a repris sa route, avec des objectifs bien différents par la nature de leurs activités mais cependant des préoccupations communes liées à leur zone de navigation actuelle.

 Rencontre française au large du Groenland

Source : Marine nationale


Rencontre française au large du Groenland

publié le Lundi 12 Septembre 2022

 Rencontre française au large du Groenland

Rencontre française au large du Groenland

© Marine nationale

De nouveau présente en Arctique et en Antarctique depuis plus d’une dizaine d’années, la Marine nationale tisse et entretient des liens avec l’ensemble de la communauté polaire française, notamment pour partager les bonnes pratiques dans ces milieux exigeants. La compagnie de croisière française PONANT et en particulier son navire d’exploration polaire Commandant Charcot  en est un acteur incontournable.

Dans la continuité des liens créés lors de l’embarquement de deux officiers de la Marine nationale à bord du Commandant Charcot jusqu’au Pôle Nord en septembre 2021, une nouvelle interaction a eu lieu le 5 septembre 2022, cette fois dans le Détroit du Danemark (entre le Groenland et l’Islande).

Ce rendez-vous à la mer entre le bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Rhône et le Commandant Charcot a permis aux deux navires d’échanger sur les conditions d’environnement rencontrées et de renforcer leur connaissance mutuelle.

Après quelques nautiques parcourus bord à bord, chacun a repris sa route, avec des objectifs bien différents par la nature de leurs activités mais cependant des préoccupations communes liées à leur zone de navigation actuelle.

 Rencontre française au large du Groenland

Source : Marine nationale


Le BHO Beautemps-Beaupré poursuit sa mission au-delà du cercle polaire

publié le Jeudi 08 Septembre 2022

 Le BHO Beautemps-Beaupré poursuit sa mission au-delà du cercle polaire

Le BHO Beautemps-Beaupré poursuit sa mission au-delà du cercle polaire

© Marine nationale

Après une relâche opérationnelle de quelques jours dans le port islandais d’Akureyri fin août, le bâtiment hydrographique et océanographique Beautemps-Beaupré a navigué dans les fjords islandais pour rallier sa nouvelle zone de travail.

Déployé au-delà du cercle polaire, le BHO Beautemps-Beaupré récolte de nombreuses données scientifiques avec la présence à bord d’une quinzaine d’hydrographes et de scientifiques du Service hydrographique et océanographique de la Marine (Shom) : mesures bathymétriques (relief des fonds marins) grâce à son sondeur multifaisceaux 3D, récolte de données géophysiques,… Les tâches sont multiples pour participer pleinement à la fonction connaissance/anticipation de cette zone d’intérêt.

 

 Le BHO Beautemps-Beaupré poursuit sa mission au-delà du cercle polaire
 Le BHO Beautemps-Beaupré poursuit sa mission au-delà du cercle polaire

Source : Marine nationale


Le BHO Beautemps-Beaupré poursuit sa mission au-delà du cercle polaire

publié le Jeudi 08 Septembre 2022

 Le BHO Beautemps-Beaupré poursuit sa mission au-delà du cercle polaire

Le BHO Beautemps-Beaupré poursuit sa mission au-delà du cercle polaire

© Marine nationale

Après une relâche opérationnelle de quelques jours dans le port islandais d’Akureyri fin août, le bâtiment hydrographique et océanographique Beautemps-Beaupré a navigué dans les fjords islandais pour rallier sa nouvelle zone de travail.

Déployé au-delà du cercle polaire, le BHO Beautemps-Beaupré récolte de nombreuses données scientifiques avec la présence à bord d’une quinzaine d’hydrographes et de scientifiques du Service hydrographique et océanographique de la Marine (Shom) : mesures bathymétriques (relief des fonds marins) grâce à son sondeur multifaisceaux 3D, récolte de données géophysiques,… Les tâches sont multiples pour participer pleinement à la fonction connaissance/anticipation de cette zone d’intérêt.

 

 Le BHO Beautemps-Beaupré poursuit sa mission au-delà du cercle polaire
 Le BHO Beautemps-Beaupré poursuit sa mission au-delà du cercle polaire

Source : Marine nationale


Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

publié le Vendredi 12 août 2022

Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

© Marine nationale

Ce vendredi 5 août 2022, le capitaine de corvette Marc Duvoux, commandant quittant du patrouilleur Fulmar, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Alain-Marie Tertrais comme son successeur.

 

Au cours des deux ans de commandement du capitaine de corvette Marc Duvoux, le Fulmar a conduit de nombreuses missions de surveillance maritime et de police des pêches dans la zone économique exclusive (ZEE) de Saint-Pierre-et-Miquelon. Il a en outre été déployé à plusieurs reprises, de New York au Groenland en passant le lac Ontario et l’Acadie, dans le cadre de missions de coopération régionale et a participé à de multiples exercices multinationaux de Search and Rescue (SAR). C’est dans ce cadre que le Fulmar a piloté la mise en place à Saint-Pierre d’un exercice annuel inter-administration et bilatéral (France - Canada) de sauvetage en mer. Pendant ces deux années, l’équipage du patrouilleur a aussi conduit deux arrêts techniques délocalisés à Québec, dont un arrêt technique majeur, qui ont permis d’assurer la pleine disponibilité du navire, moyen étatique hauturier majeur dans l’archipel.

