Gabian 16.2 : entrainement intense de forces navales en Méditerranée

Publié le 20 Juin 2016 à 15:25

Ravitaillement à la mer (RAM) double avec le Jean de Vienne et le Jean Bart : Intégration du pétrolier ravitailleur USNS Kanawha dans l’entraînement opérationnel Gabian 16.2 © Marine nationale

Du 13 au 17 juin 2016, la frégate antiaérienne Jean Bart a organisé l’entraînement opérationnel Gabian 16.2, deuxième édition de l’année. Sur la mer et dans les airs, plus de 60 exercices ont été réalisés, devant Toulon et jusqu’à une centaine de kilomètres au large, entre la Corse et le continent.

Semaine très intense pour les frégates Jean Bart, Jean de VienneMontcalm, Chevalier Paul, et La Fayette, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude, les patrouilleurs de haute mer (PHM) Commandant Birot et Commandant Ducuing, le bâtiment base de plongeurs démineurs (BBPD) Pluton et les hélicoptères des flottilles 31F, 35F et 36F basées à Hyères.

7 Rafale Marine de la 12F et du CEPA 10S ont également participé à ce Gabian, dans des exercices de défense aérienne de force navale. Deux Atlantique 2 de Lann-Bihoué ont également participé à un entraînement de lutte antinavire supérieur et au blanchiment des zones de tirs de missiles.

Cette édition s’est singularisée par la participation inédite du pétrolier ravitailleur américain USNS Kanawha. Cet événement confirme les liens étroits et le haut degré d’interopérabilité qui existent entre l’US Navy et la Marine française.

Gabian a également été marqué par un tir simultané de missiles EXOCET mer-mer 40, réalisé par les frégates La Fayette, Chevalier Paul et Jean Bart. Autres moments phares de ces cinq jours de démonstration de force en méditerranée : le tir d’un missile SM1 par le Jean Bart, le tir d’un missile CROTALE par le Jean de Vienne et des tirs de missiles MISTRAL conduits par plusieurs navires de la force.

Chasseurs, multi-moteurs, hélicoptères : plus de 45 vols ont été réalisés, de jour comme de nuit, pendant ces cinq jours à la mer.

L’activité dans la zone d’exercice (ZONEX) de Toulon, véritable champ de manœuvre nautique de plusieurs centaines de kilomètres carrés, a donc été très dense en ce milieu juin.

Gabian 16.2 confirme non seulement les capacités de la Marine nationale à prendre part à des conflits majeurs de haute intensité mais surtout celles de ses équipages et de ses unités à faire face à un environnement maritime et aérien aussi complexe que ceux pouvant exister notamment au Levant, en océan Indien, dans le golfe Persique ou encore en mer de Chine.

Un beau défi relevé par toutes les unités emmenées par le Jean Bart dans Gabian 16.2 !

Source : Marine nationale
Crédits : Marine nationale

 

 

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (10 votes)
Envoyer