Le Flamant en exercice Dynamic Mercy 2017

Publié le 12 Juin 2017 à 15:07

© Marine nationale

Parti le 2 mai 2017 de Cherbourg, le Patrouilleur de Service Public (PSP) Flamant a été déployé en mer Baltique pour participer à l’exercice de recherche et sauvetage en mer (SAR) Dynamic Mercy.

Organisé par l’OTAN, cet exercice se déroule tous les ans en mer Baltique. L’objectif est d’entrainer les nations participantes aux procédures internationales de sauvetage en mer et d’améliorer leur coordination. La Suède, le Danemark et la Pologne ont participé à cette édition 2017. Le Flamant représentait la France, seule nation participante non-limitrophe de la mer Baltique.

Basé sur un scénario proche de la réalité, le thème de l’exercice était articulé autour de la disparition d’un navire civil à la mer. Le Joint Rescue Coordination Center (JRSS) d’Aarhus (Danemark) a donné la première alerte et demandé l’assistance des bâtiments présents sur zone. Le Flamant a rapidement pris les fonctions d’One Scene Coordinator (OSC) afin d’organiser les recherches et de répartir les moyens disponibles : six bâtiments et deux hélicoptères.

Après plusieurs heures de recherches, un premier naufragé (simulé par un mannequin) a été retrouvé confirmant ainsi que le navire disparu avait sombré. Rapidement, d’autres naufragés ont été récupérés par les unités de sauvetage. Certains de ces naufragés étaient dans un état médical critique et ont été évacués par les hélicoptères vers les hôpitaux les plus proches. Au bilan, l’ensemble des naufragés ont été récupérés dans les délais impartis.

La participation du Flamant à l’exercice Dynamic Mercy a été très appréciée par les organisateurs. La bonne conduite des opérations de sauvetage réalisée par le bâtiment a été soulignée lors des débriefings. Les participants ont souhaité que la présence française se renouvelle lors des prochaines éditions.

Lors de son déploiement en mer Baltique, le Flamant a également conduit des entrainements avec les marines danoise et allemande. Des exercices d’assistance à la mer, de treuillage, de transfert de courrier et d’évolutions tactiques ont été organisés avec le patrouilleur danois Nymfen et la corvette allemande FGS Ludwigshafen Am Rhein.

A son retour à son port base, Cherbourg, le bâtiment rentrera dans une phase d’arrêt technique où l’engagement et les compétences de l’équipage seront une nouvelle fois sollicités.

Source : Marine nationale
Crédits : Marine nationale

Vos réactions: 
Moyenne: 4 (4 votes)
Envoyer