Journées européennes du patrimoine, la Marine ouvre ses portes

publié le Lundi 12 Septembre 2022

 Journées européennes du patrimoine, la Marine ouvre ses portes

Journées européennes du patrimoine, la Marine ouvre ses portes

© Marine nationale

La 39e édition des Journées Européennes du patrimoine se tiendra les 17 et 18 septembre prochains autour du thème « Patrimoine durable ». De nombreux sites de la Marine nationale s’ouvrent au public lors de ces deux journées.

En région Atlantique

  • Brest

    • Base navale de Brest

    • Préfecture maritime de l’Atlantique

    • Musée de la Marine

    • Espace tradition des sous-marins

    • Service historique de la Défense

  • Saint Nazaire

    • Le bâtiment hydrographique Lapérouse

  • Lorient 

    • Fort Saint Louis

    • La villa Kerlilon à Larmor-Plage (villa de l’amiral)

    • Le musée de tradition des fusiliers marins à Lanester

    • Le musée national de la Marine et la citadelle de Port-Louis

    • Le service historique de la Défense à Lorient

  • Pauillac

    • Escale de la goélette Belle Poule

  • Bordeaux

    • Ouverture de l’Hôtel du Quartier Général

En région Méditerranée

  • Marseille

    • Journée portes ouvertes le 17 septembre à la caserne de Saumaty.

  • Toulon

    • Musée national de la Marine

    • Fort Lamalgue

    • Sémaphores Leucate, Camarat, Sète, Sagro et Pertusato

    • Service historique de la Défense

    • Conservatoire des uniformes de la Marine

  • Saint-Mandrier

    • Pôle écoles Méditerranée

En région Manche mer du Nord

  • Cherbourg

    • Résidence du préfet maritime

    • Sémaphore de Carteret

    • Service historique de la Défense

En région parisienne

  • Paris

    • Une délégation du porte-avions Charles de Gaulle sera présente dans les salons de l'Hôtel de ville. Inscription obligatoire ICI

Outre-mer

  • Fort-de-France

    • Le fort Desaix

  • Saint Pierre et Miquelon

    • Le patrouilleur Fulmar

 

Brest
Cartographie des sites visitables
Fort Desaix
Fort Saint-Louis
Marseille
Toulon
Cherbourg
Fulmar

Source : Marine nationale


Journées européennes du patrimoine, la Marine ouvre ses portes

publié le Lundi 12 Septembre 2022

 Journées européennes du patrimoine, la Marine ouvre ses portes

Journées européennes du patrimoine, la Marine ouvre ses portes

© Marine nationale

La 39e édition des Journées Européennes du patrimoine se tiendra les 17 et 18 septembre prochains autour du thème « Patrimoine durable ». De nombreux sites de la Marine nationale s’ouvrent au public lors de ces deux journées.

En région Atlantique

  • Brest

    • Base navale de Brest

    • Préfecture maritime de l’Atlantique

    • Musée de la Marine

    • Espace tradition des sous-marins

    • Service historique de la Défense

  • Saint Nazaire

    • Le bâtiment hydrographique Lapérouse

  • Lorient 

    • Fort Saint Louis

    • La villa Kerlilon à Larmor-Plage (villa de l’amiral)

    • Le musée de tradition des fusiliers marins à Lanester

    • Le musée national de la Marine et la citadelle de Port-Louis

    • Le service historique de la Défense à Lorient

  • Pauillac

    • Escale de la goélette Belle Poule

  • Bordeaux

    • Ouverture de l’Hôtel du Quartier Général

En région Méditerranée

  • Marseille

    • Journée portes ouvertes le 17 septembre à la caserne de Saumaty.

