LES B2M - Des bâtiments polyvalents au service de l’outre-mer

Publié le 4 Mai 2016 à 10:04

© Marine nationale

Actuellement en période d’essais, le bâtiment multimission (B2M) D’Entrecasteaux sera réceptionné définitivement par la Marine au printemps. Son départ outre-mer est attendu quelques semaines plus tard, avec une arrivée à Nouméa courant juillet. 
 
Un fleuron de la marine nouvelle génération
Au cours des prochaines années, la Marine va se doter de quatre bâtiments multimissions. Entérinés par la loi de programmation militaire de 2013, les B2M ont pour objectif d’assurer une présence française outre-mer, succédant ainsi aux bâtiments de transport léger (Batral) et aux patrouilleurs
P400. Comme leurs homologues, ces navires robustes et endurants sont destinés à naviguer dans les vastes espaces ultramarins. Ils se distinguent de leurs prédécesseurs grâce à une polyvalence renforcée. Ils conservent une capacité amphibie légère grâce à leur drome. Avec ces bâtiments polyvalents, adaptés aux normes civiles et aux exigences militaires, la Marine s’adapte et se renouvelle pour répondre aux besoins opérationnels de l’outre-mer. Ces unités vont bénéficier des dernières innovations technologiques grâce au savoir-faire industriel français, permettant une adaptation constante aux nouvelles menaces.
 
Des missions militaires et interministérielles
Dans un cadre interministériel, les B2M assureront des missions de souveraineté outre-mer au profit des ministères de l’Intérieur, de l’Économie et des Finances, ainsi que de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer. Ils interviendront lors de missions spécifiques de surveillance, d’assistance et de sauvetage. Au plan militaire, ces bâtiments assureront des missions d’intervention maritime en  Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française, à La Réunion et aux Antilles. Ils pourront être projetés à l’intérieur du théâtre, en appui des forces de police et de gendarmerie. Ils sont équipés de deux  mitrailleuses de 12,7 mm, de deux canons à eau, d’embarcations de drome opérationnelle de nouvelle  génération (EDO NG) pour les interceptions et contrôles.
Les B2M peuvent aussi mettre en œuvre des commandos avec leurs embarcations (Ecume). Avec deux équipages de 20 marins qui permuteront à bord tous les quatre mois, les B2M pourront assurer une activité soutenue, soit plus de 250 jours de mer par an. L’un des équipages sera dédié à la conduite du bâtiment en mer, pendant que l’autre sera employé pour des tâches organiques, de renfort ou de soutien.
 
Derniers tests à Brest et en transit, avant l’arrivée à Nouméa
Première étape qui confirme la navigabilité du bâtiment, la mise en condition de navigation  (MECNAV) s’est déroulée au mois de janvier. Une phase d’entraînement individuel a ensuite permis  une prise en main du bâtiment par le premier équipage marine. Fin mars, le B2M est entré en phase de mise en condition opérationnelle (MECO) au cours de laquelle il a testé l’ensemble des domaines  opérationnels du bâtiment, en mer comme à quai : remorquage, tir, visite, évacuation de ressortissants… En parallèle de ces phases de stage et d’entraînement, le bâtiment effectue actuellement sa vérification des capacités militaires (VCM) en testant l’adéquation matérielle à ses  fonctions militaires : manœuvre, navigation et sécurité sont à l’ordre du jour pour vérifier  l’autonomie du navire en mission et ses no-go (limites). Des interactions avec l’armée de Terre sont  également planifiées : entraînements à la récupération en mer de soldats, de matériel et de véhicules. Le deuxième équipage du D’Entrecasteaux arrivera à Nouméa en juillet. L’équipage A aura en charge  e le former, de lui fournir un retour d’expérience, pour lui donner les clés du navire en octobre.
 
Premier maître David C., chef De service Pont – officier De manœuvre
«Je voulais découvrir quelque chose de nouveau et le défi d’un bâtiment en armement m’a tout de suite attiré. Après un travail documentaire et sur plan, la première visite m’a vraiment impressionné. 
Je me projetais déjà à la manœuvre. L’effectif réduit du bâtiment impose de maîtriser des connaissances dans tous les domaines et d’être polyvalent. Ce n’est donc pas seulement le navire qui est multitâche, c’est aussi l’équipage ! Autre avantage : l’effectif resserré à bord nous a permis de développer rapidement un excellent esprit d’équipage. Ayant déjà effectué un séjour en  Nouvelle- Calédonie il y a trois ans, je n’ai pas hésité une seule seconde quand j’ai appris que le D’Entrecasteaux serait basé à Nouméa, ce qui allait me permettre d’y travailler et d’y vivre avec ma famille. C’est une sacrée aventure que j’ai hâte de vivre !»
 
Source: Marine nationale
Droits: Marine nationale
Vos réactions: 
Moyenne: 5 (5 votes)
Envoyer