The French Navy presents… The Far North !

Publié le 15 Décembre 2016 à 14:49

© Marine nationale

At stake because of the global warming and the progressive extinction of the icefield, the Arctic Ocean may face in a near future the exploitation of its mining, gas and oil ressources and, de facto, the intensification of the maritime floods. Being more and more present in this area, especially in the Far North missions, the French Navy helps France to play its part in a more and more attractive strategic region of the globe.

If France doesn’t have any territory in the Arctic right now, this doesn’t prevent the country to make a priority of this, and even to have enacted this year an « Arctic roadmap » under the authority of the Ministry of Foreign Affairs, and the participation of the Ministry of Defence.

The established global warming undeniably prefigures new economic and strategic prospects for which our country cannot be uninterested. The aim is also to have ourselves heard or to anticipate a crisis-solution mission where our country could be indirectly involved because of its alliances.

However, the Arctic Ocean keeps being a hostile area for navigation. During the previous deployments in the Far North, the French seamen discovered the art of navigating in the frozen seas. They visually observed the famous ice drift and its dangers with the small icebergs called growlers. Under those latitudes, the forecast is often not only unpredictable, but the satellite systems moreover don’t have a complete cover, which have bad orientation effects. The nautical charts are inaccurately maped and the tempests are dreadful. Navigating in the Arctic ocean requests an expertise, adapted tools and a good knowledge of the area. Indeed, this is the whole interest of the recent missions led by the French Navy in the Far North, especially to keep on acquiring the requested expertise and knowledge in order to anticipate the needs. These missions in the Far North enabled to re-open a door, according to the policymakers; « Make sure that this door doesn’t close ! » is substantially the state of mind which prevails in the seamen’s mind today.

La Marine présente ... Le Grand Nord !

Menacé par le réchauffement climatique et la disparition progressive de la banquise, l’océan glacial Arctique risque de voir prochainement ses richesses minières, gazières et pétrolières exploitées, et les flux maritimes de facto s'intensifier. De plus en plus présente sur cette zone, notamment par les missions Grand Nord, la Marine nationale permet à la France de jouer « sa partition  » dans une région du globe faisant l’objet d’un intérêt stratégique croissant.

Si la France ne dispose d’aucun territoire en Arctique, cela ne l'empêche pas d'en faire une priorité et même d’avoir édicté cette année une « Feuille de Route Arctique » sous l’égide du Ministère des Affaires Etrangères avec le concours du Ministère de la Défense.

Le réchauffement climatique avéré ouvre indéniablement de nouvelles perspectives économiques et stratégiques, dont notre pays ne peut se désintéresser. Il s'agit également de faire entendre sa voix ou d'anticiper une mission de résolution de crise dans laquelle notre pays pourrait se trouver indirectement, du fait de ses alliances.

L’Arctique demeure cependant un monde hostile pour la navigation. Lors des récents déploiements dans le grand Nord, les marins français ont découvert l’art de naviguer dans les glaces. Ils ont pu constater de visu la fameuse dérive des glaces et ses dangers avec les petits icebergs, appelés les growlers. Sous ces latitudes, la météo est non seulement imprévisible souvent mais les systèmes satellitaires n’offrent, de surcroît, pas une couverture complète, ce qui entraîne des problèmes d’orientation. Les cartes marines sont quant à elles mal cartographiées et les tempêtes sont rudes. Naviguer en Arctique nécessite une expertise, un matériel adapté et une bonne connaissance de la zone. C'est d'ailleurs tout l'intérêt des récentes missions menées par la Marine nationale dans le Grand Nord afin notamment de continuer d'acquérir de l’expertise et des connaissances pour anticiper si besoin. Ces missions Grand Nord ont permis de ré-ouvrir une porte, disent les stratèges. « Faisons en sorte qu’elle ne se referme pas ! » :c'est en substance l'état d'esprit qui prévaut aujourd'hui chez les marins.

Source: Marine nationale
Droits: Marine nationale

Vos réactions: 
No votes yet
Envoyer