  • Toulon

    • Musée national de la Marine

    • Fort Lamalgue

    • Sémaphores Leucate, Camarat, Sète, Sagro et Pertusato

    • Service historique de la Défense

    • Conservatoire des uniformes de la Marine

  • Saint-Mandrier

    • Pôle écoles Méditerranée

En région Manche mer du Nord

  • Cherbourg

    • Résidence du préfet maritime

    • Sémaphore de Carteret

    • Service historique de la Défense

En région parisienne

  • Paris

    • Une délégation du porte-avions Charles de Gaulle sera présente dans les salons de l'Hôtel de ville. Inscription obligatoire ICI

Outre-mer

  • Fort-de-France

    • Le fort Desaix

  • Saint Pierre et Miquelon

    • Le patrouilleur Fulmar

 

Brest
Cartographie des sites visitables
Fort Desaix
Fort Saint-Louis
Marseille
Toulon
Cherbourg
Fulmar

Source : Marine nationale


Journées européennes du patrimoine, la Marine ouvre ses portes

publié le Lundi 12 Septembre 2022

 Journées européennes du patrimoine, la Marine ouvre ses portes

Journées européennes du patrimoine, la Marine ouvre ses portes

© Marine nationale

La 39e édition des Journées Européennes du patrimoine se tiendra les 17 et 18 septembre prochains autour du thème « Patrimoine durable ». De nombreux sites de la Marine nationale s’ouvrent au public lors de ces deux journées.

En région Atlantique

  • Brest

    • Base navale de Brest

    • Préfecture maritime de l’Atlantique

    • Musée de la Marine

    • Espace tradition des sous-marins

    • Service historique de la Défense

  • Saint Nazaire

    • Le bâtiment hydrographique Lapérouse

  • Lorient 

    • Fort Saint Louis

    • La villa Kerlilon à Larmor-Plage (villa de l’amiral)

    • Le musée de tradition des fusiliers marins à Lanester

    • Le musée national de la Marine et la citadelle de Port-Louis

    • Le service historique de la Défense à Lorient

  • Pauillac

    • Escale de la goélette Belle Poule

  • Bordeaux

    • Ouverture de l’Hôtel du Quartier Général

En région Méditerranée

  • Marseille

    • Journée portes ouvertes le 17 septembre à la caserne de Saumaty.

  • Toulon

    • Musée national de la Marine

    • Fort Lamalgue

    • Sémaphores Leucate, Camarat, Sète, Sagro et Pertusato

    • Service historique de la Défense

    • Conservatoire des uniformes de la Marine

  • Saint-Mandrier

    • Pôle écoles Méditerranée

En région Manche mer du Nord

  • Cherbourg

    • Résidence du préfet maritime

    • Sémaphore de Carteret

    • Service historique de la Défense

En région parisienne

  • Paris

    • Une délégation du porte-avions Charles de Gaulle sera présente dans les salons de l'Hôtel de ville. Inscription obligatoire ICI

Outre-mer

  • Fort-de-France

    • Le fort Desaix

  • Saint Pierre et Miquelon

    • Le patrouilleur Fulmar

 

Brest
Cartographie des sites visitables
Fort Desaix
Fort Saint-Louis
Marseille
Toulon
Cherbourg
Fulmar

Source : Marine nationale


Journées européennes du patrimoine, la Marine ouvre ses portes

publié le Lundi 12 Septembre 2022

 Journées européennes du patrimoine, la Marine ouvre ses portes

Journées européennes du patrimoine, la Marine ouvre ses portes

© Marine nationale

La 39e édition des Journées Européennes du patrimoine se tiendra les 17 et 18 septembre prochains autour du thème « Patrimoine durable ». De nombreux sites de la Marine nationale s’ouvrent au public lors de ces deux journées.

En région Atlantique

  • Brest

    • Base navale de Brest

    • Préfecture maritime de l’Atlantique

    • Musée de la Marine

    • Espace tradition des sous-marins

    • Service historique de la Défense

  • Saint Nazaire

    • Le bâtiment hydrographique Lapérouse

  • Lorient 

    • Fort Saint Louis

    • La villa Kerlilon à Larmor-Plage (villa de l’amiral)

    • Le musée de tradition des fusiliers marins à Lanester

    • Le musée national de la Marine et la citadelle de Port-Louis

    • Le service historique de la Défense à Lorient

  • Pauillac

    • Escale de la goélette Belle Poule

  • Bordeaux

    • Ouverture de l’Hôtel du Quartier Général

En région Méditerranée

  • Marseille

    • Journée portes ouvertes le 17 septembre à la caserne de Saumaty.

  • Toulon

    • Musée national de la Marine

    • Fort Lamalgue

    • Sémaphores Leucate, Camarat, Sète, Sagro et Pertusato

    • Service historique de la Défense

    • Conservatoire des uniformes de la Marine

  • Saint-Mandrier

    • Pôle écoles Méditerranée

En région Manche mer du Nord

  • Cherbourg

    • Résidence du préfet maritime

    • Sémaphore de Carteret

    • Service historique de la Défense

En région parisienne

  • Paris

    • Une délégation du porte-avions Charles de Gaulle sera présente dans les salons de l'Hôtel de ville. Inscription obligatoire ICI

Outre-mer

  • Fort-de-France

    • Le fort Desaix

  • Saint Pierre et Miquelon

    • Le patrouilleur Fulmar

 

Brest
Cartographie des sites visitables
Fort Desaix
Fort Saint-Louis
Marseille
Toulon
Cherbourg
Fulmar

Source : Marine nationale


La Lorraine poursuit ses essais au large de Lorient en faisant une pointe à 32 nœuds

publié le Jeudi 21 juillet 2022

La Lorraine poursuit ses essais au large de Lorient en faisant une pointe à 32 nœuds

La Lorraine poursuit ses essais au large de Lorient en faisant une pointe à 32 nœuds

© Marine nationale

Du 20 juin au 9 juillet, la frégate multimissions à capacité de défense aérienne renforcée (FREMM-DA) Lorraine a pris le large pour conduire une série d’essais en mer : une phase clé dans son processus d’armement.

Au cours de trois semaines particulièrement denses, ce ne sont pas moins de 213 essais qui ont été menés conjointement par l’équipage et les techniciens de Naval Group.

De la propulsion au système de combat, en passant par la mise en œuvre des sonars remorqués ou encore le lancement du module d’électro-chloration de l’eau, les protocoles d’essais ont permis d’éprouver et valider le bon fonctionnement des différentes installations du bâtiment.

Ce défi, tout aussi délicat qu’enrichissant pour le premier équipage de la frégate, a nécessité non seulement la mise en pratique des compétences acquises lors des entraînements individuels et collectifs mais aussi de s’approprier la méthodologie de travail des responsables d’essais de Naval Group.

Pour plusieurs marins c’est aussi l’occasion d’appréhender les détails techniques du fonctionnement de leurs installations et de les pousser parfois dans les limites de leurs conditions d’utilisation.

Cette sortie en mer a par ailleurs été marquée par la visite à bord du Chef d’état-major de la Marine, l’amiral Pierre Vandier. Après s’être entretenu avec les représentants de catégorie, le CEMM a rencontré les chefs de service et secteur de la Lorraine pour mieux cerner les enjeux principaux de l’armement et comprendre les installations spécifiques à la nouvelle frégate. Il a pu apprécier l’état d’esprit de l’équipage, déjà tourné vers une marine de combat.

En outre un entraînement opérationnel de lutte anti-aérienne (ADEX) a opposé la frégate à l’escadron de chasse Lorraine de l’Armée de l’Air et de l’Espace. Cette première interaction entre les deux unités a permis de tester le système de combat face à deux Rafale venus assaillir la frégate au large de l’Ile de Groix.

Témoignage de l’EV1 Léo (adjoint au chef de service ARMES de la FREMM DA Lorraine – OCDQ)

« Lors de ces trois semaines d’essais en mer, nous avons réalisé plusieurs essais visant à valider la manœuvrabilité du bâtiment. Nous avons poussé la propulsion au maximum de ses capacités en atteignant la vitesse maximale de 32 noeuds, vitesse inédite pour une FREMM. Nous avons testé les ordres d’urgence de la propulsion et donné des angles de barre maximum à des vitesses élevées. En tant qu’officier chef de quart, cela m’a clairement permis de démystifier les limitations, et de constater que le matériel dispose totalement des capacités pour encaisser de telles contraintes.  

En tant qu’adjoint au chef de service ARMES, j’ai participé à la réalisation des premiers essais à la mer de la nouvelle conduite de tir STIR (conduite de tir pluri-senseurs optronique/radar), qui devrait permettre d’améliorer sensiblement les capacités de la chaîne artillerie 76 mm sur FREMM-DA. Les premiers essais de cette installation se sont avérés très prometteurs, nous attendons désormais la réalisation des tirs de qualification prévus en septembre prochain. 

