B2M D'Entrecasteaux : Première mission de souveraineté de l’Atlantique au Pacifique.

Publié le 11 Août 2016 à 15:57

© Marine nationale

Depuis son appareillage de Brest le 11 mai dernier, le bâtiment multimission (B2M) D'Entrecasteaux a effectué un déploiement de longue durée (DLD) de plus de 25 000 nautiques depuis l'océan Atlantique jusqu’au Pacifique, afin de rejoindre Nouméa en Nouvelle-Calédonie, son port base. Après avoir franchi le mythique canal de Panama, le 13 juin 2016, le D'Entrecasteaux a fait escale fin juin dans l’un des atolls français les plus méconnus et les plus isolés au monde : Clipperton.

Les B2M, bâtiments polyvalents qui succèdent aux bâtiments de transport léger outre-mer, ont pour mission première de surveiller et de protéger les intérêts dans les zones économiques exclusives (ZEE) françaises. Le D’Entrecasteaux est le premier bâtiment de ce programme, il a été livré fin mars à la Marine.

Le 11 mai 2016, le D’Entrecasteaux a ainsi largué les amarres de Brest, pour sa première mission d’importance, un déploiement de longue durée (DLD) afin de rallier son nouveau port d’attache : Nouméa, en Nouvelle Calédonie.

Après un passage ô combien symbolique du canal de Panama, lui permettant de rejoindre l’océan Pacifique sans contourner l’Amérique du Sud, le B2M est arrivé, le 24 juin dernier, à proximité de Clipperton, atoll situé dans le Pacifique nord oriental, réaffirmant ainsi, par sa présence, la souveraineté de la France sur ce territoire ultra marin et sa ZEE attenante, l’une des plus riches au monde en thonidés. Propriété définitive de notre pays depuis 1931, cet atoll inhabité est difficile d'accès. Il est visité par les bâtiments de la Marine, bâtiments de passage ou déployés dans cette région du globe éloignée des zones maritimes habituellement fréquentées. Depuis plusieurs décennies, et à chacun de leur passage, les marins ne manquent cependant jamais l’occasion de se rendre à terre pour notamment entretenir les marques de souveraineté, dont la stèle et le mât de pavillon. Cette année, l’équipage du D'Entrecasteaux a même profité de son passage sur l’atoll pour y hisser un pavillon flambant neuf. Pour l’anecdote, quelques marins ayant foulé le sol de cet atoll ont confectionné un poteau de bois traité et y ont inscrit « DTT A621 DLD 2016 » (signifiant « D'Entrecasteaux A621 Déploiement de Longue Durée 2016 ») avant d’y apposer leurs signatures. Outre ses marques de souveraineté, officielles comme plus personnelles, l’équipage du B2M a surtout mené durant 3 jours une opération de nettoyage des munitions historiques abandonnées sur l’atoll depuis 1945 par l’armée américaine. Le 27 juin, le B2M a ensuite quitté les lieux pour se rendre à l'ouest de la ZEE afin d'y mener une opération de contrôle des pêches. Cette mission achevée, le D’Entrecasteaux a continué sa route vers l'archipel des Marquises. Vendredi 29 juillet, le bâtiment a accosté à Nouméa, son port base.

Les missions des B2M :
Le programme B2M, composé de cinq unités, a vocation à permettre à la Marine nationale de continuer à assurer ses missions de souveraineté outre-mer (Nouvelle Calédonie, Polynésie Française, La Réunion et Antilles). Bâtiments modernes et polyvalents, les B2M participent aux missions de présence, de surveillance et de protection des intérêts français dans les ZEE, de projection de forces, de soutien logistique et de sauvegarde et d’assistance au profit des populations. Répondant à la fois à un besoin militaire et interministériel, les B2M vont mener des missions, dont nombre d’entre elles sont confiées à la Marine dans le cadre de sa participation à l’action de l’Etat en mer.

 

Maître principal Jacques P., futur COMANAV d’un autre B2M le Bougainville.

« Je suis déjà un « vieux de la vieille » du Bougainville pour ainsi dire ! (rires) J’ai été affecté sur le Bougainville dès les débuts, soit dans le noyau « équipage d'armement ». Autant vous dire que j’ai pu découvrir toutes les phases d’un programme de la DGA. Au fil des mois, j’ai ainsi suivi la construction, l'étude des plans et les formations industrielles et étatiques. J’ai également participé aux programmes d'essais et de conduite des installations jusqu'à la délivrance du permis de navigation militaire et la réception de l’unité. A la création de l'unité (ordres, corpus documentaire, etc.), la charge de travail administrative a été conséquente mais très enrichissante et gratifiante. Je connais donc bien le bateau. Au quotidien, la polyvalence et les compétences techniques sont évidemment des maîtres mots pour tous les marins, comme sur toutes les unités de ce type à équipage optimisé. Bref, j’ai d’ores et déjà enrichi la palette de mes compétences et puis je m’épanouis totalement !  ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enseigne de Vaisseau Vianney C. a intégré l’Ecole navale en 2012. Plongeur de bord, Officier opérations (Comops) sur le B2M D’Entrecasteaux  depuis septembre 2015.

« Pour l’officier opérations d’un B2M, il existe des spécificités ».
"Le D’Entrecasteaux est un bâtiment en armement. Il n'y a donc pas de document de base, tout est à écrire. On peut se fonder sur l'organisation de bâtiments de même taille, c’est-à-dire à 2 équipages, mais le B2M est un bâtiment de 2 200 tonnes en pleine charge armé seulement par 23 marins. Si le D’Entrecasteaux est imposant par sa taille, son équipage est optimisé, à taille humaine. Au quotidien, nous devons donc nous organiser pour remplir le contrat opérationnel qui nous est confié. Chaque marin doit être polyvalent et peut prendre des initiatives. C’est évidemment stimulant et gratifiant !"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vos réactions: 
Moyenne: 4 (8 votes)
Envoyer