Rencontre - Un espace complexe et muticrises

Publié le 28 Octobre 2015 à 10:32

Vice-amiral d’escadre Yves Joly, commandant de la zone maritime Méditerranée (CECMED) © Marine nationale

Amiral, depuis votre centre de commandement à Toulon, quelle est votre vision du théâtre méditerranéen ?

La zone maritime Méditerranée, qui inclut aussi la mer Noire, est au cœur d’un espace régional complexe et multicrises, en particulier dans ses parties orientale et centrale. Dans cet espace, on observe une présence accrue de moyens navals militaires : augmentation du nombre de navires de l’Union européenne en Méditerranée centrale pour sauver les naufragés et lutter contre les passeurs, retour en force de la Marine russe pour élargir son influence dans la région, acquisition de nouvelles capacités par les pays de la rive sud pour défendre leurs intérêts, notamment le Maroc et désormais l’Égypte, sans oublier l’Algérie. Les crises russo-ukrainienne, syrienne et libyenne ont chacune des origines différentes, mais leurs conséquences déstabilisent durablement la région. Cette situation génère des crises humanitaires avec des déplacements importants de population susceptibles de déstabiliser les pays d’accueil. Elle favorise également le développement des mouvements terroristes, la prolifération d’armes, le narcotrafic et l’immigration illégale. L’extension actuelle de groupes terroristes en Syrie et en Libye représente une menace majeure pour l’Europe. La défense du territoire national face à une menace terroriste croissante nécessite un effort accru en matière de renseignement et de surveillance maritime. La Marine a de ce fait mis en place un dispositif en profondeur avec des unités présentes depuis la Méditerranée orientale jusque dans nos approches. La lutte contre les activités de trafics illicites s’impose aussi dans ce cadre.

Pouvez-vous nous apporter un éclairage sur les activités opérationnelles de la Marine dans votre zone de responsabilité ?

Sous le commandement du chef d’état-major des armées, et sous mon contrôle opérationnel, la Marine déploie en permanence un nombre significatif d’unités dans la zone Méditerranée : sous-marins, frégates, avions de patrouille et de surveillance maritime, mais également le groupe aéronaval. En Méditerranée orientale, les unités de la Marine contribuent à l’opération française Chammal, qui a pour objectif de lutter contre Daech, en coordination avec nos partenaires de la coalition internationale. Outre le recueil du renseignement indispensable à une appréciation autonome de la situation par les hautes autorités politiques, les moyens déployés conduisent des activités d’entraînement avec les marines alliées présentes dans la zone, ainsi qu’avec les pays de la rive sud. Dans le contexte actuel, ces coopérations revêtent une importance particulière en témoignant de notre engagement auprès de partenaires qui sont en première ligne face à la menace terroriste. Par ailleurs, en Méditerranée centrale, la Marine participe aux opérations liées à la crise migratoire.

Quelles sont précisément ces opérations liées à la crise migratoire en Méditerranée centrale ?

D’abord il faut rappeler que ces opérations, qui impliquent un nombre important de pays européens, ont un double objectif : il s’agit de lutter contre le trafic d’êtres humains et de secourir les migrants lorsque ceux-ci sont en détresse. Jusqu’à présent, la France a agi dans le cadre de l’opération Triton de l’agence européenne Frontex(1), puis dans le cadre de l’opération EUNAVFOR MED(2). Pour les deux opérations, la France a mobilisé un Falcon 50M. En complément, elle a déployé la frégate Courbet pour la deuxième phase d’EUNAVFOR MED. Après la première phase qui a consisté à collecter du renseignement pour comprendre les mécanismes du trafic, la deuxième phase vise à inter-cepter les navires suspects et à remettre les passeurs aux autorités italiennes.

Le bassin occidental vous paraît-il plus stable ?

Oui, bien sûr, heureusement, la partie occidentale du bassin méditerranéen demeure une zone de stabilité. Il est important d’œuvrer à la préserver. La Marine y entretient des relations soutenues avec les pays riverains. Nos relations bilatérales avec les autres partenaires d’Afrique du Nord se traduisent par des actions de coopération annuelles ou bisannuelles.

Le port militaire de Toulon semble plus stratégique que jamais ?

La Marine fait d’importants efforts pour répondre aux sollicitations des hautes autorités politiques et militaires. Dans ce contexte, le port militaire de Toulon revêt une importance particulière : il faut préparer des équipages combatifs, soutenir et projeter une flotte solide et disponible, prête à assumer toute une panoplie de missions de service public, de défense et de sécurité, qui s’inscrivent dans un dispositif en profondeur depuis les zones de crises éloignées jusque dans nos approches où la Marine met en œuvre la défense maritime du territoire (DMT). Au cœur de cet espace sous tension, Toulon reste le plus important port militaire de projection de l’Union européenne. Constitutif du statut de puissance de la France, il se modernise avec les chantiers FREMM et Barracuda et bénéficie de tous les avantages liés à la proximité de la plate-forme de la base d’aéronautique navale d’Hyères et des services de soutien. Les marins, civils et militaires, qui œuvrent sur le théâtre Méditerranée peuvent être fiers de ce qu’ils sont, et fiers de ce qu’ils font !

Propos recueillis par le CC Yann Bizien

(1) Agence européenne pour la gestion de la coopérationopérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne.
(2) European Union Naval Force Mediterranean.

La Méditerranée en 9 chiffres

• 2,51 millions de km2, soit 1 % de l’océan mondial ;
• 46 000 km de littoral ;
• 23 États riverains ;
• 450 millions d’habitants dans les pays riverains ;
• 157 millions d’habitants sur le littoral ;
• 30 % du trafic mondial des pétroliers ;
• 20 % du trafic mondial des navires marchands ;
• 3e détroit le plus emprunté au monde (Gibraltar) ;
• 2e espace de croisière au monde.

 

Source: Marine nationale
Droits: Marine nationale

Vos réactions: 
Moyenne: 3 (1 vote)
Envoyer