ARES en grand Nord

Publié le 19 Décembre 2016 à 12:05

© MT Romain Oules / Marine nationale

ARES a navigué plus de deux mois en Atlantique nord sur la FREMM Languedoc, dernière FREMM armée par la Marine, dans le cadre de son déploiement longue durée avant son admission au service actif

ARES, à bord, c’est quinze marins du ciel, techniciens et volants, embarqués ensemble pour relever les défis de la lutte anti sous-marine, de l’intégration et de la mise en œuvre à bord, de la disponibilité technique et de l’aéronautique en conditions extrêmes. A bord du Caïman, ARES remplit une à une les missions qui lui sont données : consolidation de l’interopérabilité avec les FREMM, formation des nouveaux équipages et des techniciens dans le cadre de la montée en puissance de la flottille 31F, soutien à l’exportation, liaisons logistiques, retour d’expérience, … Mais le domaine de prédilection du couple FREMM/Caïman, c’est la lutte anti sous-marine !

Comme ils ont pu en faire la démonstration lors de l’exercice OTAN « Cutlass Fury » au large du Canada, ces deux systèmes de combats combinés deviennent redoutables face aux sous-marins grâce aux portées de leurs sonars, de la fiabilité des liaisons, de la discrétion de la frégate et de l’allonge de l’hélicoptère. Un nouveau défi attend ARES : la maintenance « 150 h » de son Caïman. Une des premières réalisées sur FREMM, cette lourde opération consiste à vérifier une grande partie des nombreux systèmes de l’hélicoptère et implique notamment de déposer les 4 pales principales et de monter la machine sur vérin. Ces deux opérations sont critiques, particulièrement en cette mer nordique, car les mouvements du bâtiment doivent être minimisés pour garantir la sécurité du personnel comme celle du matériel.

Retrouvez l’infographie du Caïman Marine, un hélicoptère multirôle

Source : Marine nationale
Crédits : Marine nationale

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (2 votes)
Envoyer