Polynésie : entraînement à l’hélitreuillage sur le Paul Gauguin pour la 35F

Publié le 25 Mai 2016 à 09:36

© Marine nationale

Le 13 mai 2016, un entraînement à l’hélitreuillage a eu lieu entre le Centre de coordination de sauvetage maritime (MRCC) de Papeete et le navire à passagers Paul Gauguin, dans la baie d’Opunohu sur la côte Nord de Moorea.

L’exercice consistait à réaliser une évacuation sanitaire réaliste à bord du Paul Gauguin,dans le cadre d’une convention signée en 2014 entre le commandant supérieur des forces armées en Polynésie Française et la société Pacific Beachcomber SC, en charge des opérations et des croisières du Paul Gauguin.

Conformément au scénario de l’exercice, tôt dans la matinée, l’équipage du Paul Gauguin a contacté le MRCC de Papeete : l’un de ces passagers, victime d’un malaise cardiaque, venait d’être pris en charge par l’équipe médicale du bord.

Dans un premier temps, le MRCC a contacté le Centre de consultation médicale maritime (CCMM) de Toulouse, ainsi que le SAMU 987 de Polynésie française, pour décider ou non de l’évacuation de la victime et, le cas échéant, des moyens utile à déployer.

A partir du diagnostic de l’équipe médicale du Gauguin, il est décidé d’engager l’hélicoptère interministériel Guépard T de la flottille 35F pour évacuer la victime par hélitreuillage. Après son décollage de l’aéroport de Tahiti – Faa’a, l’hélicoptère est arrivé sur la position du Paul Gauguin une dizaine de minutes plus tard.

Après un premier contact radio pour échanger des informations d’ordre technique, l’équipage de l’hélicoptère et celui du Gauguin ont pu débuter l’hélitreuillage sur le pont le plus élevé à l’avant du navire. Très rapidement, le patient est remonté avec l’équipe médicale à bord de l’hélicoptère et seulement une heure après son décollage, le Guépard était de retour à Faa’a. 

Les missions d’entrainement menées dans des délais très courts illustrent parfaitement la réactivité des FAPF dans le cadre de manœuvre d’urgence réalisées sous réquisitions préfectorale. Elles mettent en avant l’emploi des capacités aériennes spécifiques dont disposent les Forces armées en Polynésie française (FAPF) pour réaliser ce type d’opérations de secours d’urgence, qui constitue un volet essentiel de leurs missions. Depuis le début de l’année, 44 personnes ont été secourues avec le concours des FAPF.

En coordination avec les Forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), les FAPF constituent un dispositif aéromaritime de premier plan sur le théâtre Pacifique. L’importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées a été confirmée par le nouveau Livre Blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013.

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer