Surveillance des pêches pour le Floréal

Publié le 26 Mai 2016 à 11:31

© Marine nationale

La frégate de surveillance Floréal a quitté Port-des-Galets, à la Réunion, le 4 avril 2016, pour une mission de surveillance maritime dans les Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). L’enjeu dissuasif est toujours le même et n’en demeure pas moins essentiel : protéger les ressources naturelles afin de préserver l’environnement
 
Les premières semaines de mission se sont déroulées autour des îles Eparses. Elles ont donné lieu à l’interception de pêcheurs illégaux au large de Juan de Nova, soixante-trois pêcheurs à bord d’une embarcation chargée de plus de trois tonnes d’holothuries et de produits de la pêche ayant été rejetés à la mer par l’équipe de visite du Floréal. Le matériel de pêche – dont une soixantaine de blocs de plongée – a été confisqué et sera rendu aux autorités compétentes au retour de mission.
 
 
Après le canal du Mozambique, le Floréal a patrouillé dans les zones économiques exclusives (ZEE) du Crozet et des Kerguelen. La navigation dans cette zone est incontestablement difficile du fait de la météo. Celle-ci se caractérise par l'alternance d'anticyclones et de dépressions qui se forment au sud du continent africain pour se renforcer d’Ouest en Est, jusqu’aux îles de Kerguelen. Les vents y sont violents – rarement inférieurs à 20 nœuds - et les vagues y sont toujours prononcées (souvent plus de trois mètres). Les tempêtes sont également fréquentes, entraînant parfois des creux de plus de dix mètres et des vents à 70 ou 80 nœuds. Pourtant, ces territoires sont peuplés d’espèces particulières, comme la langouste (St Paul et Amsterdam) ou la légine (Kerguelen), prisées des pêcheurs et pour lesquelles des quotas sont établis chaque année et attribués aux bateaux de pêche licenciés.
 
La fréquence des missions de surveillance des pêches dans cette région ces dernières années a considérablement réduit l’activité illégale de la pêche dans les zones françaises. La présence des marins français y est donc nécessaire. Elle garantit la pleine souveraineté française dans ses territoires.
 
 
Source : Marine nationale
Crédits : Marine nationale
Vos réactions: 
Moyenne: 4.3 (3 votes)
Envoyer