Squale 16 : les marines française et italienne s’entrainent à la lutte anti-sous-marine

Publié le 20 Décembre 2016 à 09:01

© Marine nationale

Du 8 au 12 décembre 2016, au large des côtes corses, plusieurs unités navales et sous-marines et des aéronefs ont participé à l’entraînement opérationnel de lutte anti-sous-marine « Squale 2016 ».

La Marine nationale y a joué un rôle de premier plan grâce aux nombreux moyens engagés : la frégate multi-missions (FREMM) Languedoc et son Caïman embarqué (flottille 33F), la frégate de lutte anti-sous-marine (FASM) Montcalm et son Lynx embarqué (flottille 34F), le patrouilleur de haute-mer EV Jacoubet, un avion de patrouille maritime Atlantique 2 et un sous-marin nucléaire d’attaque (SNA), l’Emeraude.

La France a ainsi pu faire valoir son expertise dans le domaine de la lutte anti-sous-marine. Le Montcalm et le Languedoc ont notamment fourni une démonstration de leurs capacités, en se partageant la direction de cet entraînement avancé auquel participait pour la première fois une FREMM.

Protection d’unité stratégique en mer

Les premiers entraînements ont permis de tester l’efficacité des bâtiments de la force d’action navale à défendre une unité stratégique en mer face à une menace sous-marine. À l’affut de tout contact sonar, les équipes de lutte sous la mer (LSM) ont guetté les sous-marins français et italien pour les perturber dans leur manœuvre.

Les aéronefs ont apporté aux forces navales une capacité de projection rapide pour exploiter les pistes sonar. Les équipes navigantes ont régulièrement été placées en alerte à 15 minutes pour décoller au plus vite et compléter les moyens de détection.

Simulant avec réalisme une évacuation de ressortissants au sud-ouest de la Corse, le dernier scénario a permis de consolider l’interopérabilité entre les marines française et italienne et de valider les compétences de lutte anti-sous-marine (ASM) des unités engagées.

Cet entraînement dense et exigeant a montré la crédibilité opérationnelle de la FREMM Languedoc dotée d’équipements de nouvelle génération, aux performances remarquables. La pertinence du couple Caïman-FREMM a été de nouveau démontrée : allonge apportée par l’hélicoptère, performance de ses senseurs, atout pour la maîtrise d’environnements difficiles. Ces compétences sauront être utilisées en cas réel pour sécuriser les approches côtières.

Source : Marine nationale
Crédits : Marine nationale

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer