La frégate de défense aérienne Chevalier Paul escorte le groupe aéronaval de l’USS Nimitz

Publié le 23 Octobre 2013 à 16:42

Marine nationale

Déployée en Méditerranée depuis la fin du mois d’août, la frégate de défense aérienne (FDA) Chevalier Paul a assuré, du 20 au 22 octobre 2013 la protection du groupe aéronaval américain Carrier Strike Group 11 (CSG11) réuni autour du porte-avions USS Nimitz.

C’est une nouvelle étape franchie dans le cadre du soutien d’un bâtiment français au profit d’un groupe aéronaval allié. Sur demande de l’US Navy, le Chevalier Paul a ainsi assumé seul l’escorte de l’USS Nimitz, assurant une bulle de protection autour du porte-avions américain. Au premier trimestre 2013, la frégate de défense aérienne s’était déjà intégrée aux cotés d’escorteurs américains, au sein du groupe de l’USS John C. Stennis déployé en océan Indien. Mais c’est la première fois, qu’une frégate française endosse seule des responsabilités normalement attribuées aux escorteurs américains. A peine le Chevalier Paul était-il intégré que l’escorte de l’USS Nimitz a quitté le dispositif et est partie en escale.

Cette mission d’escorte, confiée au Chevalier Paul, témoigne de la confiance de nos alliés dans les capacités de défense aérienne de nos frégates. La FDA est une habituée de ces missions de haut niveau au côté d’un porte-avions. Ses équipements (radar à longue portée, missiles sol-air, système de communication…) lui permettent d’assurer en permanence une capacité de détection, de commandement, de contrôle et d’action dans un espace aérien complexe qui peut s’étendre jusqu’à 200 nautiques. Fort de l’expérience de son précédent déploiement, le Chevalier Paul a su s’intégrer en quelques heures au groupe aéronaval avant d’assumer la fonction d’Air Defense Commander (commandement de la défense aérienne) du CSG 11.

Familière des procédures et des modes d’actions américains, la FDA s’est aussi vu confier la fonction de Fleet Air Defense Identification Zone (FADIZ) Coordinator. Plus connue sous le nom de « Red Crown », cette fonction a pour objectif de vérifier la conformité de l’identité des différents aéronefs qui entrent ou sortent de la zone aérienne autour du porte-avions.

En parallèle de ce déploiement, le groupe aéronaval franco-américain a mené un ADEX (Air Defense Exercise) avec la participation de dix avions de chasse du Nimitz, renforçant encore le niveau d’interopérabilité des unités. Durant la seule journée du 22 octobre, ce sont également plus de 45 avions américains, qui ont été contrôlés par les OPC3D (officier de planification et de conduite des opérations dans la 3ème dimension) embarqués à bord de la FDA. Chaque jour, des échanges de marins français et américains réalisés grâce à l’hélicoptère Panther standard 2 de la 36 F, ont renforcé les liens entre les deux bâtiments.

Préparé sous faible préavis, ce « plug and play » réussi a démontré la compatibilité de nos unités de défense aérienne au sein d’un groupe aéronaval US. Cet événement témoigne de la grande confiance qu’accordent les Américains à la Marine française. Il est le, fruit de nombreux investissements passés et marque le réel niveau de savoir-faire de la Marine nationale dans le domaine de la défense aérienne.

Source: Marine nationale
Droits: Marine nationale

Vos réactions: 
Moyenne: 3.6 (7 votes)
Envoyer