 

Brestois de naissance, le lieutenant de vaisseau Alain-Marie Tertrais intègre l’École navale en 2011. À l’issue de la mission Jeanne d’Arc qu’il effectue en 2014, il se spécialise en lutte sous la mer (LSM). Il a effectué la totalité de sa carrière sur unité embarquée, dans un premier temps à bord du patrouilleur de 400t La Glorieuse à Nouméa avec laquelle il participe à des missions de police des pêche et d’assistance humanitaire. Il sert ensuite sur l’Aquitaine pendant cinq ans. À cette occasion, il effectue plusieurs déploiements opérationnels en Atlantique, dans le Grand Nord et en Méditerranée. Il participe également à la création du premier double équipage de FREMM brestois en 2019. Il exerce les fonctions de chef service LSM de l’équipage B de l’Aquitaine pendant deux ans jusqu’en juillet 2022.

 

Construit en 1991, le patrouilleur Fulmar a entamé sa carrière sous le nom de Jonathan comme chalutier. Transformé en patrouilleur en 1997, il rallie son port base de Saint-Pierre, armé par un équipage de la Gendarmerie maritime. En 2009, le bâtiment placé sous le commandement d’ALFAN. Seule unité de la marine basée en Amérique du Nord, le Fulmar conduit des missions relevant de l’action de l’État en mer, notamment le sauvetage en mer, la police des pêches et la lutte anti-pollution. Long de 40m, il est armé par un équipage de onze marins. Sa ville marraine est Saint-Pierre, son port d’attache.

 

Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar
Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

Source : Marine nationale


Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

publié le Vendredi 12 août 2022

Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

© Marine nationale

Ce vendredi 5 août 2022, le capitaine de corvette Marc Duvoux, commandant quittant du patrouilleur Fulmar, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Alain-Marie Tertrais comme son successeur.

 

Au cours des deux ans de commandement du capitaine de corvette Marc Duvoux, le Fulmar a conduit de nombreuses missions de surveillance maritime et de police des pêches dans la zone économique exclusive (ZEE) de Saint-Pierre-et-Miquelon. Il a en outre été déployé à plusieurs reprises, de New York au Groenland en passant le lac Ontario et l’Acadie, dans le cadre de missions de coopération régionale et a participé à de multiples exercices multinationaux de Search and Rescue (SAR). C’est dans ce cadre que le Fulmar a piloté la mise en place à Saint-Pierre d’un exercice annuel inter-administration et bilatéral (France - Canada) de sauvetage en mer. Pendant ces deux années, l’équipage du patrouilleur a aussi conduit deux arrêts techniques délocalisés à Québec, dont un arrêt technique majeur, qui ont permis d’assurer la pleine disponibilité du navire, moyen étatique hauturier majeur dans l’archipel.

 

Brestois de naissance, le lieutenant de vaisseau Alain-Marie Tertrais intègre l’École navale en 2011. À l’issue de la mission Jeanne d’Arc qu’il effectue en 2014, il se spécialise en lutte sous la mer (LSM). Il a effectué la totalité de sa carrière sur unité embarquée, dans un premier temps à bord du patrouilleur de 400t La Glorieuse à Nouméa avec laquelle il participe à des missions de police des pêche et d’assistance humanitaire. Il sert ensuite sur l’Aquitaine pendant cinq ans. À cette occasion, il effectue plusieurs déploiements opérationnels en Atlantique, dans le Grand Nord et en Méditerranée. Il participe également à la création du premier double équipage de FREMM brestois en 2019. Il exerce les fonctions de chef service LSM de l’équipage B de l’Aquitaine pendant deux ans jusqu’en juillet 2022.

 

Construit en 1991, le patrouilleur Fulmar a entamé sa carrière sous le nom de Jonathan comme chalutier. Transformé en patrouilleur en 1997, il rallie son port base de Saint-Pierre, armé par un équipage de la Gendarmerie maritime. En 2009, le bâtiment placé sous le commandement d’ALFAN. Seule unité de la marine basée en Amérique du Nord, le Fulmar conduit des missions relevant de l’action de l’État en mer, notamment le sauvetage en mer, la police des pêches et la lutte anti-pollution. Long de 40m, il est armé par un équipage de onze marins. Sa ville marraine est Saint-Pierre, son port d’attache.

 

Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar
Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

Source : Marine nationale


Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

publié le Vendredi 12 août 2022

Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

© Marine nationale

Ce vendredi 5 août 2022, le capitaine de corvette Marc Duvoux, commandant quittant du patrouilleur Fulmar, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Alain-Marie Tertrais comme son successeur.