Enfin, je retiens la cohabitation et les échanges avec les équipes d’industriels, qui permettent de comprendre plus en détail la technicité des installations, tout en leur partageant nos contraintes opérationnelles ».

 

Conçues et développées par Naval Group, les FREMM sont des navires furtifs, polyvalents, endurants et souples d’emploi, dotés d’automatismes poussés et d’un équipage à effectif optimisé.

Les six premières FREMM (Aquitaine, Provence, Languedoc, Auvergne, Bretagne et Normandie), livrées à la Marine entre 2012 et 2019, possèdent des équipements à dominante lutte anti-sous-marine.

Les deux dernières, l’Alsace (livrée en avril 2021) et la Lorraine (livraison prévue en novembre 2022), aux capacités de lutte anti-sous-marine identiques à celle des 6 premières FREMM, disposent en plus de capacités de défense aérienne renforcées (FREMM-DA). Elles bénéficient également d’évolutions de leur système de combat et de communication, d’une mâture optimisée dite « taille de guêpe » et d’une portée de détection radar augmentée. L’équipage est par ailleurs renforcé d’une dizaine de marins.

 

Deux chasseurs de l’escadron de chasse Lorraine au-dessus de la mâture de la FREMM DA.
Présentation de la conduite de tir STIR par l’EV1 Léo.

Source : Marine nationale


La Lorraine poursuit ses essais au large de Lorient en faisant une pointe à 32 nœuds

publié le Jeudi 21 juillet 2022

La Lorraine poursuit ses essais au large de Lorient en faisant une pointe à 32 nœuds

La Lorraine poursuit ses essais au large de Lorient en faisant une pointe à 32 nœuds

© Marine nationale

Du 20 juin au 9 juillet, la frégate multimissions à capacité de défense aérienne renforcée (FREMM-DA) Lorraine a pris le large pour conduire une série d’essais en mer : une phase clé dans son processus d’armement.

Au cours de trois semaines particulièrement denses, ce ne sont pas moins de 213 essais qui ont été menés conjointement par l’équipage et les techniciens de Naval Group.

De la propulsion au système de combat, en passant par la mise en œuvre des sonars remorqués ou encore le lancement du module d’électro-chloration de l’eau, les protocoles d’essais ont permis d’éprouver et valider le bon fonctionnement des différentes installations du bâtiment.

Ce défi, tout aussi délicat qu’enrichissant pour le premier équipage de la frégate, a nécessité non seulement la mise en pratique des compétences acquises lors des entraînements individuels et collectifs mais aussi de s’approprier la méthodologie de travail des responsables d’essais de Naval Group.

Pour plusieurs marins c’est aussi l’occasion d’appréhender les détails techniques du fonctionnement de leurs installations et de les pousser parfois dans les limites de leurs conditions d’utilisation.

Cette sortie en mer a par ailleurs été marquée par la visite à bord du Chef d’état-major de la Marine, l’amiral Pierre Vandier. Après s’être entretenu avec les représentants de catégorie, le CEMM a rencontré les chefs de service et secteur de la Lorraine pour mieux cerner les enjeux principaux de l’armement et comprendre les installations spécifiques à la nouvelle frégate. Il a pu apprécier l’état d’esprit de l’équipage, déjà tourné vers une marine de combat.

En outre un entraînement opérationnel de lutte anti-aérienne (ADEX) a opposé la frégate à l’escadron de chasse Lorraine de l’Armée de l’Air et de l’Espace. Cette première interaction entre les deux unités a permis de tester le système de combat face à deux Rafale venus assaillir la frégate au large de l’Ile de Groix.

Témoignage de l’EV1 Léo (adjoint au chef de service ARMES de la FREMM DA Lorraine – OCDQ)

« Lors de ces trois semaines d’essais en mer, nous avons réalisé plusieurs essais visant à valider la manœuvrabilité du bâtiment. Nous avons poussé la propulsion au maximum de ses capacités en atteignant la vitesse maximale de 32 noeuds, vitesse inédite pour une FREMM. Nous avons testé les ordres d’urgence de la propulsion et donné des angles de barre maximum à des vitesses élevées. En tant qu’officier chef de quart, cela m’a clairement permis de démystifier les limitations, et de constater que le matériel dispose totalement des capacités pour encaisser de telles contraintes.  

