Nageurs de combat : bientôt le cap du 1000ème brevet

Publié le 25 Novembre 2013 à 16:42

il s'agit d'apprendre à intervenir et à combattre en milieu inhospitalier et dangereux - © Lisa Bessodes

Formation mythique des armées françaises, le cours nageurs de combat (CNC) assure depuis 1952 la formation des nageurs de combats (NC) de la Marine mais aussi de l’armée de Terre, à l’école de plongée de Saint-Mandrier. Les sélections pour le 90ème CNC se sont achevées le 25 octobre et il verra bientôt passer le 1000e breveté du cours. 
 

Les nageurs de combat de la Marine sont d’abord des commandos marine. Ils sont passés par la sélection du stage commando avant de tenter les sélections pour le cours nageurs de combat. Déjà entraîné et aguerri à opérer dans le milieu aquatique, ils pourront, grâce à ce cours acquérir des compétences qui leur permettront ensuite de mettre en œuvre des modes d’action spécifiques aux nageurs de combat. Ils seront notamment aptes à plonger à l’oxygène pur et aux mélanges suroxygénés, ainsi qu’à l’air jusqu’à 60 mètres.

Pendant les deux semaines de sélection du 90ème CNC, au mois d’octobre, les candidats issus de la Marine et de l’armée de Terre se sont ainsi volontairement confrontés à l’inconnu. Là où certains se découvrent des capacités insoupçonnées, d’autres constatent qu’ils ne sont pas faits pour cela ou pas prêts pour des raisons physiques, psychiques ou psychologiques. Pour le savoir, ils devront affronter l’épreuve de sélection.

Concrètement, le CNC dure sept mois. Il est composé de trois cycles distincts : l’apprentissage, technique et tactique ; le perfectionnement, à travers des phases de formation à la navigation, des projets d’attaque, de démolition terrestre et des exercices de synthèse ; et la spécialisation, à travers des plongées au mélange ou en eaux profondes, des exercices de secourisme et de génie sous marine. Tout au long des deux premières phases, l’élève peut être éliminé si ses résultats sont insuffisants. Au terme de la formation, les NC savent se servir de tous les appareils de plongée utilisés dans la Marine et mettre en œuvre explosifs et artifices sous-marins.

Qui peut être candidat?

Les modalités d’accès et le contenu de cette formation exigeante ne sont pas toujours bien connus, notamment le mode de sélection, le niveau de condition physique et les capacités exigées.

Les marins de moins de 30 ans, déjà commando, ou les soldats qui se destinent à rejoindre les unités spéciales de l’armée de Terre, peuvent postuler. Une excellente condition physique est évidemment requise mais pas seulement. Le dépassement de soi, l’endurance et la volonté sont des qualités tout aussi essentielles voire prédominantes. Lorsqu’il plonge sanglé à son binôme avec lequel il ne peut communiquer, le candidat est seul face à ses décisions ou à ses doutes. C’est en lui seul qu’il trouve les ressources pour continuer. Personne ne l’encourage, personne ne le porte en avant.

Au cours des nombreuses heures de plongée réalisées en respirant de l’oxygène pur, en circuit fermé dans l’obscurité totale, le corps doit supporter le gaz sous pression tandis que l’esprit doit rester vif malgré le froid, l’environnement hostile et l’absence de repères temporels et spatiaux.

Le 1000ème nageur de combat devrait être breveté en 2014.

L’école de plongée de la Marine 

Installée à Saint-Mandrier depuis 1936, l’école de plongée de la Marine forme des militaires de toutes les armées aux opérations subaquatiques. Pour la Marine, tous les plongeurs de bord, plongeurs démineurs et nageurs de combat y reçoivent leur formation. Il s’agit d’apprendre à travailler, intervenir sur des munitions et combattre sous la mer, milieu inhospitalier et dangereux.

Un engagement maximal, une bonne condition physique, une rigueur dans le travail, un esprit d’équipe, des capacités de remise en question, et beaucoup d’humilité sont nécessaires pour réussir ces cours. 

Droits: Marine nationale
Source: Marine nationale

 

Vos réactions: 
Moyenne: 4.7 (13 votes)
Envoyer