Chammal: la frégate Courbet, précurseur du déploiement du GAN, intègre la TF 473

Publié le 6 Octobre 2016 à 09:43

© Marine nationale

Le 26 septembre, la frégate « Courbet » est passée sous le commandement tactique du groupe aéronaval (GAN) déployé depuis quelques jours en Méditerranée orientale. Cette intégration est venue marquer la fin de sa mission de « précurseur » au Levant.

En effet, tout déploiement en zone d’opération du porte-avions et de son escorte est précédé d’une phase de surveillance et de contrôle des voies maritimes et aériennes afin d’établir un état des lieux des trafics, des forces en présence sur le théâtre. Cette phase permet de bien connaître l’environnement aéromaritime du déploiement afin de préparer  la future zone d’opération du porte-avions.
 

Depuis le 26 août, environ 150 marins de la frégate et son détachement de la flottille 36F étaient déployés aux abords du canal de Syrie dans l’optique de pouvoir suivre les évolutions du conflit syrien et l’activité des forces militaires en présence. La furtivité de la frégate, l’exploitation de ses capteurs et l’emploi de l’hélicoptère Panther embarqué permettent en effet au bâtiment de dresser  dans la durée une image des activités du théâtre aéromaritime, en bénéficiant d’une certaine discrétion. Au gré des quelques 5000 nautiques parcourus, l’équipage du Courbet a donc discrètement suivi les mouvements sécuritaires et logistiques des marines impliquées dans le conflit et analysé plusieurs milliers de vols militaires, avant de retransmettre les informations exploitées au profit de la Task Force 473 en ralliement.

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal représente la participation française à OIR et mobilise aujourd’hui près de 4 000 militaires. A la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, l’opération Chammal repose sur deux piliers complémentaires : un pilier « formation» au profit d’unités de sécurité nationales irakiennes et un pilier «  appui » consistant à soutenir l’action des forces locales engagées au sol contre Daech et à frapper les capacités militaires de Daech. A ce jour, le dispositif complet de l’opération Chammal est structuré autour de trente-six Rafale (douze de l’armée de l’Air et vingt-quatre de la Marine nationale), d’un détachement d’artillerie CAESAR (Camion équipé d’un système d’artillerie), des bâtiments du groupe aéronaval, d’un avion de détection et de contrôle aéroportés E3F, d’un avion de ravitaillement C-135 Fr, de deux avions E-2C Hawkeye et d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2. Il comprend également une centaine de militaires projetés à Bagdad et Erbil pour la formation et le conseil des états-majors et unités irakiennes.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense                

Vos réactions: 
Moyenne: 4.7 (3 votes)
Envoyer