Cours de commandement à bord du Saphir

Publié le 13 Juillet 2017 à 10:59

© Marine nationale

Du 22 mai au 3 juillet 2017 s’est déroulé le cours de commandement de sous-marins (COURCO) 2017. Cinq stagiaires français et un stagiaire brésilien ont participé à cette ultime sélection avant d’accéder au commandement d’un sous-marin nucléaire d’attaque.

Ces officiers qui ont en moyenne quinze ans de carrière et 15000 heures de plongée sur sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) et sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) à leur actif, doivent démontrer leur aptitude à commander un sous-marin et faire preuve de sens tactique, de leadership, de capacité de décision et de résistance au stress.

Véritable mise à l’épreuve pour ces stagiaires, c’est également une opportunité unique d’apprendre auprès de l’officier entraineur qui est un ancien commandant de SNA parmi les plus expérimentés.

L’amiral commandant les forces sous-marines et la force océanique stratégique (ALFOST), le vice-amiral d’escadre Louis-Michel Guillaume, a également embarqué durant ce cours de commandement pour rencontrer les stagiaires et pour marquer l’importance de cette étape dans la carrière de ces officiers.

Le cours a débuté sur le SNA Emeraude par une période de lutte anti sous-marine face au SNA Saphir dans l’Atlantique Nord. Véritable guerre des nerfs et de patience entre deux chasseurs qui se connaissent bien, cette période a permis aux futurs commandants de peaufiner les stratégies qui leurs permettront en situation opérationnelle d’avoir l’avantage tactique.

Le cours s’est ensuite poursuivi par une période de lutte anti sous-marine et d’opérations de recueil de renseignement sous menace, respectivement sur l’Emeraude puis sur le Saphir. Par grands fonds en Atlantique, au large des côtes brumeuses bretonnes d’abord, puis en zone littorale ensuite à proximité des rivages ensoleillés de la Corse, les futurs commandants ont pu mettre en œuvre les capacités particulièrement avancées des SNA dans ces domaines de lutte.

La lutte a été particulièrement difficile cette année grâce à une opposition variée, combative et expérimentée avec la participation de la redoutable frégate multi-missions (FREMM) Aquitaine accompagnée de son bras armé l’hélicoptère Caïman Marine, des frégates de lutte anti sous-marine (FASM) Primauguet et Jean de Vienne, mais aussi les avions de patrouille maritime de Lann-Bihoué.

Ce cours de commandement restera une période marquante pour les stagiaires et ils auront peut-être la chance de voir leur nom s’inscrire à la suite des 430 commandants de sous-marins qui les ont précédés.

Visite virtuelle SNA

Visite virtuelle SNLE

 

Vos réactions: 
Moyenne: 4.5 (2 votes)
Envoyer