En tant qu’adjoint au chef de service ARMES, j’ai participé à la réalisation des premiers essais à la mer de la nouvelle conduite de tir STIR (conduite de tir pluri-senseurs optronique/radar), qui devrait permettre d’améliorer sensiblement les capacités de la chaîne artillerie 76 mm sur FREMM-DA. Les premiers essais de cette installation se sont avérés très prometteurs, nous attendons désormais la réalisation des tirs de qualification prévus en septembre prochain. 

Enfin, je retiens la cohabitation et les échanges avec les équipes d’industriels, qui permettent de comprendre plus en détail la technicité des installations, tout en leur partageant nos contraintes opérationnelles ».

 

Conçues et développées par Naval Group, les FREMM sont des navires furtifs, polyvalents, endurants et souples d’emploi, dotés d’automatismes poussés et d’un équipage à effectif optimisé.

Les six premières FREMM (Aquitaine, Provence, Languedoc, Auvergne, Bretagne et Normandie), livrées à la Marine entre 2012 et 2019, possèdent des équipements à dominante lutte anti-sous-marine.

Les deux dernières, l’Alsace (livrée en avril 2021) et la Lorraine (livraison prévue en novembre 2022), aux capacités de lutte anti-sous-marine identiques à celle des 6 premières FREMM, disposent en plus de capacités de défense aérienne renforcées (FREMM-DA). Elles bénéficient également d’évolutions de leur système de combat et de communication, d’une mâture optimisée dite « taille de guêpe » et d’une portée de détection radar augmentée. L’équipage est par ailleurs renforcé d’une dizaine de marins.

 

Deux chasseurs de l’escadron de chasse Lorraine au-dessus de la mâture de la FREMM DA.
Présentation de la conduite de tir STIR par l’EV1 Léo.

Source : Marine nationale


La Lorraine poursuit ses essais au large de Lorient en faisant une pointe à 32 nœuds

publié le Jeudi 21 juillet 2022

La Lorraine poursuit ses essais au large de Lorient en faisant une pointe à 32 nœuds

La Lorraine poursuit ses essais au large de Lorient en faisant une pointe à 32 nœuds

© Marine nationale

Du 20 juin au 9 juillet, la frégate multimissions à capacité de défense aérienne renforcée (FREMM-DA) Lorraine a pris le large pour conduire une série d’essais en mer : une phase clé dans son processus d’armement.

Au cours de trois semaines particulièrement denses, ce ne sont pas moins de 213 essais qui ont été menés conjointement par l’équipage et les techniciens de Naval Group.

De la propulsion au système de combat, en passant par la mise en œuvre des sonars remorqués ou encore le lancement du module d’électro-chloration de l’eau, les protocoles d’essais ont permis d’éprouver et valider le bon fonctionnement des différentes installations du bâtiment.

Ce défi, tout aussi délicat qu’enrichissant pour le premier équipage de la frégate, a nécessité non seulement la mise en pratique des compétences acquises lors des entraînements individuels et collectifs mais aussi de s’approprier la méthodologie de travail des responsables d’essais de Naval Group.

Pour plusieurs marins c’est aussi l’occasion d’appréhender les détails techniques du fonctionnement de leurs installations et de les pousser parfois dans les limites de leurs conditions d’utilisation.

Cette sortie en mer a par ailleurs été marquée par la visite à bord du Chef d’état-major de la Marine, l’amiral Pierre Vandier. Après s’être entretenu avec les représentants de catégorie, le CEMM a rencontré les chefs de service et secteur de la Lorraine pour mieux cerner les enjeux principaux de l’armement et comprendre les installations spécifiques à la nouvelle frégate. Il a pu apprécier l’état d’esprit de l’équipage, déjà tourné vers une marine de combat.

En outre un entraînement opérationnel de lutte anti-aérienne (ADEX) a opposé la frégate à l’escadron de chasse Lorraine de l’Armée de l’Air et de l’Espace. Cette première interaction entre les deux unités a permis de tester le système de combat face à deux Rafale venus assaillir la frégate au large de l’Ile de Groix.

