Défense maritime du territoire pour le patrouilleur de service public Cormoran

Publié le 7 Avril 2016 à 10:39

© Marine nationale

Du 29 mars au 8 avril 2016, le Patrouilleur de service public (PSP) Cormoran, stationné à Cherbourg, est en « posture permanente de sauvegarde maritime » (PPSM) en Manche et mer du Nord. Le patrouilleur est chargé, entre autre de la protection et de la surveillance des approches maritimes.

La PPSM est un ensemble de missions visant à assurer la surveillance et la protection des approches maritimes. Le dispositif qui s’étend des côtes vers le large assure une permanence à la mer dans le cadre de la Défense maritime du territoire (DMT), contribuant ainsi au volet maritime du plan VIGIPIRATE-MER, afin de prévenir toutes menaces en mer ou venant de la mer.

La PPSM comprend également les missions ordonnées par le préfet maritime dans le cadre de l’action de l’Etat en mer, telles que la police des pêches, la lutte contre les pollutions en mer, la lutte contre les trafics illicites, la recherche et le sauvetage en mer. A ce titre, le PSP Cormoran a conduit, au large de Dunkerque dans la matinée du 31 mars 2016, une opération de sauvetage de trois migrants, qui tentaient de traverser la mer du Nord à bord d'une embarcation gonflable, de petite taille. Récupérés en état de légère hypothermie, ces trois hommes (un père et ses deux fils âgés de 60, 35 et 25 ans) ont reçu les premiers soins médicaux par l'équipage du Cormoran. En liaison avec le parquet de Dunkerque, ils ont été ramenés à terre et confiés aux autorités policières.

Des tentatives ou des projets de traversées de la Manche par des groupes de migrants ont été déjouées à plusieurs reprises ces dernières semaines dans le détroit du Pas-de-Calais et à l’ouest du Cotentin. Certains réfugiés tentent en effet d’atteindre la Grande-Bretagne en prenant la mer, de nuit, à bord d’embarcations inadaptées, en surnombre, sans la moindre notion de navigation et inconscients des dangers réels que de telles initiatives représentent pour eux-mêmes et pour les équipes de secours qui auraient à intervenir pour les récupérer.

Face à ce constat, et soucieux de préserver la vie humaine en mer et la sécurité maritime, le préfet maritime a intensifié la présence des moyens de l’Etat en mer (nautiques, aériens et terrestres). De plus, les deux Centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (CROSS) et les 14 sémaphores de la Formation Opérationnelle de Surveillance et d’Information Territoriale (FOSIT) ont orienté leur vigilance et contribuent activement, de jour comme de nuit, à la surveillance du littoral.

Le PSP Cormoran, pleinement intégré au dispositif et en première ligne de la PPSM, assurera la permanence à la mer jusqu’au 8 avril 2016, avant d’être relevé par un autre patrouilleur.

Source : Marine nationale
Crédits : Marine nationale

Vos réactions: 
Moyenne: 5 (4 votes)
Envoyer