 

Au cours des deux ans de commandement du capitaine de corvette Marc Duvoux, le Fulmar a conduit de nombreuses missions de surveillance maritime et de police des pêches dans la zone économique exclusive (ZEE) de Saint-Pierre-et-Miquelon. Il a en outre été déployé à plusieurs reprises, de New York au Groenland en passant le lac Ontario et l’Acadie, dans le cadre de missions de coopération régionale et a participé à de multiples exercices multinationaux de Search and Rescue (SAR). C’est dans ce cadre que le Fulmar a piloté la mise en place à Saint-Pierre d’un exercice annuel inter-administration et bilatéral (France - Canada) de sauvetage en mer. Pendant ces deux années, l’équipage du patrouilleur a aussi conduit deux arrêts techniques délocalisés à Québec, dont un arrêt technique majeur, qui ont permis d’assurer la pleine disponibilité du navire, moyen étatique hauturier majeur dans l’archipel.

 

Brestois de naissance, le lieutenant de vaisseau Alain-Marie Tertrais intègre l’École navale en 2011. À l’issue de la mission Jeanne d’Arc qu’il effectue en 2014, il se spécialise en lutte sous la mer (LSM). Il a effectué la totalité de sa carrière sur unité embarquée, dans un premier temps à bord du patrouilleur de 400t La Glorieuse à Nouméa avec laquelle il participe à des missions de police des pêche et d’assistance humanitaire. Il sert ensuite sur l’Aquitaine pendant cinq ans. À cette occasion, il effectue plusieurs déploiements opérationnels en Atlantique, dans le Grand Nord et en Méditerranée. Il participe également à la création du premier double équipage de FREMM brestois en 2019. Il exerce les fonctions de chef service LSM de l’équipage B de l’Aquitaine pendant deux ans jusqu’en juillet 2022.

 

Construit en 1991, le patrouilleur Fulmar a entamé sa carrière sous le nom de Jonathan comme chalutier. Transformé en patrouilleur en 1997, il rallie son port base de Saint-Pierre, armé par un équipage de la Gendarmerie maritime. En 2009, le bâtiment placé sous le commandement d’ALFAN. Seule unité de la marine basée en Amérique du Nord, le Fulmar conduit des missions relevant de l’action de l’État en mer, notamment le sauvetage en mer, la police des pêches et la lutte anti-pollution. Long de 40m, il est armé par un équipage de onze marins. Sa ville marraine est Saint-Pierre, son port d’attache.

 

Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar
Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

Source : Marine nationale


Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

publié le Vendredi 12 août 2022

Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

© Marine nationale

Ce vendredi 5 août 2022, le capitaine de corvette Marc Duvoux, commandant quittant du patrouilleur Fulmar, a fait reconnaître le lieutenant de vaisseau Alain-Marie Tertrais comme son successeur.

 

Au cours des deux ans de commandement du capitaine de corvette Marc Duvoux, le Fulmar a conduit de nombreuses missions de surveillance maritime et de police des pêches dans la zone économique exclusive (ZEE) de Saint-Pierre-et-Miquelon. Il a en outre été déployé à plusieurs reprises, de New York au Groenland en passant le lac Ontario et l’Acadie, dans le cadre de missions de coopération régionale et a participé à de multiples exercices multinationaux de Search and Rescue (SAR). C’est dans ce cadre que le Fulmar a piloté la mise en place à Saint-Pierre d’un exercice annuel inter-administration et bilatéral (France - Canada) de sauvetage en mer. Pendant ces deux années, l’équipage du patrouilleur a aussi conduit deux arrêts techniques délocalisés à Québec, dont un arrêt technique majeur, qui ont permis d’assurer la pleine disponibilité du navire, moyen étatique hauturier majeur dans l’archipel.

 

Brestois de naissance, le lieutenant de vaisseau Alain-Marie Tertrais intègre l’École navale en 2011. À l’issue de la mission Jeanne d’Arc qu’il effectue en 2014, il se spécialise en lutte sous la mer (LSM). Il a effectué la totalité de sa carrière sur unité embarquée, dans un premier temps à bord du patrouilleur de 400t La Glorieuse à Nouméa avec laquelle il participe à des missions de police des pêche et d’assistance humanitaire. Il sert ensuite sur l’Aquitaine pendant cinq ans. À cette occasion, il effectue plusieurs déploiements opérationnels en Atlantique, dans le Grand Nord et en Méditerranée. Il participe également à la création du premier double équipage de FREMM brestois en 2019. Il exerce les fonctions de chef service LSM de l’équipage B de l’Aquitaine pendant deux ans jusqu’en juillet 2022.

 

Construit en 1991, le patrouilleur Fulmar a entamé sa carrière sous le nom de Jonathan comme chalutier. Transformé en patrouilleur en 1997, il rallie son port base de Saint-Pierre, armé par un équipage de la Gendarmerie maritime. En 2009, le bâtiment placé sous le commandement d’ALFAN. Seule unité de la marine basée en Amérique du Nord, le Fulmar conduit des missions relevant de l’action de l’État en mer, notamment le sauvetage en mer, la police des pêches et la lutte anti-pollution. Long de 40m, il est armé par un équipage de onze marins. Sa ville marraine est Saint-Pierre, son port d’attache.

 

Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar
Un nouveau commandant
 pour le patrouilleur Fulmar

Source : Marine nationale

S'abonner à Terres australes et antarctiques françaises