Témoignage de l’EV1 Léo (adjoint au chef de service ARMES de la FREMM DA Lorraine – OCDQ)

« Lors de ces trois semaines d’essais en mer, nous avons réalisé plusieurs essais visant à valider la manœuvrabilité du bâtiment. Nous avons poussé la propulsion au maximum de ses capacités en atteignant la vitesse maximale de 32 noeuds, vitesse inédite pour une FREMM. Nous avons testé les ordres d’urgence de la propulsion et donné des angles de barre maximum à des vitesses élevées. En tant qu’officier chef de quart, cela m’a clairement permis de démystifier les limitations, et de constater que le matériel dispose totalement des capacités pour encaisser de telles contraintes.  

En tant qu’adjoint au chef de service ARMES, j’ai participé à la réalisation des premiers essais à la mer de la nouvelle conduite de tir STIR (conduite de tir pluri-senseurs optronique/radar), qui devrait permettre d’améliorer sensiblement les capacités de la chaîne artillerie 76 mm sur FREMM-DA. Les premiers essais de cette installation se sont avérés très prometteurs, nous attendons désormais la réalisation des tirs de qualification prévus en septembre prochain. 

Enfin, je retiens la cohabitation et les échanges avec les équipes d’industriels, qui permettent de comprendre plus en détail la technicité des installations, tout en leur partageant nos contraintes opérationnelles ».

 

Conçues et développées par Naval Group, les FREMM sont des navires furtifs, polyvalents, endurants et souples d’emploi, dotés d’automatismes poussés et d’un équipage à effectif optimisé.

Les six premières FREMM (Aquitaine, Provence, Languedoc, Auvergne, Bretagne et Normandie), livrées à la Marine entre 2012 et 2019, possèdent des équipements à dominante lutte anti-sous-marine.

Les deux dernières, l’Alsace (livrée en avril 2021) et la Lorraine (livraison prévue en novembre 2022), aux capacités de lutte anti-sous-marine identiques à celle des 6 premières FREMM, disposent en plus de capacités de défense aérienne renforcées (FREMM-DA). Elles bénéficient également d’évolutions de leur système de combat et de communication, d’une mâture optimisée dite « taille de guêpe » et d’une portée de détection radar augmentée. L’équipage est par ailleurs renforcé d’une dizaine de marins.

 

Deux chasseurs de l’escadron de chasse Lorraine au-dessus de la mâture de la FREMM DA.
Présentation de la conduite de tir STIR par l’EV1 Léo.

Source : Marine nationale


Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos

publié le Mercredi 29 juin 2022

Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos

Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos

© Marine nationale

Le 28 juin 2022, le capitaine de frégate (CF) Phillippe Laugier a pris le commandement de la Base des fusiliers marins et des commandos. Il succède au capitaine de frégate Emmanuel Geffroy.

 

La cérémonie était présidée par le chef d’état-major de l’état-major de la force maritime des fusiliers marins et commandos. Elle s’est déroulée sur la base des fusiliers marins et commandos, à Lannester, en présence du personnel de l’unité (civil et militaire) et de délégations des différentes unités de l’emprise.

 

Entré à l’Ecole Navale en 1997, Philippe Laugier choisit la filière lutte anti-sous-marine (LSM). Il exerce les responsabilités de chef de secteur dans ce domaine sur aviso et frégate anti aérienne avant de s’orienter vers une dominante plus capacitaire. En 2006 il est diplômé ingénieur de l’Ecole Nationale Supérieure de Techniques Avancées (ENSTA). En 2011, il participe, en qualité de commandant adjoint équipage à bord de la frégate Jean Bart, à l’opération Harmattan. Il exerce de 2011 à 2012 le commandement du bâtiment hydrographique Laplace à Brest. De 2012 à 2017, il occupe des postes au sein du programme frégates multimissions (FREMM). De 2014 à 2017, il est nommé coordinateur opérationnel au sein du bureau programme FREMM de l’organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR). Il occupe entre 2017 et 2019 les fonctions de chef de l’antenne de Lorient de la commission permanente des programmes et des essais (CPPE). De 2019 à l’été 2022, le CF Phillippe Laugier exerce la fonction de chargé d’affaires à la CPPE Paris sur les futurs bâtiments ravitailleurs de force, le système de lutte anti-mines du futur et sur les embarcations des fusiliers marins et des commandos.

