Entraînement mutuel en Méditerranée pour les bâtiments de la Force d’action navale

Publié le 17 Décembre 2013 à 14:29

Ravitaillement à la mer de l’Aconit par la Marne - © Marine nationale

Neuf bâtiments de la Force d’action navale et leurs équipages se sont retrouvés à l’occasion de l’entraînement trimestriel du 2 au 6 décembre 2013 en mer Méditerranée.

La frégate La Fayette avait pour rôle d’assurer la direction de cet entraînement et de coordonner l’activité des unités participantes. Participaient également à cet entraînement les deux autres frégates type La Fayette (FLF) Aconit, Guépratte, la frégate anti-sous-marine Dupleix, l’aviso Enseigne de vaisseau Jacoubet, les chasseur de mines Lyre, Orion et Capricorne et le pétrolier ravitailleur Marne.

L’enjeu majeur de cet entraînement groupé est de maintenir au plus haut niveau de préparation les bâtiments et leurs équipages, en les entraînant à effectuer toutes les actions et manœuvres qu’ils doivent maîtriser dans le cadre de leur emploi opérationnel. Il s’agit aussi, sur une période très courte, de rentabiliser les moyens mis en œuvre en profitant notamment du concours d’unités extérieures pour augmenter le niveau de préparation opérationnelle de chaque bâtiment.

Au programme, entraînement à la navigation en groupe, ravitaillements à la mer et transferts de charges entre bâtiments, remorquage, exercice de lutte anti-surface, de guerre électronique ou encore exercice de récupération d’homme à la mer.

Diverses manœuvres de reconnaissance et de défense aérienne, de décollage et d’appontage ont été également réalisées grâce à la présence ponctuelle d’aéronefs de l’aéronautique navale ( Panther, Dauphin, Falcon, Atlantique 2), de l’armée de l’Air (Mirage 2000 N) et de l’armée de Terre (Puma), mais aussi de la société civile Apache Aviation, qui a permis à certaines unités de simuler des attaques de la part de chasseurs démilitarisés Hunter.Propos recueillis auprès du lieutenant de vaisseau Arnaud David, commandant adjoint opération de la FLF La Fayette, était officer in tactical command (OTC) lors de cet entraînement.

Quel est l’intérêt de Gabian pour l’équipage ?

Le La Fayette a été désigné pour assurer la direction de cet entraînement et coordonner l’activité des unités participantes (rôle d’OTC) de ce Gabian, ce qui représente un véritable challenge en termes de coordination de l’ensemble du groupe. Habituellement, les OTC sont des bâtiments plus grands, comme les frégates anti-sous-marine qui possèdent des états-majors et un équipage plus à même de conduire l’exercice. Pour nous, le challenge est de savoir coordonner la force à partir d’un plus petit bâtiment. Au niveau du bâtiment en lui-même, les grands enjeux concernent les tirs, notamment les tirs au 100mm, ainsi que notre guerre électronique. On a profité d’avoir un concours extérieur (notamment la mise à disposition d’aéronefs par la Marine, l’aviation légère de l’armée de Terre et l’armée de l’Air) pour parfaire la disponibilité de notre matériel.

Est-ce que de nouvelles compétences ont été acquises ?

Cette sortie est plus un maintien des compétences acquises par l’équipage que l’acquisition de nouvelles compétences. On sort d’un mois de mise en condition opérationnelle où des entraîneurs de la Force d’action navale nous évaluaient et ont participé à notre entraînement de façon à balayer l’ensemble des capacités des frégates type La Fayette. Le bateau était déjà très bien entraîné avec un niveau de qualification opérationnelle qui était assez élevé. Donc nous sommes plus dans un objectif de consolidation et de pérennisation des savoirs que d’acquisition.

Source: Marine nationale
Droits: Marine nationale

 

Vos réactions: 
Moyenne: 3.5 (2 votes)
Envoyer