Livre : un savoir-faire encyclopédique

Publié le 26 Novembre 2013 à 17:01

À la barre de la collection L’Encyclopédie des sous-marins français, le VAE (2S) Thierry d'Arbonneau récidive en publiant le tome 6.

Une nouvelle fois, le VAE (2S) Thierry d’Arbonneau a réuni autour de lui son équipe de passionnés et de spécialistes, dont le peintre de la Marine Michel Bez pour les illustrations.

Déclinée en six tomes dont cinq chronologiques, cette collection encyclopédique dédiée au monde des sous-marins militaires voit son sixième tome étrangement paraître avant les deux précédents. Secret de défense obligent, la préparation du tome 4 (consacré à la Guerre Froide) et du tome 5 (dédié à la période contemporaine) donnent logiquement plus de fil à retordre à ses auteurs en raison de la nécessaire déclassification préalable des documents.

Quant à ce sixième opus, c’est le plus généraliste, car il raconte de façon exhaustive la construction d’un sous-marin. Privilégiant une approche « autant générique que prospective » (dixit l’éditeur), ce tome 6 donne ainsi la parole à tous les acteurs de la construction d’un sous-marin, étatiques (dont évidemment la Marine) comme industriels.

L’occasion de souligner les savoir-faire « Made In France » dans tous les domaines, de la coque à la propulsion, de la manœuvrabilité au missile stratégique.

Un concentré de technologie

Car, concernant le « produit » sous-marin, l’ancien Alfost (de 2002 à 2004) et directeur de collection est formel : « On ne saurait imaginer plus complexe qu’un sous-marin. Plus lourd que la tour Eiffel, réunissant, au sein d’une même coque résistante faite de l’acier le plus performant qui soit, une centrale nucléaire, un centre spatial, un central opérationnel capable de décrire l’environnement en trois dimensions à des kilomètres à la ronde et de connaître en permanence sa position avec une rare précision. Doté de missiles balistiques, il navigue dans les profondeurs océanes en parfaite sécurité, tel est aujourd’hui un sous-marin moderne quand il est lanceur d’engins ».

La dimension humaine n’est pas non plus occultée. Concentré de technologies, un sous-marin est aussi un  « village » dans lequel les marins œuvrent des semaines et des mois durant. Ils y dorment aussi, mangent, se lavent, gardent la forme, se distraient et… respirent ! « Cette unité les contraint à se fondre dans un univers interdépendant où chaque personnalité existe mais agit strictement au sein d’une équipe poursuivant un même objectif », ajoute le directeur de collection, intarissable dès lors qu’il s’agit de parler du monde des profondeurs.

Technique, précis, fourni et illustré, cet épais ouvrage est une « mine aux trésors » pour ceux que le monde des sous-marins passionne. Seul  bémol : son prix élevé. Pourtant chèrement acquis, ce nouvel opus pourra trôner fièrement à côté du coffret regroupant les trois premiers tomes. Autant d’ouvrages à alors consciencieusement rangés dans la bibliothèque de tout carré peut posséder et à consulter à l’envi…

Stéphane DUGAST

Informations complémentaires › L'encyclopédie des sous marins français - approche générique et prospective (Tome 6). Collectif sous la direction du VAE (2S) Thierry d'Arbonneau. 70 € - 400 pages (Editions SPE Barthelemy). Préface de Didier Decoin. En savoir plus : http://www.librairie-spe.com/

Droits: Marine nationale
Source: Marine nationale

 

Vos réactions: 
Moyenne: 4.3 (14 votes)
Envoyer