Chammal : les Puma de l'armée de l'air quittent le Charles de Gaulle

Publié le 15 Décembre 2015 à 11:35

© EMA / Marine nationale

Pendant le déploiement du Groupe aéronaval (GAN) en Méditerranée orientale, deux hélicoptères Puma de l’Escadron d’hélicoptères (EH) 1/67 Pyrénées de l’armée de l’Air étaient à bord du porte-avions Charles de Gaulle.

2015MTLN161_022_102

Les équipages des Puma et des Caracal de l’EH 1/67 Pyrénées sont spécialisés dans l’ensemble des missions de sauvetage, que ce soit en mer ou sur terre, pour des missions de service public ou de combat. À bord du Charles de Gaulle, l’EH 1/67 Pyrénées, en synergie avec le Commando parachutiste de l’Air 30 (CPA 30), a assuré la fonction de Combat search and rescue (CSAR) dont l’objectif est d’être en mesure de porter secours et d’exfiltrer des pilotes isolés en territoire hostile en cas d’éjection. Cette mission est le cœur de métier de l’EH 1/67 Pyrénées.

Implanté sur la base aérienne de Bordeaux-Mérignac, le CPA 30 est non seulement spécialisé en récupération de personnel isolé mais également en protection de la force, appui aérien, reconnaissance de terrains sommaires, mesures actives de sûreté aérienne et fouilles opérationnelles spécialisées. Organisme à vocation interarmées, il s’est illustré au Kosovo, au Tchad, en Ouganda, en Afghanistan, et plus récemment en Libye pendant l’opération Harmattan. Il est également engagé au Mali depuis 2013 dans le cadre de l’opération Serval, puis de l’opération Barkhane.

Alors que le GAN est passé en océan Indien, cette fonction essentielle pour la sécurité des pilotes des chasseurs embarqués sur le Charles de Gaulle est maintenant transférée à la coalition qui sera en mesure, de secourir rapidement un pilote éjecté en zone hostile à tout moment, à travers l’ensemble du théâtre d’opération.

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise actuellement 3 500 militaires. Aux côtés de la coalition, elle combat le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie. Avec ses moyens aériens, elle frappe l’organisation terroriste en Irak et en Syrie. Le dispositif de la force Chammal comprend également des militaires projetés à Bagdad et Erbil pour assurer la formation et le conseil des militaires irakiens.

Les moyens aériens sont composés de 38 chasseurs (armée de l’air et marine), ainsi que de capacités de renseignement, de commandement, de contrôle (C2) et de ravitaillement.

Depuis le 23 novembre 2015, le groupe aéronaval (GAN) est intégré à la force Chammal. Il est composé du porte-avions Charles de Gaulle, de la frégate de défense aérienne (FDA) Chevalier Paul, de la frégate anti-sous-marine (FASM) La Motte Piquet, du bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne, de la frégate belge Léopold Ier, de la frégate allemande Augsburg et de la frégate britannique HMS Defender. Le 26 novembre 2015, la frégate légère furtive (FLF) Courbet a rejoint le dispositif Chammal en Méditerranée orientale.

Si nécessaire, le dispositif Chammal peut être soutenu par des moyens complémentaires de ravitaillement (C135-FR) et de contrôle aérien (E3F).

Sources : Etat-major des armées
Droits : Ministère de la Défense                
Vos réactions: 
Moyenne: 5 (4 votes)
Envoyer