Passation entre le Chevalier Paul et le Languedoc

Publié le 26 Juillet 2017 à 15:13

© EMA

Du 11 au 13 juillet 2017, la frégate de défense aérienne (FDA) Chevalier Paul et la frégate multi mission (FREMM) Languedoc ont réalisé une passation de suite lors d’une escale à Larnaca (Chypre) pour maintenir la permanence de l’engagement d’un navire français dans les opérations au Levant.

Pendant un mois et demi, en Méditerranée orientale, le Chevalier Paul aura patrouillé dans le canal de Syrie afin d’assurer la surveillance de l’espace aérien syrien, du trafic maritime et des activités sous-marines dans la zone. Grâce à ses radars à longue portée, ses équipements de guerre électronique particulièrement performants et l’allonge apportée par le Caïman (NH90) embarqué, les équipes du Chevalier Paul ont pu mener un important travail de recueil, d’analyse et de diffusion du renseignement d’intérêt aérien et maritime pour le théâtre levantin. Celui-ci participe à la bonne compréhension des actions militaires environnantes et à l’évaluation autonome de situation par les autorités nationales et le commandement de l’opération Chammal.

Le Languedoc et son détachement du Caïman sont repartis vers leur nouvelle zone de patrouille. Le Chevalier Paul a prolongé sa participation à l’opération Inherent Resolve, dans un cadre interallié cette fois, en intégrant le groupe aéronaval américain Carrier Strike Group 2, composé du porte-avions USS Bush et des frégates USS Philippine Sea et USS Truxtun.

Ce groupe aéronaval embarque près de 80 aéronefs dont les avions de chasse F18, de guet aérien Hawkeye, de transport logistique Greyhound et des hélicoptères du type Seahawk. Les frégates USS Philippine Sea et USS Truxtun assurent l’escorte du dispositif naval.

Après une phase d’exercices, le Chevalier Paul a rapidement pris les responsabilités de la lutte anti-aérienne et anti-missile au profit de la force américaine, et de « FADIZ[1] coordinator » et « Redcrown » en charge de la surveillance de l’environnement aérien autour du porte-avions.

Le contre-amiral Kenneth Whitesell, commandant le CSG-2, une partie de son état-major et les commandants des deux escorteurs américains, se sont rendus à bord du Chevalier Paul le vendredi 14 juillet pour célébrer le « Bastille day ». Lors des échanges sur les capacités des FDA et sur l’actualité opérationnelle du théâtre au Levant, le contre-amiral Whitesell a tenu à saluer l’efficacité et la rapidité d’intégration du Chevalier Paul.

Cette appréciation est le fruit d’une collaboration régulière entre marins français et américains. Chaque opportunité d’intégration d’un groupe naval est saisie afin d’entretenir les capacités des équipages à évoluer dans un environnement OTAN ou interallié. Les frégates de défense aérienne, qui occupent régulièrement le rôle d’escorteur au sein d’un groupe aéronaval, comme ce fut le cas lors des missions Arromanches I, II et III en 2015 et 2016, ont des opportunités régulières pour maintenir de telles compétences et rester opérationnels ensemble.

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal est le volet français de l’Operation Inherent Resolve (OIR). Il mobilise aujourd’hui près de 1 200 militaires. A la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, l’opération Chammal repose sur deux piliers complémentaires : un pilier « formation », au profit d’unités de sécurité nationales irakiennes (Task Force Narvik et Monsabert) et un pilier «  appui », consistant à soutenir l’action des forces locales engagées au sol contre Daech et à frapper les capacités militaires du groupe terroriste par l’action combinée des moyens aériens déployés, de la TF Wagram et des bâtiments de la Marine nationale.

[1] Force Area Defense Identification Zone.

Sources : État-major des armées
Droits : EMA

Vos réactions: 
Moyenne: 4.8 (6 votes)
Envoyer