 

Le CF Phillippe Laugier est marié et père de trois enfants. Il est chevalier de l’Ordre national du mérite.

 

 

Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos
Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos

Source : Marine nationale


Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos

publié le Mercredi 29 juin 2022

Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos

Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos

© Marine nationale

Le 28 juin 2022, le capitaine de frégate (CF) Phillippe Laugier a pris le commandement de la Base des fusiliers marins et des commandos. Il succède au capitaine de frégate Emmanuel Geffroy.

 

La cérémonie était présidée par le chef d’état-major de l’état-major de la force maritime des fusiliers marins et commandos. Elle s’est déroulée sur la base des fusiliers marins et commandos, à Lannester, en présence du personnel de l’unité (civil et militaire) et de délégations des différentes unités de l’emprise.

 

Entré à l’Ecole Navale en 1997, Philippe Laugier choisit la filière lutte anti-sous-marine (LSM). Il exerce les responsabilités de chef de secteur dans ce domaine sur aviso et frégate anti aérienne avant de s’orienter vers une dominante plus capacitaire. En 2006 il est diplômé ingénieur de l’Ecole Nationale Supérieure de Techniques Avancées (ENSTA). En 2011, il participe, en qualité de commandant adjoint équipage à bord de la frégate Jean Bart, à l’opération Harmattan. Il exerce de 2011 à 2012 le commandement du bâtiment hydrographique Laplace à Brest. De 2012 à 2017, il occupe des postes au sein du programme frégates multimissions (FREMM). De 2014 à 2017, il est nommé coordinateur opérationnel au sein du bureau programme FREMM de l’organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR). Il occupe entre 2017 et 2019 les fonctions de chef de l’antenne de Lorient de la commission permanente des programmes et des essais (CPPE). De 2019 à l’été 2022, le CF Phillippe Laugier exerce la fonction de chargé d’affaires à la CPPE Paris sur les futurs bâtiments ravitailleurs de force, le système de lutte anti-mines du futur et sur les embarcations des fusiliers marins et des commandos.

 

Le CF Phillippe Laugier est marié et père de trois enfants. Il est chevalier de l’Ordre national du mérite.

 

 

Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos
Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos

Source : Marine nationale


Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos

publié le Mercredi 29 juin 2022

Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos

Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos

© Marine nationale

Le 28 juin 2022, le capitaine de frégate (CF) Phillippe Laugier a pris le commandement de la Base des fusiliers marins et des commandos. Il succède au capitaine de frégate Emmanuel Geffroy.

 

La cérémonie était présidée par le chef d’état-major de l’état-major de la force maritime des fusiliers marins et commandos. Elle s’est déroulée sur la base des fusiliers marins et commandos, à Lannester, en présence du personnel de l’unité (civil et militaire) et de délégations des différentes unités de l’emprise.

 

Entré à l’Ecole Navale en 1997, Philippe Laugier choisit la filière lutte anti-sous-marine (LSM). Il exerce les responsabilités de chef de secteur dans ce domaine sur aviso et frégate anti aérienne avant de s’orienter vers une dominante plus capacitaire. En 2006 il est diplômé ingénieur de l’Ecole Nationale Supérieure de Techniques Avancées (ENSTA). En 2011, il participe, en qualité de commandant adjoint équipage à bord de la frégate Jean Bart, à l’opération Harmattan. Il exerce de 2011 à 2012 le commandement du bâtiment hydrographique Laplace à Brest. De 2012 à 2017, il occupe des postes au sein du programme frégates multimissions (FREMM). De 2014 à 2017, il est nommé coordinateur opérationnel au sein du bureau programme FREMM de l’organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR). Il occupe entre 2017 et 2019 les fonctions de chef de l’antenne de Lorient de la commission permanente des programmes et des essais (CPPE). De 2019 à l’été 2022, le CF Phillippe Laugier exerce la fonction de chargé d’affaires à la CPPE Paris sur les futurs bâtiments ravitailleurs de force, le système de lutte anti-mines du futur et sur les embarcations des fusiliers marins et des commandos.

 

Le CF Phillippe Laugier est marié et père de trois enfants. Il est chevalier de l’Ordre national du mérite.

 

 

Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos
Prise de commandement de la base des fusiliers marins et commandos

Source : Marine nationale

S'abonner à Lorient