Cabam et Adosm - Au cœur de l’entraide Marine

Publié le 16 Février 2016 à 16:32

© Marine nationale

Principe de la vie en équipage et de la vie militaire sur les bâtiments comme à terre, l’entraide est l’une des valeurs fortes de la Marine. Deux structures distinctes, la Cellule d’aide aux blessés et d’assistance aux familles de la Marine (Cabam), qui relève de la Direction du personnel militaire marine (DPMM), et l’Association pour le développement des œuvres sociales de la Marine (Adosm), indépendante, participent de ces valeurs. Présentation de deux dispositifs solidaires et complémentaires. 
LV Ludivine Guédon
Focus sur la Cabam
La Cabam assure deux missions principales. Elle apporte assistance aux familles endeuillées et soutient les blessés physiques et psychiques sur le long terme, pour les ramener progressivement à une vie plus normale.
Ainsi, depuis trois ans, la Cabam organise des stages de reconstruction et de réinsertion sociale au profit des marins blessés. En fonction de ses possibilités et de ses besoins, le marin choisit une activité sportive ou culturelle afin de retrouver confiance en lui et en ses capacités. Vecteur de reconstruction, la Cabam a renforcé en 2015 la structure de son dispositif d’accompagnement, en signant plusieurs conventions avec d’autres acteurs du ministère ou du monde civil. Les liens tissés avec l’Office national des anciens combattants et des victimes de guerre (ONACVG), l’Agence de reconversion de la Défense (ARD), et à l’extérieur du ministère de la Défense avec des associations comme Ad Augusta ou Solidarité Défense en sont des exemples concrets.
 
Focus sur l’Adosm
Créée en 1939 à la suite du naufrage du sous-marin Phenix en baie de Cam Ranh et reconnue d’utilité publique depuis 1942, l’Adosm aide les veuves et veufs, les orphelins et marins connaissant de graves difficultés. Au total, 83 % du budget de l’Adosm est consacré aux actions sociales : en 2014, l’Adosm a accordé 348 804 euros d’aides sociales. Ce dispositif a permis de soutenir 433 orphelins et 200 veuves et veufs. Les secours ponctuels (allocations de formation professionnelle des veuves et veufs, prêts d’honneur) ont été accordés à hauteur de 76 000 euros. Une grande partie des ressources de l’association provient des ventes réalisées lors des journées d’entraide organisées à Paris, Brest, Toulon et Cherbourg, complétées par des subventions (6 % du budget) et des dons (20 %). 

Témoignage du MP Sébastien D., médaillé d’or au tir à l’arc en équipe au Jeux mondiaux militaires d’été 2015 (JMME) en Corée du Sud 
« Je suis un marin blessé, en opération extérieure puis en métropole. Certes, je ne suis pas amputé ou en fauteuil comme certains de mes camarades, mais depuis ces accidents, beaucoup de choses ont changé. Grâce à la Cabam, j’ai pu participer à des stages aidant à se reconstruire sportivement et psychologiquement. L’un d’eux m’a permis de découvrir le tir à l’arc et de vivre une aventure unique, grâce à ma qualification dans l’équipe de France des blessés de la Défense, avec laquelle je viens de participer aux JMME en Corée du Sud. La fondation Sérandour et l’ONACVG m’ont offert un soutien financier pour acheter une stabilisation neuve, un lot de 12 flèches et du petit matériel pour la pratique de ce sport à haut niveau. Ils ont contribué à ma réussite dans cette compétition : mes camarades et moi terminons champions du monde de tir à l’arc par équipe dans la catégorie des blessés. Cette aide m’a donné un nouvel élan et m’a permis de vivre un moment inoubliable. Maintenant, je suis sur une dynamique sportive, avec des objectifs en 2016, comme les prochains Invictus Games aux USA et le Ride to Recovery (R2R). »

La Cabam en bre
• 12 personnes réparties dans les 2 antennes à Paris et Toulon.
• Environ 1 000 dossiers traités par an. 
• 25 stages sportifs et activités organisés ou suivis en 2015 et 2016.
 
Vos réactions: 
Moyenne: 5 (1 vote)
Envoyer